www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917

Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917

Hommage rédigé par sa petite nièce Christine Marliet


jeudi 18 décembre 2014, par Christine Marliet, Michel Guironnet

Répondre à cet article

Lorsque j’étais au collège, j’ai eu un exposé à rédiger sur la Guerre de 1914-1918 à partir de témoignages de personnes ayant connu cette période. C’était en 1966, j’avais alors interrogé ma grand-mère qui avait eu 19 ans en 1914. Elle ne s’était jamais remise de la perte de son unique jeune frère, suivie du décès de ses parents. Les notes qui suivent ont été quasiment prises sous sa dictée.

Tous les livres et les témoignages sur la Guerre de 1914-1918 sont unanimes pour reconnaître la fougue, le courage des soldats, leur héroïsme. Ceci est dû en grande partie à leur jeune âge.

Peu de hauts gradés se battent sur le Front, mais surtout des engagés volontaires. La plupart des soldats est formée de vrais patriotes partis pour la liberté de la France, pour la reconquête des terres perdues en 1870.

D’autres, par contre, sont dans les tranchées sans avoir encore très bien compris ce qui leur arrive, tel ce jeune étudiant, commandant d’artillerie qui, profitant des accalmies, prépare son diplôme d’ingénieur et qui, un jour de défaite, crie à ses hommes "le sauve qui peut".

Ceux-là partent à l’attaque quand on l’ordonne mais le moral est bien bas. Ainsi et peu de livres le relatent, il leur faut avaler une rasade de rhum pour "y aller". De même, pour soutenir le moral des troupes, les chefs organisent un roulement entre les hommes en position sur le Front et ceux qui sont légèrement en arrière des lignes.

Pour tous, la vie est insoutenable, les tranchées sont des tombeaux. Pour dormir, ils étendent leur capote sur la boue et tentent de se reposer ainsi par tous les temps. Parfois, des cigarettes leur parviennent.
Le plus dur est d’attendre le moment de l’attaque dont l’heure demeure secrète bien que le bruit de son imminence court depuis un ou deux jours.

Les familles, les civils ignorent quasiment ces souffrances car les soldats ont une permission tous les six mois et les lettres sont soumises à la censure en prévention contre l’espionnage.En effet, celui-ci est intense et l’espionnage allemand s’est exercé bien avant la guerre.

Mon grand-oncle Ferdinand Angousture qui avait étudié l’allemand au lycée Ampère de Lyon, avait eu pendant ses études un jeune correspondant et avait séjourné chez ce dernier, en Westphalie en 1913. L’aversion des Allemands pour la France et même leur méchanceté envers les Français l’avaient frappé, d’autant qu’il avait fréquenté un milieu évolué puisque son correspondant était le fils d’un des douze conseillers du Kaiser Guillaume II.

Ferdinand avait relaté à sa famille une conversation qu’il avait eu avec un colonel où il était question de trois zeppelins qui avaient survolés la France et s’étaient écrasés. La conversation s’était envenimée et l’on avait parlé avec vigueur de l’Alsace-Lorraine.

Mon arrière-grand-père, Emile Angousture, pharmacien à Lyon, est mobilisé pendant la guerre à l’hôpital de Barcelonnette.

Un jour, il est chargé d’accompagner des prisonniers allemands blessés au Fort de Tournoux, non loin de là. Quelle n’est pas sa surprise d’entendre ces officiers parler avec exactitude du lieu où ils sont et d’indiquer le chemin à prendre pour aller au fort. Mon arrière-grand-père leur demande comment ils le connaissent et pourquoi ils sont certains de ne pas avoir été détournés de la bonne route. Un officier lui réplique que les arbres avaient été marqués bien avant la guerre.

La vie des civils est de plus en plus difficile avec la durée de la guerre. Les hommes âgés sont mobilisés, les jeunes sont à la guerre, alors les femmes se mettent au travail. A la campagne, les paysannes et les enfants habitués au travail de la terre vivent décemment, mais en ville, seules les femmes robustes prennent la relève des hommes dans les usines car il s’agit principalement de travaux de force.

Les autres, les vieillards, les pauvres vivent de la soupe populaire et du peu de charbon qui leur est donné gratuitement. Quant aux classes plus aisées, elles ne ressentent pas les rigueurs de la guerre car le marché noir est encore mieux organisé qu’il ne le sera pour la prochaine guerre.

Les journaux ont des nouvelles tronquées du Front, les reportages sont donc incomplets et la population s’intéresse à la lutte des partis politiques et appelle cette guerre : "la guerre des curés". Car, c’est surtout le parti démocrate formé du clergé et de la haute société qui dirige le pays. En opposition à ce parti, s’active le parti radical avec Edouard Herriot.

Mon grand-oncle Ferdinand Angousture est engagé en juillet ou août 1917, il a eu 19 ans au mois d’avril et vient de réussir son baccalauréat.
 [1]

Il a décidé de partir avec huit de ses camarades mais est engagé avec difficulté car il ne voit presque plus d’un œil. Finalement, il réussit à l’être grâce à la protection d’un commandant. Il part pour nettoyer les tranchées à la place d’un père de famille de trois enfants. Selon lui, ce travail est atroce.

Un soir, qu’il est avec quatre ou cinq autres soldats, de garde dans la tranchée, dans une forêt de la Champagne, il entend, non loin d’eux, des allemands parler et se demander où ils se trouvent. Ferdinand qui possède bien l’allemand, leur répond. Les autres, heureux, croyant entendre des compatriotes, s’approchent sans prendre garde et sont faits prisonniers. Les Allemands sont dix contre cinq ou six Français.

Au cours d’une attaque, il s’écroule pris d’une crise d’appendicite. Son chef le fait reculer vers les ambulances, à l’arrière, avec un camarade atteint aux jambes. Ainsi, tous les deux, sans aide, partent sous la mitraille. La nuit est d’un noir dense, seulement éclairée par le sillage des obus. Un obus explose à côté d’eux. « Hé bien ! Il n’est pas passé loin, celui-là » crie Ferdinand à son camarade qu’il soutient. Mais ce dernier ne répond pas et s’effondre. Ferdinand veut le redresser et dans la nuit dense, pour savoir ce qu’il a, lui passe une main sur le visage. Sous ses doigts, il sent que la calotte crânienne a disparu, enlevée par un éclat d’obus. Hébété par le bruit, il laisse là son camarade pour avertir un brancardier.

Lors de la bataille de la Malmaison, Ferdinand est agent de liaison entre le 28e bataillon de Chasseurs Alpins auquel il est affecté et le 283e Régiment d’Infanterie. Ce jour-là, durant toute l’attaque, il traverse le front de part en part pour porter les ordres et s’en sort sain et sauf.

Le soir, alors que le calme semble revenu, il se tient devant le commandement avec les officiers et le colonel du 283e R.I. Celui-ci lui demande d’attendre une accalmie pour rejoindre son bataillon, lorsqu’un éclat d’obus vient le frapper à la tempe. Il a dix-neuf ans et demi, ce 23 octobre 1917. Il est inhumé à côté de la tranchée du Cuivre, près du poste de commandement. Il était sorti indemne de combats terribles. Du 28e bataillon, il ne reste plus que quinze hommes.
 [2]

Le 17 novembre seulement, son père reçoit la visite d’un émissaire du maire de Lyon lui annonçant la mort de son fils et le don de la France de 1 000 francs pour les funérailles.

Le 15 juillet 1918, le Général Brissaud-Desmaillet, commandant la 66e division, cite le Chasseur Angousture Ferdinand à l’Ordre de la Division.

JPEG - 93.8 ko
Extrait de la citation à l’ordre de la division n° 707 du 23 novembre 1917

Par arrêté ministériel du 22 avril 1920, publié au Journal Officiel le 22 septembre 1920, la Médaille Militaire est attribuée à la mémoire du Chasseur Angousture Ferdinand.

Entre temps ses parents sont morts de chagrin, son père le 15 mai 1918 à 51 ans, sa mère le 21 mai 1920 à 48 ans. De lui, il ne reste que son nom gravé sur le monument aux Morts du lycée Ampère de Lyon. [3]

Les nettoyeurs de tranchées

En janvier 2008, vous aviez fait paraître les souvenirs de ma grand-mère sur la première Guerre Mondiale et son frère Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans, que j’avais rédigés en 1966 pour un devoir d’histoire au collège. J’avais repris le texte d’origine en corrigeant quelques maladresses d’écriture et avais eu le tort de ne pas m’interroger sur le fond.

En ce centenaire de 1914, je parlais récemment de ce souvenir avec un ami professeur d’histoire lequel m’ouvrit les yeux sur le « nettoyage des tranchées ». Ma grand-mère disait avec innocence que son frère s’était engagé pour nettoyer les tranchées, ce qui dans son esprit avait un sens bienveillant qu’elle devait assimiler au confort des soldats. A chaque permission, il disait que ce travail était atroce, mais jamais, elle n’avait su l’horreur que cela signifie. L’histoire officielle n’en parle quasiment pas.

Les nettoyeurs de tranchées formaient une seconde vague d’assaut qui devait neutraliser les poches de résistance ennemie en capturant des prisonniers, en récupérant du matériel, des informations (Ferdinand parlait couramment l’allemand) et, le pire, en s’engageant au corps à corps après avoir lancé des grenades si les combattants adverses survivants résistaient. Le nettoyage de tranchées s’intensifia à partir de 1917 pour garantir à la première vague d’assaut qu’il ne restait pas de combattants ennemis derrière elle. Les nettoyeurs avaient une formation spécialisée, ils étaient équipés de grenades, d’armes à feu pour tuer avec « honneur » l’ennemi, mais, en fait, ils possédaient aussi des couteaux pour se défendre et tuer. Pour « y aller » Ferdinand racontait qu’ils avaient droit à une rasade d’alcool (rhum ou gnôle). Moi, je croyais que c’était pour avoir le courage de sortir de la tranchée et partir le fusil en avant face aux obus et aux lignes ennemies !

Ferdinand avait réussit son baccalauréat et se destinait à des études de pharmacie pour seconder son père pharmacien à la Croix-Rousse à Lyon puis, lui succéder. Il avait été élevé avec droiture dans une famille où l’empathie existait fortement car son père soignait souvent gratuitement les canuts les plus pauvres.

Quelle haine, quelle propagande ont-elle conduit ce jeune homme à être volontaire pour tuer au corps à corps d’autres hommes ?

Je le sais, je raisonne en 2014 confortablement installée devant mon ordinateur dans un pays en paix. Depuis mon enfance personne ne me rabâche qu’il faut reprendre l’Alsace et la Lorraine. Lorsqu’il s’était engagé, s’avait-il ce qu’il aurait à faire ? Le gouvernement et l’armée censuraient le courrier et les journaux mais il partait pourtant bien pour nettoyer les tranchés à la place d’un père de famille de trois enfants.

Il fut tué à Pargny-Filain le 23 octobre 1917 et ses parents en moururent de chagrin, son père le 15 mai 1918 à 51 ans, sa mère le 21 mai 1920 à 48 ans. C’est ainsi que le relatait sa sœur.

Autre question iconoclaste : son père pharmacien ne s’est-il pas suicidé ? Il en avait les moyens. Je sais que sa mère est morte d’une péritonite.

Je pense maintenant à sa sœur, ma grand-mère, avec son éducation bourgeoise qui interdisait aux jeunes filles l’accès aux réalités de la vie et de la société. Elle a perdu son fiancé en 1916 (je l’ai su par hasard, elle n’en parlait jamais), puis son frère et ses parents et fut seule à 25 ans. Elle n’avait sans doute pas assez de valeur aux yeux de son père pour le retenir.

Pour la vérité et après mure réflexion, il est indispensable pour moi que je vous communique ces réflexions.


Sur les "nettoyeurs de tranchées", lire l’ouvrage de Claude Secondi :
Il était nettoyeur de tranchées en 1917

voir aussi les échanges des passionnés du Forum Pages 14-18 :
http://pages14-18.mesdiscussions.net/forum1.php?config=pages1418.inc&cat=3&post_cat_list=|3*pages1418|5*pages1418|23*pages1418|10*pages1418|18*pages1418|7*pages1418|1*pages1418|&trash=0&orderSearch=1&recherches=1&resSearch=200&jour=0&mois=0&annee=0&titre=3&search=NETTOYEUR+TRANCHEES&pseud=&daterange=2&searchtype=1&searchall=1

notamment celles-ci : http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/forum-pages-histoire/nettoyeurs-tranchees-sujet_1971_1.htm

Ce n’est pas le côté le "plus reluisant" de la Grande Guerre.... mais c’est de l’histoire réelle, loin des poncifs lus dans la presse d’alors, et dans celle d’aujourd’hui !

P.-S.

Cette nécessaire recherche d’informations complémentaires pour situer ce document dans son contexte n’a été possible que grâce à la « galaxie » des sites et forums sur Internet consacrés à la Grande Guerre et à ses passionnés. Qu’ils en soient ici remerciés ! Michel Guironnet

Notes

[1Né le 08/04/1898 à Lyon (Rhône). Fils de Daniel Emile et TEILLON Marie Augustine Agathe.

[2Sur la Bataille de la Mailmaison, on consultera le site de l’incontournable Chtimiste http://www.chtimiste.com/batailles1418/combats/la%20malmaison1917.htm et le site du Chemin des Dames, avec une carte animée de la bataille http://www.memorial-chemindesdames.fr/pages/batailles_detail.asp?id_bataille=14 Le 28e BCA fait alors partie de la 66e Division d’Infanterie avec les 6e,27e,46e, 64e, 67e, 68e BCA le 5e BCP et le 2e BCA territorial. Le 283e RI fait partie de la 67e DI avec les 220e et 288e RI.La 66e DI occupe un secteur vers le Panthéon. La 67e DI est entre le Panthéon et l’Epine de Chevregny. Ces deux divisions attaquent sur Pargny et Filain (combats des Bovettes)

[3Informations complémentaires tirées de sa fiche de renseignements établie par la mairie de Lyon : Soldat au 28e B.C.P. - Célibataire Étudiant à Lyon, Né en 1898 dans le Rhone, Matricule 9545-417, type de décès : Blessures de guerre, éclats d’obus à la tête, avis corps 14/11/1917 Grenoble (38), avis aux proches transmis le 17/11/1917 à Parents 9 Place Morel, notes et commentaires :Inhumé à coté de la tranchée du Cuivre tout près du poste de commandement, transféré cimetière militaire détail A tombe 1236 à Vailly sur Aisne notifié le 8/8/1918, Parents pharmaciens, soeur infirmière à l’asile de Bron le 12/2/1921

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

34 Messages

  • De René Cousin de Laval

    Vous avez dit :"De lui, il ne reste que son nom gravé sur le monument aux Morts du lycée Ampère de Lyon." Et bien NON ! Car l’hommage que vous avez écrit a suivi les chemins mystérieux de l’internet et il a été lu et fort apprécié.Il devrait être fier de cet hommage posthume. Bien cordialement

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 28 mars 2008 17:55, par Simone Milhé

    Je viens de lire avec émotion le peu de vie puis la mort de Ferdinand Angousture : je trouve sain de rappeler ce que fut cette guerre et d’avoir un tel témoignage, bien rédigé de surcroît ...
    Pour autant, et maintenant que nous portons tous en nous ce jeune homme arraché à la vie par un patriotisme exacerbé, ne serait-ce pas le moment de faire son deuil de toute guerre ?
    Afin que nul ne meurre ... et que chacun vive en paix ?
    Je sais, c’est un voeu pieux qui n’a que le mérite d’être ce qu’il est : je le souhaite cependant ne serait-ce qu’en hommage à tous ces disparus ...

    Et merci encore à la rédactrice de ce très beau récit ...

    Simone Milhé

    Répondre à ce message

    • Je vous remercie pour vos compliments. J’ai écrit ce texte en pensant à mon grand-oncle mais aussi à tous ses camarades fauchés en pleine jeunesse, beaucoup sans descendance et dont il ne reste qu’un nom gravé sur un monument. Ils étaient partis pour la “der des der”, hélas depuis il y a eu bien d’autres guerres dans le monde. Je partage aussi votre voeu, ce serait le plus beau des hommages à leur rendre.
      Très cordialement.
      Christine Marliet

      Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 28 mars 2008 20:55, par Francis Collin

    C’est beau, vous avez contribué à ce que votre grand père reste « vivant » pour ses descendants et nous tous. Comme mes deux grands pères, dont j’ai recueilli quelques souvenirs, car ils ont échappé à cet enfer.
    Mais ce que je voudrais dire avant tout, c’est que ces boucheries n’ont jamais servi de leçon à personne. Que les guerres continuent au nom de la démocratie, dit-on. En réalité, au nom des puissants et de leur fortune. Je souffre de savoir que la jeunesse de nos grands pères s’est engluée dans la boue des tranchées, qu’ils ont été sacrifiés par les généraux qui savaient qu’au retour des offensives il en manquerait un pourcentage connu à l’avance. Cela me révolte, car 50 ans après la guerre mon grand-père Louis Imbert faisait encore des cauchemars insoutenables. Les héroïques officiers des états majors en faisaient-ils encore ? Et cette guerre à quoi a-t-elle servi ? Aujourd’hui l’Alsace et la Lorraine sont Européennes et l’on est ami de chaque côté du Rhin.
    Je souhaite ardemment que nos dirigeants aient conscience que l’Homme est fait pour la paix et que la guerre ne résout rien.

    Répondre à ce message

    • Je suis très ému par ce récit et par les réactions qu’il suscite. Pour ajouter juste un petit mot, qui va dans le même sens. Mon grand-père, qui a fait lui aussi son devoir en 14/18 dans le 93e RI, m’a dit un jour, « Clemenceau, qui aurait pu finir la guerre dès 1915, puisque les Allemand avaient dès cette époque, fait déjà dés propositions de paix, et qui avait pour habitude de rétorquer à l’assemblée national, - Moi Messieurs, je fais la guerre ! - S’il était venu avec nous dans les tranchées, il ne serait sûrement pas passé quinze jours sans que lui aussi demande la paix. »

      Répondre à ce message

      • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 20 décembre 2014 19:21, par René Mettey

        Ce que vous dîtes de Clemenceau me réconforte ! En effet, depuis de longues années, m’appuyant sur des écrits et avis d’historiens, je prétend que Clemenceau était un va-t-en guerre qui nous a amené vers cette boucherie. De plus, il a refusé l’offre de paix séparée de l’Autriche en 1917, ce qui nous aurait épargné 100 000 ou 200 000 morts de plus ! Clemenceau est honni en Autriche. L’ex-impératrice d’Autriche qui est décédée il y a quelques années, de ce fait, prétendait même que Clemenceau participa au meurtre du Grand-Duc héritier du trône à Meyerling !! (car l’héritier probablement ne s’est pas suicidé, Jean des Cars en rend plutôt Guillaume II responsable).
        Votre révélation d’un refus dès 1915 conforte mon avis, je ne la connaissais pas.
        d’autres ont-ils des avis (contraires ou dans notre sens ?)
        Et la télé d’état a fait tout récemment un panégérique de Clemenceau !!! (sans même esquissé quelques questions...)

        Répondre à ce message

      • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 2 mars 2018 18:53, par MARTIN Jean-Pierre

        Votre intervention est très intéressante mais :

        Des recherches ont-elles été faites dans les archives françaises, allemandes ou autrichiennes PROUVANT de façon indéniable que ces demandes ont été faites à la France ou à nos autres alliés ?

        Répondre à ce message

    • Merci pour votre message. Il est vrai que cette guerre a été voulue par une élite politique et militaire qui avait su exacerber le patriotisme des jeunes grâce notamment à la presse d’avant-guerre (il suffit de se plonger dans les archives des journaux). Les industries de l’armement, du textile et autres fournitures d’intendance avaient également intérêt à cette guerre. Rappelons-nous les producteurs de garance qui se sont activés pour que l’armée maintienne les pantalons rouges de l’infanterie afin de relancer cette production. Il a fallu que tous ces pauvres homme soient décimés pour que le bleu horizon apparaisse. Oui, comme je l’ai écrit, il y avait peu de gradés sur le front pour vivre l’horreur des simples soldats.
      Nous devons témoigner pour que nos ancêtres ne se soient pas battus pour l’oubli.
      Très cordialement
      Christine Marliet.

      Répondre à ce message

      • Je vois que le mythe est tenace !
        Les pantalons des uniformes français ne sont pas teints avec de la garance naturelle (de la famille des rubiacés), mais avec un colorant chimique : l’alizarine, dont le brevet revient à deux chimistes allemands : Graebe et Liebermann.
        Il découle de cette invention que le prix de revient de l’alizarine de synthèse est 10 fois inférieur à celui de la garance tinctoriale à pouvoir colorant identique, ce qui provoque l’abandon de cette culture dans le Vaucluse vers 1885.
        Les pantalons de nos poilus sont teint avec de l’alizarine que nous importons des usines BASF en Allemagne !!!

        Répondre à ce message

    • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 23 février 2018 19:45, par Martin Jean-Piere

      Bonsoir
      Est-ce que votre grand père Louis Imbert était originaire du département de la Vienne (86) ?

      Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 29 mars 2008 09:12, par Michel M. Hourman

    Un généalogiste n’oublie jamais ses morts.

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 29 mars 2008 12:46, par alain doridot

    Je vous félicite pour cet article très intéressant et cet hommage à Ferdinand Angousture.

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 30 mars 2008 10:49, par STEENEBRUGGEN JEAN

    Merci pour cet article !

    Correspondant local du Souvenir Français je participe à un groupe recherchant toutes les informations concernant les morts de nos communes durant la guerre de 14/19.
    Auprès des écoles nous travaillons avec les enseignants : voyages sur les lieux de mémoire et exposés.

    De tels articles rendent plus proches tous ces jeunes hommes (toutes origines confondues) sacrifiés durant ces longues années ; ce ne doit pas rester que des noms sur des stèles plus ou moins entretenues. Merci
    J.ST.

    Répondre à ce message

  • Votre article m’a beaucoup touchée. J’ai moi-même perdu mon grand-père en 1918 .Ma grand-mère l’a bientôt suivi... de la grippe espagnole.

    Merci pour votre témoignage

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 31 mars 2008 18:30, par Christian Massias

    Beaucoup d’émotion à la lecture de votre récit. On peut mesurer le courage et l’héroisme de votre ancêtre. Nous devons entretenir la mémoire de tous ces soldats qui ont donné leur vie pour la France. Que les générations futures ne les oublient jamais.

    Répondre à ce message

  • Encore merci de votre article que je soulignerai par un aspect plus positif encore.
    Mon grand-père Louis et mon grand-oncle François l’ont également fait cette guerre, au même âge, mais ils ont eu la chance d’en revenir et moi de les connaître pour pouvoir en parler ici.
    François a été fait pilote en 1917 après 2 ans passées durement au 129e régiment de l’Infanterie et a largement contribué à transmettre à cet état-major « irresponsable » ? (nous le savons aujourd’hui) des informations ultra secrètes pour sauver le plus possible de vies. Grands remerciements à tous nos soldats valeureux qui n’ont même pas été remerciés par des nominations au grade d’officier largement méritées... Heureusement, la Croix de guerre de 39/45 a confirmé le silence des aînés, car ils sont repartis avec cette exceptionnelle compétence !!!
    Merci au Conservateur en chef de l’armée de l’air du SHT à Vincennes qui vient de me communiquer ces informations issues des archives de Pau et renvoyées à Versailles (au terme du délai administratif de 92 ans).

    Répondre à ce message

    • Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont adressé des messages de sympathie après avoir lu mon texte. Tous, pouvez aussi témoigner de la souffrance et du courage de vos ancêtres, ne pas oublier leur sacrifice c’est exiger la paix.
      Très cordialement.
      Christine Marliet

      Répondre à ce message

      • Merci Madame pour ce témoignage poignant, vous savez je suis sensible à votre recit car mon arrière grand père maternel et son frère y ont aussi donnés leur vie. Coté paternel mes deux arrières grands oncles sont eux aussi decedés dans ce conflit. Depuis des années je recherche des témoignages des lettres des recits sur l’histoire des membres de ma famille tués sous le feu de l’ennemi. Mon arrière grand père Leon Louis avait quant à lui été comme le votre, cité à l’ordre de sa division, Léon pour avoir mené son escouade avec une rare energie ou il fut d’ailleurs blessé grievement. Encore aujourd’hui ma famille évoque ce traumatisme, ma grand mère fille de Léon n’avait plus de parent à 6 ans, pupille de la nation elle fut placée en orphelinnat, l’arrière petit fils que je suis continue a entretenir cette mémoire pour que l’on oublie jamais ce que la guerre apporte de souffrances. A travers votre recit je me raccroche pour imaginer le vecu des miens, leur souffrance mais aussi celles des familles qui jusqu’au dernier moment ont gardé espoir de revoir leur braves jeunes gens. Pour finir chère Madame sachez que vous n’avez pas divulgué de secret de famille, mais une petite tranche de vie qui nous appartient à tous, et dans laquelle chacun peut retrouver un petit morceau de la vie de nos chers disparus. Un bel hommage Madame MERCI.

        Répondre à ce message

        • Permettez-moi, Monsieur, de vous remercier à mon tour pour votre message poignant. Vous avez raison, toutes ces histoires individuelles, toutes ces vies effacées ou abîmées ont façonné notre Histoire, celle de la France et plus largement de l’Europe. Nous devons transmettre pour que chacun n’oublie pas les atrocités de la guerre et ses ravages. Très cordialement. Christine Marliet

          Répondre à ce message

  • Bonjour ,
    Tout d’abord , merci pour cet aticle .
    En second lieu , vous precisez :Mon arrière-grand-père, Emile Angousture, pharmacien à Lyon, est mobilisé pendant la guerre à l’hôpital de Barcelonnette.

    Effectuant des recherches sur cet episode de la guerre ou des prisonniers allemands etaient detenus aux casernes de Barcelonnette ,ma question est :

    Disposeriez vous de photos relatives à ces evenements ? , dans l’affirmative , accepteriez vous de me communiquer des scans de ces photos ?
    Merci pour votre reponse .
    Cordialement

    Voir en ligne : Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 19 décembre 2014 13:56, par ricquebourg

    dans ma jeunesse j’ai entendu l’histoire que racontait un de ses camarades, ancien comme lui, de 14-18 , à mon grand père : on avait demandé des volontaires pour « nettoyer » des tranchées ...le gars était un paysan robuste que le travail manuel ne rebutait pas... il s’est donc porté volontaire !
    il s’attendait à recevoir des outils , pelle et pioche... à la place il reçu un revolver , un poignard, et une musette pleine de grenade ! je n’ai pas connu la suite de l’histoire . mais je crois que les deux hommes , qui avaient connu les tranchées, s’étaient compris sans commentaires ...

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 19 décembre 2014 15:00, par Chantegros

    Bonjour et merci à vous pour ce rédactionnel.
    Je tiens et garde en souvenir de ce dramatique épisode un poignard US rapporté par mon grand-père paternel. Il l’avait eu en en échange d’un quart de gnôle qu’il avait donné à ce soldat américain venu pour remplacer ceux des nôtres dans ce sale boulot de « nettoyeurs de tranchées ». Mon grand-père disait qu’ils utilisaient souvent l’arme blanche pour faire discret. Achever des blessés ennemis sans faire de bruit pour ne pas être repéré par d’autres !...quelle connerie la guerre ! ... der des der ! non la génération suivante (celle de mon père) a connu la seconde. Prisonnier puis évadé il a rejoint le maquis. Ces sujets de guerre ne nous ont peut-être pas été suffisamment rapportés car un peu plus tard j’ai eu ma part avec 28 mois de guerre d’Algérie ... je m’éloigne du sujet pour mieux y revenir et redire : quelles conneries les guerres !

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 20 décembre 2014 11:55, par Meillier Jean-Marie

    Bonjour à tou(te)s.
    Mes deux grands-pères sont revenus vivants de cette guerre.
    Le paternel qui quittait à peine son service militaire n’a pas eu le temps d’enlever son uniforme pour partir au front. Il a laissé un petit livret de guerre qui malheureusement ne couvre que 14&15. A-t-il arrêté d’écrire ou la suite a-t-elle été perdue ? Je l’ignore.
    Toujours est-il qu’en tant que musicien pendant ses classes, il fut automatiquement brancardier pour toute la durée de la guerre. Ce qu’il raconte de son « travail » lors des deux premières années est poignant. Il a participé à beaucoup des batailles de l’Histoire de cette guerre : Verdun, algérie, Chemin des Dames, Argonne, etc...
    A la fin de la guerre il est allé en sanatorium à Beaujeu (70), a fréquenté son infirmière et s’est marié avec (il avait été gazé). Donc ma famille est originaire de Haute-Saône, alors que lui l’était de la Meuse (les environs de Montmédy). Durant toute ma petite enfance, il pouvait parler de sa guerre. Lorsque j’étais adolescent et que j’ai pu comprendre, je voulais l’enregistrer, il ne voulait plus rien dire, en ayant trop parlé avant !
    Mon autre grand-père a été fait prisonnier dès l’arrivée des allemands et envoyé en forteresse en Allemagne, puis a travaillé dans des fermes (comme dans « La vache et le prisonnier »). Ce côté de la famille ne parle pas ; alors bonjour la généalogie ! ! !
    Pour celui qui a fait les tranchées, j’ai récupéré le journal de marche de son régiment (91è RI) sur le net, ce qui me permet de comparer les deux documents pour 14&15, mais également de savoir où il était après pour combler l’absence de ses carnets de guerre.
    Avec son carnet de guerre, feu mon père a également récupéré une grande partie des correspondances échangées avec la famille et les amis.
    Je lui ai demandé la médaille de Verdun a titre posthume et, sur justificatifs ai réussi à l’obtenir. Lui n’a jamais rien eu, comme un soldat « ordinaire » ; à part la ’chance’ d’en sortir vivant et de ne décéder qu’en 1972 des suites d’un accident de voiture...
    Il a au moins le mérite de figurer dans le livre d’or de Verdun et d’avoir sa fiche au mémorial.

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, un commando 20 décembre 2014 12:18, par JP Gires

    Ferdinand appartenait à ces corps-francs de volontaires, on pourrait dire aujourd’hui des commandos, chargés d’assurer la protection de leurs camarades de la première vague d’assaut, après la conquête d’une tranchée. La première vague partie à l’assaut de la tranchée suivante, il fallait réduire au plus vite les nids de mitrailleuses et les tireurs masqués dans des abris à peu près invisibles, qui, à défaut, auraient tiré dans le dos des hommes de la vague d’assaut. Les nettoyeurs intervenaient surtout à la grenade mais aussi au corps à corps, donc à l’arme de poing, quand les abris étaient bien masqués ou difficiles à réduire de loin. Ce travail militaire était dangereux et nécessaire, demandant une formation de commando, avec un armement très léger, une grande vitesse de déplacement et des réflexes très rapides. Si on les appelait les « zigouilleurs », c’était de l’argot militaire, pour marquer que leurs combats étaient plutôt individuels, pas à la mitrailleuse lourde. Rien à voir avec les Allemands qui ont fauché 18 000 soldats anglais à la mitrailleuse le 1er juillet 1915 à la Somme. Ces auxiliaires de l’infanterie, des « chasseurs » ou plutôt des « voltigeurs » de l’arrière des vagues d’assaut, étaient au service de leurs camarades biffins, pas plus ni moins patriotes et courageux qu’eux. Ils avaient comme eux le goût de la liberté et de la solidarité face à l’envahisseur. Honneur à Ferdinand et à ses millions de camarades, qui ont défendu vaillamment notre indépendance. La sœur de Ferdinand avait raison d’être bienveillante et fière de lui.

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 21 décembre 2014 17:18, par Bernard Mazières

    Bonjour.Méditer :"Quand tu ne veux pas voir,mets un bandeau sur tes yeux".Ceci,concerne l’aversion des allemands contre les français déplorée par Ferdinand.Je pense que l’"Instruction Publique" de l’èpoque avait "oublié"de lui citer (voir Wikipedia) et le Ravage et le Sac du Palatinat ;deux fois !!

    La réconciliation franco-allemande ??,je commencerai à y croire quand un chef d’état français fera la « réparation » d’Heidelberg.Vous voyez quelqu’un vous ???

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 7 janvier 2015 14:27, par Bernard Mazières

    Bonjour. Simplement pour dire mon respect envers votre publication. Je pensais à 80/100 que mon commentaire-information sur les atrocités (françaises) du Palatinat
    serait éliminé.Dérangeant à lire !Je me répète:respect.

    Répondre à ce message

  • Beau texte et poignant !
    je pense qu’il y avait les mêmes du côté allemand ... A la fin d’une journée de combat, mon grand oncle blessé voit arriver des soldats allemands venant achever les blessés à l’arme blanche. Dans un dernier effort, il leur fait signe de la main « non à l’arme blanche » et il leur désigne leur étui de revolver. Les allemands l’abandonnent sans le tuer. Ils se traîne jusqu’à un poste de secours, en fait allemand qui le recueille et le soigne très bien. Il survivra à 4 ans de camps de prisonnier en Prusse !

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Angousture, engagé volontaire à 19 ans en 1917 20 janvier 2017 16:06, par Jean Rainaldi

    Bonjour,
    J’ai découvert les" Nettoyeurs de tranchées dans un bouquin qui glorifiait le travail efficace de ces « spécialistes ». J’ai été effrayé par sa lecture. Ce livre se trouve en Corse dans ma résidence secondaire, je vous ferai connaître cet ouvrage lorsque je le récupérerai.
    A bientôt

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP