www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Album photo > Les photographies d’Antoine Carcenac > Le Bout-du-Monde en 1899

Le Bout-du-Monde en 1899

Le lundi 3 mars 2008, par Michel Carcenac

Jusque vers 1940, les quartiers de Belvès sont des territoires. Pour jouer, on ne s’aventure pas chez les autres et les lignes de partage sont assez nettes. Quand j’allais à l’école, il ne me serait jamais venu à l’idée de musarder dans le Barris et d’ailleurs mes parents m’interdisaient de fréquenter les voyous. Les copains du Barris avec qui j’avais à l’école de bonnes relations, viriles parfois, n’auraient pas compris et m’auraient flanqué une raclée. Je le savais fort bien, je ne me suis jamais risqué du côté de chez Albe par exemple et je n’ai jamais vu les frères Albe sur la place. Le Boutdu-Monde ? J’avais bien 13 ou 14 ans quand je l’ai visité.

Le Terriol, au bout de ma rue, m’était accessible. Sous la Brèche était une zone neutre où nous nous amusions tous dans le tas d’ordures au milieu des citrouilles. La merveille était l’abattoir. René Vilatte décollait le cuir des animaux en gonflant la bête avec une pompe à main, par une entaille faite à l’aine. Les veaux devenaient comme le Bibendum Michelin de chez mon père.

Au temps d’Antoine, les territoires étaient encore plus marqués. Comme je demandais à madame Marguerite Boussat, née en 1898, si elle ne se trouve pas sur une photo d’enfants qui jouent à la guerre, elle me répondit sèchement ; « Ah non ! Je n’étais pas avec les enfants de la place, moi j’étais de la Grand-Rue. » La place d’Armes était à cent mètres de chez elle, mais jamais elle ne s’y aventurait. Sa fille en avait le droit, car son grand-père possédait la boucherie. Les femmes de la rue du Fort allaient jusqu’ à la place, mais s’arrêtaient sur la frontière, au coin de chez Estelle.

Antoine n’a pas pris cette photo, il n’avait que quinze ans. Un cliché presque semblable à celui-ci a servi pour éditer une carte postale de la collection Carcenac. Cette carte est signée « J.D. pour O. Domège Éditeur, Périgueux. » Sur cette carte, le gamin à droite est assis sur la pierre, il n’est pas flou comme ici, il n’a pas bougé.

Le Bout du Monde est un quartier au sud de Belvès, nettement à l’écart. La tour carrée, ou Tour du Guet, faisait partie de la porte de Peyrelevade, une des entrées de la ville avant la création de la route qui contourne la colline. A l’horizon, le clocher de l’église de Notre-Dame de Montcuq. Le chien a choisi la brouette pour faire la sieste.

C’était un quartier très pauvre. Les enfants aux cheveux coupés ras marchent pieds nus, comme la mère qui tient son enfant dans les bras. Les photographes ne promènent pas souvent leur matériel dans ce quartier, les habitants sont venus participer à cet événement.

Pour compléter :

*****

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP