www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » La guerre de 1870 » La croix du Petit Chasseur

La croix du Petit Chasseur


vendredi 9 octobre 2020, par Jean Pierre Lapeyre

Répondre à cet article

Prés du lieu dit les Quatre Routes à Saint Laurent Nouan [2], dans la propriété du Golf des Bordes, se trouve une croix, témoignage des combats qui se déroulèrent ici pendant la guerre de 1870.
Sur cette croix, dite du « Petit Chasseur », une plaque sommairement fixée porte l’inscription suivante : "En ce lieu repose un soldat inconnu, petit chasseur du 31e régiment de ligne, Mort pour la France, ici même le 8 décembre 1870".

JPEG - 127.6 ko
La croix du Petit Chasseur

A la première lecture, cette plaque semble apporter des renseignements assez précis sur ces combats (date, unité), mais à la réflexion, de nombreuses questions se posent sur les événements qui se sont déroulés dans ces bois.

JPEG - 904.4 ko

Quelles sont les unités combattant dans ce secteur ?

Le 8 décembre 1870 plusieurs unités se trouvent dans le secteur de Moque Baril :

  • Côté Prussien, le 9e corps d’armée (environ 15 000 hommes), sous les ordres du prince Louis de Hesse ; venant d’Orléans, il longe la Loire par la rive gauche, et arrive le 7 décembre à Lailly en Val.
  • Côté Français, plusieurs témoignages et documents font état de la présence d’un bataillon de francs tireurs (Mobiles) de la Sarthe commandés par le Colonel de FOUDRAS à St Laurent des Eaux, d’un bataillon du 31e régiment de marche commandé par le Capitaine Adjudant Major MONAVON et d’une batterie.
  • La pancarte apposée sur la croix indique la présence du 31e régiment de ligne [3].

Le Général Comte de CATHELINEAU, à la tête d’un détachement de volontaires (Mobiles), souvent renforcé par la Garde Nationale de St Laurent des Eaux commandée par Paul CAILLARD, se déplace le long de la Loire et affronte à plusieurs reprises des éclaireurs et des petits détachements Prussiens. Mais il n’est pas établi qu’il soit présent dans les bois de Moque Baril le 8 décembre 1870.

La lettre de la famille Johannet

Le 26 août 1991, M. MOREAU BRISSON donne à M. Pierre GEFFRIER une lettre du père de M. JOHANNET datée du 26 décembre 1870, lettre retraçant les combats du 8 décembre 1870 à St Laurent des Eaux :

"Le 7 de ce mois, le 31e de ligne vint occuper le carrefour de Moquebaril et nos bois des hauteurs de Petit Geloux avec une batterie. Il avait pris position contre un corps d’armée (9e corps d’armée) qui arrivait de Lailly en Val. Le 8 décembre, le combat très vif est engagé à 3h pendant plus d’une heure. Puis les nôtres se replièrent sur Mer et aussitôt, les troupes allemandes se répandirent dans nos bois qui se trouvèrent, à 8h du soir, tout éclairé par leurs feux de bivouac. Pendant la nuit, Geloux ne cessa pas d’être soumis à leurs réquisitions et rafles générales : tout y passa. Le lendemain, le corps d’armée campé depuis Cléry jusqu’à nos bois leva le camp, et plus de 80 000 hommes défilèrent pendant 7h sur les routes d’Orléans à Blois.
C’est dans cette escarmouche du carrefour des Quatre Routes que fut tué le chasseur de ligne qui a été enterré dans la pointe du bois, à droite de l’entrée du château de Bel Air".

De l’autre côté de la Loire, Lestiou, Tavers, Avaray, etc, furent très éprouvés par les combats des 8 et 9 décembre dont les échecs se répercutèrent jusqu’à nous.
A St Laurent des Eaux, trois ambulances furent établies au presbytère, à l’école des Soeurs, rue de l’Eglise, à l’école communale. Beaucoup de blessés y furent soignés par les docteurs BUREAU et CHASSAIGNE avec les sœurs pour infirmières.
Je fis décerner à la Sœur supérieure, Sœur JENNY les insignes de la Croix Rouge. Henri ? obtint d’une société anglaise la somme de mille francs qui fut répartie entre les trois ambulances et quelques habitants particulièrement éprouvés.

Conclusions

Il n’est pas possible, au vu de ce qui précède, que le 31e régiment de ligne ait participé à ces combats car ses restes ont été dispersés après la bataille de Sedan. De plus, les régiments de ligne sont des régiments d’infanterie et ne comptent pas de chasseurs dans leurs rangs. Ceux-ci sont affectés aux régiments de chasseurs à pieds.
Impossible également, d’après les documents et les renseignements en notre possession, de déterminer l’identité et l’unité du soldat enterré en ce lieu.

Combien de soldats sont enterrés dans ce bois ?
Y a t’il vraiment un soldat enterré en ce lieu, ou y en a t’il plusieurs ou aucun ?

  • M. Johannet déclare dans la conclusion de sa lettre "….que fut tué le chasseur de ligne qui a été enterré dans la pointe du bois….", sous entendant qu’il n’y a qu’une victime. D’après lui, il n’y aurait donc qu’un soldat enterré.
  • D’autres documents annoncent le décès "…du chef de bataillon, le Capitaine Adjudant Major MONAVON, et de plusieurs hommes…".
    Est-ce que les victimes ont été enterrées dans le bois ou ont-elles été emmenées par leurs camarades ? Il est peu probable que ceux-ci aient pris le temps de creuser des tombes alors qu’ils étaient en train de combattre les Prussiens…

Dans le premier cas, la croix marquerait l’emplacement de plusieurs sépultures. Dans le second, elle perpétuerait seulement le souvenir du combat. D’autre part, s’il y a eu plusieurs hommes tués, pourquoi n’y a t’il qu’une croix, qu’un corps signalé ?

JPEG - 128.1 ko
La plaque fixée sur la croix.

Sur la plaque fixée sur la croix, il est noté la mention "Mort pour la France". Or cette mention n’a été instituée que le 2 juillet 1915 [4]. Si elle n’a été posée que 45 ans après les faits, cela explique peut être l’incohérence et l’imprécision des renseignements inscrits sur la croix.

Les opérations du 31e régiment du 26 septembre au 13 décembre 1870

Le 26 septembre le 31e régiment de marche quitte Le Mans pour se rendre à Tours par étape et par bataillon. Ce mouvement se termine le 30 et les trois bataillons séjournent à Tours ou aux environ jusqu’au 16 octobre. C’est pendant ce séjour que le régiment est embrigadé. Il forme avec le 3e bataillon de marche de chasseurs à pied et le 22e régiment de mobile (Dordogne) la 1re brigade (Général GOULOT) de la 2e division du 16e corps d’armée (Général CHANZY). Jusqu’à fin novembre le 31e régiment de marche participe à plusieurs combats : Aulnay le Château, St Perray la Colombe, Coulmiers, etc
Le 23 novembre, le Lieutenant Colonel ROUDE (titre auxiliaire) remplace le Colonel Couderc de FOULONGE, tué au combat, au commandement du 31e régiment de marche. Le 1er décembre à 10h du matin, le régiment relevé dans ses positions par les troupes du 17e corps, se met en marche avec le reste de la division pour soutenir la 1re division du 16e corps engagée vers Patay. Le régiment arrive sur le théâtre de l’action lorsque tout est terminé. Il y établit son bivouac.
Le lendemain 2 décembre à 7h du matin, le régiment marche à l’ennemi qui s’est retiré derrière le Bois d’Orgières. Chaque bataillon marche en colonne à demi distance, par division, avec des tirailleurs à 800m en avant. A 9h le feu s’engage entre ces tirailleurs et l’ennemi qui garnit la lisière du bois.

Le 31e qui forme l’extrême gauche de la ligne de bataille, attaque la position retranchée de la ferme de Beauvilliers, mais exposé à un feu terrible, il est en outre accablé par le nombre.
A midi l’ennemi, dont les forces croissent rapidement, prononce sur sa gauche un mouvement tournant qui est décisif. Les trois bataillons se séparent dans la retraite. Le 1er bataillon se replie sur le village de Faverolles où se rallient les restes de la division sous les ordres du Général BARRY.

Les restes des 2e et 3e bataillons se retirent vers Patay. Dans cette affaire, le Lieutenant Colonel ROUDE a son cheval tué sous lui. Deux officiers, HENRIOT et GRISETTE, sont tués. Cinq autres, les Capitaines GARAGAIRE, CHAUVET, RIESI et GUYART et le Lieutenant PHILIPPE, sont blessés. Le régiment perd également vingt six hommes tués et sept cent quatre vingt huit blessés ou disparus.

Le 3 décembre, la 2e armée de la Loire est en retraite et l’ennemi vainqueur s’avance impétueusement. Les troupes ralliées de la 2e division s’arrêtent près de Boulay. Les 2e et 3e bataillons du régiment se retirent vers Orléans.
Le 4 décembre le village de Boulay est défendu par ce qui reste de la division. L’artillerie allemande éteint bientôt le feu de l’unique batterie française et notre infanterie soutient seule le combat pendant deux heures. Elle n’abandonne ses positions qu’après avoir brûlé ses dernières cartouches.

Le 1er bataillon du régiment prend part à cet engagement et perd le Capitaine COLLIN, le Lieutenant FILLEMINE et deux hommes. En outre vingt cinq soldats sont blessés. Ce bataillon se retire à Meung/Loire et ensuite à Beaugency où il arrive le 6 décembre.
Les 2e et 3e bataillon, qui ont marché le 3 décembre vers Orléans, y passent la Loire le 4 pendant la nuit, perdant un officier (Sous Lieutenant ANGLADE) et cinquante huit hommes blessés ou disparus. Ces deux bataillons se dirigent ensuite par détachement et en désordre dans la direction du Mans, où ils arrivent et se rallient seulement le 18 décembre.
Les restes du 1er bataillon, sous les ordres du Capitaine Adjudant Major MONAVON, se retirent le 6 décembre de Beaugency sur Mer et ensuite sur St Laurent des Eaux. Ce détachement, attaqué près de cette localité le 8 décembre par des forces très supérieures se replie sur Mer. Le chef de détachement et quelques hommes ont été tués dans le combat.

Le 10 décembre, le 1er bataillon heureusement renforcé par un grand nombre d’hommes qui l’ont rejoint, et commandé par le Capitaine PETIT, se dirige sur Blois où il arrive en même temps que les Prussiens, lesquels se présentent par la rive droite de la Loire. Le lendemain, 12 décembre, les troupes françaises évacuent Blois en vertu d’une convention avec l’ennemi et se retire sur St Amand où elles séjournent le 13 décembre.

D’autres combats

En plus des combats du 8 décembre, d’autres ont eu lieu à St Laurent des Eaux. D’autres unités s’affrontent également, témoins les actes de décès relevés dans les registres paroissiaux et d’état civil communaux [5] :

  • 31 octobre 1870, Nicensas PIERRE, fils de feu Nicensas PIERRE, garde mobile de Dordogne, décédé à l’ambulance, 22 ans
  • 1er novembre 1870, Adrien GAUCHARD, domicilié à Beaugency, fils des défunts François GAUCHARD et Victoire Sophie DESNIAU, franc tireur DE CATHELINEAU, décédé à l’ambulance des sœurs, 30 ans
  • 6 novembre 1870, Un Prussien catholique blessé par le Capitaine des Hussards FRIAND aux Quatre Routes.Soeur Jenny dirigeait l’ambulance. Ce Prussien mourut à l’ambulance, école des sœurs, école communale actuelle.
    Le Capitaine FRIAND vint le voir avant sa mort et lui demanda pardon. (Témoignage de F. BRISSON
  • 24 novembre 1870, Jean RIFFADE, fils de Pierre RIFFADE, domicilié à Pompagne (Lot et Garonne) et Jeanne LECOURNEAUX, soldat du 42e de Ligne, décédé à l’ambulance, 28 ans
  • 20 décembre 1870, François SAUNIER, soldat au 2e Zouave, décédé à l’ambulance, 20 ans
  • 29 janvier 1871, Jean DELABROUSSE, domicilié à St Mary (Charente), fils de Jean DELABROUSSE et Marie ARLIER, soldat de Ligne, décédé à l’ambulance
Pour en savoir plus, des sources complémentaires sont citées sur mon blog :
https://saintlaurentnouan.jimdofree.com/histoire/la-croix-du-petit-chasseur/

Notes

[1Croisement des D951 et D925

[2Croisement des D951 et D925

[3Différence entre un régiment de marche et un régiment de ligne :

  • un régiment de ligne est un régiment de l’armée régulière existant en temps de paix et complété par les réservistes. Leur nom est une survivance de l’Empire où les régiments s’affrontaient en « ligne de bataille ». Chacun de ces régiments avaient en plus des bataillons qui partaient au combat, un bataillon d’instruction (des cadres essentiellement) qui restaient dans la garnison (au dépôt) pour former des remplaçants.
  • un régiment de marche est un régiment créé de façon circonstancielle, pour une durée limitée, à partir d’éléments prélevés sur des unités existantes.

Pendant la guerre de 1870, pratiquement tous les régiments réguliers (de ligne) furent faits prisonniers après les capitulations successives de l’armée (Sedan le 2 septembre 1870, Metz le 29 octobre 1870) et ils furent remplacés par des régiments de marche alimentés par des bataillons rescapés de différentes unités qui encadraient les nouvelles recrues.

[4Articles L488 à L492bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre.

[5Lors de ces sacrements, un grand nombre d’assistants accompagnent le mort avec piété. Quelques autres remarques dans les registres paroissiaux : un prisonnier de guerre mort d’une fluxion de poitrine ; passage des Prussiens, grands troubles.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

8 Messages

  • La croix du Petit Chasseur 9 octobre 09:59, par Mazeas

    Bonjour,
    Vous ne parlez pas de la Croix elle-même. Ce ne sont pas les soldats qui l’ont posés, ils ne pouvaient le faire, c’est un ouvrage commandé, fabriqué exprès. Qui l’a fabriqué, quand, qui a payé, la Mairie, des habitants ? Y a-t-il eu un appel de fonds ? Une plaque originale a peut-être disparue et remplacé par un habitant de la région qui a interprété des inscriptions effacées, illisibles, ou il a inscrit de mémoire sur une nouvelle plaque. De toute façon une belle croix avec une plaque « moche » c’est pas beau.
    Cordialement
    Claude

    Répondre à ce message

    • La croix du Petit Chasseur 14 octobre 12:31, par Jean Pierre LAPEYRE

      Effectivement c’est une recherche à faire, mais je ne pense pas que ça apporte beaucoup de renseignements sur les soldats éventuellement enterrés en ce lieu.

      Répondre à ce message

  • La croix du Petit Chasseur 14 octobre 12:02, par martine hautot

    Bonjour ,Apparemment on a bien trouvé les restes d’ un corps sous cette croix https://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/commune/saint-laurent-nouan/les-restes-d-un-soldat-inconnu-exhumes-a-saint-laurent-nouan
    Y-a-t-il un acte à cette date dans les registres de Nouan ?

    Répondre à ce message

    • La croix du Petit Chasseur 14 octobre 12:41, par Jean Pierre LAPEYRE

      Bonjour,
      On a retrouvé des ossements d’une jambe. Il est dommage, comme il est dit dans l’article et comme l’ont constaté les personnes présentes, qu’on n’ait pas étendu un peu les fouilles à quelques mètres autour. D’après les mémoires du Général CHANZY le Capitaine MONAVON et plusieurs de ses hommes ont été tués.

      Répondre à ce message

  • La croix du Petit Chasseur 15 octobre 17:13, par marlie95660@gmail.com

    Bonjour Jean-Pierre,
    Merci à vous pour ce récit historique de cette guerre volontairement oubliée.
    Devant l’urgence de la situation, un décret du 28/10/1870 transforme 39 régiments de marche en « régiments d’infanterie de ligne » ainsi que des régiments de marche d’infanterie numérotés de 28 à 38 doublés de bataillons de marche de « chasseurs à pied ». Il est possible que ce « petit chasseur » soit du 31e bataillon de chasseurs à pied du 21e corps d’armée venu en renfort au général CHANZY.

    Pour information : François SAUNIER était du coin né le 16/08/1849 à Josnes (père Maurice - mère Julienne CAVOISY)
    J’ai trouvé dans les registres d’état civil de St Laurent des Eaux-Nouan, un François Auguste LEMOINE, dcd le 17/12/1870 à l’ambulance de Josnes du 8e bataillon de marche de chasseurs à pied. Cordialement Marlie

    Répondre à ce message

  • La croix du Petit Chasseur 17 octobre 20:06, par Marlie Toussaint

    Bonsoir Jean-Pierre,
    Ce petit chasseur m’a tapé dans l’œil donc je complète ma dernière recherche qui, j’espère, vous sera utile.
    D’après le Rapport… Société française de secours etc...dont lien ci-dessous, l’ambulance « LALAUBIE » suivait le 16e corps : Oucques-Marchenoir-Roches-Pontijon-Haves et JOSNES où elle a procédé à l’évacuation de blessés à MER. Cette ambulance était :
    le 5/12/1870 à La Ferté St Aubin
    le 8/12/1870 à Josnes Beaugency
    le 9/12/1870 à Mer -> évacuation de 400 blessés sur Blois et Vendôme

    Actes de décès sur Mer : CUPIAIRE du 39e de ligne - 31e de marche dcd le 8/12 à l’ambulance de la gare (vue 308/558)
    on relève deux autres décès dont un franc-tireur vues 307 et 308 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6528821c/f190.item.r=Josnes.zoom
    Cordialement
    Marlie

    Répondre à ce message

    • La croix du Petit Chasseur 19 octobre 10:14, par Jean Pierre LAPEYRE

      Bonjour et merci Marlie
      Gallica renferme des trésors, il faut seulement beaucoup de patience pour les trouver... Je vais lire tout ça.
      Bonne journée
      Bien amicalement

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP