www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Portraits d’ancêtres » Jeanne Bardey, dernière élève d’Auguste Rodin » Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode)

Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode)

De l’académie libre de la rue Robert au legs Bardey


jeudi 17 septembre 2015, par André Vessot

Répondre à cet article

Que de chemin parcouru depuis la découverte du portrait de mon arrière-grand-père jusqu’à ce dernier article. Voilà quatre ans que je vous fais partager toutes mes recherches et mon enthousiasme pour mettre en lumière le talent de cette artiste qui méritait vraiment de sortir de l’oubli.

En cet automne 1954 la presse lyonnaise rend hommage à l’artiste lyonnaise. Dès le lendemain du décès de Jeanne « Le Progrès » note qu’à 82 ans « Mme Bardey avait encore une étonnante activité. En compagnie de sa fille Henriette, dont les peintures et dessins sont fort remarquables, elle se rendait souvent en Égypte. Toutes deux séjournèrent plusieurs années dans la région thébaine et secondèrent l’égyptologue Alexandre Varille en réalisant au crayon des représentations de statues, de bas-reliefs des temples pharaoniques. Leurs travaux forment une très vaste documentation qui contribue grandement à éclairer les mystérieux monuments de l’antique Égypte ». [1]

JPEG - 47.7 ko
Portrait de Jeanne Bardey (Photo archives Varille)

En novembre, « La Vie Lyonnaise » rappelle que pour nous « son nom reste associé à celui du grand Rodin dont elle fut l’élève, et à celui du savant égyptologue Alexandre Varille, tragiquement emporté voici trois ans, et dont elle fut, ainsi que sa fille Henriette, sa précieuse collaboratrice. Plus encore, bien sûr, à celui de son mari Louis Bardey, professeur à notre école des Beaux-Arts, avec qui elle travailla à la décoration de la salle Molière dont elle peignit le panneau qui est au dessus de l’orgue. C’est un élève de Louis Bardey, François Bizet, qui fut chargé, il y a quelques années, de restaurer la dite salle, si gravement endommagée par la dynamite allemande qui avait détruit le pont voisin. Des sculptures de Jeanne Bardey ornent notre Hôtel des Postes, et plusieurs musées de France, dont celui de Lyon, possèdent de ses œuvres » .

Paul Duvivier écrit dans « Le Tout-Lyon », la mort de Jeanne Bardey « a enlevé à Lyon une artiste dont le renom avait depuis longtemps dépassé la cité ». Il cite aussi « le plafond de la scène de la salle Molière, où son pinceau a, par la grâce féminine évoqué la danse et la musique, et aussi son illustration du bel ouvrage d’Édouard Herriot « Sous l’olivier ».
Le gouvernement français lui avait conféré depuis longtemps la croix de chevalier de la Légion d’honneur ; le Roi de Grèce y ajouta l’ordre du Phénix.
Elle était veuve depuis de longues années de l’artiste peintre décorateur Louis Bardey, professeur d’art décoratif à notre École des Beaux-Arts et membre de la commission des musées.
Madame Bardey avait, avec un goût parfait, aménagé son hôtel de la rue Robert, en lequel sont réunis nombre de ses œuvres, preuves de sa maîtrise, où elles voisinent avec celles, très belles aussi, de Mlle Henriette Bardey ».
 [2]

Rétrospective des œuvres de Jeanne Bardey

Henriette, qui a maintenant 60 ans, est sûrement très affectée par la mort de sa mère
ayant toujours vécu avec elle. On les appelait les "Dames Bardey", tellement elles semblaient indissociables, toujours ensemble à l’atelier, dans les salons ou lors des voyages. Aucune trace n’a été conservée des marques de sympathie témoignées à l’occasion de ce décès. Mais pour Henriette la vie continue, son grand désir est de faire vivre les œuvres de sa mère. Elle a décidé d’en organiser une rétrospective avec l’aide de tous ses amis et relations, notamment Jean Varille, Charles Dugas, Édouard Herriot ...

JPEG - 45.3 ko
(Source : Archives Varille)

Elle a sélectionné près de 180 œuvres de sa mère s’étalant sur les 55 ans de sa carrière artistique et recouvrant toutes les formes d’expression : sculpture, peinture, dessin, gravure, pastel, aquarelle, illustration. Cette rétrospective qui se déroule du 7 au 30 juin 1956 à l’ancienne chapelle du Lycée Ampère reçoit un écho favorable de la presse lyonnaise.

Ainsi pour « Le Progrès » Jean-Jacques Lerrant rend compte de l’événement : « On l’appelle encore Mme Bardey tant elle inspire le respect et tant son œuvre l’impose. Pour qui ne l’a point connue et approchée la rétrospective présentée avec beaucoup de soin à la chapelle du Lycée Ampère, donne immédiatement l’impression d’un « tempérament », un tempérament généreux, passionné, qui avait su se plier à des disciplines techniques diverses et se contraindre même, au moins pour un temps, à suivre les leçons d’un maître rigoureux ... » [3].

Jean Rochedix en fait aussi une excellente critique dans « l’Écho-Liberté » : Les visiteurs qui ne connaissaient pas Mme Bardey ... se pencheront certainement par-dessus deux vitrines où des mains féminines, modelées dans le plâtre ou le bronze, feuillettent des ouvrages de bibliophiles. Ils reconnaîtront « Sous l’olivier » d’Édouard Herriot ; « Mme Récamier » de Jules Lemaitre ; « Une volupté nouvelle » de Pierre Louys, 3 livres illustrés par Mme Bardey, et dont le choix reflète bien la personnalité de ce peintre-sculpteur, au talent fait de culture aimable et d’un goût qui l’aide à risquer toutes les audaces ; une artiste furieusement de son époque, celle qu’il est convenu d’appeler « la belle » …
On jugerait qu’elle a emprunté même ses modèles robustes et lourds à Renoir. Rien de morbide. Elle aime trop la vie. Une sensibilité à fleur de peau. Une exaltation païenne de la beauté. Mais quel charme et quel repos ! Au vrai, Mme Bardey illustre et dessine cent fois mieux qu’elle ne peint. Elle sculpte aussi fermement qu’elle dessine.
C’est un peu le Panthéon lyonnais : Auguste Lumière et Tony Garnier, Alexandre Varille et François Guiguet ; le président Herriot lui-même. Mais aussi Auguste Perret l’architecte, Rodin à la barbe fleurie ; le prince Nicolas de Grèce …
Peut-être faut-il rechercher l’inspiration de Mme Bardey plutôt du côté de « Catherine accroupie » ou de telle « Adolescente » qui voisinent si naturellement avec les copies rapportées de Grèce.
La visite achevée, on tombe précisément sur Mme Bardey elle-même ; nous voulons dire sur le portrait qu’en a fait le peintre Guiguet. Elle est bien telle qu’on l’imaginait, telle qu’en renvoie l’image de cette exposition si diverse et si dense, pourtant, dans sa diversité.
On en doit la révélation aux soins pieux de sa fille, qui a voulu, à juste titre, attirer autour d’une œuvre encore si vivante, un public nouveau près de celui déjà nombreux, qui conserve fidèlement le souvenir de Mme Bardey
. [4]

L’académie libre de la rue Robert

Satisfaite du succès de cette rétrospective, Henriette Bardey ne veut pas en rester là. Depuis quelque temps elle savait que sa maison de la rue Robert était vouée à la démolition. Mais elle souhaitait qu’elle demeure un lieu vivant où les artistes, confirmés ou en herbe, viennent se retrouver pour travailler et exposer leurs œuvres, comme Madame Degabriel [5], entre autres, une façon de lui donner un dernier lustre. [6]

L’académie libre avait ouvert largement la porte de son rez-de-chaussée, 14 rue Robert, au soleil de notre tardif printemps. Nous avons suivi la même voie et sans avoir à tirer la sonnette, nous nous sommes trouvé aussitôt au milieu d’une assemblée de jeunes personnes, silencieuses dans leur marbre ou dans leur cadre .... Nous commençâmes par les élèves avant d’aborder les maîtres. C’était prudent. Curieux élèves, en vérité, dont on nous assura qu’ils travaillaient sans leçons, sinon sans maîtres.
Nous y avons rencontré des familiers, de ceux qui fréquentent l’académie libre en étudiants, incorrigibles ... D’autres qui voisinaient, nous apparurent inspirés par leur seul goût personnel ...

Henriette Bardey, maîtresse des lieux, a accroché modestement trois ou quatre cadres de petites dimensions dans un coin où ils risquent de passer inaperçus. On y découvre pourtant qu’elle dessine et colore dans une note autrement austère, autrement exigeante que sa mère, cette Mme Bardey, qui apporta, entre les deux guerres, une note si puissamment charnelle à l’art lyonnais.

JPEG - 27.2 ko
Auguste Rodin, Portrait d’Henriette Bardey (Musée des Arts Décoratifs, legs Bardey, 1960)
Bronze sur socle rouge, 1916
(Extrait de Mad of M.A.D, Trésors cachés du Musée des Arts Décoratifs de Lyon)
(Inventaire : Bardey 67)

Une salle entière lui est pieusement consacrée, en compagnie de son maître, le grand Rodin. Dès le seuil, un bronze de celui-ci, le dernier qu’il fondit et d’ailleurs inachevé : Henriette Bardey elle-même. Puis un moulage des mains du génial bronzier, des ébauches qu’il signa, une ravissante jeune fille accroupie …

Rodin, prophète barbu ...

Mme Bardey aimait par-dessus tout les formes vivantes. C’est pourquoi, entre autres, le portrait l’attirait. Elle a sculpté bien des visages, à commencer par celui de Rodin, prophète barbu d’une étonnante présence ; des lyonnais connus : Tony Garnier, Emmanuel Lévy, Alexandre Varille, le président Herriot, alors dans la plénitude de son rayonnement …

L’exposition présente la série entière des dix-huit « danseuses », gravées à la manière des estampes japonaises et dont nous avions remarqué quelques exemplaires, l’an dernier, à la rétrospective de l’ex-chapelle du lycée.
Les zélateurs d’une certaine tendance moderne, qui s’attachent davantage au chaos des consciences qu’à l’harmonie des formes sensibles, prétendront que Mme Bardey appartient à une autre époque. Elle, qui s’était nourrie des leçons de la Grèce et de l’Égypte, eût pu sourire de ce jugement qui sacrifie, pour une part, l‘éternel à une mode.
 [7]

Pour lire l’intégralité de l’article cliquer sur l’icône

PDF - 229.2 ko
JPEG - 29.3 ko
(Source : Archives François Karolcsyk)

L’académie libre a perduré jusqu’en 1959, François Karolscyk en a gardé la trace avec l’affichette ci-dessus.

Après le décès de sa mère, Henriette s’appuie beaucoup sur un réseau d’amis, et je pense tout particulièrement à Jean Varille, frère de l’égyptologue Alexandre. Elle trouve en lui un soutien, quelqu’un en qui elle peut avoir toute confiance. Elle lui a donné des photos de la visite de Rodin en 1916, des dessins réalisés par sa mère, quelques cartes adressés par François Guiguet ainsi que les plaques de cuivre ayant été utilisées pour les gravures.

Un buste en hommage au Président Herriot

En 1958, ayant appris les intentions de placer un buste du Président Herriot dans l’une des nouvelles salles du palais des congrès, en accord avec Henriette, Jean Varille écrit à Monsieur Lucien Chatin, président de la Foire Internationale de Lyon pour lui proposer celui réalisé par Jeanne Bardey :

Je me permets de vous signaler qu’à ma connaissance, le meilleur buste du Président Herriot est celui, à peu près inconnu, qui a été réalisé par Madame Bardey, sculpteur lyonnais de très grand talent, élève et amie de Rodin, mais également du Président Herriot, qui avait posé pour elle de nombreuses fois en 1937, alors qu’il était ministre des affaires étrangères - et dans la force de l’âge.

Mademoiselle Henriette Bardey, également sculpteur, est en possession de ce buste depuis le décès de sa mère. Elle serait éventuellement disposée à le céder à l’administration de la foire si celle-ci s’y intéressait.

Je crois savoir qu’elle demanderait pour ce buste quelques six cent mille francs. Elle recommanderait que la fonte en soit effectuée par Rudier, fondeur d’art, qui habituellement s’occupait des bronzes de sa mère - en particulier ceux qui figurent au Musée des Arts de Lyon. [8]

Hélas la demande arrive trop tard, car le journal de la foire internationale de Lyon évoque dans son édition d’avril 1958 l’installation d’un buste représentant le maire de Lyon en 1919, peu après la fin de la 1re guerre mondiale. :

A l’occasion de cet échange de lettre avec Jean Varille, Henriette précise en post-sciptum : « Il faudra qu’on mette au point le testament ... » [9]. Il semble, en effet, qu’Henriette souhaitait que Jean Varille s’occupe de sa succession. Mais celui-ci était déjà fort occupé pour régler celle de son frère Alexandre ; plusieurs années après son décès il n’était pas arrivé à faire réintégrer les livres de sa bibliothèque d’égyptologie, qui se trouvaient encore dans la propriété de Lucy Lamy.

JPEG - 29.5 ko
Henriette Bardey, Portrait de Jean Varille
(Source : Archives Varille)

En septembre 1959 Henriette effectue sa dernière visite à Lourmarin, au mas de Casteuse, où elle dessine ce portrait de son ami Jean Varille.

Voyage sans retour au Caire

En mars 1959, Henriette Bardey retourna en Égypte par un avion d’Air-France. Retour au bout de trois semaines, avec 40° de fièvre. Clinique du Parc chez le Professeur Santy. Double pneumonie. Elle conserva une fragilité dont elle ne soupçonnait pas l’importance.
Le 31 décembre 1959, elle s’embarquait, confiante, sur un cargo qui devait la conduire lentement par la Grèce jusqu’à Alexandrie. [10] Hélas un voyage sans retour. C’est par un télégramme envoyé du Caire par Monsieur François Daumas que Jean Varille apprend la triste nouvelle le 17 janvier 1960.

Octave Guéraud, égyptologue, accompagné de sa femme, a entouré Henriette lors de ses derniers instants. Dans une lettre du 22 janvier il donne des précisions à Jean Varille sur l’inhumation d’Henriette au Caire :

Le corps a été inhumé au cimetière latin de l’Abbasieh dépendant de la paroisse du Sacré-Cœur ... Le cercueil sera respecté à sa place actuelle pendant un minimum de 6 ans et un maximum de 10 ans. Après un délai de 1 an, donc à partir du 18/01/1961, les héritiers pourront, s’ils le veulent, faire exhumer le corps, soit pour le rapatrier en France, soit pour le transférer dans une autre partie du cimetière où une concession de longue durée pourrait être acquise.

Le décès a été notifié au consulat de France qui avisera la mairie de Lyon et fournira désormais aux héritiers ou à l’exécuteur testamentaire toutes les pièces dont il pourrait avoir besoin.

Pour voir l’intégralité de la lettre :

PDF - 462.2 ko

Monsieur Morel Journel avait promis de faire revenir le corps de Mlle Bardey pour qu’elle soit à côté de sa mère, mais a allégué les difficultés présentes avec l’Égypte. Les cendres de Mlle Bardey ont été rapatriées en France [11] presque 5 ans plus tard, Quelques rares amis étaient présents à l’inhumation au cimetière de la Guillotière le 14 octobre 1964. [12]

Exécution du legs Bardey

Aux termes d’un testament olographe, en date à Lyon du 9 décembre 1954, déposé au rang des minutes de Maître MORIN, le 04/04/1960, Henriette Bardey a institué pour légataire universel la Chambre de Commerce de Lyon.
Par le même testament, elle a institué pour exécuteurs testamentaires 3 comparants en leur conférant la saisine de ses biens : Monsieur Armand Chifflet, conseil juridique, Monsieur Raymond Tournassus, fondé de pouvoir à la banque Jacquier et Monsieur Maurice Petitpierre, chef de bureau à la rédaction du progrès.

Maître Morin, notaire au 144 rue de la République à Lyon, assisté de Maître Aimé Jean Damiron, commissaire-priseur rue du Plat (2e), est alors chargé de procéder à l’inventaire après décès au domicile principal de la défunte, 14 rue Robert (3e). La prisée a lieu le 27 avril 1960 en présence de Monsieur Robert de Micheaux, conservateur au Musée des Arts Décoratifs ... Au rez de chaussée de la demeure se trouve l’atelier inventorié sous la rubrique « œuvres de Jeanne Bardey » et divisée en six sous-parties : « bronze », « marbre », « terre cuite », « plâtre », « dessins, aquarelles et eaux fortes sous cadre », « dessins en album ». Au total plus de 2000 œuvres d’art graphique et plus de 600 pièces sculptées et signées Jeanne Bardey sont répertoriées. Le montant de la prisée, regroupant le mobilier garnissant le domicile principal de l’artiste ainsi que ses œuvres, s’élève à 81 755 nouveaux francs. Les inventaires des biens de Mademoiselle Bardey, effectués à la résidence secondaire des Bardey à Mornant (Rhône) d’un montant de 7 492 nouveaux francs, et du coffre, loué par la défunte à la Banque Nationale (21, cours Lafayette à Lyon) d’un montant de 191 250 nouveaux francs, viennent compléter la première prisée.

JPEG - 27.5 ko
Jeanne Bardey, buste de Monsieur Petitpierre (© Lyon, MTMAD, Photo Isabelle Duperray-Lajus)
(Inventaire : Bardey 107)

Un inventaire détaillé des sculptures ainsi que des œuvres encadrées de Jeanne Bardey est réalisée à l’arrivée du legs au Musée des Arts Décoratifs. L’ensemble des pièces et les archives, notamment la correspondance de Madame Bardey, sont conservés dans deux pièces, communément appelées « salles Bardey », situées dans les combles de l’hôtel Lacroix-Laval. [13]

Henriette a, par ailleurs, fait un legs particulier à sa filleule, Mademoiselle Christine Ingels, de tous les meubles ne présentant pas un caractère de collection. Christine étant mineure au moment de la succession, Madame Ingels mère s’était fait assistée de Maître Maurice Rheims, commissaire-priseur à Paris.

Lors de mes recherches j’ai été assez surpris de la faible importance du courrier que j’ai consulté, rien après la guerre, mises à part les dernières lettres envoyées par Henriette à Pierre Haour, aucune lettre d’Égypte, aucune lettre de condoléances après le décès de Jeanne. Selon Hubert Thiolier, « ... le très volumineux courrier n’a pas été gardé ; seules quelques cartes postales ont pu être récupérées par un tiers. Cette absence d’archives de l’artiste nous prive d’informations sur sa vie familiale ou ses rapports avec les autres sculpteurs ».

Si le testament d’Henriette et l’inventaire réalisé par Maître Morin font état de papiers de famille, les minutes déposées en l’étude [14] ne seront, de toute façons, consultables seulement dans une vingtaine d’années.

Une collection sur le point d’être révélée au grand public

En cette fin d’année 1960, Jean Rochedix, pour « L’Écho-Liberté » évoque le transfert des œuvres de Jeanne Bardey au Musée des Arts Décoratifs de Lyon. Il y a un an mourait au Caire Mlle Henriette Bardey, fille d’une lyonnaise peintre-sculpteur, et elle-même animatrice en sa demeure de la rue Robert, d’une Académie d’Art fréquentée par des « élèves » assez curieusement recrutés, puisqu’on y trouvait, entre autres, des industriels authentiques, mêlés aux artistes et aux écrivains.

Rue Robert, où le vestibule ouvrait sur un jardin dont les hôtes de pierre recréaient une étonnante atmosphère, Henriette Bardey avait aménagé un véritable musée aux allures de sanctuaire. A la place d’honneur figurait une « sphinge » de Rodin, dont sa mère avait été l’élève.

JPEG - 14.4 ko
Auguste Rodin, la Sphinge, femme sur une colonne
(© Lyon MBA - Photo Alain Basset)
N° Inventaire : B 670

Or cette collection, réservée aux familiers, est sur le point d’être révélée au grand public. Du moins en partie. Henriette Bardey a fait de la Chambre de Commerce sa légataire universelle et c’est ainsi que le Musée des Arts Décoratifs se prépare à recueillir les pièces les plus significatives de ce précieux héritage ...

Bientôt donc, Monsieur de Michaux ouvrira son Musée au legs généreux de Mlle Bardey. A ses marbres et bronzes innombrables, presque tous dédiés à la beauté féminine et au charme de la première enfance, à ses dessins - que traversent pourtant les regards insolites des « folles » - se trouve jointe une rare collection de Cranach, Dürer, Rembrandt, Michel-Ange, Fragonard.

Quelque choix que l’on fasse, il s’accordera au cadre classique de l’Hôtel de la rue de la Charité, où les lyonnais trouveront, dès lors, des raisons supplémentaires d’aller admirer et se recueillir, même les jours où il ne pleut pas. [15]

Donner à Jeanne Bardey sa véritable place à Lyon

En réalité, les œuvres de Jeanne Bardey dormirent dans les réserves de l’Hôtel Lacroix-Laval pendant 30 ans, attendant qu’un prince charmant vienne les tirer de leur sommeil.

Des passionnés d’art ne voulaient pas que les œuvres de l’artiste lyonnaise tombent dans l’oubli. Ainsi, Hubert Thiolier, fils de notaire, publie un livre en 1984 :

  • Ravier [16] et les peintres lyonnais Guiguet et Garraud.

Ce premier ouvrage est l’occasion de rencontres avec Madame Garraud, la veuve du peintre, avec Madame Degabriel [17], élève de Garraud, qui appréciait beaucoup Jeanne Bardey et avec Madame Annie Humbert, alors dépositaire des archives de François Guiguet. Il poursuit alors un travail très approfondi sur l’artiste lyonnaise au Musée des Beaux-Arts de Lyon, au Musée des Arts Décoratifs, aux archives du Musée Rodin où il se rend toutes les semaines. Il rencontre aussi des témoins, ayant connu Jeanne, tels que Jean Varille ou Hélène Ingels. Grâce à ce travail il publie deux nouveaux ouvrages :

  • Peintres lyonnais intimistes : Guiguet, Garraud, Degrabriel, J. Bardey, amie de Rodin (1987)
  • Jeanne Bardey et Rodin : une élève passionnée, la bataille du musée Rodin (1990)

Mais l’objectif d’Hubert Thiolier, comme celui de Jean Rochedix, est de donner l’accès du grand-public aux œuvres de l’artiste lyonnaise, comme en témoigne la lettre suivante adressée au Musée des Arts décoratifs :

Trente ans après le legs au Musée des Arts Décoratifs de Lyon, le moment n’est-il pas venu de montrer quelques-uns des nombreux « morceaux » de Jeanne Bardey qui dorment dans les réserves ? Une exposition temporaire des œuvres de cette artiste paraît réalisable maintenant que la nouvelle organisation du musée a été menée à son terme. Les derniers travaux de Rodin (1916-1917), le portrait de Guiguet de 1911 comme celui de Jacques Martin mériteraient d’y être joints.
Elle a fait son purgatoire ...
Puissiez-vous fermement contribuer, grâce aux richesses du Musée, à donner à Jeanne Bardey sa véritable place à Lyon !
Je vous prie d’agréer, Monsieur le conservateur, l’expression de ma considération distinguée.
 [18]

Le Musée des Arts Décoratifs lui répond qu’il est ouvert au prêt d’œuvres de Jeanne Bardey :

En ce qui concerne le fonds Bardey de sculptures, effectivement en réserve au Musée des Arts Décoratifs … je suis tout à fait ouvert à prêter les œuvres qui vous semblent souhaitables de cette artiste dans le cadre d’une exposition consacrée à ses sculptures ou bien dans le cadre d’une exposition plus générale sur la sculpture.
N’ayant pas été à l’origine de ce dépôt au Musée, je puis même envisager le dépôt d’œuvres de cette artiste dans un Musée plus consacré aux « Beaux-Arts » que le mien.
 [19]

Hubert Thiolier écrit à la Chambre de Commerce en demandant pourquoi elle a accepté le legs Bardey :

Le Musée allait-il enfin agir ? A la question que je lui posais, Monsieur le conservateur en chef m’a répondu par lettre du 27/09/1990 qu’il lui était « difficile d’organiser une exposition entièrement dédiée à la sculpture dans des musées consacrés, eux, aux Arts Décoratifs et aux Textiles en particulier, spécialité assez lointaine de la sculpture ».
Cette mise au point poserait alors la question de savoir pourquoi en 1960 la Chambre de Commerce a accepté le legs Bardey ? Comment peut-on imaginer qu’elle ait simplement entendu laisser les œuvres dormir dans les réserves pour un temps indéfini après avoir vendu les biens immobiliers ou mobiliers ?
Ce n’est pas là mon problème mais on peut regretter qu’en l’occurrence un conservateur en chef se trouve privé de la fonction essentielle d’un conservateur, qui est de mettre en valeur sur place ce que son musée détient.
 [20]

Je n’ai pas la réponse de la chambre de commerce qui a du transmettre cette lettre au Musée des Arts Décoratifs, celui-ci s’en explique :

Ce legs n’aurait peut-être pas dû être accepté en 1960. Il avait en fait été accepté par Monsieur de Micheaux pour les meubles et peintures anciennes qu’il comportait – tous exposés au Musée des Arts Décoratifs, le reste trop important en nombre, étant composé des sculptures et dessins qui furent mis en réserve (ce qui a peut-être permis par ailleurs à ce fonds d’être préservé intact jusqu’à nous et à des personnes comme Monsieur Thiolier de l’étudier …
Je suis tout à fait disposé et ouvert à un dépôt de l’ensemble à un Musée, à la spécialité « Beaux-Arts » qui serait intéressé et serait plus à même que nous de l’utiliser et de le mettre en valeur.
 [21]

« La Lyonnaise de Rodin » à Mornant, puis Morestel

Les démarches d’Hubert Thiolier n’ont pas été vaines puisque le Musée des Arts Décoratifs prête une sélection d’œuvres de l’artiste à la mairie de Mornant qui organise une exposition dans sa Maison de Pays du 8 mai au 9 juin 1991. Evoquant « La Lyonnaise de Rodin qui, comme Camille Claudel, fut disciple de Rodin », le quotidien Lyon-Matin rend compte de cette première exposition depuis 35 ans à Mornant. La Maison de Pays de Mornant permet de redécouvrir une artiste lyonnaise inconnue, dont les œuvres n’avaient pas été exposées depuis 1956. Elles constituent une vraie surprise et une très belle exposition. [22]

Madame Élisabeth Hardouin-Fugier, professeur d’histoire de l’art à l’université, admiratrice de Jeanne, proposa en 1987 à Isabelle Duperray-Lajus comme sujet pour son mémoire « La vie et l’œuvre de Jeanne Bardey ». A l’occasion de cette exposition elle a donné une conférence sur « Rodin, le maître et ses élèves », le jeudi 23 mai 1991, à la mairie de Mornant .

Dix ans plus tard, c’est la Maison Ravier à Morestel qui est à l’initiative d’une nouvelle manifestation : « Jeanne Bardey, Portraits : sculptures, dessins » du 4 mars au 4 juin 2001. Cette exposition d’une importance exceptionnelle tant par le nombre que par la rareté de leur présentation, réunira près d’une centaine de ses créations et permettra de mieux connaître cette portraitiste de talent dont Rodin avait remarqué le « don de voir ». [23] Nathalie Lamberton, commissaire de l’exposition, est la toute nouvelle animatrice culturelle de la Maison Ravier. Elle fait ses armes, si je puis dire, avec Jeanne Bardey.

Le « Dauphiné Libéré » invite fortement ses lecteurs à venir voir cette exposition que même les néophytes sauront apprécier. Féminité et sensualité sont au centre de ce parcours captivant où s’enchaînent, pour la beauté du regard, des sculptures empreintes d’infinie tendresse, des dessins au trait cursif ou des masques poursuivant la tradition héritée de ceux funéraires de l’Égypte antique. Jeanne Bardey, dont l’un des maîtres incontestés fut le peintre corbelinois François Guiguet, et qui a eu la chance d’être épaulée ensuite par Auguste Rodin, a, tout au long de sa carrière, pu ainsi multiplier les moyens d’expressions artistiques . [24].

Des œuvres empreintes de sensualité, de passion ...

« Le Progrès  » évoque le portrait de Jeanne, peint par François Guiguet en 1910, il révèle une femme élégante, au port altier et au regard à la fois doux et ferme, intelligent et sensuel, et « dont la fixité avait la singulière et l’intensité hypnotique des mystiques et des voyants », comme l’expliquait Camille Mauclair, critique d’art de l’époque. Comme l’avait également remarqué Rodin après avoir vu ses dessins la première fois, la « vision pénétrante » qu’elle portait sur le monde était un véritable don. Un don éclatant de manière si évidente parmi le choix de sculptures et de dessins exposés à Morestel, empreints de sensualité, de passion, d’érotisme, qu’elle mérite largement de sortir de l’ombre de Rodin où l’on a trop tendance à l’enfermer. [25].

Les 2 expositions de Mornant et de Morestel ont permis au grand public de redécouvrir les œuvres de cette artiste tombée dans l’oubli.
Allaient-elles encourager de nouvelles initiatives, on peut l’espérer ?

Ainsi en mars 2010 la commune de Vourles organise une exposition sur « La femme et les artistes lyonnais », qui rend hommage à la femme au travers de cent vingt tableaux et d’une vingtaine de sculptures, soit deux siècles d’histoire de l’art. Jeanne Bardey n’a pas été oubliée puisque 5 sculptures et un autoportrait figurent parmi les œuvres exposées.

Après Vourles, le conseil municipal de la commune de Saint-Andéol-le-château, à l’initiative de Michelle Brottet et Louis Tosolini, dans sa séance du 15 mars 2012, a décidé de baptiser du nom de Bardey la salle du conseil, également appelée salle des mariages. Il entendait ainsi rendre hommage à la fois à Louis, peintre-décorateur et à Jeanne, sculptrice. .Au château de Saint-Andéol, ancienne propriété de la famille Souchon Neuvesel, fondatrice du groupe BSN (Danone) et aujourd’hui siège de la mairie, Louis Bardey avait réalisé les peintures murales.

JPEG - 52 ko
Affiche de l’exposition au Musée Paul Dini

En 2014, au Musée Paul Dini à Villefranche, lors d’une passionnante exposition "Les lyonnais rencontrent l’Orient", j’ai découvert plusieurs œuvres de Jeanne Bardey, sélectionnées par Sylvie Carlier, la conservatrice, rappelant ses séjours en Égypte et son voyage en Chine.

Et Lyon ? Pendant plus de cinquante ans la capitale des gaules a tout simplement ignoré la sculptrice de la rue Robert. Pourtant un événement allait la ramener sur le devant de la scène.
Le 23 décembre 2012, je recevais un courriel de la petite-fille de Monsieur Pierre Aimont, le propriétaire de la maison de Mornant, qui s’inquiétait de l’avenir de ce lieu. « J’ai effectivement toujours eu conscience que la maison de mes grands-parents - autant dire la maison de Jeanne Bardey- était un lieu d’exception, de plaisance, et de création. Ma mère et ma tante en sont à présent les propriétaires, mais la situation familiale est telle qu’elles ont commencé à envisager de la vendre. Bien avant le décès de ma grand-mère en avril dernier, les promoteurs immobiliers avaient déjà frappé à la porte, fort intéressés ainsi que vous pouvez l’imaginer, par ce grand-terrain à l’entrée de Mornant » L’inquiétude de ma correspondante s’est rapidement confirmée.

Onze sculptures de Jeanne Bardey vendues aux enchères

Quelques temps plus tard, Monsieur Gérard Bruyère, conservateur au Musée des Beaux-Arts, m’informe qu’une vente aux enchères d’œuvres de Jeanne Bardey est organisée par l’hôtel des ventes de la presqu’île le 18 mars 2013. J’ai pu vérifier que ces œuvres provenaient de la maison de Mornant. L’événement est largement relayé par les médias : quotidiens lyonnais, journaux gratuits, télévision ..., juste revanche pour une artiste que sa ville natale avait complètement oubliée.

JPEG - 31.1 ko
Jeanne Bardey, tête de femme en terre cuite signée
(Photo Hôtel des ventes Lyon-presqu’île)
Hauteur 18,5 cm

Bien entendu, je suis allé en salle des ventes pour voir les œuvres mises aux enchères. J’ai tout de suite flashé sur une petite tête de femme en terre cuite (évaluée au départ à 300-400 €) dont je rêvais devenir propriétaire. Ne pouvant me déplacer au moment de la vente, j’’ai fait une proposition de 1200 €, qui a été largement dépassée puisque cette petite sculpture est partie à 2000 €.

Je voudrais aussi saluer l’initiative prise par la municipalité de Saint-Andéol-le-château qui, à l’occasion de cette vente, a fait l’acquisition d’une sculpture de Jeanne Bardey qui trône maintenant dans la salle des mariages. [26]

JPEG - 26.6 ko
Extrait de la une du bulletin municipal de St Andéol le château

Voulant apporter ma propre contribution pour faire connaître l’artiste, j’ai pris l’initiative de l’émission d’un timbre-poste personnalisé. J’avais aussi le projet d’une émission philatélique en 2017, à l’occasion du centenaire de la mort d’Auguste Rodin, associant le grand sculpteur à ses deux célèbres élèves Camille Claudel et Jeanne Bardey. Le dossier a été examiné, il est inscrit au programme philatélique 2017. [27]

JPEG - 13.4 ko
Timbre Jeanne Bardey (La Poste)
Torse de femme, œuvre exposée au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Puis, avec mes photos des œuvres de Jeanne Bardey déposées au Musée des Beaux-Arts, que j’avais prises grâce à l’amabilité de Monsieur Stéphane Paccoud, j’ai réalisé un livre-photos. J’en ai donné officiellement un exemplaire à la Bibliothèque du Musée le 6 janvier 2015. Ensuite j’ai remis deux autres exemplaires, l’un à la Bibliothèque Municipale de Lyon et l’autre à la Bibliothèque du Musée Rodin à Paris.

Je ne peux donc qu’encourager les initiatives prises pour valoriser l’œuvre de Jeanne Bardey. On peut très bien imaginer qu’une salle de l’école des Beaux-Arts ou une rue de Lyon soient baptisées du nom de cette artiste. Je dois à ce propos signaler une conférence organisée le 25 mars dernier par le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs, où Monsieur Maximilien Durand, conservateur de ces musées a présenté « L’empreinte du maître : Jeanne Bardey et Auguste Rodin » : Je suis transformée, de marbre je deviens l’être pensant.

JPEG - 14.4 ko
Jeanne Bardey, buste d’Auguste Rodin (Musée des Arts Décoratifs)
Terre cuite peinte imitant le bronze, Paris 1916
(Inventaire Bardey, n° 121)

Conclusion

Avec ce 10e épisode s’achève cette biographie de Jeanne Bardey, que j’ai pu réaliser grâce aux archives consultées et aux témoignages de ceux et celles qui l’ont approchée. Mais il reste beaucoup de points à compléter pour lesquels je n’ai pas trouvé la documentation nécessaire, notamment les nombreuses expositions auxquelles elle a participé : Londres, Amsterdam, Venise, Rotterdam, Zurich, Berne, Genève, Liège ... Elle a aussi été membre du jury du salon d’automne, ainsi que celui de l’École des Beaux-Arts de Lyon. Elle a assuré la formation gratuite d’élèves étrangers. L’interrogation des Archives Nationales ne m’a pas permis de retrouver la trace des prix Morancé et Conté qui lui ont été attribués. De nombreuses zones d’ombre subsistent. La recherche sur cette artiste lyonnaise est donc encore à poursuivre, avec la découverte de nouvelles sources. N’hésitez donc pas à me faire part de toute information que vous pourriez détenir. J’espère que d’autres personnes, passionnées par son œuvre, prendront le relai pour la faire connaître.

Liens

Sources

  • François Karolszyk
  • Isabelle Duperray-Lajus
  • Archives Varille
  • Bibliothèque Municipale de Lyon
  • Musée des Arts Décoratifs
  • Musée des Beaux-Arts de Lyon
  • Musée Paul Dini à Villefranche-sur-Saône
  • Maison Ravier, Nathalie Lebrun
  • Mairie de Saint-Andéol-le-Château.

P.-S.

J’en profite pour remercier celles et ceux qui m’ont accompagné ou aidé au cours de ces quatre ans :

  • Christianne, ma femme, pour la relecture et la correction des articles
  • Madame Varille et son neveu Monsieur Denis Bayada
  • Madame Annie Humbert
  • Madame Isabelle Duperray-Lajus
  • Madame Gouttard, la petite nièce de Jeanne Bardey et Madame Chantal Janin qui m’a permis de la connaître
  • Monsieur François Karolszyk et Madame Evelyne Copin-Gros qui m’a permis de le rencontrer
  • Madame Annick Baumgartner
  • La Maison Ravier, et en particulier Nathalie Lebrun
  • Le Musée Rodin, et en particulier Sandra Boujot, archiviste
  • Le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs, et notamment Madame Mathieu (crédit photographique), Madame Lecacheux (Centre de documentation et Archives du legs Bardey)
  • Le Musée des Beaux-Arts de Lyon et en particulier Mesdames Dominique Dumas (bibliothèque), Penot Ewa (service Image), Messieurs Stéphane Paccoud et Gérard Bruyère (conservateurs), Henrique Simoes (crédit photographique)
  • Les Archives Municipales de Lyon et en particulier Mesdames Catherine Dormont (directrice-adjointe) et Chiron-Dorey
  • La Bibliothèque Municipale de Lyon, et en particulier Madame Anne Meyer (documentation régionale), Monsieur Yann Kergunteuil (fonds ancien) et le guichet du savoir
  • Les Archives Départementales du Rhône
  • Les Archives Diocésaines de Lyon
  • L’Institut Lumière, Monsieur Jean-Marc Lamotte
  • Le Musée d’Orsay, en particulier Madame Nadège Horner
  • Les Archives Nationales
  • La Bibliothèque Nationale de France, Gallica
  • La Mairie de Lyon, Madame Thérèse Rabatel adjointe au maire
  • La Mairie de Lyon 2e, Madame Marie-Ange Mats
  • La Mairie de St Andéol-le-château, et notamment Madame Michelle Brottet et Monsieur Roland Montserret
  • La Mairie de Mornant, Madame Sarah Maisonhaute et Monsieur Dutel
  • Et bien sûr je ne voudrais pas oublier de remercier Thierry Sabot qui a bien voulu publier cette série d’articles

Notes

[1Le Progrès du 14/10/1954

[2Le Tout-Lyon 11/11/1954

[3Le Progrès 13/06/1956

[4L’Écho-Liberté 10/06/1956

[5Madame Degabriel, artiste peintre (1900-1984)

[6Voir Hubert Thiolier, les peintres lyonnais intimistes

[7L’Écho-Liberté 21/06/1957

[8Extrait de la lettre du 12/12/1958 de Jean Varille à Monsieur Lucien Chatin

[9Lettre d’Henriette à Jean Varille du 12/12/1958

[10Note biographique du Musée des Beaux-Arts signée J.H

[11Note biographique du Musée des Beaux-Arts signée J.H

[12Archives Municipales de Lyon, convois mortuaires1899 W 056

[13Bulletin Municipal de Lyon du 13/12/2010 Histoire d’un legs par Dorothée Lécrivain, alors assistante de conservation au Musée des Tissus et au Musée des Arts Décoratifs de Lyon

[14Société Rémy Samson et Philippe David, notaires, 38 quai Saint Antoine, détentrice des minutes de Maître Morin

[15Jean Rochedix, L’Écho-Liberté du 31/12/1960

[16François Auguste Ravier (1814-1895)

[17Marie-Louise Degabriel (1900-1984)

[18Lettre d’Hubert Thiolier à Pierre Arizzoli-Clémentel du 10/09/1990

[19Réponse de Pierre Arizzoli-Clémentel du 27/09/1990

[20Lettre d’Hubert Thiolier à Jean Chemin Directeur Général de la Chambre de commerce de Lyon du 25/03/1991

[21Réponse de Pierre Arizzoli-Clémentel à Hubert Thiolier du 10/06/1991

[22Lyon-Matin18/05/1991

[23Essor de l’Isère 02/03/2001

[24Le Dauphiné Libéré du 24/04/2001

[25Le Progrès du 06/03/2001

[26Voir le Bulletin Municipal de Saint-Andéol-le-château de juin 2013

[27Journal Officiel de la République Française du 07/08/2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

16 Messages

  • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 18 septembre 2015 12:10, par Pierrick Chuto

    Bravo André
    Vous auriez mérité qu’on vous offre une des œuvres de Jeanne Bardey mises aux enchères.
    Et maintenant, qui allez-vous nous faire découvrir ?
    Amicalement
    Pierrick Chuto
    http://www.chuto.fr/

    Répondre à ce message

  • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 18 septembre 2015 12:47, par Martine Hautot

    Bonjour , André

    Vous lui avez dressé une fort jolie statue !
    Bien cordialement,
    Martine hautot

    Répondre à ce message

  • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 18 septembre 2015 15:00, par lorraine D lagesse

    MERCI merci mille fois a Mr T SABOT de nous permettre a travers son site d élargir nos connaissances ... surtout celle de cette dame dernière élève de RODIN. Quelle vie passionnante... et espérons que sa mémoire sera pour longtemps, gardée parmi nous...Cordialement LDL
    _

    Répondre à ce message

    • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 22 septembre 2015 16:13, par André Vessot

      Merci pour votre message, j’espère que mes articles auront bien modestement contribué à garder le plus longtemps possible la mémoire de cette dernière élève de Rodin.

      Comme vous, je rends grâce à Thierry Sabot de nous permettre de partager et d’élargir nos connaissances.

      Cordialement.

      André Vessot

      Répondre à ce message

  • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 25 septembre 2015 11:45, par GILBERT-TEMPLIER

    Passionnant, merci pour ce très beau portrait
    Cordialement
    Anne-Marie GILBERT-TEMPLIER

    Répondre à ce message

  • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 6 octobre 2015 12:18, par danièle Treuil

    Je trouve votre article avec retard, car j’étais absente depuis quelque temps. Bravo André d’avoir été si loin dans votre recherche, car vous étiez parti de presque rien un nom sur un tableau, retrouvé dans des documents de famille, signé par une dame inconnue. C’était une énigme et je comprends que vous ayez eu envie de pénétrer ce mystère. Quelle passionnante aventure, qui nous a entraînés dans la découverte d’une artiste inconnue de beaucoup. Quel talent pourtant, exercé sous des formes multiples et à travers un nombre d’oeuvres très important ! Il en a fallu du temps pour qu’elle soit reconnue de son vivant comme elle le méritait, hors d’un cercle restreint. A travers elle, on comprend combien il était difficile pour les femmes artistes de s’imposer. Est-ce tellement différent aujourd’hui ? Pourquoi a-t-elle été oubliée pendant tant d’années ?

    Grâce à vous et à quelques uns, elle revient parmi nous. Je serai contente, lors d’un prochain voyage à Lyon, de pouvoir admirer quelques unes de ses oeuvres, dont les belles photos que vous avez réalisées nous ont séduits.

    Merci André pour ce long travail qui a demandé beaucoup de ténacité et patience. Mais quel résultat !
    Bien cordialement. Danièle Treuil

    Répondre à ce message

    • Bonjour Danièle,

      Merci pour vos commentaires. J’ai eu beaucoup de plaisir à faire ce travail de recherche et d’écriture. Cela a été l’occasion de très riches contacts avec des personnes qui ont connu l’artiste. La plus grande difficulté est de faire reconnaître cette artiste dans sa propre ville natale.

      Par contre j’ai eu beaucoup de retours de la région de Mornant où Jeanne avait une maison. Cette maison a été ouverte à l’occasion des journées du patrimoine, car il y a encore des fresques réalisées par Jeanne. Une nouvelle exposition de ses œuvres pourrait être organisée à Mornant en 2016 ou 2017 (année du centenaire de la mort de Rodin. Et de toutes façons un timbre va être édité par la poste en 2017.

      Si vous avez l’occasion d’aller au Musée Rodin à Paris vous pouvez y voir mon livre-photos des œuvres de Jeanne au Musée des Beaux-Arts de Lyon. A défaut je vous le montrerai lors d’un prochain voyage que vous ferez à Lyon, nous avons toujours plaisir à vous rencontrer.

      Tout en continuant mon travail sur Jeanne Bardey pour la faire connaître, je vais m’attaquer à d’autres sujets pour nourrir la gazette de Thierry Sabot.

      Mes amitiés à Jean-Pierre. Je vous embrasse.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

      • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 26 avril 2017 16:23, par Danièle VAN EYCKEN

        Bonjour,
        L’exposition à Mornant sur Jeanne Bardey aura lieu du 29 avril au 5 Juin 2017 à la Maison de Pays.
        J’ai eu le plaisir de visiter sa maison et admirer les fresques murales et le magnifique plafond de la pièce de vie. Espérons que le prochain propriétaire saura conserver ce patrimoine.
        Amitiés. Danièle Van Eycken

        Répondre à ce message

  • Cher monsieur, je vous félicite et vous remercie de ce travail de mémoire sur Jeanne Bardey.
    Je viens de créer un site (rhonestampe.fr) consacré à l’estampe et à la mémoire d’artistes plus ou moins oubliés ayant travaillé le long du Rhône, dans le souci de continuer à faire vivre leur oeuvre.
    A l’occasion de mes recherches, j’ai rencontré le travail de Jeanne Bardey et j’ai largement profité de votre récit pour étoffer la notice biographique que je lui consacre.
    Cordialement
    Philippe Brunel

    Répondre à ce message

  • Jeanne BARDEY et Alexandre VARILLE 4 décembre 2017 11:17, par Pierre Bernard LOISEAU

    Bonjour
    Etant à un colloque prochainement au Cercle Victor Loret à Lyon,j’aimerais consulter les archives de Jeanne BARDEY sur ses relations avec l’égyptologue Alexandre VARILLE notamment à Louxor et les relevés réalisés par elle et sa fille Henriette.
    Avec mes remerciements
    Pierre Bernard Loiseau
    Cherchant en Egyptologie

    Répondre à ce message

    • Jeanne BARDEY et Alexandre VARILLE 4 décembre 2017 16:50, par André Vessot

      Bonsoir Monsieur,

      Vous pouvez vous reporter à mon ouvrage publié en octobre 2016, mais concernant les relevés faits à Louxor vous ne trouverez pas d’autres éléments. Mon livre reprend en grande partie mes articles publiés sur ce site (8e et 9e partie). Je me suis beaucoup appuyé sur le fonds Varille aux Archives Municipales de Lyon.

      Par contre je vous conseille de vous mettre en relation avec Clément Migeon, qui est en train de préparer un mémoire sur « La rencontre avec l’Orient : l’Égypte de Jeanne Bardey ». Il vous en dira certainement plus que moi. Je vous donne son adresse mail : c.migeon@hotmail.fr
      Contactez-le de ma part.

      Cordialement.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

  • Jeanne Bardey, dernière élève d’auguste Rodin (10e épisode) 4 décembre 2017 22:14, par Pierre Bernard Loiseau

    Bonsoir Monsieur Vessot
    Je viens de lire vos textes 8 et 9 qui m’ont ouvert des perspectives de recherches dès demain je commande votre livre aux éditions Bellier.
    Je vie s d’adresser un courriel à Monsieur Migeon.
    En vous remerciant recevez Cher Monsieur Vessot mes cordiales salutations.
    Pierre Bernard Loiseau
    Cherchant en Égyptologie

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP