www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » Les conscrits de 1870 à 1914 » Comment j’ai retrouvé la « carrière militaire » en Algérie d’Adrien (...)

Comment j’ai retrouvé la « carrière militaire » en Algérie d’Adrien Guironnet


jeudi 10 mars 2016, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Au cours d’une chasse au sanglier, en 1892 dans les bois de Pailharès, j’ai rencontré Adrien Guironnet, un Ardéchois "ancien soldat d’Afrique". Puis-je retrouver son parcours militaire ?

Conscrit

Sur le site des archives de l’Ardèche, je pars à la recherche de la fiche matricule de Rémy-Adrien Guironnet.
Né le 10 janvier 1856, il est de la classe 1876. Reste à trouver son numéro matricule dans la table alphabétique. Celui-ci me permettra de retrouver sa fiche. Bien des Guironnet sont recensés en 1876... "notre" Rémy porte le numéro 796.

Grâce à cette fiche, j’apprends plein de choses sur lui :

  • sa description physique : à 20 ans, il mesure un mètre soixante. "Cheveux et sourcils bruns, yeux bruns, front bombé, nez petit, bouche moyenne, menton rond, visage ovale".
  • son niveau d’instruction : il est indiqué le chiffre 0 : ce qui correspond à "ne sait ni lire, ni écrire".
  • sa religion : il est catholique.

Au tirage au sort de Saint Félicien, le 15 février 1877, il tire le numéro 16.
Puis, le 2 mai, c’est le conseil de révision. Il est reconnu "Bon" pour le service [1].

Dans le « Journal d’Annonay » du 1er décembre 1877, il est annoncé que « par une circulaire en date du 16 novembre courant, M. le ministre de la guerre a décidé que la mise en route des jeunes soldats de la classe de 1876 aura lieu, pour la première portion, du 10 au 14 décembre prochain, et pour la deuxième portion le 20 du même mois ».
Remy-Adrien Guironnet est placé dans la 1re partie « de la liste du recrutement cantonal…par la décision du conseil de révision ». Dans 10 jours, il partira soldat pour 5 ans !
Il est incorporé sous le N° 6643 au 4e B.C.P, Bataillon de Chasseurs à Pied stationné à Marseille ! Sur sa fiche matricule, il est noté "parti le 13 Xbre 1877" c’est-à-dire le 13 décembre, et "arrivé au corps le 24 dudit".

Chasseur à pied dans l’Aurès

Le 4e Bataillon de Chasseurs est créé en 1840.

  • il est en Algérie de 1850 à 1855, notamment pour la campagne contre les Beni Snassen (mai 1852).
  • envoyé en Crimée en 1855, il participe au siège de Sébastopol, se distingue au Mamelon Vert et aux deux attaques de Malakov (18 juin et 8 septembre).
  • en 1870, il est à l’armée du Rhin et de Chalons, se distinguant à Beaumont (30 août) et à Sedan.
  • ce bataillon est envoyé en Algérie de 1875 à 1880.

C’est à ce dernier titre, qu’Adrien Guironnet est en Algérie durant son service.

JPEG - 95.5 ko
Le Figaro 4 juin 1879

Le 4e Bataillon de Chasseurs à Pied fait partie des troupes du 19e Corps d’Armée du Général Saussier. Les journaux de l’époque, quelle que soit leur tendance, se font l’écho de cette "insurrection". Nul doute qu’au fin fond de la Haute Ardèche, on suit les évènements avec passion...et quelques inquiétudes. Cette "révolte" est matée par la force armée en moins d’un mois.

JPEG - 72.1 ko
La Lanterne du 16 juin 1879

Adrien Guironnet est mis "en congé le 4 octobre 1881, en attendant son passage dans la réserve". De retour au pays, il passe réserviste de l’armée le 1er juillet 1882.

En mars 1894, il apprend ; par "la Gazette du village" ; la création d’une nouvelle médaille coloniale : « Cette médaille est en argent, du module de 30 millimètres. Elle sera suspendue par un ruban à raies blanches et bleues. Le titulaire de la médaille recevra autant d’agrafes qu’il aura accompli de campagnes dans des possessions différentes. Les campagnes qui donnent droit à cette médaille sont : Algérie… Insurrection de l’Aurès du 1er juin 1879 au 21 juin 1879 »  [2].

A-t-il fait la demande ?

Notes

[1La presse locale est très utile pour connaître les dates de ces évènements.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • Très intéressant.
    Mon grand père était aussi en Algérie vers les mêmes années.

    yves

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Pour ma part, j’ai pu retracer la carrière de journaliste sportif de l’Écho d’Alger du grand-père de mon mari, des articles annonçant son départ à la guerre 14-18, son mariage à Paris, et la carrière de son arrière-grand-père,Inspecteur du mouvement et du trafic (réseau de l’Est algérien)et quelques uns de ses ancêtres en Algérie, par exemple un article qui relate l’action de son arrière-grand-père Defour : Pdt fondateur du syndicat des eaux d’irrigation 1904.
    La presse ancienne est une mine d’or.
    Merci à Geneanet.
    Brigitte Gonon-Gary

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Article très intéressant.
    A savoir, vous pouvez, de la même manière, retracer la carrière d’un fonctionnaire des PTT, de la police, ou encore de l’instruction publique.
    Pour plus de précisions sur la méthodologie de recherche dans la presse ancienne, vous pouvez vous reporter aux articles que j’ai publiés dans Votre Généalogie :

    • « Mieux connaître ses ancêtres grâce à Gallica », VG n° 43, juin-juillet 2011 : j’y retraçais, il y a près de 5 ans, la carrière militaire d’un colonel depuis son admission à l’école militaire jusqu’à sa retraite.
    • « Retrouvez vos ancêtres dans les journaux et périodiques », VG n° 72, actuellement en kiosque.

    Tony NEULAT.

    Répondre à ce message

  • École primaire Maurice GUIRONNET à Waziers (Nord) 19 mars 2016 16:26, par Dominique Detrez

    Bonjour,
    Enfant j’étais scolarisé à l’école Maurice GUIRONNET à Waziers (nord) du nom d’un ancien Maire décédé avant guerre.Il y a quelque années en passant par Tournon sur Rhône j’ai vu un marchand de cycles GUIRONNET. J’ai recherché dans les archives numérisées d’Ardèche et j’ai retrouvé les ascendants de Maurice GUIRONNET à Éclassan arrondissement de Tournon.Le père de Maurice GUIRONNET ,François Maurice est né à Éclassan en 1837 et décédé à Douai ( Nord).Quels sont les raisons de ce changement de région ? J’aimerais comprendre.

    Répondre à ce message

    • École primaire Maurice GUIRONNET à Waziers (Nord) 19 mars 2016 18:44, par Michel Guironnet

      Bonjour,

      Je connais cet ancien maire, pilier du Parti Communiste local, et j’ai même trouvé une image-souvenir éditée à l’occasion de son décès le 5 mai 1938.

      Vous m’apprenez que son père est né en Ardèche...rien d’étonnant : les Guironnet « pullulent » dans ce coin de France.

      Pourquoi se retrouve t-il à Douai, et depuis quand ?
      Je pense qu’à Waziers il y a bien quelqu’un qui a du rechercher cela. Ne serait-ce que pour l’inauguration de votre ancienne école.

      C’est peut être une migration professionnelle ? Quel métier avait François Maurice à son décès ? En quelle année...et autres questions passionnantes.

      Pour l’instant, je n’ai pas de réponses. Mais si vous êtes sur place, je veux bien de votre aide.

      Cordialement.
      Michel Guironnet

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP