www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chroniques de nos ancêtres » Chez nos ancêtres en Haut-Vivarais » Retrouvé mort, la tête dans une province, les pieds dans une autre (...)

Retrouvé mort, la tête dans une province, les pieds dans une autre !


jeudi 23 novembre 2017, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Mai 1750, en Haut Vivarais, un Maître Chirurgien rend visite à son patient dans le village voisin. Le lendemain, de retour à son chevet ; il a la désagréable surprise de le trouver étendu dans la rue... et en plus, son corps est à cheval sur deux provinces !

« Les pieds dans le Forez (et) le reste dans le Vivarez » : une enclave du Forez en Vivarais

JPEG - 131.2 ko
BMS de Nozières (1737-1767) vue 239/498

« Rapport par moy Jean Besset, maître chirurgien habitant du lieu et paroisse de Labastie dandaures que le dousiéme may mil sept cens cinquante, je me transporte au lieu et paroisse de Nosières pour voir et visiter sieur Jean Chalaye, bourgeois habitant de La Valete, paroisse dudit Nosières sur l’antrée de la nuit, l’ayant visité.
Le lendemain, treisième dudit (mois de mai 1750) l’ayant trouvé mort couché à travers la rue dudit Nosières, auprès de la grande crois alant à La Loués, les pieds dans le Forez (et) le reste dans le Vivarez.
L’ayant visité et palpé, ne luy ayant trouvé aucune plaie, seulement le sang estransé ? (répandu ?) au dessous de son corps ; que le juge (dit) quil est mort d’une apoplexie qui la surpris en chemin. Et tout ci-dessus je certifie contenir vérité.

En foy (de quoi) avons signé le présans rapport pour servir et valoir ce que de raison ; à Nosières, le susdit jour et an que dessus ; le tout en presance de Jean Larderol, Joseph Boveil, Mathieu Doré, Jean Boissier et plusieurs habitans dudit Nosières. Besset ».

JPEG - 114.3 ko
BMS de Nozières (1737-1767) vue 241/498

« Le 13e may 1750 fut inhumé dans le cimettière de cette église, Sr Jean Challaye, bourgeois de La Vallette, décédé ainsi quil appert du rapport de Mr Besset maître chirurgien de Labastie dandaures, cy joint ?, âgé d’environ 62 années.
Fait en présence de Jean Claude Malpeux ? du lieu de Chambon de Malfragnier ?, de Louis Boissié de celuy de Malfragnier ?, le tout en cette paroisse ; illetérés comme ils ont déclaré, enquis et sommés…Desnotre, curé ».

En effet, "Rochebloine ou Rocheblaine, quoique enclavé dans les montagnes du Vivarais, dépendait du Forez. Cette châtellenie comprenait la paroisse de Paillarez et partie de celles de Saint-Félicien et de Nozières. On voit encore sur la commune de Nozières les ruines du château en question. La mouvance de cette terre, après avoir appartenu pendant près d’un siècle et demi aux Dauphins de Viennois, revint en 1296 aux comtes de Forez, par le mariage d’Alix de Viennois avec Jean Ier"  [1].

Rochebloine, terre du Forez en Vivarais

Cette situation anachronique remonte à la veille du XIVe siècle. Dans le « Bulletin de la Diana » de 1976, nous lisons cette explication :
« Le comte (Jean de Forez) reçoit « feudum et hommagium » (foi et hommage) sur …/… le château et mandement de « Ruppis Blaone » (Rochebloine), en toute juridiction et qui devint siège d’une curieuse châtellenie comtale au cœur du Haut-Vivarais. Elle comprenait, en effet, la paroisse de Pailharès, une partie de Saint-Félicien, la majeure partie de Nozières (le bourg restant en Vivarais fin du XVIIIe siècle), sur la rive gauche du Doux ; Colombier le Jeune sur la rive droite…/…De tous ces châteaux et seigneuries, notamment de Malleval et Rochebloine, le comte fait hommage à l’archevêque de Vienne le 31 mai 1296 ».

L’abbé Rouchier dans son « Histoire religieuse, civile et politique du Vivarais », (1861) écrit : La puissance que s’attribuaient les archevêques de Lyon dans le Vivarais était fondée sur des droits anciens, respectables, dont l’origine remontait, comme on l’a vu, bien au-delà des concessions que ces prélats avaient obtenues soit des premiers successeurs de Charlemagne, soit des rois de Provence et de Bourgogne.

Mais cette puissance, continuellement battue en brèche par les barons du voisinage les plus entreprenants, finit par céder devant les envahissements progressifs de ses redoutables adversaires.
Une charte de l’année 961 constate qu’à cette époque déjà toute la rive droite du Doux jusqu’au lieu de Lamastre, soumise jadis à la juridiction des archevêques de Lyon, avait passé sous la domination des comtes de Valentinois.

Lorsque ces prélats virent que, de l’antique et riche apanage de leur Église dans ces contrées, il ne leur restait plus que quelques lambeaux de domaines qu’ils avaient beaucoup de peine à défendre, ils prirent le parti d’inféoder, sous des conditions que nous ne connaissons pas, le château de Tournon à un seigneur du pays, qui devint la tige de l’illustre famille de ce nom ; ils investirent les dauphins de Viennois, dans la personne de Guigues André de Bourgogne, de la suzeraineté des deux seigneuries d’Annonay et d’Argental, sous la réserve de l’hommage simple et de l’obligation, pour les dauphins, de secourir en cas de guerre l’Église et le chapitre de Lyon contre leurs ennemis ; enfin ils cédèrent aux comtes de Forez les autres fiefs qu’ils possédaient à la gauche du Doux ; c’étaient entre autres les terres de Retourtour, de Rochebloine, de Saint-Félicien, de Pailharès et de Deyras, qui furent depuis lors hommagées par leurs divers possesseurs aux comtes de Forez.

Il est probable que cette dernière cession coïncida avec l’abandon plein et entier que fit le comte Guigues II de tous ses droits sur le comté de Lyonnais en faveur de l’archevêque et du chapitre de Lyon par un traité conclu en 1173 et confirmé la même année par une bulle du pape Alexandre III.

Mais quelles que soient l’époque et les circonstances au milieu desquelles s’accomplit le changement dont nous parlons, son souvenir est resté fortement empreint dans la circonscription politique de la province. C’est par là que l’histoire explique l’étrange anomalie que présentait autrefois ce qu’on appelait l’île de Pailharès ou châtellenie de Rochebloine et l’île de Colombier-le-Jeune, deux enclaves du Forez ou fractions de territoire s’étendant en totalité ou en partie sur les paroisses de Pailharès, de Nozières, de Saint-Félicien et de Colombier-le-Jeune, qui, depuis le treizième siècle, furent réputées terres forésiennes, et, comme telles, détachées de l’intendance du Languedoc et annexées au Lyonnais pour les affaires civiles, quoique situées pour ainsi dire au centre du Vivarais.

Frontière entre Forez et Vivarais

Cette situation n’est pas, on s’en doute, sans causer de réels soucis aux habitants de ces villages !

Où passait cette limite entre Forez et Vivarais ? Albin Mazon précise :
« L’enclave de Pailharès ou châtellenie de Rochebloine et celle de Colombier-le-Jeune s’étendaient sur les territoires des communes actuelles de Pailharès et Nozières, de Saint-Félicien et Colombier-le-Jeune, formant deux îlots foreziens en terre vivaroise, qu’on trouve marqués par un pointillé spécial dans la carte de l’ancien diocèse de Viviers et même dans celle de Cassini. A Pailharès, les traditions locales montrent encore le quartier du Forez et le quartier du Vivarais » [2]

Sur cette carte de Cassini, nous avons, sur la gauche et en pointillé, le tracé de cette « frontière ». La plupart des noms de lieux cités y sont indiqués :

JPEG - 347.6 ko
Carte de Cassini

Comme il fallait s’y attendre, dans un souci de simplification, l’Assemblée nationale décrète dans sa séance du 26 janvier 1790, « que les paroisses de Colombier-le-Jeune, Rochepaule, et Nozières, enclavées dans le Vivarais, et indépendantes du Forez, seront réunies au département du Vivarais. »

Notes

[1"Essai historique sur la baronnie de Clérieu", d’Anatole de Gallier, 1868.

[2« Revue du Lyonnais » (1888, série 5 - vol. n°5) Voir l’article complet sur : http://collections.bm-lyon.fr/PER00290019

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • Bravo pour cette histoire mais elle n’est pas unique.
    De nos jours, il existe encore quelques « drôleries » de ce genre. Par exemple des fermes coupées en deux, des bâtiments sur une commune, et d’autres sur la commune voisine (communes de Triguères et Châteaurenard dans le Loiret) et une autre non seulement à cheval sur deux communes mais aussi deux départements (communes de Fontenouilles (89) et Triguères (45).
    Egalement une forêt (ou plutôt un « bois ») à cheval sur deux département avec des règlements de chasse différents ; malheureusement on n’a pas encore appris à lire aux sangliers !!!!!

    Répondre à ce message

  • J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article sur le décés de Jean Chalaye, bourgeois de la Valette...D’autant que celui-ci est peut-être un descendant d’une branche de mon arbre...
    Ce qui me permet de vous indiquer le nom du témoin figurant dans le second acte...Jean Claude MALSERS du lieu du Chambon de Malsers à Nozières. Quand au curé il s’agit de DESNOTS...
    Les explications qui suivent sur les terres Ardéchoises sont d’autant plus intéressantes !...Vive la gazette et vive l’Ardèche !

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Mon mari est originaire du NORD, et il y a un village GOGNIES-CHAUSSEE à cheval entre la FRANCE et la BELGIQUE, donc avec un Maire pour la partie Française et un Bourgmestre pour le côté Belge. Effectivement, dans mes souvenirs, le côté Belge est + commerçant que le Français.
    Catherine

    Répondre à ce message

  • Le franco-suisse a La Cure est egalement a cheval sur la frontiere. Sa situation geographique a ete mise a profit lors de la derniere guerre.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP