www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chroniques de nos ancêtres » Chez nos ancêtres en Haut-Vivarais » Pierre Seignobosc, un conscrit Ardéchois de 1812

Pierre Seignobosc, un conscrit Ardéchois de 1812


jeudi 20 octobre 2016, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

« Si ceux qui sont nos maîtres... pouvaient se figurer, au commencement d’une campagne, les pauvres vieillards, les malheureuses mères auxquels ils vont en quelque sorte arracher le cœur... s’ils pouvaient voir leurs larmes et entendre leurs gémissements au moment où l’on viendra leur dire « Votre enfant est mort… vous ne le verrez plus jamais : il a péri sous les pieds des chevaux, ou bien écrasé par un boulet, ou bien dans un hôpital, au loin... dans la fièvre, sans consolation, en vous appelant comme lorsqu’il était petit !... » s’ils pouvaient se figurer les larmes de ces mères, je crois que pas un seul ne serait assez barbare pour continuer. » « Histoire d’un conscrit de 1813 » Erckmann-Chatrian.

Décès d’un fusillier de l’Infanterie de Ligne

JPEG - 141.8 ko
Acte de décès de Pierre Seignobosc
Registres d’état-civil de La Batie d’Andaure

« L’an mil huit cent douze, le vingt cinquième jour du mois de septembre » devant François Descours, maire de « La Batie d’Andore… Sont comparus Joseph Delorme, demeurant à La Rama de cette commune… cultivateur qui a dit être cousin paternel et maternel du défunt » et Jean Goy « cultivateur demeurant à Guoy ? commune de La Batie, qui a dit être proche voisin du défunt ».

« Lesquels nous ont déclaré que Pierre Seignobosc, conscrit de lan 1812 âgé de vingt ans, profession de fusilier au 67e Régiment de Ligne, demeurant avant son entrée au service à La Batie, fils de feu Pierre Seignobosc et de vivante Marie Chirol demeurant à La Rama, commune de la Batie, est décédé le sixième jour du mois de aoust dix huit cent douze, heure de cinq du soir, en l’hôpital civil de l’Aspezia département des Appenin ainsy qu’il résulte de son extrait mortuaire délivré par Camille Picedy ? maire de la commune de l’Aspezia le douze du moi d’aoust dernier et légalisé par Mr le sous prefet de l’Aspezia, lequel extrait restera annexé au registre ». Seul « Jean Goy a signé… non ledit Joseph Delorme pour ne savoir écrire » [1].

Un peu d’histoire et de géographie

« L’Aspezia département des Appenin » est la ville de La Spézia, au bord de la Méditerranée, en Italie. En octobre 1805, la République ligurienne, l’une des « Républiques sœurs » de la France républicaine, est annexée à l’Empire français, dont elle constitue trois nouveaux départements : Montenotte, Gênes… et Les Appennins.

Les Appennins en 1812
« Tableau général et itinéraire de l’Empire français, divisé en 133 départemens... » (détail)

Ce département porte le nom de la chaine montagneuse centrale de l’Italie et se trouve constitué de la partie orientale de la Ligurie et de bribes du Royaume d’Etrurie. En 1812, La Spezia est érigée en sous-préfecture. A l’époque, c’est un important atelier de construction pour les navires de guerre [2].

Pierre Seignobosc, conscrit de 1812

JPEG - 57.7 ko
Acte de baptême de Pierre Seignobasc
Registres d’état-civil de La Batie d’Andaure

Né à La Batie d’Andaure « au lieu de La Rama » le 20 août 1792, il est le fils de Pierre Seignobosc et de Marie Chirol. Son père est déjà décédé en 1812, probablement est-il décédé à l’âge de 36 ans le 6 décembre 1810. En effet, le registre mentionne « Pierre Seignobosc… du lieu de La Rama ». Le 1er déclarant est « Joseph Delorme… du lieu du Chomel Bas… qui a dit être le neveu du défunt ». C’est donc le fils d’une sœur de Pierre ; une fille Seignobosc mariée à un Delorme.

Les parents de ce Pierre Seignobosc (possible époux de Marie Chirol, toujours vivante en 1812) se nomment Antoine Seignobosc et Marianne Doré.

Un Pierre Seignobosc, cultivateur âgé de 50 ans, habitant à La Batie d’Andaure, « oncle du futur » est présent au mariage, le 29 juin 1808 à La Batie d’Andaure, de Joseph Guironnet, 29 ans, « du lieu du Petit Chomel » hameau de La Batie, avec Jeanne Delhorme, 19 ans, également du Petit Chomel.

Le marié est le fils de « feu Joseph Guironnet et de Catherine Chirol », la mariée est fille d’Antoine Delhorme et de Nannette Delhorme. Pierre Seignobosc est donc marié à une sœur de Joseph Guironnet ou à une sœur de Catherine Chirol. Indice très intéressant pour notre généalogie !

Grâce à la mise en ligne des « registres matricules des sous-officiers et hommes de troupe de l’infanterie de ligne (1802-1815) », sur le site « Mémoire des Hommes » nous en apprenons plus sur le fusilier Pierre Seignobosc.

Dans la table alphabétique, à la fin du registre pour le 67e de Ligne, entre le 2 janvier 1810 et le 8 décembre 1812 [3], on trouve indiqué la page 173, page où est inscrit son « matricule » :

Pierre mesure 1 m 58 « visage rond, front découvert, yeux roux, nez ordinaire, bouche grande, menton à fossette, cheveux et sourcils châtains, marques particulières : petite vérole ».

Il fait partie du 4e Bataillon, 3e Compagnie. « Arrivé au Corps le 2 avril 1812… conscrit de l’an 1812… compris sur la liste de désignation du canton de St Agrève sous le N°4, son dernier domicile était à Labatie d’Andaure… Mort à l’hopital civil de l’Aspézia (Appenins) le 6 aoust 1812 par suite de fièvre ».

Joseph Delorme, qui déclare le décès du militaire en mairie, est « cousin paternel et maternel du défunt » c’est-à-dire qu’il est allié aux Seignobosc et aux Chirol. C’est très probablement de lui dont il est question dans mon article sur Joseph Guironnet, un autre soldat de l’Empire mort quelques mois plus tôt, le 15 mai 1812, « à l’hospice civil d’Aire » dans les Landes.

JPEG - 116.2 ko
Enregistrement de Saint Agrève

Pierre Seignobosc, « militaire » mort « le 6 août 1812 à l’armée ; inscrit (dans les registres) à La Batie d’Andaure le 25 7bre (septembre) suivant » ; « il a survécu à Pierre Seignobosc, son père qui n’a rien laissé », « Marie Chirol sa mère à La Bathie ». « Déclaration (de succession) négative du 3 mai 1813 pour Marie Chirol, sa mère qui n’a su signer » [4].

Notes

[1Registre des décès de La Batie d’Andaure (1812).

[2D’après « Histoire et dictionnaire du Consulat et de l’Empire » Alfred Fierro, André Palluel-Guillard, Jean Tulard – Bouquins 1995.

[3SHD/GR 21 YC 567

[4Enregistrement de Saint Agrève 1812-1821

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

4 Messages

  • Pierre Seignobosc, un conscrit Ardéchois de 1812 23 octobre 2016 09:34, par Martine Hautot

    Bonjour, Michel
    Un bel écheveau à démêler :si j’ai bien compris ,Pierre Seignobosc et Joseph Guironnet , tous deux morts en 1812 ,à quelques mois d’intervalle ,le premier en Italie et le second dans les Landes étaient cousins germains ,leurs mères étant des demoiselles Chirol Catherine et Marie . On comprend que les femmes pouvaient mêler leurs pleurs !Quant à l’autre Joseph ,Joseph Delorme ,il est en lien familial avec Joseph Guironnet par son épouse née Delorme .Ai-je bien compris ? Un petit croquis pourrait nous aider .L’important est de voir ,me semble-t-il combien les guerres napoléonniennes ont affecté les familles et les communes rurales ,comme cent ans plus tard celle de 14/18
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Qui ne découvre au hasard de sa généalogie, quelques conscrits oubliés par l’Histoire et qui reprennent vie, à la lecture des actes d’Etat-Civil, des registres matricules et de bien d’autres documents.
    D’ailleurs plusieurs associations de reconstitution Napoléonienne dont l’Association Lowendal-51éme de Ligne ou l’Association Division Harispe-3éme B.C.M se sont penchées sur le sujet pour rendre hommage aux « enfants », de quelques communes, morts pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire, en organisant des dévoilements de plaques : La Ferté-Saint-Aubin en 2010, Pontacq en 2015, Laruns pour le 11 novembre 2016 et d’autres encore, déjà inaugurées ou en préparation.....

    Répondre à ce message

  • Pierre Seignobosc, un conscrit Ardéchois de 1812 26 octobre 2016 18:24, par Caprais

    Après avoir épluché les registres d’état civil des départements 40 et 364,j’ai remarqué qu’on ne trouvait pas de mentions des décès des guerres napoléoniennes.
    Pourquoi ?

    Répondre à ce message

  • Pierre Seignobosc, un conscrit Ardéchois de 1812 15 juin 2017 20:10, par christiane chabanis

    autre Napoleon dit ’le petit’ par V.hugo et la guerre du Mexique et ensuite la guerre de 1870ont aussi envoyés les soldats loin de leur campagne natale ! mon arrière grand père ardéchois comme P Seignobosc a fait la guerre du Mexique et a eu la chance de revenir ,si vous connaissez d’autres ardéchois dans le même cas je suis très intéressée .

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP