www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » Tranche de vie chez les Bianloups (1939-1946) » Les années marquantes de ma jeunesse 1939 - 1946 (8e épisode)

Les années marquantes de ma jeunesse 1939 - 1946 (8e épisode)

Les bombardements…


jeudi 28 septembre 2017, par Serge Consigny

Répondre à cet article

Après quelques mois de cette intense activité dans le ciel, les habitants s’habituent vite à ces alertes et ils ne font plus tellement attention aux sirènes stridentes ; ces « moulins hurlants », de la ville ou des usines, se déclenchent de jour ou de nuit préalablement aux passages des vagues de bombardiers. Les habitants sont maintenant informés que ces avions arrivent de Grande-Bretagne pilotés par des Américains voire des Anglais. A Epinal, la population ne descend plus dans les caves ou les abris publics et chacun pense, en toute confiance, que les bombardements sont exclusivement réservés à l’Allemagne. A peine si la nuit, le couvre-feu : ce camouflage de toute source de lumière, est assuré comme cela doit être la règle afin de ne pas être repéré.

Les forts sont occupés par des soldats de l’armée allemande mais d’origine polonaise. Deux d’entre eux accompagnés d’un sergent de nationalité allemande viennent tous les matins chercher du pain chez notre boulanger ; ils travaillent au découpage des tourelles en acier afin d’acheminer ce précieux métal vers les fonderies allemandes à partir de la gare d’Epinal. Ils ont indiqué au boulanger que les Allemands n’avaient plus confiance en eux et qu’ils étaient désarmés. Ce sont pour la plupart d’anciens marins très jeunes qui se sont rebellés et ils sont porteurs à la ceinture d’un poignard baïonnette dont la lame est cassée. L’étui cache cette arme qui est neutralisée. Cela traduit aussi un changement dans les armées de l’Axe.

L’espoir dans cette nouvelle force que nous constatons tous les jours de visu fait naître, dans une certaine couche de la population, une nouvelle attitude fière et hautaine vis-à-vis de l’occupant, au point de négliger certaines règles de protection et de sécurité.

Mais les occupants sont toujours là pour rappeler leur présence dominatrice car j’ai vu à Épinal sur les quais du centre ville un Allemand accompagner des gens et une jeune fille qui portaient l’étoile jaune des Juifs ; mon père m’a demandé de ne pas regarder et de baisser la tête… par crainte ou par honte de ce triste spectacle ?

Puis c’est un jour de très grande tristesse : une sorte de tremblement de terre s’abat soudain ; un grondement infernal se met en route : les vibrations, les sifflements et le bruit sont tels que nos membres se paralysent par la peur et nos voix ne sont plus audibles ; c’est quelque chose de terrible qui se passe là-bas en ville dans un énorme nuage de fumée noire. Ensuite avec la même soudaineté c’est le silence. Nous réalisons qu’un bombardement vient d’avoir lieu. Nous sommes le jeudi 11 Mai 1944.

Mon père rentre précipitamment du travail et confirme que le quartier de Chantraine a été bombardé, qu’il y a des morts par centaines parce que les gens ne sont pas descendus aux abris et que de nombreuses maisons sont totalement détruites. C’est alors une période de consternation et d’incompréhension avec une question : pourquoi des bombes sur des Français ? Nous apprenons quelques jours plus tard que c’est uniquement la gare qui était visée ; c’est donc un manque de précision au moment du largage des bombes qui explique ces morts et ces dégâts ! Un sentiment de révolte et de réprobation gronde dans la région.

Puis le mardi 23 mai 1944, c’est un nouveau coup de tonnerre : un deuxième bombardement sur la ville avec toute son horreur. Nous sommes à l’école en après-midi et tout à coup les mêmes sifflements, les mêmes tremblements, les mêmes bruits d’un tonnerre roulant sans interruption ; néanmoins cette fois nous maîtrisons la peur que ce drame nous fait vivre à une distance de 6 km à vol d’oiseaux. La maîtresse d’école ne prononce pas un mot lorsque spontanément les élèves montent sur les bancs afin de voir le spectacle de ces grandes lignes blanches sifflantes qui sèment la terreur et qui descendent du ciel vers le sol comme une sorte d’imposant linceul immaculé sur un fond de ciel bleu magnifique jusqu’au moment où une fumée d’un noir d’encre, annonçant les incendies, les destructions et les deuils, prend le relais au-dessus de la ville… Quelques enfants se mettent doucement à pleurer dans ce nouveau silence qui conditionne le recueillement… Le drame vient de frapper une nouvelle fois… La maîtresse semble fataliste et résignée alors que les élèves ne comprennent toujours pas pourquoi nos amis du ciel nous envoient des bombes ? C’est toujours la guerre avec son cortège de drames qui fera 216 tués, 604 blessés, 533 immeubles entièrement détruits et 5 500 sinistrés.

Après cette triste épreuve je suis allé avec mon père voir les restes de la maison de nos cousins Méline : un trou béant, quelques gravats, un morceau de mur extérieur, quelques poutres, la carcasse d’une cuisinière à charbon… Le travail d’une vie, anéanti en quelques minutes… Heureusement ils étaient absents au moment de ce raid tragique et ils sont maintenant relogés dans une petite maison située derrière l’usine à gaz, simplement heureux d’être en vie ! 

La vie reprend, les Allemands sont de plus en plus nerveux en ville, les résistants réalisent des sabotages dans certaines régions ; le mot terroriste n’est plus prononcé. Mon père est dans l’attente de quelque chose, néanmoins je ne sais pas encore de quoi il s’agit ; en effet, il sort une carte de l’Europe tous les soirs et porte quelques repères en murmurant entre ses dents. Ce marmonnement m’intrigue mais il ne se confie pas sauf pour me dire : « il faut aller te coucher ! Je vais écouter la radio. » En campagne nous ne voyons plus d’uniformes « verts de gris ». Je joue tranquillement aux billes tous les jours dans la rue avec mes copains et l’école me calme. Paradoxalement cette tranquillité apparente n’est toujours qu’une attente d’un avenir incertain. Grands et petits ont besoin d’actions et de nouveautés dans le cadre de la Liberté. Hélas cette Grande Liberté perdue depuis quelques années n’arrive pas.

Le temps s’écoule, les adultes s’impatientent, les enfants subissent, la nourriture est toujours la même, le pain est de plus en plus mauvais, parfois très gris, parfois jaune lorsqu’il y a des farines de maïs dans la fabrication ; les biscuits caséinés sont infects. La morosité gagne la population qui souhaite ardemment un changement dans cette guerre qui ressemble plus à une soumission de tous les instants. Le Maréchal condamne les bombardements sur les villes françaises. Il est venu à Nancy pour faire un grand discours retransmis à la radio avec le slogan habituel : « Travail, Famille, Patrie » alors que les Français pensent de plus en plus à : « Liberté, Égalité, Fraternité » ; mon père ne semble plus l’apprécier du tout. Mon grand-père se tait et n’en parle plus.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • La carte de l’Europe avec le front de l’ouest précisé au crayon de couleur, je l’ai trouvée dans un grenier parental, j’espère qu’elle y est encore, mais je n’en suis pas sûr (car j’ai une soeur partisane du « dégagisme »). La ligne de front y est suffisamment précise pour savoir à quelle date, à la semaine près, elle a été tracée....

    Mon grand-père maternel, depuis son terroir mosellan, écoutait Radio-Londres au moment même où la feldgendarmerie cognait à ses volets fermés... Il a arrêté la radio aussitôt !
    Et s’est dit qu’il devait se présenter à la Feldgendarmerie et vite avant que ça ne tourne mal.... Alors qu’il était déjà un vieil homme (instituteur pensionné), il est parti le lendemain matin de bonne heure et dans la neige pour faire à pied les 4 kilomètres nécessaires et avait prévu d’emmener un jambon fumé dans sa besace.
    A la Feldgendarmerie, on lui a expliqué que sa lumière était allumée chez lui alors que les volets étaient fermés en plein jour, que donc c’était le grief qu’on pouvait lui faire, mais que ce n’était pas si grave non plus.
    Peut-être a-t-il pensé (en étant positif) que ces feldgendarmes étaient finalement de braves gens, c’est en tout cas ce qu’en a pensé sa fille, soit ma mère. Rien donc en ce qui concerne l’écoute de Radio-Londres, alors que ça devait être perceptible de la rue encore plus que l’ampoule électrique quand les volets sont fermés...
    Mais peut-être aussi que le jambon qu’il a effectivement laissé sur place avait eu pour vertu, d’améliorer l’ordinaire des feldgendarmes tout en atténuant leur suspicion et cela jusqu’au point de le blanchir par une excuse bidon à laquelle lui-même n’avait pas pensé....
    Du gagnant-gagnant qui fait rétrospectivement un gag et au moment où ça s’est passé « la quinzaine de la grande frousse »....
    Tout s’est bien passé finalement..., personne pour regretter le jambon !

    En attendant votre suite et cordialement.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP