www.histoire-genealogie.com


Bonne Année 2020

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Le cadre de vie » Comment construisaient nos ancêtres » Baies, linteaux et voussures… (7e épisode)

Baies, linteaux et voussures… (7e épisode)

Comment construisaient nos ancêtres ?


jeudi 24 septembre 2009, par Jacques Auguste Colin †

Répondre à cet article

Je dois aux lecteurs de ce magazine et à la mémoire de mon arrière grand-père, maître couvreur charpentier au XIX° siècle, cette méditation corrective consacrée au problème de la couverture des vides de construction, notamment des baies et ouvertures de nos modestes maisons.

J’évoquais, au début de cette série d’articles, notre ancêtre du néolithique se construisant un abri en pierres de ramassage et aboutissant naturellement en quelques millénaires, à la conception du linteau composite, de la voussure clavée et à la voûte en encorbellement

C’était négliger les innombrables exemples d’abris familiaux que nous offrent, encore de nos jours, les groupes humains primitifs qui subsistent sur notre planète : de la hutte de branchage des aborigènes d’Australie aux maisons communes des tribus de la jungle mélanésienne… : tous utilisant le matériau le plus souple, le plus léger et le plus disponible dans leur environnement respectif : le BOIS… !

Ce faisant, emporté par mon amour de la construction romane en pierres sèches, je faisais l’impasse sur un mode de couverture de l’abri bien plus simple et naturel qui devait, au fil des des temps, donner naissance à la plus prestigieuse des corporations : celle des « grands charpentiers » du bois, qui furent les vrais initiateurs de la technique du traçage : le TRAIT…

JPEG - 142.5 ko
Ce dessin imaginaire se veut illustrer l’invention presque instinctive du mode de couverture d’un abri, au néolithique. Ces abris étaient de petite taille car ne servant que d’abri nocturne.

Il est fort probable en effet qu’avant de concevoir la voûte en encorbellement et la voussure clavée, notre ancêtre néanderthalien se soit tourné vers des matériaux plus légers et immédiatement disponibles pour couvrir les abris primitifs que la nature et ses périls lui imposaient… Bien que n’étant pas de la même époque, les exemples ci-dessous sont une illustration de l’ingéniosité des êtres humains.

JPEG - 202.4 ko
Dans cette « capitelle « du Minervois,(non datée) le linteau de l’ouverture est constitué de troncs équarris juxtaposés. Les pierres inclinés de la couverture, reposent sur un « solivage » de baliveaux juxtaposés également. Un enduit de terre argileuse tapisse les parois internes (Photo Colin).

JPEG - 105.5 ko
Sur cette vieille photo d’une petite cité de l’Atlas marocain (BAHLIL 1947) on arrive à distinguer le mode de couverture des petites habitations : sur un solivage de boulins juxtaposé, un lit de fascines serrées recouvert de terre argileuse séchée…Cette solution semble venir de la nuit des temps… !

Pendant la vingtaine de millénaires qui sépare les premiers abris de la construction du Temple de Salomon (X°-XI° siècle av. J.C.) il est fort probable que les découvertes techniques successives virent la naissance de ces deux types de spécialistes :

  • les bâtisseurs du gros œuvre (pierre brute ou taillée, brique, argile ou terre pressée), maniant le fil a plomb, le niveau.
  • les charpentiers couvreurs (tributaires de la double nécessité de protéger et évacuer l’eau de pluie…) qui, maniant la règle et le compas, inventèrent pratiquement l’étude des figures géométrique linéaires (Le TRAIT) qui devait aboutir dans les travaux de Thalès, Euclide et Pythagore…) [1].

De l’expérience et des travaux de ces derniers devait naître la forme classique et élémentaire du mode de support de couverture : la « ferme triangulaire » pouvant supporter sans déformation tous type de couverture…

Ce n’est pas ici le lieu d’une démonstration mathématique ! Nous pouvons simplement dire ceci.

Dans cette figure élémentaire, invention des grands charpentiers de la Grèce Antique, toutes les forces engendrées par le poids de la couverture se retrouvent opposées à la résistance de rupture, à la traction du poinçon et de l’entrait, celle-ci étant jugée empiriquement : presque infinie…

Avec cette remarque : Le poids de l’ensemble posé sur les murs extérieurs n’exerce aucune force de renversement sur ces derniers.

On comprend aisément que, par le dessin, toute les déclinaisons dimensionnelles de ce triangle, isocèle ou non, soient possible sans que soit modifié le diagramme des forces ; c’est la pratique de ce dessin trigonométrique, avec règle et compas, sur des épures d’échelle 1, qui au fil des ans, fut désigné sous le nom de : TRAIT (du latin « tractus » = tirer… ).

Dans la Grèce Antique, des spécialistes ayant parfaitement assimilé l’ensemble des techniques des deux branches, et capables de concevoir la totalité d’un édifice, furent appelés « arkitekton » (Phidias) gardant ainsi la référence au prestige des pratiquants du TRAIT (En grec « Arkitekton » signifie : Grand Charpentier…) [2].

Mais quand s’élancèrent vers l’an 800 les cohortes de bâtisseurs qui devaient couvrir l’Europe d’églises, chapelles ou modestes habitations, les compagnons « grands charpentiers » conservèrent toujours une certaine autonomie par rapport au « Maître d’œuvre »... Tout en respectant l’idée directrice de ce dernier, ce sont eux qui établissaient par le TRAIT, la multitude de formes des couvertures de clochers et hautes tours qui enchantent encore de nos jours les visiteurs de notre pays.

JPEG - 222.7 ko
A BRANCION, Saône et Loire, on peut s’extasier devant cette ferme rustique qui soutient la lourde couverture en « laves » du porche de l’église. L’entrait de cette ferme originale est constitué par le tronc non équarri d’un vieil orme.

Et c’est un plaisir subtil et enrichissant d’imaginer ou découvrir l’ossature des toits de ces innombrables clochers, tours et châteaux, qui parsèment la campagne française ou européenne…

JPEG - 345.5 ko
Photos autorisées par F. Cordier ; extraites de : « Chemins du Patrimoine en Tournugeois » O.T.S.I. Tournus

JPEG - 380.5 ko
Photos autorisées par F. Cordier ; extraites de : « Chemins du Patrimoine en Tournugeois » O.T.S.I. Tournus

JPEG - 409.9 ko
Photos autorisées par F. Cordier ; extraites de : « Chemins du Patrimoine en Tournugeois » O.T.S.I. Tournus

A partir du XVe siècle, la manière de calculer et de concevoir le « bâti » se verra bouleversée par le formidable développement des mathématiques avec l’adoption des chiffres arabes, du Zéro, de l’algèbre, et du papier venu de Chine qui permets le dessin d’un plan à petite échelle…

L’ancien « Maître d’œuvre » qui avait son projet dans sa tête sera remplacé peu à peu par l’ « Architecte » instruit de toutes les techniques, dessinateur-projeteur et responsable de la totalité du projet.

Note de justification



Je me devais de clore cette série de méditations poétiques consacrées à la manière de construire de nos ancêtres médiévaux par cet additif dédié à cette branche particulière de la construction que sont les « grands charpentiers ».

Les quelques considérations technique que j’ai formulées ici sont parallèles à celles des précédents articles : Baies, Linteaux et voussures.

Je remercie le lecteur de bien vouloir comprendre que mon propos n’est pas d’« enseigner » une science que je ne possède pas, mais de fournir des pistes d’observation et de réflexion aux chercheurs amateurs nombreux passionnés par le mystère des constructions de nos ancêtres...

Comme le disait souvent un chroniqueur sportif célèbre [3] : il est bon de revenir aux fondamentaux !

L’essence de cette série d’articles étant le résultat d’une longue vie d’observations, d’études, de recherches et de lectures, il m’est impossible de citer ici les innombrables livres qui, d’une manière ou d’une autre, ont influencé ma pensée.

Je voudrais cependant citer l’excellent ouvrage du Docteur Jean Pierre Bayard : La tradition cachée des cathédrales, (Editions Dangles, avril 1991) dans lequel j’ai retrouvé, à posteriori, bien des confirmations à mes démonstrations intuitives.

L’auteur ne m’en voudra certainement pas d’en extraire une des photos qui illustre mon discours sur la méthode de construction par le « TRAIT »
 : épure grandeur nature par la RÈGLE, le COMPAS, et un MODULE local propre au Maître d’œuvre.

Ce qui devint, après la vulgarisation du papier (XVe s.) et l’adoption d’un système mathématique nouveau (XVIe s.) et d’une mesure étalon : le Projet Architectural à l’échelle, autrement dit le PLAN...

Ce qui nous conduirait à l’étude de l’Architecture moderne… mais cela c’est une autre histoire !

Notes

[1Il est bien connu que Euclide et Pythagore faisaient leurs études géométriques sur des figures tracées sur le sable !

[2Le terme « Architecte » fut importé en Occident au XVe siècle.

[3Pierre Albaladejo (Rugby)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • Au début de l’article vous citez « nos ancêtres néanderthaliens ».
    Un remarque : Aujourd’hui tous les spécialistes s’accordent pour dire qu’ils ne sont pas nos ancêtres mais une autre espèce d’homme.

    Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures… (6è partie, complément nécessaire) 26 septembre 2009 15:45, par Jacques Auguste Colin

      Votre remarque me glace, cher lecteur inconnu..

      Quel que soit le nom qu’on lui donne, Neanderthal, Cromagnon, ou homo sapiens, il est certain que nous sommes les descendants de ceux qui vers 35000 ans avant notre ére (paléolithique moyen) se mirent à quitter les grottes protecticex pour se nomadiser, avec l’obligation de se construire des abris, provisoires ou permanents...

      Pourquoi pas Néanderthal, qui avait un cerveau comparable à celui de l’homme moderne ??...je ne suis pas raciste..!

      Jacques Auguste Colin

      Voir en ligne : voir Baies Linteaux et Voussures - n°1 sur ce site

      Répondre à ce message

      • Baies, linteaux et voussures… (6è partie, complément nécessaire) 27 septembre 2009 08:17, par claude Vassas

        Bonjour,
        Pourquoi vous glace t’elle ?
        Est-ce à cause de la période glaciaire ?
        Je ne suis pas préhistorien, mais ceux ci affirment aujourd’hui que Néanderthal avait un cerveau plus gros que le notre, nous qui sommes des Sapiens (ou Cromagnon)et ceci ne l’a pas empêché de disparaitre.
        C’était une espèce différente comme le montrent les analyses ADN, il était probablement aussi intelligent que nous puisqu’il utilisait des outils et ornait des abris, il était nomade puisqu’il a parcouru toute l’Europe.
        Ma remarque c’était seulement pour apporter une précision, Néanderthal n’est pas notre ancêtre, seulement un « cousin », c’est tout. Rien de raciste dans ce propos.
        Et rien qui puisse entacher l’intérêt de votre article par ailleurs intéressant.

        Répondre à ce message

        • Genome Biol. 2008 ;9(2):206. Epub 2008 Feb 18.
          Hodgson JA, Disotell TR.
          Center for the Study of Human Origins, Department of Anthropology, New York University, Waverly Place, New York, NY 10003, USA.
          The relationship between Neanderthals and modern humans is contentious, but recent advances in Neanderthal genomics have shed new light on their evolutionary history. Here we review the available evidence and find no indication of any Neanderthal contribution to modern genetic diversity.

          Visiblement Néanderthal et cromagnon furent 2 especes hominidées différentes sans croisements possibles (tout comme l’homme et le babouin). Néanderthal a disparu. Viva Cro Magnon : notre ancetre donc

          Répondre à ce message

  • Merci pour cet article très interessant que j’ai imprimé et que je vais donner à mon frère et à mon neveu menuisiers charpentiers. Je suis sûre qu’ils vont être intéressés par les photos et les explications. Nos ancêtres avaient une vie rude mais beaucoup de jugeote.

    Répondre à ce message

  • Monsieur ,
    C’est toujours avec le même plaisir que je lis vos articles
    Ils nous donnent un autre regard quand nous rencontrons des batiments anciens ...
    Bien cordialement à vous
    Pierre KIRCH.
    PS : j’ai « stocké » tous les articles précédants

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (6è partie, complément nécessaire) 10 mai 2010 10:38, par Jacques Auguste Colin

    ecrit le 10 mai 2010

    Bonjour à tous
    Ne voilà-t-il pas qu’un article de Sciences et avenir raconte que de savants généticiens auraient découvert que des filles néanderthaliennes auraient fricoté et enfanté avec nos ancêtres CroMagnons, futurs Homo sapiens que nous sommes..!!!
    Voilà de quoi relativiser les conclusions de la mini controverse ci dessus, inspirée par mes aimables correspondants Homo-Sapiens-Sapiens  !!

    Sources, citation bénévole :

    1) Green et al, Science du 7 mai 2010.

    (2) Pascal Depaepe, La France du Paléolithique, La Découverte/Inrap, 2009.

    (3) Néandertal, une autre humanité de Marylène Patou Mathis (Perrin), Quant d’autres hommes peuplaient la Terre de Jean-Jacques Hublin (Flammarion), Un néandertalien dans le métro de Claudine Cohen (Seuil).

    L’article scientifique est là : (google)

    Ici une note sur le scan du crâne de Cro-Magnon.

    ici une note sur la découverte d’un site d’Homo erectus dans l’Hérault daté d’il y a 1,5 million d’années.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP