www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


L’improbable découverte de l’origine précise d’un enfant naturel


jeudi 12 février 2015, par Bertrand Cor

Répondre à cet article

Dans une note antérieure parue dans la Gazette du magazine-web www.histoire-genealogie.com, certains lecteurs m’ont reproché que la chance que j’avais eue dans l’exposé de cette note ne pouvait que décourager le généalogiste débutant. Eh bien, généalogistes débutants qui partagez cet avis, ne lisez pas la note suivante, elle fourmille de chances, mais n’oubliez pas que la chance est en général le fruit d’un grand travail.

Je recherchais la généalogie ascendante des R.-Dubois [1] dont descendait ma belle-famille. Je disposais d’un tableau établi par une grand-tante dont l’origine était Christophe de R.-Dubois (1762 -1832) époux de Madeleine J. Ils étaient tous les deux morts du choléra en 1832 à Paris.

JPEG - 209.7 ko
Christophe de R.-Dubois & Madeleine J.

Première chance : un de mes cousins, avocat, ayant de bonnes relations avec un des cabinets de renom de recherches généalogiques établi à Paris depuis 1830, me met en relation avec son propriétaire qui accepte de m’ouvrir librement ses trésors pendant deux jours. J’avais une trentaine d’actes à rechercher. Cette étude avait cette particularité que, vers le milieu du XIXe, son propriétaire avait demandé à ses clercs de procéder au relevé de tous les mariages de Paris et quelques communes circonvoisines enregistrées dans les paroisses au XVIIIe siècle. Quand on sait que les deux dépôts d’état civil parisiens ont été incendiés sous la Commune en 1872, on imagine le trésor que représentent ces relevés. Les mariages étaient classés par ordre alphabétique des parties, tant hommes que femmes.

Je me précipite sur le patronyme R. et, à ma grande déception, je ne trouve rien. Je vais voir au nom de l’épouse, J. : elle y figurait mais le nom de son époux avait été massacré par le scribe en V. Retour à la page des V pour y trouver effectivement V. Christophe. Le mariage avait eu lieu à Saint Pierre du Gros Caillou le 7 février 1787.
J’apprenais par la même occasion que les parents de Christophe s’appelaient Philippe de R. et Geneviève D. et ceux de son épouse Antoine J. et Anne Angélique L.

Deuxième chance : un déplacement aux Archives de Paris pour divers actes me donne le temps de consulter les usuels. Je tombe sur l’extraordinaire travail de reconstitution des baptêmes, mariages, sépultures des paroissiens de Saint Eustache classées par ordre alphabétique (seule paroisse de Paris à avoir eu cette chance d’une reconstitution). Par curiosité, je vais voir s’il n’y aurait pas une fiche R. : je trouve en effet la fiche tant recherchée. J’ai ainsi la confirmation que Christophe est né le 18 décembre 1762, fils naturel du général comte Philippe Théodore de R. (absent) et de Geneviève D dite Dubois. Deux obstacles apparaissent alors :

  • il n’y a donc pas eu mariage R. / D. et je vais être sans doute rapidement bloqué dans mes recherches en amont.
  • pourquoi Geneviève a-t-elle ce surnom de Dubois ?
JPEG - 133.1 ko
L’église saint Eustache

Avant d’aller plus loin, il était intéressant de se demander qui était cette famille R. Il ne fut pas difficile de remonter les origines de cette illustre famille grâce aux travaux du baron Freytag achevés par l’abbé Schwennicke dans les 22 volumes de leur immense travail Europäisch Stammtefeln qui recense 4000 familles européennes.

Il y apparaissait que le général comte de R. se prénommait Philibert Bernard Charles Théodore né en 1716. Il avait épousé en 1738 à Pont-à-Mousson Barbe Gabrielle de G. dont il avait eu deux enfants dont un fils Charles Alexandre Bernard Théodore Philippe Étienne. La confusion des prénoms dans l’acte de naissance de Christophe pouvait créer un doute entre le père et le fils. Mais comme ce dernier, à la mort de son père en 1768 n’était que colonel, le doute s’évanouissait. En remontant la généalogie des R. de S. on tombe sur les Brienne, les Blois-Champagne puis une quantité de rois de France tels Henri 1er, Louis IV, Charles III etc.

Le Comte de R., né vers 1712 en Lorraine, fils de Jean Charles François Joseph, pair du duché de Bouillon entre comme cadet de l’armée à Strasbourg en 1727 et au Royal Roussillon Cavalerie en 1730. Nommé lieutenant au Régiment de la Sarre en 1732 et pourvu d’une compagnie dans le Régiment Harcourt Dragons en 1733, il obtient une commission de mestre de camp en 1738. Après un passage au Royal Suédois en 1743, il a eu la levée du Régiment dénommé le R.- Hussard qu’il a l’honneur de commander la même année. Aide-major en 1744, il est promu capitaine au Régiment de Nassau puis brigadier l’année suivante et maréchal de camp en 1748. En 1753 il était noté comme « bon colonel qui donne beaucoup de soins et d’attention à son Régiment ». Il prend rang de mestre de camp en 1754 puis devient lieutenant-colonel et son régiment prend le titre de Volontaires Liégeois. Il est nommé lieutenant-général des Armées du Roi et reçu en 1746 Chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de Saint Louis. Il participera à de nombreuses campagnes en Bavière, Bohème, Allemagne, Suisse et Flandre. Il terminera sa carrière à la suite du Royal Allemand en 1762, année de la naissance de Christophe. Son attachement au service du Roi n’a pas besoin d’autre preuve que son refus en 1754 du grade de lieutenant-général et d’un régiment de cavalerie dans un service étranger.

Troisième chance : je mène parallèlement depuis de nombreuses années plusieurs recherches dans le Minutier Central de Paris, et je garde toujours à l’esprit les patronymes de R. et de D. (ce dernier malheureusement très répandu). Le dépouillement systématique d’un registre de notaire me met un jour devant l’acte d’inventaire après décès d’une certaine Geneviève D. dite Dubois le 23 août 1771. Est-ce celle que nous cherchons ?

L’inventaire est requis par les quatre frères et sœurs de Geneviève mais personne pour représenter Christophe âgé d’à peine 9 ans ! Aucune mention de l’enfant dans le corps du texte. L’inventaire représente une valeur globale insignifiante voisine de l’indigence. Parmi les papiers, nous trouvons :

  • une constitution passée en 1768 par un nommé A. au Cap Français, isle de Saint Domingue au profit de Geneviève de 1000 livres de rente viagère réversible à son décès sur la tête de Julie Etiennette sa fille : voici donc qu’apparaît un nouvel enfant d’un nouveau père.
  • un extrait baptistaire de Julie Etiennette et un autre de Louise toutes deux filles dudit A. et la demoiselle Dubois.
  • un écrit daté au Cap Français en 1769 par lequel ladite Dubois reconnaît avoir reçu du sieur A. la somme de 1200 livres tant pour les couches de l’enfant dont elle était enceinte que pour les soins de l’enfant quand il serait en nourrice après quoi le Sr A. s’est obligé d’en avoir soin et a reconnu que ledit enfant lui appartenait ;
  • un écrit fait entre un sieur Collignon et la Dlle Dubois du 13 juillet 1771 (5 semaines avant sa mort) par lequel ledit Collignon ferait mettre un écriteau aux risques, périls et fortune de la Dlle Dubois sur l’appartement qu’elle tenait rue Saint Nicaise qui demeurerait pour son compte jusqu’au mois de janvier prochain, qu’elle lui paierait les loyers échus et la capitation et ferait les réparations locatives avant de pouvoir enlever ses meubles.

Nous avons là tous les indices de la situation précaire d’une fille-mère avec deux enfants reconnus (et Christophe dont personne ne parle).

Quatrième chance : mes recherches systématiques dans les répertoires du Minutier Central me font un jour tomber sur un contrat de mariage qui attire mon attention : celui de Nicolas Protais D., maître fondeur, avec une demoiselle Dubut. Or ce double prénom, peu fréquent, correspondait, dans l’inventaire après décès de Geneviève, à celui de son frère maître fondeur. Il ne faisait guère de doutes qu’il s’agissait de la même personne : grâce à ce rapprochement je trouvais les parents de Geneviève. Il s’agissait de Protais D. et de Marguerite Guerlet. Plus tard, je trouverais également le contrat de mariage d’une sœur de Geneviève dans lequel le père, Protais D., est dit maître fondeur rue Bordet sur la Montagne Sainte Geneviève.

Nous cernons donc plus précisément cette famille D., petits artisans fondeurs (en bronze en général) avec cinq enfants qui exigeront des parents qu’ils placent leurs filles dès que possible pour contribuer au revenu familial. Les domestiques étaient engagés dès l’âge de 14 ou 15 ans mais si l’enfant avait une jolie frimousse, il était vite attiré par la danse puis la prostitution. Fut-ce le cas de Geneviève ?

Cinquième chance : J’avais lu un ouvrage de ma bibliothèque municipale dont le titre m’avait attiré : « Les Ripoux des Lumières » de R.Muchembled. Bien entendu il s’agissait de dévoiler tous les côtés sordides de la police de l’époque de Louis XV dont un des pivots était le lieutenant-général Sartine. Remarquablement documenté, le livre m’a passionné et surtout m’a suggéré des pistes nouvelles pour mes recherches. Il signalait notamment, parmi sa longue bibliographie, divers manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale et un ouvrage intitulé « Journal des Inspecteurs de M. de Sartine » par Lorédan Larchey (1863). Ces documents étaient composés de procès-verbaux rédigés par les inspecteurs du Lieutenant-Général de Police relatant les détails de la vie des prostituées de Paris. Les activités de celles-ci, bien que légales quand ne s’ajoutaient pas les jeux de hasard à ceux du sexe, étaient la source d’informations indiscrètes sur la vie de leur clientèle pouvant être utilisées contre eux à l’occasion. De plus, les confidences sur l’oreiller étaient souvent rapportées aux services de police pour leur usage personnel. Ces ragots, en général remaniés par le chef de la police lui-même, étaient souvent rapportés au Roi pour son plus grand bonheur. La chance voulut là aussi que la période survolée par ce livre aille de 1761 à 1764 correspondant exactement à celle qui m’intéressait.

Les deux manuscrits de la B.N. m’apportèrent une lumière étincelante sur notre héroïne Geneviève D.. Le premier, signé Marais, daté du 16 mai 1760 [2], m’apprenait que la demoiselle demeurant rue des Deux Portes Saint Sauveur, âgée de seize ans, blonde de cheveux, d’une très jolie figure, petite mais bien faite et d’un caractère fort doux, avait été entretenue depuis plus d’un an par diverses personnes. Elle manifestait son désir d’entrer dans un corps de ballet et avait trouvé dans un certain M. de Villemur un entreteneur lui permettant de poursuivre sa vocation. Le second, signé du même, daté du 8 août 1760 [3] la qualifie de danseuse dans les ballets de la Comédie Française mais, M. de Villemur ayant fait défection à son égard, elle a dû voler de ses propres ailes et fit la connaissance d’une Mme Brissault, tenancière d’une maison célèbre où elle la présenta au Duc d’Uzès [4].

L’ouvrage de M. Larchey prend la suite des manuscrits précédents. La première relation qui est faite de Geneviève est datée du 6 novembre 1761( p. 59) : « La Dlle Dubois que j’ai fait connaître ci-devant pour être entretenue par M. le Duc d’Uzès duquel elle a tiré de bonnes nippes et de bons effets il y a six mois, a eu le bonheur de réparer cette perte depuis quelque temps par la connaissance qu’elle a faite de M. le comte de R., lieutenant-général des Armées du Roi. Ce seigneur lui donne exactement quinze louis par mois et lui fait de nombreux cadeaux très avantageux. Il vient la voir tous les jours et reste avec elle depuis 2 h après-midi jusqu’à 16 h le soir. Il n’y couche jamais. Cette conduite ne déplaît pas au guerluchon [5] et tout jusqu’à présent se passe le mieux du monde. » Ainsi il n’est plus de doute possible : la demoiselle D. dite Dubois est bien la maîtresse du Comte de R.

Plus loin, le 18 juin 1762 (p.145), il est écrit : « Cette demoiselle est entretenue depuis quinze mois par M. le comte de R. qui est actuellement dans ses terres où il a des procès à faire juger et c’est sans doute par raison d’économie qu’elle accepte les offres de M. de Polisy, afin de ménager l’argent que le comte lui a laissé en attendant son retour. »

Sixième chance : et voici que surgit le document clé de cette histoire d’amour qui aurait pu n’être qu’une banale affaire d’infidélité. Le 18 février 1763 (p.247), un procès-verbal d’inspecteur indique : « L’abbé Darty a fait emplette de la Dlle Dubois qui relève des couches de M. le comte de R., lieutenant-général. Cet abbé lui fait faire un habit d’honneur pour la mener à une campagne qu’il a à quelques lieues de Paris. » La naissance de Christophe est ainsi parfaitement actée deux mois après celle-ci.

La boucle semble bouclée. Mais ce n’est qu’une apparence car la bonne fortune du chercheur lui laisse toujours une marge de surprise, une chance de faire mieux. En effet, quelques mois après toutes ces découvertes, au milieu de mes éternelles investigations des registres des notaires parisiens, je découvre le contrat de Mariage de Christophe de R. en date du 4 février 1787. Représenté par M. Nicolas Delannoy, intendant du Marquis de Péreuse, Christophe de R., mineur, épouse Marie Madeleine J. Christophe y déclare qu’il ne lui appartient aucun bien si ce n’est ses habits, linges et hardes à son usage d’une valeur de 300 livres. « Les parties observent que depuis le mois de mai 1775 que ledit Sr futur époux demeure chez les Sr et Dame J., ledit Sr J. a reçu annuellement pour lui une somme de 300 livres de M. le Comte de R. A cet égard les parties ès-noms ont par ces présentes compensées cette somme annuellement de 300 livres avec la pension, nourriture et entretien que les Sr et Dame J. ont fourni depuis ce temps jusqu’à ce jour audit futur époux pour quoi elles se quittent et déchargent respectivement de toutes choses à cet égard ».

Il est donc clair que le général de R. a implicitement reconnu Christophe comme son fils puisqu’il lui a attribué une pension annuelle jusqu’à sa majorité ou son mariage. Que le général ait effectué cette donation d’une façon discrète vis-à-vis de sa femme semble assez naturel (on n’a pas retrouvé d’acte de donation) mais qu’il ait autorisé Christophe à porter son nom nous parait signifier que sa relation avec Geneviève J. n’a pas été qu’une aventure en passant.

Il reste à élucider le surnom de Dubois que Geneviève a pris.

JPEG - 113.1 ko
Louis Dubois de Francueil & Madame d’Epinay

J’avance ici une hypothèse qui attend une confirmation. La maison de Mme Brissault, fréquentée par Geneviève, avait la visite coutumière d’un personnage qui s’appelait M.de Francueil, connu pour être l’auteur des « Observations sur l’Esprit des Lois », receveur général des Finances, fils du Fermier Général Dubois. Il se faisait appeler indistinctement Francueil ou Dubois.

Madame d’Epinay, qui avait été l’amie de Rousseau, disait de M. de Francueil :
« Il a une politesse si aisée, de la grâce en tout ce qu’il fait, une complaisance, une douceur charmante ; sa figure prévient en sa faveur et sa conversation a tant d’intérêt qu’on ne peut se défendre d’en prendre beaucoup à lui. Auprès de qui ne réussirait-il pas ? Il peint à merveille, il est grand compositeur de musique, il a toutes sortes de connaissances et d’une gaîté précieuse pour moi ».

Geneviève n’a pas pu ne pas rencontrer cet homme admirable soit au cours des nombreux dîners de la maison Brissault qu’elle fréquentait, soit éventuellement de façon plus intime. Il l’a certainement subjuguée par sa beauté et sa culture. Comme il était de coutume que toutes les danseuses de ballet se donnent un surnom, elle a choisi celui de Dubois qu’elle portait déjà à l’âge de seize ans.

Si on se réfère au premier procès-verbal mentionné, Geneviève n’avait que 16 ans (environ) en 1760, de sorte qu’à sa mort en 1771, sans doute due à une « maladie professionnelle », elle n’avait que 27 ans et se trouvait dans un grand dénuement.
Finalement, cette triste histoire de prostitution apporte un éclairage pathétique sur la vie très courte de cette jeune femme, contrainte, dès son plus jeune âge, par suite de la misère de ses parents, de servir de domestique. Afin d’assurer son autonomie, elle pratiquera très tôt la prostitution d’où elle tentera de se sortir par la danse dans les ballets. Elle y fera des rencontres dont elle portera les fruits jusqu’à leur terme. La misère restera son lot jusqu’à sa mort.

On ignore à ce jour comment elle a élevé Christophe et pourquoi M. J., avocat, et son épouse ont été choisis pour l’élever à partir de 1775. Ce qui frappe au final de cette histoire compliquée c’est que Christophe ait accolé à son nom le surnom de sa mère. N’est-ce pas la preuve manifeste qu’il lui vouait un grand respect et une profonde affection parce que celle-ci n’avait cessé de l’entourer de son amour autant qu’elle le pouvait ?

Tous les éléments de cette affaire ont été réunis sur près de dix ans grâce à plusieurs chances majeures dans mes recherches qui ne se seraient pas dévoilées si je n’avais pas écumé d’innombrables répertoires et dossiers en gardant toujours à l’esprit les patronymes concernés.

Notes

[1Tous les noms propres ont été modifiés

[2MS 11358 (MF 34816) page 100.

[3Idem page 173.

[4On se dit que Geneviève devait vraiment se trouver dans le besoin car le duc est ainsi décrit : M. le Duc est déjà âgé, petit, bossu par devant et par derrière, mange en faisant des grimaces affreuses et a la moitié du visage estropié.

[5Guerluchon ou greluchon : amant de cœur d’une femme entretenue par un autre homme.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

42 Messages

  • Bravo ! Votre recherche est exemplaire et les éléments d’époque sont passionnants. Une belle découverte.

    Répondre à ce message

  • L’improbable découverte de l’origine précise d’un enfant naturel 13 février 2015 10:27, par Marie-France BATLLE-FONT

    Attention... « le nom de son époux avait été massacré par le scribe en V »
    Le R majuscule s’écrivait aussi parfois comme un V barré !!!

    Je ne suis qu’une débutante de 2 ème année de Paléographie mais je le visualise bien maintenant !

    Sinon votre récit de recherches et surtout trouvaille m’a vraiment intéressé comme chaque vendredi quand je lis les articles de cette Gazette que j’attends toujours avec impatience !

    Répondre à ce message

    • « affirmatif » !!-non seulement parfois ma foi,mais généralement en général...et les « r » minuscules se baladent volontiers comme des « v »,début 18è et un peu au delà si l’on a affaire à un scribe « attardé » calé sur ses humanités de jeunesse

      Répondre à ce message

    • Vous avez parfaitement raison en matière de calligraphie du R transformé en V barré mais là où j’ai raison de me plaindre du scribe c’est quand le classement par ordre alphabétique a introduit le V barré dans les V et non dans les R.
      Bertrand Cor

      Répondre à ce message

      • autrement dit, le V majuscule de Sir Winston est bien un V de Victoire et non un R de Retraite !!-en effet,nos recopieurs voire officiers d’Etat Civil sont souvent pris en défaut dès leurs prises de fonction,en septembre 1792 ;les jugements pour rectifications sur n/ pages sont légions,quand les ayants droit veulent s’en donner la peine(surtout quand le sexe de l’enfant n’est pas le bon) ;a contrario les ecclésiastiques pondaient beaucoup moins d’erreurs,entourés cependant d’illitérés,sachant que leurs actes étaient concis et de peu de lignes donc moins propices à bavures

        Répondre à ce message

  • L’improbable découverte de l’origine précise d’un enfant naturel 13 février 2015 10:45, par Jacqueline Weiss

    Magnifique recherche et enquête... et comme toujours en généalogie, il ne faut jamais « lâcher l’affaire ».

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Bravo pour votre article, vous avez raison la chance finit toujours par sourire si l’on veut bien s’en donner la peine. Elle est d’autant plus appréciable lorsqu’on a bataillé plusieurs années sans succès à la recherche de nouvelles pistes. Merci pour cet encouragement à persévérer.
    Bien cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

  • Félicitations pour ce « reportage », maintenant si cela pouvait donner une ligne à suivre aux personnes qui ronchonnent en disant...moi je n’ai rien trouvé ! cette histoire est un bel exemple comme quoi lorsque la persévérance et la providence sont au rendez-vous ces histoires sont de vrais romans !... résultat = la vérité dépasse souvent la fiction ! encore bravo ; Bien généalogiquement Albertine

    Répondre à ce message

  • J’ai retrouvé pour ma part, les origines très modestes de mon aïeul Isaac Edmond DIDELET, Tourneur de chaix dans la Marne, fils naturel d’Anne Marie. 18 ans après, celle-ci épouse Isaac LEFEVRE, scieur de long, veuf depuis 2 mois. Je commence à avoir des doutes. Aucun Isaac dans la famille d’Anne Marie où l’on donne par habitude le prénom du père ou du grand-père.... Après de nombreuses recherches, j’ai le fin mot de l’histoire -

    Lorsque l’épouse meure (75 ans), le vieil Isaac épouse sa maîtresse. Leur fils illégitime, part en région parisienne et revient quelques années après à Epernay s’y marier et légitimer sa fille, né 6 mois auparavant, et dénommée Julie LEFEVRE !! Il l’explique dans l’acte de mariage. On y apprends qu’Isaac Edmond était « vulgairement dénommé LEFEBVRE, du nom du mari de sa mère, dont il est le fils naturel ».

    Répondre à ce message

  • Un tel article est à mes yeux un encouragement à la persévérance, une belle leçon de généalogie. Comme ces recherches ont dû être passionnantes et enrichissantes !

    Cordialement,

    Franck

    Répondre à ce message

  • L’improbable découverte de l’origine précise d’un enfant naturel 14 février 2015 20:25, par Jean-François Foncin

    Travail et texte très intéressants. Mais pourquoi avoir disimulé les noms ? La généalogie, mis à part l’intérêt méthodologique, a un intérêt historique (c’est même le principal pour ceux qui ne sont pas « de la famille »), largement perdu si les noms ne sont pas fournis, particulièrement quand il s’agit de personnages historiques tels qu’un officier général. La publicité de l’état-civil est complète après 100 ou 120 ans selon les cas : aucun secret ne couvre donc le dix-huitième siècle.

    Répondre à ce message

    • Certes, tous les noms auraient pu être en clair vu la prescription traditionnelle. Cependant comme cette histoire n’a pas que des côtés reluisants, j’ai préféré les masquer car ils sont toujours portés par des descendants et je n’ai pas voulu les provoquer ou risquer de les choquer : on est parfois surpris de la réaction de personnes qui font semblant d’ignorer vos travaux sur leur famille et qui d’un seul coup se réveillent dans une grande fureur. Je n’ai rien à craindre de ces crises de fureur mais j’ai suffisamment horreur des criailleries de mauvaise foi pour ne pas les provoquer. B. Cor

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Je me trouve avec une histoire presque identique et qui semble en apparence insoluble :
        27/01/1744^ mariage de Martial AUDIA x Jeanne BARBE à La SAUVETAT-du DROPT
        (vue 3 BMS 1744/1756 & vue 12 BMS 1742/1745 plus vue 11 BMS 1741/1745 AD Lot et Garonne)
        avec filiations partielles, les parents de la mariée sont laissés en blanc car elle est illégitime
        de .... BARBE Bourgeois de Moustiers ? et de ....?

        cet acte de mariage m’a laissée sans voix car il est écrit
         :

        (Mariage à l’Eglise mais sans bénédiction pour avoir mené une vie débauchée d’où il a été sorti une fille qui a été
        légitimée pendant la célébration du mariage. )
        Philippe AUDIA ( ma Sosa 97) qui a épousé Jean BOULIN (mon Sosa 96) : exact

        pour Jeanne BARBE .... baptême introuvable !!!!

        La famille BARBE de ..... avait l’air très influente dans cette région et les rejetons illégitimes étaient semble-t-il rejetés d’un revers de main.

        Pourtant les descendants sont encore là et se posent quand même des questions. Saurons-nous un jour qui étaient nos ancêtres de cette branche ?????

        Y-a-il une petite piste car à l’époque tous les enfants étaient baptisés catholiques ou protestants.

        Merci beaucoup à la personne qui m’aidera peut-être à résoudre cette énigme.
        Yvette

        Répondre à ce message

      • certes cette histoire a des côtés peu reluisants, mais on y voir aussi des personnages « de la haute », nobles ou bourgeois, qui reconnaissent leurs enfants illégitimes et leur donnent une pension. C’est rare.

        Répondre à ce message

      • Bonjour,
        J’ai un peu de mal à comprendre votre logique car, en quatre clics, j’ai trouvé que votre fameux comte de R. s’appelle en réalité Philibert Bernard Charles Théodore de Raugrave et qu’une fiche de la Base collaborative Pierfit accessible via Geneanet détaille sa vie, sa liaison avec Geneviève VALLÉE et l’existence de leur enfant Christophe !
        Alors, pourquoi tous ces mystères qui compliquent la lecture !??

        Répondre à ce message

        • Bonjour Angelo : je ne campe pas sur mes positions et reconnais que j’aurais pu laisser en clair la majorité des patronymes de mon histoire, cependant j’ai eu des relations un peu heurtées avec certains contemporains de cette famille et je n’aurais pas voulu recommencer. Je suis effectivement à la source des informations sur ce sujet que publie Pierfit d’une façon parfaitement légitime. Nous n’avons toujours une logique sans faille dans nos écrits !!
          B.Cor

          Répondre à ce message

  • L’improbable découverte de l’origine précise d’un enfant naturel 18 février 2015 10:09, par billa jean pierre

    Descendant d’un BARRAU Antonin dont je ne connais que la date de naissance mais pas le lieu 16/2/1864 et toutes les diverses sources d’état civil ne le mentionnent pas.Comment faire afin de brusquer la chance pour le découvrir.
    Merci pour vos réponses

    Répondre à ce message

  • la, les ?, carrières militaiires du compte de R. semble assze confuse. une seule explication : en changeant d’armée,(surtout dans un pays étranger)on pouvait repartir en bas, ou au milieu, de l’échelle.

    Pour mémoire pour les lecteurs, voici l’échelle de l’ancien régime : cornette (sous-lieutenant) ; lieutenant ; capitaine ; capitaine-major ou major(commandant, chef de bataillon ou d’escadron) ; lieutenant-colonel ; colonel ; maître (mestre) de camp (grade disparu sous la révolution et Bonaparte) ; brigadier (général de brigade) ; major-général (g.al de division) ; lieutenant-général (G.de corps d’armée) ; général (g.al d’armée) ; maréchal.

    Répondre à ce message

  • Est ce qu’il est possible de savoir de quel étude notariale il s’agit dans la partie 1re chance. Avec le relevé de tous les mariages de Paris au XVIIIe siècle ?
    Merci

    Répondre à ce message

  • Une belle leçon de généalogie ! 21 février 2015 09:33, par Michel BLIN

    Ce très beau travail nous prouve qu’il ne faut pas désespérer et que rechercher est toujours productif....une belle leçon de généalogie...

    Répondre à ce message

  • C’est formidable d’arriver à trouver de pareils renseignements, quel bonheur. L’auteur de cet article a fait preuve de ténacité et de courage, lire autant d’actes et de registres, aller aux Archives à plusieurs endroits.

    La chance lui a sourit mais il l’a bien aidée.

    Merci à Généanet de nous transmettre des faits comme celui là que je lis toujours avec plaisir.

    Répondre à ce message

  • La juste recompense d’un grand travail !!! Bravo ! Et merci pour ce partage qui m’incitera à plus de rigueur (j’ai deux enfants naturels dans ma généalogie).
    bonne continuation

    Répondre à ce message

  • L’utilisation des initiales, (y compris pour des personnages vivant au XVIIIe siècle !) complique la compréhension du récit, et empêche d’aller au bout, dommage, c’était (peut-être) intéressant.

    Répondre à ce message

  • Très débutant... je suis bloqué dans mes deux branches par des enfants naturels. Heureusement, pour ma branche maternelle, j’ai des courriers des années 1860-1870 qui mentionnent le nom (Jandet) mais hélas pas le prénom du père biologique qui n’a jamais reconnu l’enfant en France, mais bien en Egypte, à Alexandrie, où mon ancêtre a porté le nom de son vrai père, avant de reprendre celui de sa mère à son retour en France. Son vrai père ? Jandet était encore présent, âgé, au mariage de son petit-fils (mon grand-père) en 1916. Sur tous les courriers figurait le cachet « Drogueries Jandet » à Alexandrie. Pourriez-vous me conseiller une méthode pour découvrir le prénom de mon « ancêtre biologique » qui importait vraisemblablement en Egypte des fournitures pour le creusement du canal de Suez par Ferdinand de Lesseps ? Comment retrouver un propriétaire de « drogueries » de la fin du XIXe siècle ? Merci de votre aide...

    Répondre à ce message

    • Un de mes amis, d’origine égyptienne, que j’ai interrogé sur votre question difficile m’a fourni cette réponse : faites-en le meilleur usage :

      Bonjour Bertrand,
      Je vais te dire ce dont je me souviens.
      En Egypte, mais il y ’a des dizaines d’années, il ’y avait pas d’état civil tenu par l’Etat ? C’étaient les communautés religieuses qui le tenaient
      Je pense que cela n’a pas dû changer.
      Je ne peux te donner d’adresse précise, le Ministère de l’Intérieur français a gardé tous les documents que nous avions au moment de notre naturalisation. Et mes parents n’ont pas pensé en faire
      des photocopies.
      On trouve en France des annuaires téléphoniques du début du 20e siècle, peut-être en est-il autant pour l’Egypte. Ceux que j’ai connus, dans mes toutes jeunes années, étaient en français, ceux du début
      du siècle en Egypte, sûrement aussi.
      On peut penser aux archives de la Compagnie de Suez, aujourd’hui absorbée, mais je n’y crois pas trop
      Désolé, mais c’est tout ce que je peux te dire
      Amitiés

      Répondre à ce message

      • Merci de votre recherche !
        sans résultats, hélas, mais cela m’indique que la piste égyptienne est sans issue.
        Mon ancêtre est revenu à Paris dans les années 1880 et c’est là qu’il me faudra le poursuivre... sans savoir son prénom ! Peut-être par les notaires, car avec un peu de bien il devait signer des actes... il y aura toujours un peu de mystère, je le crains !

        Répondre à ce message

  • Bel exemple de recherches pour découvrir l’origine d’un enfant naturel. Comment faire pour retrouver les parents biologiques du docteur Arthur Christophe HUGENSCHMIDT (1862 - 1929).

    Déclaré né du mariage de Christophe HUGENSCHMIDT (1826 - 1893) et de Elisabeth HAUGER (1825 - 1915), employés à la Maison Impériale de Napoléon III, le père et peut-être la mère biologiques seraient autres. On relève l’attention particulière des membres de la famille impériale au bénéfice du docteur Arthur Christophe HUNGENSCHMIDT tout au long de sa vie. Beaucoup d’hypothèses ont été échafaudées, notamment par Alain DECAUX mais aussi par Eddie de TASSIGNY.

    Répondre à ce message

  • Remarquable travail, et remarquable article. Bien sûr, il y a une part de chance, mais quel travail, quelle constance, et quel travail de raisonnement logique ! J’ai fait une expérience du même genre avec un arrière-grand-oncle dont personne n’avait jamais évoqué l’existence, découvert par le plus grand hasard dans un minuscule livre de prix des années 1840, et dont j’ai réussi à retracer le parcours, bref d’ailleurs, car il était mort jeune. Je vous comprends car c’est un grand bonheur de donner de l’épaisseur à un simple nom. Toutes mes amicales félicitations et bonne continuation.

    Répondre à ce message

  • L’improbable découverte de l’origine précise d’un enfant naturel 22 février 2015 17:15, par fabacher gosse françoise

    bonjour monsieur Cro ,
    je suis sans voix ni mots pour vous dire l’admiration à la lecture de cette recherche, c’est fantastique, mais vous avez pu bénéficier d’aides précieuses ! je suis moi aussi bloquée par des enfants naturels et comme la mère s’est beaucoup déplacée depuis la seine maritime puis en champagne, semant quelques enfants en cours de route morts mais où, mettant au monde des enfants dont son compagnon semble être père mais ne les reconnait pas et disparait tout d’un coup, la vie des femmes mères seules était bien difficile, mais quel courage !cordialment ffg

    Répondre à ce message

  • Passionnant !
    Une véritable enquête dans laquelle la chance a peut-être joué mais vous n’avez pas démérité par votre courage et votre ténacité...et une excellente mémoire !!!
    Un seul regret : l’article est trop court ! On a envie de connaître la suite !

    Répondre à ce message

    • Merci pour vos éloges peu mérités car quand on est passionné !!
      La suite de cette histoire est assez simple : la famille dans laquelle elle s’est produite (celle de mon épouse) a eu deux réactions légitimes mais contradictoires : d’une part on a été choqué d’apprendre tous ces détails sur cette pauvre jeune femme dont le métier était le plus vieux du monde, d’autre part, on n’a pas été fâché de savoir qu’à travers le général dont la généalogie est parfaitement établie, on remontait jusqu’à Charlemagne sur plus de quarante générations en tutoyant un certain nombre de têtes couronnées.
      Bertrand Cor

      Répondre à ce message

  • Et que sont devenues les sœurs de Christophe ? Le savez-vous ? C’est vraiment passionnant !

    Répondre à ce message

    • Oui, bien sur. J’ai suivi les sœurs de Christophe. L’une d’elles conduira cette branche à de très belles alliances dont Pierre Pérignon, baron, Pt du Conseil Gal de la Seine, député, le Gal Tirlet, vicomte Cdr de l’ordre de St Louis et de la Légion d’Honneur et Alfred Firmin-Didot, fondateur et Pt de l’illustre imprimerie du même nom.
      Tout ceci pour dire qu’il n’y a pas de fatalité due à une naissance peu glorieuse.
      Bertrand Cor

      Répondre à ce message

  • Bonjour
    Je me présente Pierre Morin du Mouvement Retrouvailles de la
    région de Québec (Canada) , j’ai lu avec grand intérêt cet article qui prouve qu’il ne faut jamais lâcher et faire preuve de persévérance.

    Je me permets de vous demander de publier cet article dans notre revue trimestrielle (Info Retrouvailles )du Mouvement Retrouvailles :http://www.mouvement-retrouvailles.qc.ca/

    Merci à l’avance

    Pierre Morin, Dir. communications Mouvement Retrouvailles région de Québec

    Répondre à ce message

    • C’est avec le plus grand plaisir que je vous donne l’autorisation demandée d’autant plus que je me sens redevable envers mes amis Canadiens des apports qu’ils m’ont faits lors d’une recherche sur un de mes aïeux parisiens mort accidentellement à Québec en 1686. Cette recherche, aussi incroyable que celle de cet article, a fait l’objet d’une communication dans la Gazette du Vendredi 7 novembre 2014 à laquelle je vous renvoie. Sachez que j’ai développé une note de 24 pages sur ma découverte canadienne tout à fait extraordinaire.
      Bertrand Cor

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP