www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Histoire locale > L’hiver 1879-1880

L’hiver 1879-1880

Le jeudi 14 mai 2009, par Claude Beaubestre, Francine Bardant

Francine a retrouvé récemment une carte postale, prise au niveau du pont Saint-Michel, représentant la débâcle de la Seine, au cours de l’hiver 1879-1880. Cette scène, où l’on voit d’énormes glaçons brisant une embarcation, ne nous est pas habituelle. En effet, à notre connaissance, la Seine n’a plus été prise par les glaces depuis 1956 et depuis quelques années les hivers parisiens sont plutôt doux, hormis l’épisode de froid de la fin 2001.

JPEG - 119.5 ko
Figure 1 : Débâcle de la Seine, au pont Saint-Michel, 3 janvier 1880. (Photo Godefroy)

Notre curiosité piquée au vif par cette photo, nous avons procédé à quelques recherches dans les annuaires de l’Observatoire de Montsouris [1]. Nous vous en livrons le résultat…

1°) quelques données météorologiques

L’hiver 1879-1880 fut effectivement très rigoureux. Durant 75 jours, entre les mois d’octobre et mars, la température fut négative. On releva même, le 10 décembre 1879, la température minimale absolue de -23,9°C (à l’air et à l’ombre ; ce qui explique la différence avec le tableau ; voir note * dans le tableau III). Sur un siècle, c’était le record de froid ; 75 jours de gelée, n’était pas un record, mais on ne relève que 7 hivers avec plus de 70 jours de gelée sur la même période.

Le tableau I montre que c’est l’hiver 1788-1789 qui eut le plus de jours de gelée : 86 dont 63 sur les mois de novembre, décembre et janvier. Point n’est besoin de rappeler ce qu’il se passa le mois de juillet suivant…

A contrario, on observe quelques hivers doux avec moins de 20 jours de gelée (en italiques dans le tableau I).

Sur la période 1699 à 1889, il est rare (tableau II) de relever des températures extrêmes aussi basses que celles de l’hiver 1879-1880. On note que seuls les hivers 1788-1789 (encore lui) et 1871-1872 virent des gelées à –21 °C et au-delà. Il est remarquable aussi de constater que plusieurs fois, au cours du XVIIIe siècle, les populations eurent à souffrir de températures avoisinant les –15 °C sur 5 ou 6 hivers consécutifs (par exemple de 1744 à 1748 ou de 1753 à 1758) [2].

JPEG - 155.2 ko
Tableau I : nombres mensuels de jours de gelée entre 1788 et 1879

Il est intéressant de noter aussi que sur la série, on ne relève aucun hiver ayant une température minimale positive. Seules les années 1720 et 1724 ont un minimum à 0 °C. Cependant, les moyennes saisonnières hivernales sont positives, à l’exception des hivers 1830, qui tient le record, et 1880.

Le tableau III résume l’ensemble des données météorologiques de l’hiver 1879-1880. Ces données sont traduites en courbes sur les figures 3 et 4. On observe sur la figure 3 que la période de fortes gelées concorde avec une situation anticyclonique marquée (hautes pressions) caractérisée par une atmosphère stable, calme et dégagée.

JPEG - 71.5 ko
Figure 2 : l’abri des thermomètres de Montsouris
Document extrait de l’Annuaire de l’Observatoire de 1881.
JPEG - 134.1 ko
Tableau II : températures les plus basses observées à Paris
JPEG - 98.5 ko
JPEG - 104.6 ko
Tableau III : quelques données météorologiques de l’hiver 1879-1880
* À la surface du sol et sans abri
JPEG - 63.1 ko

La figure 4 confirme que cet hiver fut très froid, surtout au mois de décembre où l’on constate que la température maximale moyenne fut de – 3,3 °C… Probablement un hiver aussi rigoureux avait-il eu des conséquences en termes de santé. C’est ce que nous avons cherché à savoir.

2°) quelques données de santé publique

On trouve, dans l’Annuaire de l’Observatoire de Montsouris de 1881, un chapitre consacré à « la relation des bactéries atmosphériques avec les décès causés par les maladies infectieuses et épidémiques ». Le docteur Miquel, chef du service de micrographie, y explique que « …, les maladies infectieuses et épidémiques se transmettent le plus habituellement par les eaux potables et les fleuves ». Constatant que cette affirmation est loin de tout expliquer, il remarque qu’une « multitude de faits viennent démontrer que les poussières sèches sont aussi pour beaucoup dans la transmission des maladies contagieuses ». Mettant aussitôt un bémol, il fait part de son sentiment qu’il est nécessaire « de limiter la part que l’air libre peut avoir dans le transport des poisons morbides ». Pour lui, le « rôle de l’atmosphère est très restreint ».

Après quelques considérations sur les maladies zymotiques [3] (c’est-à-dire dont les causes étaient inconnues à l’époque), il développe un raisonnement qui veut que si il est impossible au micrographe de rechercher des éléments pathogènes qu’il ne connaît pas, il semble « évident que les bactéries meurtrières ou non possèdent toutes le même mode de diffusion, que le vent, la sécheresse ou la pluie » agiront de semblable façon sur les ferments morbides ou inoffensifs.

Ainsi donc, « comme l’observation le fait pressentir, les recrudescences des bactéries vulgaires doivent coïncider avec les recrudescences des bactéries infectieuses, […] ; en un mot, la statistique des schizomycètes [4] atmosphériques, effectuées en bloc, peut donner des indications utiles sur le nombre relativement grand ou faible des ferments morbides ».

JPEG - 138.2 ko
* Il s’agit là de valeurs approchées ; j’ai en effet dû les extrapoler du graphique original.

Ce sujet, à l’époque était tout à fait neuf. La figure 5 a été reconstruite à partir des données (Tableau 4) utilisées par Miquel qui proviennent des relevés météorologiques de Montsouris, de ses travaux de dénombrements bactériens dans l’atmosphère et des statistiques démographiques publiées par le Dr Bertillon (le frère de l’inventeur du Bertillonnage, c’est-à-dire les relevés anthropométriques).

JPEG - 72.2 ko

« Du mois d’octobre 1879 à la première quinzaine de janvier 1880, la courbe des décès causés par les maladies épidémiques ou contagieuses présente de légères oscillations et une marche ascendante n’ayant aucun rapport avec la distribution des bactéries atmosphériques. […] C’est surtout à partir de fin janvier, après une recrudescence remarquable de bactéries, que la courbe des décès s’élève brusquement pour se maintenir haute, avec tendance à faiblir en février ».

Ces données ne permirent pas à Miquel de tirer des conclusions, qu’il ne voulait pas hâtives, considérant que ces fluctuations pouvaient être dues au hasard. Il essaya bien de relier les données métrologiques dont il disposait aux données de morbidité, maladie par maladie, mais l’état des connaissances microbiologiques de l’époque (on ne faisait pas encore bien la différence entre maladies causées par les bactéries, les virus ou … les miasmes [5] ; le bacille tuberculeux ne sera identifié que l’année suivante [6]) ne lui permettait pas de trancher. Il indique cependant qu’en « construisant une courbe avec la somme des décès causés par ces dernières affections [fièvre typhoïde, choléra infantile, fièvres éruptives], les coïncidences deviennent saisissantes ». Malheureusement, il ne donne pas la courbe, ni les chiffres…

Là où la valeur scientifique de Miquel se révèle c’est qu’il conclut en remarquant que ses mesures de bactéries de l’atmosphère sont pratiquées à Montsouris, mais que les parisiens qui meurent de ces affections habitent Paris intra muros. Ainsi, « l’Observatoire de Montsouris est, par sa situation, un lieu mal choisi pour obtenir la courbe des variations des bactéries tenues en suspension dans l’atmosphère du centre de Paris ». C’est pour cette raison qu’il a « jugé indispensable d’établir une station de microscopie peu éloignée du centre ». Le maire du IV ème arrondissement mettra à sa disposition un local rue de Rivoli et en 1882, dans l’Annuaire, le docteur Miquel développera cette question à partir de nouveaux travaux.


[1Annuaire de l’Observatoire de Montsouris pour l’an 1881, id. 1882, ibid. 1890.

[2Emmanuel Leroy-Ladurie, dans son Histoire du climat depuis l’an mil, parle même de « petit âge glaciaire ».

[3En rapport avec la fermentation, maladies infectieuses et inoculables.

[4Classées, jusque dans les années 1960, dans le règne végétal selon le système traditionnel à deux règnes, les bactéries étaient considérées comme la forme la plus élémentaire des champignons, et on leur attribuait le nom de schizomycètes, ou « champignons scissipares ». Désormais, les bactéries appartiennent au groupe des procaryotes.

[5Vapeurs sans substances non bactériologiques empoisonnant les corps.

[6Cf. Pierre Darmon, L’homme et les microbes XVIIe-XIXe siècle.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • L’hiver 1879-1880 16 mai 2009 08:41, par Patrick GUILLOT

    Bonjour,
    j’ai reçu dernièrement une photo similaire. On voyait de la glace sur la Seine. La légende est « 1899 - confélation artificielle de la Seine pour creusement et enfouissement d’un caisson » . Cette photo fait partie d’un beau diaporama sur les travaux du Métro à Paris.

    1879-1880 ou 1899 ?

    Il doit bien y avoir une explication (?).

    Cordialement

    Patrick GUILLOT

    Répondre à ce message

  • L’hiver 1879-1880 16 mai 2009 10:14, par Patrick Guillot

    Il faut lire « congélation de La Seine »

    Désolé

    cordialement

    Patrick Guillot

    Répondre à ce message

  • L’hiver 1879-1880 16 mai 2009 11:22, par Chrivaud

    J’ai habité pendant une dizaine d’années au confluent de la seine et de l’yonne à Montereau-fault-yonne au sud de la seine et marne , et je me souviens très bien de l’hiver 1960 ou 1961 où pendant quelques jours la seine charriait des blocs de glace et où les bateliers à quai devaient casser la glace avec de grande piques autour des bateaux pour les libérer .Il y avait même quelques enfants... inconscients, qui s’aventuraient sur la glace. Je me souviens aussi que du haut du pont de fer provisoire de l’époque nous jettions de grosses pierres qui se plantaient dans la glace sans la briser . La navigation était évidemment impossible. Mais cependant la situation n’en était pas au point catastrophique de la photo.

    Répondre à ce message

    • L’hiver 1879-1880 16 mai 2009 20:54, par Bernadette

      Encore plus près, en 1985 ou 86, je ne sais plus très bien, la Seine charriait de gros blocs de glace. Je les voyais lorsque je passais en bus sur le pont de Tolbiac. Et sur le lac du Bois de Vincennes il y en avait qui se baladaient malgré l’interdiction. Cet hiver là, dans le 12e, nous avions des stalactites aux fenêtres. Jamais revu depuis.

      Répondre à ce message

  • L’hiver 1879-1880 16 mai 2009 12:51, par Mireille SIMONNET (simang)

    Bonjour, Bravo pour ce moment d’histoire très intéressant. Votre article nous donne des informations sur le quotidien de nos anciens. Nous pouvons mieux situer les périodes d’épidémies, de disette... J’espère pouvoir trouver le même type d’informations en province : Aube, Meuse, Deux-Sèvres, Haute-Garonne. Un grand merci de nous avoir fait partager vos trouvailles. Amitiés, Mireille SIMONNET (simang)

    Répondre à ce message

  • L’hiver 1879-1880 16 mai 2009 14:34, par soleil8

    Bonjour,
    Merci pour tous vos articles. C’est très intéressant de connaître nos anciens dans leur vie de tous les jours.

    Dans le même genre, j’ai trouvé un article sur les gelées de l’hiver 1709. Il est situé dans les archives de Lieusaint (états civils sur internet) (1701-1748) vue44.
    Cet article raconte que les blés ont gelé, les arbres fruitiers aussi, ainsi que les noyers.Les animaux moururent faute de nourriture.

    Je ne suis malheureusement pas assez qualifiée pour traduire correctement cet article en entier.
    Merci pour votre gaztte
    Cordialement

    Régine

    Répondre à ce message

  • L’hiver 1879-1880 16 mai 2009 14:41, par nathalie chassériau

    Voici le témoignage de mon arrière-grand-père, le docteur Raimond Sabouraud, dans ses « Mémoires ». Il avait 15 ans et venait d’arriver à Paris de sa Vendée natale, pensionnaire chez les jésuites du collège Vaugirard. J’ai inclus votre carte postale dans ma retranscription des Mémoires. Merci de ce cadeau !

    Nathalie Chassériau

    « J’arrivai en 1879 en octobre et l’hiver de 79-80 fut terrible. Je ne me rappelle pas en avoir traversé de semblable. On passait la Seine en charrette, on y allumait du feu. La glace avait 30 cm d’épaisseur. Nos thermomètres dans les cours avaient tout leur mercure réfugié ans la cuvette, il descendit bien au-dessous de la graduation qui n’allait qu’à 20 degrés. Il tomba tellement de neige que nos cours en avaient un m. d’épaisseur. Nous construisions des huttes énormes et tellement sourdes que nous n’entendions pas la cloche de la cour. À quinze ou vingt nous taillions des blocs dans la neige, des blocs gros comme des pianos et nous en faisions des pyramides que l’on creusait ensuite (?). La neige empêcha cette année de transformer la cour en patinoire. La gelée perpétuelle entre -12° et -25° dura jusqu’au 19 février, qui fut un jour de déluge invraisemblable ».

    Répondre à ce message

  • L’hiver 1879-1880 17 mai 2009 18:28, par jhenrid

    Eh oui.
    En 1956, du 31 janvier au 3 mars, le gel fut continu. La Sambre à Jeumont-Erquelinnes est restée gelée pendant 23 jours, empêchant les péniches chargées de charbon d’alimenter le port d’Erquelinnes. Les marchands de charbon durent aller eux-mêmes s’approvisionner aux charbonnages du Borinage, du Centre ou de Charleroi. le 31 mars entre 14h et 17h le tthermomètre a chuté de 14°. Le 14 février,, les paras de Flawinne faisaient l’exercice sur la Meuse gelée que les chars légers traversaient. Ce même jour on a enregistré -34° sur le pont de Dinant (en plein air et sous la bise).

    Répondre à ce message

  • L’hiver 1879-1880 19 mai 2009 14:21, par André VESSOT

    Bonjour Claude et Francine,

    Bravo pour votre article très bien documenté. La lecture de votre article m’a fait tilt lorsque je suis allé aux archives départementales du Rhône, car il y avait une photo de 1879-1880 intitulée « une mer de glace sur la Saône », un spectacle du même type que celui de votre carte postale.

    Merci de nous avoir fait partagé ces informations.

    André

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP