www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Vient de paraître » Les publications des rédacteurs » Les ouvrages de Michel Carcenac

Les ouvrages de Michel Carcenac


mercredi 10 septembre 2014, par Michel Carcenac

Répondre à cet article

Les Chemins de Jean Bouloc, par Michel Carcenac, Belvès, Editions du Hérisson, 1999, 400 pages, 19,82 €.

La guerre de Cent ans s’achève. Les pays de Cahors, de Gourdon, de Sarlat et de Belvès ont été ravagés par la peste et les mercenaires. Ne survivent que quelques habitants, à l’abri des remparts. Jean Bouloc se rend en Périgord, en Quercy et en Agenais, reconnaître l’état des terres de son seigneur, Jean de Pujols, comte de Roquefeuil-Blanquefort. Voyage de tous les périls, aux multiples rencontres, sur cette frontière mouvante entre la France et l’Angleterre. Bouloc retournera dans le Rouergue persuader les jeunes paysans d’aller travailler des terres lourdes et chaudes, où poussent la vigne et le froment.

La caravane de chariots de dirigera vers l’ouest. Dans leur nouveau pays, les migrants défricheront et trouveront le fer sous le soc des charrues.

Une épopée chaude et insolite, où les épisodes s’enchaînent au fil des pages et au rythme des pérégrinations des personnages. Une belle aventure, très bien documentée et superbement racontée ! Du bel ouvrage !

*****

Le Roman du Suaire, par Michel Carcenac, Belvès, Editions du Hérisson, 2001, 246 pages, 18,29 €.

En ce début de guerre de Cent ans, le jeune Géraud fuit la peste et se réfugie à l’abbaye de Cadouin où se trouve le Saint Suaire. Quand les Anglais projettent de s’en emparer, Géraud et deux autres moines l’emportent à Toulouse. La paix revenue, par quels chemins le Suaire retournera-t-il à Cadouin ? ...et l’on retrouve ici un personnage familier : Bouloc, de nouveau en chemin...

L’auteur nous fait côtoyer petits et grands, foules et solitaires. Il nous promène d’abbayes en châteaux, de villes en hameaux, de forets en rivières, au gré des émotions que suscite la Relique.

Ce roman de Michel Carcenac est lui aussi inspiré de faits historiques. Il s’appuie sur de nombreux documents d’archives dont certains sont reproduits dans le corps de l’ouvrage. Une nouvelle fois, avec brio, l’auteur nous invite à suivre les aventures insolites de ses séduisants personnages. Nous le suivons volontiers avec plaisir !

*****

Les Combats d’un Ingénu, Récits d’un temps troublé, par Michel Carcenac, Belvès, Editions du Hérisson, 2001, 460 pages, 19,82 €.

Avec ce poignant récit, Michel Carcenac nous raconte « sa guerre » lorsque, encore adolescent, il choisit son camp : celui du maquis et de la clandestinité.

Il témoigne comment un jeune homme naïf découvre la réalité brutale d’un maquis du Périgord Noir. Il évoque sa jeunesse, les événements qui l’ont influencé et furent déterminants pour son engagement dans la Résistance.

Il n’oublie pas non plus ses amis, faisant revivre le destin d’Alcodori pris dans les filets des marchants d’esclaves, la tragédie des Républicains espagnols, l’odyssée de dix maquisards dans le camp retranché allemand de l’île d’Oléron.

Ce livre, au style frais et alerte, avec un brin d’humour, est aussi le récit d’une aventure humaine, un témoignage sur une période sombre de notre histoire.

Un extrait : "Le lendemain, quand je sors de mon tas de foin, le soleil n’a pas encore franchi la colline en face. Comme je me débarbouille dans le ruisseau, arrive Madame Delcam, la meunière du moulin de Lastours, sur la Nauze.

Mè... coï lou pitiou Corchéna ! Que fais-tu ici ? Les Allemands sont partis, tu dois avoir faim, viens à la maison. Dans sa cuisine, tout en me faisant chauffer un bol de lait et en me préparant des tartines, madame Delcan me raconte des épisodes de la journée d’hier. Les voisins lui ont dit ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont entendu et elle s’empresse de m’en faire profiter.

J’apprends que des maquisards étaient à plat ventre derrière le pigeonnier du tournant de Landrou, quand un blindé leur a tiré dessus depuis la vallée, touchant un angle de la bâtisse"...

*****

Braconniers d’Eau Douce, et autres nouvelles, par Michel Carcenac, Belvès, Editions du Hérisson, 2002, 184 pages, 18 €.

Après deux chevauchées à travers le moyen âge, Michel Carcenac revient à des récits contemporains. Il anime une galerie de personnages hauts en couleur, ceux de son Périgord : le truculent Hubert qui épie de son bateau l’envol des hirondelles dans la nuit, tandis qu’en amont l’Ange blanc glisse sur le courant.

L’officier de la deuxième DB aux prises avec des gitans, et Pascal d’Eygurande qui sauve son village de la famine. Il nous entraîne dans les histoires du coq et des tourterelles, du verrat et de la chevrette, sans oublier les tribulations des veaux. Perché dans son tilleul, le geai Zizi-pan-pan la Riflette médite sur le bonheur de vivre à la campagne. D’un bond de kangourou blanc, nous sautons du Bugue à Siorac, de Pissos à Amsterdam, de la Double au Quercy et à l’Agenais, mais la Dordogne reste toujours le personnage principal de ce tableau bucolique.

Par quelques récits, Michel Carcenac évoque le temps sinistre de l’Occupation, mais aussi il nous amuse avec ses souvenirs de médecin de campagne et de pilote d’avion débutant. Dans ces Nouvelles, le talent de conteur de Michel Carcenac se confirme. De nombreuses anecdotes sur son pays font merveille pour découvrir un passé récent.

*****

Le Trésor de Désesquaux, par Michel Carcenac, Belvès, Editions du Hérisson, 2006, ouvrage de qualité, format 16 x 24 cm à la Française, 252 pages, impression quadrichromie sur papier couché mat 135 g, couverture impression quadrichromie sur papier couché mat 350 g, pelliculée, finition dos carré, cousu, collé, 28 €.

A travers des textes foisonnants et les nombreuses photographies qui les éclairent, Michel Carcenac nous conte les démêlées clochemerlesques entre les habitants de Belvès et une secte à la recherche du Trésor des
Templiers.

Un coeur trop vaste causera bien des ennuis à Toutillou, le Périgourdin, et l’obligera à fuir l’Argentine où son cousin faisait fortune.

Avez-vous assisté à un accouchement pratiqué par un remplaçant, au milieu des bois, la nuit de la Saint-Sylvestre, sans eau, sans électricité, sans chauffage ?

Jamais vous ne soupçonneriez qu’un trognon de pomme ait pu avoir une importance aussi vitale pour l’auteur.

N’hésitez pas, prenez le tacot de Saint-Pompon, faites un détour par Domme, chez le dernier tailleur de silex, et laissez-vous conduire au rythme joyeux ou mélancolique de ces nouvelles.

*****

- Pour découvrir et commander les ouvrages de Michel Carcenac depuis son site

Pour lire l’interview de Michel Carcenac

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 Messages

  • > Les ouvrages de Michel Carcenac 26 décembre 2006 18:06, par Doche Gisele

    Bonjour,

    Comment pourrais je contacter Monsieur Michel Carcenac,au sujet de son article sur le rémouleur de Belvès

    Jean marie Couret.J’ai recherché son mariage d’après la date indiqué dans l’article dans les communes du canton de belvès sans succès.

    Aurait il des renseignements plus précis ,car ce rémouleur fait certainement parti de ma généalogie.

    Je vous en remercie .

    Vous pouvez mz joindre sur mon bal :

    andre-et-gisele@wanadoo.fr

    Avous lire peut être

    Gisele Doche

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP