www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > La vie militaire > « Nos Poilus » > Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard (1re partie)

Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard (1re partie)

Durant toute l’année 2008, www.histoire-genealogie.com rend hommage aux « Poilus » et à leur famille.

Le vendredi 1er février 2008, par Michel Guironnet, Roselyne Gourdon

Campagne de Lorraine : Août-Septembre 1914. Jour après jour, un mois avec le Sergent Eugène Havard. De Lyon, son départ pour le front, à Larifontaine, sa mort au combat… Un texte suivi de « Mémoire au coin du feu », deux souvenirs d’enfance racontés par Roselyne Gourdon, petite nièce d’Eugène Havard...

Eugène Havard naît le 17 septembre 1890 à Durtal (Maine et Loire) sous le nom d’Eugène Joseph Taillebois (enfant naturel). Il n’est déclaré à la mairie de Durtal qu’un an plus tard, le 21 septembre 1891. Sur l’acte de mariage de ses parents le 9 juillet 1894 à Durtal, il est spécifié qu’un enfant illégitime est né d’eux. Eugène prend le nom d’Havard à quatre ans.

Son père (?) Louis Havard avait dix sept ans à la naissance de ce fils. Il savait lire et écrire, sa femme non. Il était cultivateur. Ensuite il est devenu garde chasse au chateau de la Motte Grolier (près de Durtal). Là les deux enfants, Eugène et sa soeur (la grand mère de Mme Gourdon) ont reçu une éducation distinguée ; étant en contact avec un milieu qui n’était pas le leur. Ils allaient à la messe le dimanche, en calèche, avec « Madame la Baronne ».

A vingt ans, de la classe 1910, il a effectué son service militaire au 69e Régiment d’Infanterie et s’est engagé pour deux ans au 5e Régiment d’Infanterie Coloniale (R.I.C) En novembre 1913, à Lyon, il a terminé son instruction pour être sous-officier.
Il habite alors à La Chapelle d’Aligné, dans la Sarthe, avec ses parents.

Le jour de la mobilisation, Eugène Havard rejoint le 5e R.I.C en garnison à Lyon. Il est incorporé comme sergent au 2e bataillon. Son Chef de Bataillon est le Commandant Demarque mais nous ignorons sa compagnie.

Début août 1914, Eugène commence son « Journal de Marche »

Carnet, couverture toilée, dimensions : 16.5x19.7x2 cm
Ci dessous la première page du Journal de Marche.

Nous avons croisé son récit avec deux sources militaires :

L’historique du 5e RIC, fascicule rédigé après la fin des combats par le Lieutenant Bourdet , Officier de Renseignements du Régiment, et publié à la librairie Chapelot en 1920 (numérisé par Julien Prigent du site des Historiques 1914-18.org).

Le JMO, Journal de Marche et Opérations, du 5e R.I.C, beaucoup plus complet et très fiable (relevé par Philippe Hartemann et disponible grâce au « Thésaurus » de Génémilassoc).

Les consignes strictes décidées dès 1874 pour la rédaction des J.M.O sont rappelées en introduction à celui du 5e R.IC :
« Chaque journée de la campagne, à partir du jour du départ, aura sa date inscrite en marge du journal.…Les faits relatés par les corps exige impérieusement l’indication exacte des dates et des heures.
…Ce journal devra mentionner tous les évènements à mesure qu’ils se produisent. Aucun des incidents importants qui se présentent, soit en marche, soit en station, soit pendant les manœuvres et le combat, ne doit être passé sous silence.
On consignera sur ce registre, jour par jour, sans intervalles ni grattages, le résumé des ordres reçus et donnés, les renseignements recueillis et tous les détails relatifs aux marches, cantonnements ou bivouacs, au service de sûreté, aux reconnaissances, aux manœuvres et aux combats.
Il y sera joint un dossier des pièces justificatives, telles que situations sommaires, copie des ordres généraux et particuliers, rapports complémentaires, tableaux de marche, de cantonnements, ordres de mouvements, etc »
.

Ce « Journal de Marche » , communiqué par sa petite nièce Madame Roselyne Gordon, est rédigé sur les pages d’un « calepin » ou carnet.

Dans ce carnet il y a 21 pages avec, entre chaque page, un intercalaire en papier fin genre papier de soie. 3 ou 4 pages ont été enlevées au début .

A l’intérieur de cette pochette une inscription. La pochette ne s’ouvre pas beaucoup et ne voulant pas découper ce précieux carnet, la photo est difficile à prendre.

Ce qui peut être traduit par :

« Bulletin de commande. Découper ici et rabattre. De la Maison d’Edition de Leipzig et Commission ???? ( manque une partie ??). Leipzig – Marienhöhe, rue de la Gare
Je vous prie (d’accepter mon mode de payement). Le montant est prélevé contre remboursement ».

Sur chacune des pages, en haut et au verso, des mots sont en gothique allemand.

Traduction : « Les échelles non utilisées seront biffées » (rayées )

A la fin du carnet : un papier carbonne entre la couverture et une contre couverture en carton.

Ce carnet doit être un « carnet de commandes » (ou son équivalent à usage commercial).

Ce « calepin » a pu être « récupéré » par Eugène Havard dans un village abandonné. Ce qui lui aurait donné l’idée et le moyen de noter les épisodes qu’il vivait.

Sa rédaction commence à la date du 2 août 1914 et se termine, un peu brusquement, à celle du 24 août. Le récit des épisodes est beaucoup plus détaillé à partir du 10-11 août et semble être rédigé plutôt de temps à autre qu’au jour le jour…

Eugène Havard doit la débuter dès son arrivée en Lorraine. Elle s’interrompt à cause de sa mort le 4 septembre 1914.

Nous présenterons ce récit dans nos deux prochains articles.

Lire la suite

« Mémoire au coin du feu », deux souvenirs d’enfance racontés par Roselyne Gourdon

Henriette Havard, la soeur unique d’oncle Eugène, avait un fiancé avant la Grande Guerre. Il n’aimait pas danser mais ma grand mère si. Alors, il l’emmenait dans les bals populaires de l’époque. Elle avait un danseur (attitré ?) : mon « futur » grand père . Comme le « fiancé » a été tué à la guerre ma grand mère s’est mariée avec son danseur.
Conclusion : si la guerre n’avait pas existée, je ne serai pas là !

Le danseur en question à fait toute la guerre de 14. Il en avait tellement « marre » de cette guerre qu’il levait la main, la gauche, hors des tranchées. Il n’a jamais été blessé !

Mon grand père paternel, lui, a été très grièvement blessé. A 90 ans quand il passait des radiographies, il avait encore + de 90 éclats d’obus dans le corps (Il est décédé à 93 ans). Lorsqu’il a été blessé en Belgique ou dans le nord de la France (?) il a erré dans un train pendant plusieurs jours. Ce train s’est arrêté dans une gare (en Normandie). Il était couché et par la fenêtre il a vu sa maison et sa femme. Il a demandé à un autre blessé d’aller la chercher. C’est incroyable mais vrai !

(Merci à Georges Christmann alias « Jojo » pour les traductions).

Cette nécessaire recherche d’informations complémentaires pour situer ce document dans son contexte n’a été possible que grâce à la « galaxie » des sites et forums sur Internet consacrés à la Grande Guerre et à ses passionnés. Qu’ils en soient ici remerciés ! Michel Guironnet

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

11 Messages

  • Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard 2 février 2008 08:42, par Delagneau

    Bravo et félicitations pour cet hommage de plus à un de ces valeureux « Poilu » nous ne pourrons pas leur rendre hommage comme ils ont souffert !
    Dominique.

    Répondre à ce message

  • Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard 2 février 2008 18:02, par mfg 1946

    Comment ne pas être émue en lisant ce journal.Il me rappelle l’histoire de mon grand-père maternel.Il était parti avec trois de ses frères et il est revenu seul et très bléssé. Après la mort de deux de ses frères tués au combat, il s’engagne au 3e régiment du génie ( volontaire pour le groupe franc de cette unité bien décidé à venger ses frères).Oui mon grand-père est un héros mais que de souffrances !N’oublions jamais leur courage, leur sacrifice,Ne les oublions jamais. Bravo pour cet article qui peut aider tous nos jeunes à comprendre combien leur jeunesse est belle comparée à celle de leurs grands-parents.

    Répondre à ce message

  • Emouvant, on retrouve tous un peu de l’histoire de nos grands’pères , ces poilus si courageux ...... D.G

    Répondre à ce message

  • Formidable ode à nos Anciens de la guerre de 14-18. Un vrai plaisir de découvrir l’histoire d’un poilu mort si tôt aux débuts de la guerre. Merci encore !

    Cordialement,

    Alexandre Dumont-Castells

    Répondre à ce message

  • Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard 3 février 2008 14:25, par Gabrielle Willaime

    Bravo pour votre témoignage même si longtemps après les évènements de 1914 -
    Des écrits sont plus crédibles que des paroles entendues qui peuvent être interprétées
    différemment ! UN de mes deux grands pères, mobilisé comme boulanger dans les
    remparts de Verdun, m’a parlé de sa guerre, mais quand on est jeune, on ne
    pose pas assez de questions, et maintenant c’est trop tard ! je le regrette !

    Répondre à ce message

  • Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard 4 février 2008 17:50, par Georgin

    Mon père, mobilisé en août 1914 a relaté dans un carnet, jour après jour, sa participation aux combats de ce mois en Lorraine. Sous-lietenent de réserve, il a rejoint le 4 août le 279è RI à Neufchâteau. Le régiment est parti à pied pour la région de Lunéville. De là l’unité a effectué marches et contre-marches, en bivouaquant généralement en pleine nature à partir du 12 août. Le 25 à 4 heures du matin après encore une nuit en pleine campagne, le régiment a attaqué les positions allemandes de situées sur les hauteurs de Courbesseaux. Fauchés par les tirs des allemands qui dominaient les attaquants et probablement aussi par les obus d’un tir de barrage français trop court et les hommes tombant tous autour de lui, mon père donna l’ordre de repli. Il fut frappé par un éclat d’obus à la jambe et ne fut secouru qu’à midi. Le tir de barrage français finit par être efficace et les Allemand abandonnèrent la position qui fut occupée par les survivants de l’hécatombe., ce qui eu pour effet de mettre fin à la menace contre Nancy.. Mais mon père avait été frappé par l’absence donnée aux officiers d’information au cours de ces journées de marche, par l’incohérence des ordres et l’incompétence du commandement confirmée par cette attaque stupide et meurtrière
    effectuée dans des conditions invraisemblables. A noter qu’un document officiel a déclaré que ce régiment constitué aux trois quarts de réservistes avait la valeur d’un régiment d’active !

    Répondre à ce message

  • Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard 5 février 2008 15:01, par espejo marie-jeanne

    dans la série des poilus je possède le récit d’un poilu jean edouard bouchex-bellomie qui raconte sa vie au jour le jour de 1912 ( 3 ans de service militaire et 5 ans de guerre) à 1919 avec croquis et plans . ses petits enfants ont édité ces mémoires avec les illustrations . Jean Edouard Bouchex-Bellomie était né à La Giettaz en Savoie et à vécu à Sallanches.
    MJ Espejo

    Répondre à ce message

  • Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard 6 février 2008 16:35, par Eric Mansuy

    Bonjour,

    Bravo pour votre beau travail « d’entretien de la mémoire » de la Grande Guerre. C’est avec impatience que j’attends la suite des pages consacrées au sergent Havard, du 5e R.I.C., une unité à laquelle j’ai eu l’occasion de consacrer un court texte en ligne à

    http://regards.grandeguerre.free.fr/pages/histoire/la_mort_d_un_marsouin_a_l_ete_1914.html

    Pour information, c’est une Ambulance du 7e Corps d’Armée qui a découvert le corps d’Havard en octobre 1914.

    Si je puis vous être utile, étant non loin de Larifontaine, ce sera avec plaisir.

    Bien cordialement,
    Eric Mansuy

    Répondre à ce message

  • Le Journal de Marche du Sergent Eugène Havard 8 février 2008 07:51, par francine

    mais comment ces gens peuvent-ils donner leur avis puisque nous n’avons pas d’accés au texte de ce journal ? comment peuvent-ils être émus s’ils n’ont rien lu ? OU ET QUAND peut on lire ce texte ?????

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP