www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Documents > La Nouvelle maison rustique > Le broyon ou assommoir pour prendre les bêtes puantes

Le broyon ou assommoir pour prendre les bêtes puantes

Le lundi 16 avril 2007, par Thierry Sabot

On tend cette machine, dont la figure est ci-contre, sur les bords et dans les creux des fossés secs, sur les passées (petits sentiers), à l’entrée des retraites, et généralement partout où on peut attraper des renards, blaireaux, fouines et autres bêtes carnassieres.

AA . Sont deux piquets fourchus fichés en terre ferme ; BB sont deux bâtons de traverses, dont l’un est posé sur les fourches des piquets AA . Du milieu de ce premier bâton de traverse, pend une petite corde C , au bout de laquelle est un petit morceau de bois E applati par en bas : entre le haut de ce petit morceau de bois E et la corde C , on place le second bâton de traverse B , qui s’appuie contre les piquets A . L’autre bout du même morceau de bois E , sert à faire le jeu et la détente, en le mettant dans une petite coche qu’on a faite au bout de la lettre ou bâton FG , et cette latte est arrêtée contre terre au pieu H , par un crochet qu’on y a fait au bout G , ou par un bout de corde.

Les deux bâtons II posant d’un bout à terre, et de l’autre entre les piquets AA , sur le bâton inférieur B , qui est soutenu par la corde de détente CE qui est tendue. On charge les deux bâtons I d’une grosse pierre, et elle écrasera l’animal qui, en passant par dessous, détendra la latte du bâton FG , pourvu qu’on ait eu la précaution d’entourer tout ce petit édifice rustique de branchages, qui ne laisseont de passage à l’animal que par dessous la pierre de l’endroit D qu’on lui aura laissé libre pour traverser le piége. On peut mettre de l’appât sur la latte pour l’attirer.

Au lieu des deux bâtons postiches I , on peut prendre une planche ou deux, ou faire un chassis plat qui couvrira en plein toute la latte FG , de la largeur qui est entre les deux piquets AA . Cette planche ou chassis étant arrêté en I , et portant par l’autre bout sur le bâton inférieur B , elle écrasera tout animal qui, par la détente de la latte FG , se trouvera pris sous la planche ou chassis, parce qu’on y aura mis dessus une charge suffisante pour l’écraser.

Avis important : Quand on empoisonne un champ par des gobes, ou qu’on tend quelque piège à loups, ou autre qui pourrait être dangereux aux bestiaux, souvent même aux enfants, il est d’usage d’en avertir le public au sortir de la Messe de Paroisse.

Source : Louis Liger, La Nouvelle maison rustique, 11° édition, 2 volumes, Paris, 1790.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP