www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Chroniques de nos ancêtres > L’histoire du Curé de Châtenay > L’histoire du Curé de Châtenay : Du séminariste modèle au scandale

L’histoire du Curé de Châtenay : Du séminariste modèle au scandale

Le vendredi 4 juin 2021, par Alain Denizet
Un jour dans un grand parterre
Dieu cueillit une tendre fleur
Pour l’apporter au séminaire
Que de son agréable odeur
Elle embaumerait pour la vie
Eh bien ! Ce fertile parterre
Qui ne l’a déjà deviné
Le premier, tu reconnus, Père
Le cher village où je suis né
Le charmant pays d’Ymonville
Dont tu fis la gloire et l’honneur. »

Séminariste modèle

« Un jour… » Ce pourrait être il était une « foi ». Le poème du jeune séminariste a les préludes d’un conte où la fée se serait effacée devant Dieu.

Quand Joseph Delarue le compose en juin 1887, il a seize ans. Comme ses camarades, chaque année, l’adolescent sacrifie à la tradition qui, par la rime, rend hommage au supérieur du petit séminaire de Chartres, Cyrille Ychard.

JPEG - 240.3 ko
Le petit séminaire de Saint-Chéron. Les lettres du prénom du supérieur sont au premier plan, composées avec des tiges de roses. Archives diocésaines de Chartres.

Le petit Beauceron y célèbre son village d’Ymonville, « fertile parterre » touché par la grâce du geste divin. À vingt ans révolus, Joseph file encore la métaphore florale en l’honneur cette fois du supérieur du grand séminaire, lui dédiant « un bouquet odorant… aux riantes couleurs [1] ».

À la différence de ses condisciples, il ne verse ni dans l’allégorie politique qui pourfend les ennemis de l’Église, ni dans le récit d’instantanés de la vie au séminaire. Non, Joseph exprime une sensibilité candide à la nature et, dans d’autres écrits rimés, il s’émeut des oisillons s’apprêtant à l’envol vers les cieux. À sa représentation idéalisée ne manque que le murmure de l’eau pour figurer le Paradis. Son innocence émerveillée magnifie l’œuvre du Créateur qu’il promet de servir « par son travail et sa conduite exemplaire ». Promesse tenue, Joseph est ordonné prêtre le 23 juin 1895.

JPEG - 240.6 ko
Une autre ode de Joseph Delarue à Cyrille Ychard, supérieur du petit séminaire, marquée par la candeur

Le curé de Châtenay, objet de scandale

En 1906, onze ans plus tard, l’ancien séminariste, devenu curé de Châtenay, est au cœur d’un énorme scandale. La presse cléricale déverse sur son nom un tombereau d’injures : « Traître à son Dieu, à son évêque, à ses confrères, à sa famille et à son pauvre père que sa trahison courbe vers la tombe », écrit La Croix le 26 septembre qui, avec une violence stupéfiante, récidive le 30 en se pinçant le nez :

« Penchez-vous avec précaution et regardez : voyez cette chose, qui n’a de nom dans aucune langue, ce cadavre qui flotte dans la cloaqua maxima dont les eaux vaseuses charrient tant de détritus. Détournons les yeux de cette triste épave. »

L’Ami du clergé, hebdomadaire de référence, qui entend considérer l’affaire Delarue dans le temps long, affirme sans sourciller : « Si l’histoire de l’Église révèle un certain nombre de scélératesses, elle ne nous a rien révélé d’aussi écœurant [2]. » Qu’il est loin le temps des poèmes, du pépiement des oiseaux et des végétaux odorants.

JPEG - 217.7 ko

Née dans le contexte explosif de la Séparation des Églises et de l’État, l’affaire Delarue fait des mois durant la une de la presse française. Car à travers l’itinéraire singulier d’un homme, elle soulève des questions fondamentales auxquelles l’Église catholique est confrontée – encore aujourd’hui –, celles du célibat et de la chasteté des prêtres et plus largement celle de leur rapport au monde.
Pour la saisir dans toute sa complexité, il convient d’abord de revenir à l’enfance du jeune Delarue, au polissage de son esprit au séminaire et à ses années d’apostolat à Châtenay avant d’envisager dans un deuxième temps le scandale proprement dit. En quelque sorte, considérer les voies du Paradis avant celles de l’Enfer que La Croix promit à ce « Judas ».

Prochain article : un fils de paysan au séminaire

L’histoire du curé de Châtenay est racontée dans le livre « le roman vrai du curé de Châtenay, 1871-1914 » ed. EM.

JPEG - 78.4 ko
https://alaindenizet.fr/

Lire l’avis de la revue L’Histoire


[1Les odes aux supérieurs sont conservées aux Archives diocésaines de Chartres.

[2L’Ami du clergé, novembre 1906.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

  • Bonjour.
    Un prêtre n’est en rien tenu à la chasteté, comme mentionné, il fait voëux de célibat !

    Répondre à ce message

  • Dans cette histoire toute l’ambiguïté et le paradoxe de l’église, non seulement il n’y a pas de vœux de chasteté, mais aux rapports simplement humain, je me souvient petit (j’ai été enfant de coeur) pendant 4 ans, les curé et abbés avaient des rapports « humains » principalement avec des femmes, et justement la chair « même d’une curé est faible » !
    après il est tellement facile de culpabilisé un individu qui n’a été qu’un homme
    G debant

    Répondre à ce message

  • S’il vous plait ne publiez pas des messages aussi ridicules : l’Église n’autorise pas les rapports sexuels hors mariage, le vœu de célibat suppose donc la chasteté.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Les prêtres d’autres religions dites « judéo-chrétiennes » (tels que pasteurs, rabbins) sont autorisés à se marier , il en était de même pour les prêtres catholiques jusq’au 12 ème siècle, je crois.
    Voir les livres d’Agatha CHRISTIE évoquant l’épouse du pasteur anglican et ses oeuvres de charité, les fêtes paroissiales ; il y en a même une , jeune mariée prénommée Griselda qui est enceinte.
    Au moins, ils sont dans le courant de la vie quotidienne et sont mieux à même de comprendre les problèmes des paroissiens et paroissiennes.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le mariage n’a pas toujours été interdit !
    En 325, le Concile de Nice pose officiellement le débat, sans que celui-ci ne débouche pour autant sur une prise de décision claire. Le célibat figure donc très tôt parmi les sujets de dissensions qui vont – entre autres – amener de nombreux bouleversements, tels que le schisme de 1054 entre catholiques et orthodoxes ou la réforme protestante. Jusqu’au Moyen-âge, de nombreux prêtres catholiques sont mariés en dépit des directives du Vatican, et ont des enfants.

    Cette dernière information amène peu à peu une dimension économique à la discussion. En effet, l’Église ne souhaite pas que ses biens se retrouvent progressivement accaparés par la descendance des prêtres.

    À partir du Concile de Rome en 1079, le pape Grégoire VII décide de régler la question. Désormais, il est interdit de recruter les prêtres parmi les hommes mariés. Bien qu’elle émane du pouvoir suprême de l’Église, cette règle sera là encore peu respectée. Du moins au début. En 1139, tout mariage d’un prêtre est considéré comme interdit et invalide, avec des sanctions pour les contrevenants. Le ton se durcit, et le célibat s’impose durablement pour les hommes d’Église. C’est à cette dernière qu’ils sont désormais mariés

    Répondre à ce message

    • Bonjour, Merci pour vos précisions. Je donne les mêmes dans mon livre afin d’inscrire le célibat de l’abbé Delarue dans la longue histoire de l’ Eglise. Ajoutons que l’ Eglise Catholique déroge à la règle du célibat dans quelques cas : dans les église orientales ( maronites, par exemple), des hommes déjà mariés peuvent être prêtres et des prêtres mariés anglicans ont rejoint l’ Eglise Catholique qui les acceptés « tels quels ».

      Répondre à ce message

  • Merci Mr Denizet d’avoir retracé cette histoire si bien documentée .
    Grâce à vous , j’ai passé un exaltant moment de lecture . Cette biographie se lit , à la fois comme un polar , et vous tient en haleine de la première à la dernière page mais traduit également parfaitement les mentalités des communes rurales du tout début XX ème siècle.
    Il faut surtout le lire en se plaçant dans le contexte de l’époque.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP