www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chroniques de nos ancêtres » Sortir de l’impasse… la chance aidant

Sortir de l’impasse… la chance aidant


jeudi 26 juin 2014, par Jean Magnier

Répondre à cet article

Tantôt sifflotant, tantôt pestant, je progressais depuis des mois sur les routes et chemins généalogiques menant chez mes ancêtres maternels.
Je repérais parfois quelques cailloux blancs semés à mon intention par un mien cousin qui m’avait précédé : grâce lui soit rendue ! Tous mes grands remerciements allaient aussi aux services des Archives départementales de l’Allier offrant en ligne les meilleurs guides de randonnées.

Ce matin-là, 6 fructidor an X [1], je m’étais aventuré au cœur des Bois noirs, dans la Montagne bourbonnaise et j’arrivais à Ferrières, chez les Pions, rudes gaillards … et gaillardes !

Devant le citoyen-maire Gonnard, s’unissaient par le mariage : Etienne Vallard (le Jeune !) avec Anne - - - ?

« … ont comparus … Etienne Vallard né le dix sept janvier mil sept cent quatre vingt un fils a Matthieu et a deffunte Marie Ratier, tous propriétaire habitant au village Pion . . . et Anne fille naturelle de deffunte Françoise Fradin né le neuf septembre 1777 . . . ».

La nature avait décidé de se mettre en travers de mon chemin en dissimulant l’identité du papa de la future !

Le secrétaire de mairie chargé d’établir la table décennale des mariages confirmait lui aussi (naturellement), la filiation anonyme :

« Valard Etienne – Anne - - - - 6 fructidor an 10 »  

Toutefois une brèche était ouverte dans la barricade du silence : la date de naissance d’Anne.
Hélas, il fallut d’abord déchanter, le lieu n’était pas précisé et . . . ce n’était pas Ferrières.
Il faudra donc contourner l’obstacle et explorer les communes voisines.

C’est mon expérimenté cousin qui, le premier, mit l’œil sur l’acte recherché.
« Anne XXX » avait été baptisée à Laprugne, village voisin..
Maigres indices : la localité mais aussi les parrain-marraine, Claude Goutorbe/Anne Moussière, seraient-ils liés au père ?

S’en suivirent de longues, filandreuses et vaines recherches en milieux post-révolutionnaires.

L’obstination finit par gagner !
J’en témoigne : la chance peut sourire à ceux qui la tentent.

Premier sourire éclatant à l’attention de mon dit cousin. Il découvre au Mayet de Montagne, le 20 thermidor an VII [2], un acte de mariage « prêt à l’emploi », entièrement rédigé à l’évidence quelques jours avant la cérémonie . . . Anne a retrouvé un papa !

« . . . sont comparus . . . pour contracter mariage :
d’une part Claude Picarles . . .
d’autre part Anne Goutorbe . . . fille naturelle a Jean Goutorbe et a Françoise Fradin, sa mère. . . » .

Toutefois, évènement rarissime, l’acte est énergiquement barré de deux croix et a reçu en marge la mention « nul » ainsi qu’un post-scriptum :

« Le mariage n’a pas eu lieu en conséquence l’acte devient nul et comme non fait ».

JPEG - 319.6 ko
2 Mi EC144 3 - BMS 1771-1792 - Le Mayet-de-Montagne - vue 550/645.
JPEG - 344.8 ko
2 Mi EC144 3 - BMS 1771-1792 - Le Mayet-de-Montagne - vue 550/645.

Pauvre Anne, puisque c’est bien elle la malheureuse héroïne de ce rebondissement dramatique !
Ma sympathie attristée se porte également vers Claude, futur à jamais, sans doute tout aussi désemparé.

Pour les descendants d’Anne, une lumière s’allume quant à sa filiation du côté des Goutorbe : Jean le père et Claude peut-être un tonton ?

Dans le même temps, deux nouvelles énigmes surgissent qui sont à éclaircir : quel(s) événement(s) a (ont) pu provoquer l’annulation du mariage ? Comment comprendre que le nom du père soit ignoré trois ans plus tard comme on l’a vu, lors du mariage avec Étienne, à Ferrières ?

Mes recherches dans l’intérêt des familles vont donc reprendre, plus opiniâtres que jamais et . . . tout aussi décevantes.
A quatre lieues à la ronde, je rencontre 2, puis 5, 10, 12 Jean Goutorbe en âge de procréer !
Tous récusent la paternité.
C’est alors que la chance magnanime va se manifester à nouveau.
En tamisant une fois de plus le terreau de Laprugne, la pépite va surgir !
Au beau milieu du registre des naissances, le 26 prairial de l’an X [3] se cache l’improbable acte de reconnaissance et adoption d’Anne Goutorbe !

… Jean Goutorbe agé de quarante cinq ans [domicilié au lieu Gamet commune de St
Priest . . . departement de Loire, renvoi approuvé] lequel
a déclaré adopter pour son enfant et pour jouir des droits
qui sont ou seront en pareil cas reglés par la loi la
personne de Anne XXX fille de Françoise Fradin la ditte
Anne XXX fille naturelle et reconnue par la ditte Françoise
Fradin sa maire ainsi qu’il est prouvé par son acte de naissance
la ditte Anne XXX n’ayant pas de père connu le dit Jean
Goutorbe declare qu’elle est vraiment sa fille naturelle
et l’avoir eu de Françoise Fradin quoi que non mariés
et vouloir lui faire porter le nom de Anne Goutorbe
la ditte Anne Goutorbe adoptée accepte l’adoption à
elle faite par le dit Jean Goutorbe quelle reconnais pour
son père naturel.

JPEG - 166.6 ko
Registre 2 MI EC136 3 Laprugne-N (1801-1822) vue 209/595.

La voie est libre, je peux poursuivre mon chemin vers Saint-Priest où je vais faire connaissance de mes Goutorbe !

Deux hypothèses peuvent être avancées pour résoudre les énigmes collatérales :

  • Anne déclarée sans père connu lors de son mariage le 24 août 1802 ?
    L’acte d’adoption et reconnaissance rédigé le 13 juin à Laprugne n’aurait pas été porté officiellement à la connaissance du maire de Ferrières dans les délais nécessaires pour la publication du mariage.
  • Annulation in extremis du mariage avec Claude Picarles en 1799 au Mayet ?
    Si le lien de paternité n’était pas encore officiel, il était probablement connu ou révélé à l’annonce du mariage. Or en faisant connaissance avec mes nouveaux cousins, j’ai découvert que Claude Picarles et Anne Goutorbe avaient les mêmes arrière-grands-parents. Cette consanguinité au 3e degré pourrait expliquer l’annulation.

La vie a poursuivi son cours :
Jean Goutorbe est mort célibataire, à Saint-Priest, âgé de 72 ans.
Françoise, la maman, s’était finalement mariée en 1794 au Mayet, à 41 ans. Elle est morte l’année suivante . . .
Anne a mis au monde six petits Vallard. Elle est morte à 37 ans, laissant un nourrisson qui ne survivra pas.
Étienne se remariera 4 ans après, en 1819. Il aura cinq héritiers de plus et mourra, chez Pion, à 67 ans.
Quant à Claude Picarles il a trouvé consolation et convolé deux ans après l’annulation de l’union projetée avec Anne.

Notes

[124 août 1802.

[27 août 1799.

[313 juin 1802.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

12 Messages

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 27 juin 2014 11:34, par Agnès HECTOR

    Bravo, une belle enquête !
    Les parents de Françoise FRADIN étaient-ils en vie lors de la naissance d’Anne ?
    Et, en définitive, qui est le parrain Claude par rapport au père Jean GOUTORBE ?
    Jean GOUTORBE étant mort célibataire et Françoise FRADIN ne s’étant mariée que bien tardivement après la naissance de leur fille Anne, qu’est-ce qui a pu empêcher leur union « de régularisation » ?
    Un empêchement familial, une profession ?
    Cordialement,

    Répondre à ce message

    • Sortir de l’impasse… la chance aidant 27 juin 2014 18:06, par Jean Magnier

      Merci Agnès pour l’intérêt porté à cette petite enquête.
      Je tente de répondre à vos interrogations :

      A la naissance de sa fille Anne, Françoise avait 24 ans . Elle avait perdu sa mère alors qu’elle avait 11 ans et son père à l’âge de 16 ans.

      Le parrain Claude Goutorbe était très certainement le frère ainé (43 ans) de Jean (21ans) le petit dernier de la fratrie. Leurs parents étaient également décédés, le père, Pierre, ... 9 mois, jour pour jour, avant la naissance de Anne ! Amis psychogénéalogistes bonjour !

      Je n’ai pas d’hypothèse sérieuse pour l’opposition au mariage de Françoise et Jean. Toutefois, je peux noter une différence de classe sociale : les Goutorbe, du moulin de St Priest, sont laboureurs, marchands, propriétaires, les Fradin semblent avoir eu des revers. Gilbert le père de Françoise propriétaire à son mariage est dit ensuite locataire et journalier. Son décès prématuré a sans doute laissé ses enfants dans la précarité.
      J’ajoute qu’Ils ne sont pas de la même paroisse ...

      Cordialement.
      Jean Magnier

      Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 28 juin 2014 08:28, par Monique Simon

    Bonjour !

    Quelle belle façon de raconter l’histoire de sa famille et quel courage pour arriver à démêler tous ces événements.

    Bravo !

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 28 juin 2014 16:57, par danièle treuil

    Bonjour Jean,

    C’est vraiment une bonne idée de nous raconter vos tours et détours généalogiques pour retrouver trace d’un ancêtre. Nous vous suivons étape par étape
    et l’on voit combien il faut savoir persévérer, s’éloigner quelque peu, même dans des villages à plusieurs lieues à la ronde, et travailler parfois en équipe. C’est un exemple très éclairant. De plus le récit est plaisant à lire, vivant. Un grand Bravo.

    Mais bien sûr vos trouvailles nous amènent à nous poser d’autres questions. Vous y répondez en partie, en évoquant la différence du niveau social entre les Goutorbe et les Fradin. Cette hypothèse paraît tout à fait plausible. Même si le père, étant décédé, se trouvait hors de cause pour s’opposer au mariage de Jean avec Françoise Fradin, le frère aîné Claude avait, en effet, du prendre la relève, d’autant qu’il avait presque l’âge d’être le père de son cadet ! Et l’on connaît le poids de celui qui devient le maître de la maisonnée.

    Les questions d’intérêt jouaient en effet beaucoup dans ces familles. Dans la chronique familiale que j’ai clos récemment sur ce site, je parle (épisode 42) de l’affaire Taboulet-Goutorbe (un patronyme très répandu aussi sur la paroisse de St just). Là un certain Jean Goutorbe ( déjà un jean) n’hésite pas à signer une promesse de mariage en septembre 1745 avec un dénommé Denis Taboulet, le père d’une fillette de onze ans ... qu’il épouse effectivement le 16 août 1747 (avec dispense). Il paie même aux Pras ce jour là une grande partie de la somme de plus de 4000 livres que Taboulet leur avait été estorquée en avril 1746. Il faut croire que Jean Goutorbe tenait à ce mariage...
    Je ne sais pas si la petite fille était consentante, mais on voit que les questions d’intérêt priment tout, dans un sens ou dans l’autre !

    Quant à la rupture des noces entre Anne Fradin et son promis, Claude Picarles, avant la cérémonie, c’est une autre énigme... La consanguinité certes, mais ils étaient cousins issus de germains, les dispenses étaient accordées facilement. Ceci dit, elles avaient un coût !

    On se prend à désirer en savoir sur ces familles... peut-être une prochaine fois ?

    En attendant, bel été à vous et votre famille.

    Bein amicalement. Danièle Treuil

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 16 juillet 2014 09:35, par Hélène Faudot

    Bonjour à tous, Je connais aussi ce type d’enquête, quand on bute, qu’on croit arriver, qu’un nouvel obstacle se dresse devant nous, ensuite quand on croit aboutir, un nom manque... Mais je connais aussi le plaisir ressenti quand on touche au but. C’était dans l’Ariège et la Haute-Garonne, à l’autre bout de la France, au temps où rien n’était en ligne. Mais ce plaisir est à la hauteur de la « hargne » qu’on a mise à chercher. J’ajoute que ceux qui ne connaissent que les AD en ligne ne connaissent pas cette frustration d’être loin des AD où se situent nos recherches.
    Merci pour toutes vos histoires, énigmes, recherches etc... On en redemande, moi du moins !
    Bravo !

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 16 juillet 2014 10:21, par Tachon Deshayes

    Bonjour,

    Quel art de savoir transcrire ses émotions et recherches. Une bonne leçon de courage et l’opiniâtreté vous distingue et m’encourage. Merci beaucoup. J’aimerais lire des histoires de famille plus souvent.

    Bonne continuation

    amicalement

    Béatrice TACHON-DESHAYES

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 16 juillet 2014 12:44, par GOUTORBE

    Bonjour,

    Moi aussi je cherche à sortir de l’impasse et peut être que votre article sera ma chance !
    Je suis à la recherche d’un Jacques GOUTORBE ayant épousé Françoise D’Enfer (née en 1714, dcd en 1773 à St Bonnet de Joux S&L) en 1738 à St Bonnet de Joux en Saone et loire et qui était meunier à Montgrenot en Saone et Loire ainsi que son frère, Etienne meunier à Suin en Saone et Loire.
    Je ne trouve pas de lieu de naissance ou de noms des parents. J’ai répertorié 10 enfants entre 1739 et 1753. L’acte de mariage n’apporte pas beaucoup d’éléments comme vous pouvez le penser.
    J’ai vu dans le texte d’une réponse que « vos » GOUTORBE vivaient au « moulin de St Priest ». Auraient-ils été aussi meuniers ?
    Savez vous si l’un d’eux a eu un fils prénommé Jacques ?
    Merci de votre réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    je souhaitais apporter un témoignage similaire à l’attention de tous les généalogistes amateurs ayant des aïeux nés en Algérie durant la période 1830-1962.

    Bon nombre d’entre eux se sont heurtés aux « actes d’état-civil manquants » du site des ANOM. La raison principale tient dans le fait que les opérations de microfilmages furent interrompues par les autorités algériennes.

    A toutes fins utiles, je précise que je cherchais et cherche toujours dans un esprit le plus neutre possible. Je cherchais à combler le vide entre la 20e et la 28e années de la vie du père de mon arrière-grand-père Pierre-André GUIMET, né le 20 mai 1820 à Saint-Barthélémy-de Séchiliennes, en Isère.

    Que s’était il passé pour qu’il surgisse à Mustapha comme infirmier civil à l’hôpital civil d’Alger ?

    Sur ce point, les ANOM m’avait particulièrement donné du blé à moudre. De 1858 à 1868, je le retrouve plus de 2800 fois comme témoins déclaratifs de naissance, mariage et décès.
    Pour autant, je n’avais rien trouvé sur les registres des AD de l’Isère concernant une éventuelle conscription militaire, engagement militaire ou bien une réforme, ect ........

    Après 3 ans de tentatives infructueuses auprès des services de l’état-civil algériens et l’implication de plusieurs Algérois (dont l’archevêché d’Alger, un avocat d’Alger, deux Algérois et un français en voyage à Alger) la situation se débloqua partiellement. Je reçu donc la copie intégrale, certifiée conforme, acte de mariage du 20 avril 1850, absent au ANOM. J’y apprenais qu’il était terrassier et qu’il ne savait ni lire, ni écrire, ni signer. Hélas, rien sur ses antécédents militaires. L’agent des archives algériennes me livra par téléphone une information des plus troublantes : il se maria 3 fois !!!!!!!!! Comment a t’elle pu savoir cela, si ce n’est en menant sa propre enquête ! Le dernier mariage se situe en juillet 1861 à Alger, soit 11 ans après l’événement du 20 avril 1850.

    L’énigme fut résolue grâce à la connaissance aiguisée des bénévoles du GAMT. L’acte reçu d’Alger comporte une mention marginale rédigée par le greffier puis rayée par le maire d’Alger. Il y est fait mention d’un document supplémentaire annexé. En fait il s’agirait d’un contrat de mariage signé devant un Cadi. Qu’est-ce à dire ? Il se maria donc, hors le cadre institutionnel français, avec une jeune Algérienne. Cela impliquait une conversion à l’Islam et l’adoption d’un prénom musulman. Est-ce à dire qu’il avait quelques idées Saint-Simoniennes ?

    Cela m’offrit un éclairage intéressant sur sa vie : s’il se maria devant messieurs les curés en 1850 puis en 1861, ce ne fut que dans la sacristie pour recevoir une simple bénédiction nuptiale. Par la suite, il accepta que ses enfants fussent baptisés dans la chapelle catholique du dit hôpital. Cette première union explique donc l’absence d’acte d’obsèques catholiques le concernant.

    Du côté du SHD, j’avais déjà consulté quelques 200 registres matricules militaires de soldats mais en vain. J’aurais pu poursuivre avec les 200 autres que j’avais recensés mais cela n’aurait rien donné. Via Facebook, une cousine au second degrés me contacta. Je pris soin d’écouter tous les très vagues souvenirs qu’elle avait pu collecter de la part de sa mère au sujet de sa grand-mère et son arrière-grand-mère. C’est ainsi que la nouvelle fausse piste qui s’ouvrait à moi valait son pesant d’or dés lors que je la confronta à ce que je savais (autres souvenirs déformés par la transmission orale que j’avais pu corriger par des faits incontestables trouvés au ANON, Bulletin Municipal Officiel de la Ville d’Alger, journaux d’Algérie sur Gallica, Service Central de l’Etat Civil de Nantes, les Bonnes Sœurs de Nîmes, le Gamt, les archives familiales, ect, ect ....). Si le souvenir de cette soit disante branche familiale richissime et aristocratique des Guimet résidant à Luxembourg était truffé d’erreurs, le fond n’en était pas moins exact (pas de fumée sans feu). C’est ainsi que je me souvins avoir photographié le dossier militaire d’un jeune officier militaire de 22 ans ayant participé au Débarquement Français de Sidi-Ferruch le 16 juin 1830. Il était natif de Liège, en Belgique mais son père était né en Isère. Ce jeune officier qui se maria en 1844 transforma son nom Guimet en Guimet De Juzancourt. En 1840, il tenta d’échapper à une affectation au 34e Régiment de Ligne engagé en Italie. En 1840, mon aïeul, Pierre-André Guimet, avait 20 ans et je sais qu’il ne figure pas sur la liste du recensement de 1840 sur le canton de Vizilles. Tout cela me poussa donc à réorienter mes recherches au SHD sur les registres de contrôle des troupes sur la période 1848-1850 au sujet du 34e Régiment d’Infanterie de Ligne. Il est fort possible que Pierre-André GUIMET, jeune conscrit, fut affecté dans le régiment du Lieutenant Armand GUIMET et que ces deux personnages furent liés par un lien de subordination militaire au moins de 1840 à 1846. Ces deux branches familiales n’ont pas d’aïeul commun connu. Il en est de même pour Pierre-André GUIMET et le célèbre Emile Etienne GUIMET qui séjourna 3 mois à Alger en 1869. Il y eu effectivement une rencontre entre ces deux personnages. cette rencontre se poursuit par des échanges de courriers entre mes aïeux et Emile GUIMET jusqu’au 15 janvier 1919. Là aussi, cela donna naissance à la légende d’une parenté entre les GUIMET de Fleurieu et ceux d’Alger. Qui de Pierre-André ou de Emile fut à la source de cette légende ? Qui pensait un tel lien possible ? Surement Emile GUIMET et Joachim DURAN, pharmacien qui mit ces deux personnages en contact.
    Pour en savoir plus, je vous invite à lire la chronique familiale que j’ai rédigé sur mon arbre généalogique (Groma1)sur Généanet.

    Ainsi donc, fin juillet 2014, au SHD, je vais pouvoir vérifier l’hypothèse du parcours militaire de Pierre-André GUIMET et par la même, contourner la législation « officielle ou officieuse » de l’Algérie sur les actes d’état-civil. Si j’ai eu toutes les peines du monde à décrocher l’acte de mariage de 1850, il me sera encore impossible, sauf nouveau déblocage miraculeux, pour de très longues années, le temps que le contentieux franco-algérien sur les archives dite de souveraineté française se résolve, d’obtenir tout ou partie des informations sur le mariage religieux de mon aïeul devant ce Cadi : date et lieux du mariage, identité de l’épouse algérienne ou berbère, nom de baptême musulman de mon aïeul, issu de ce mariage (décès, répudiation, ....)en raison du statut militaire de cet aïeul. En tout cas, cet agent de l’état-civil algérien avait sous les yeux le fameux document annexé dans le registre supplémentaire (celui où sont les actes demandés pour la célébration du mariage civil). Selon ses dires, il est en très mauvais état. Elle m’avait invité à en demander une copie au Greffe du Tribunal d’Alger. Hélas, ma demande resta vaine. Il parait que les doubles des registres sont enfermés dans une pièces cadenassées à double tour (NDLR un employé du dit tribunal).

    Cordialement.

    Joachim GUIMET

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 16 juillet 2014 14:47, par Lechartier

    Merci, c’est toujours avec un grand plaisir que je lis les chroniques familiales. Celle-ci est racontée de manière très agréable, quelle ténacité pour arriver à vos fins.

    Cordialement,
    Françoise

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 16 juillet 2014 19:03, par Michèle LE GALL

    SUPER ! Une très belle histoire ! Comme j’aimerais, moi aussi, faire ce genre de découverte...
    Belle récompense pour votre opiniâtreté !

    BRAVO. J’ai eu plaisir à lire votre rencontre avec cette ancêtre !

    Michèle.

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 19 juillet 2014 08:44, par Renard-Maday Christine

    bravo,
    je suis admirative de votre travail, de vos recherches et enfin de votre chance d’avoir trouvé !
    je crois à la chance, vous me donnez du courage, de l’envie, pour chercher encore et encore ....
    merci .
    quel talent de narrateur, c’est un bonheur de vous lire.
    Christine.

    Répondre à ce message

  • Sortir de l’impasse… la chance aidant 19 juillet 2014 21:24, par Jean Magnier

    Merci vraiment à toutes celles et ceux qui ont bien voulu me faire connaître leur intérêt pour cette quête. J’y ai trouvé, vous l’avez compris, grand plaisir et je souhaitais le partager.
    Je ne peux hélas ouvrir une piste à mon « cousin » (?) Goutorbe, du côté de St Priest la Prugne, à ma connaissance pas de Jacques , fils de meunier ...
    Merci aussi pour vos témoignages et encouragements.
    Bonne chance à tous, belles découvertes !
    Bien amicalement.
    Jean Magnier

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP