www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Dossiers > L’aventure généalogique > Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens

Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens

Nos ascendants de la première moitié du VIIIe siècle

Le jeudi 3 décembre 2009, par Jean-Pierre Bernard

Arnoul et Dode

Bien sûr, nous pouvons dire : nos ancêtres les Gaulois, les Romains, les Francs... et tous les autres contenus dans la formule généalogique.

Parmi cette multitude de lointains aïeux disparus, nous pouvons identifier un couple de la première moitié du VIIIe siècle, dont nous sommes moralement, et selon toutes probabilités, génétiquement les héritiers. Il s’agit d’Arnoul et de Dode.

  • Arnoul, qui deviendra Saint-Arnoul, est issu d’une illustre famille d’Austrasie. Né vers 582 au château de Layum (aujourd’hui Lay-Saint-Christophe, près de Nancy), il décède en 640 ou 641. Il reçoit une éducation militaire et administrative. Duc de la province de Mosellane, il est aussi Maire du Palais. Le roi Clotaire lui confie l’éducation de celui qui sera le futur roi Dagobert. Evêque de Metz en 614, il se retire en 629.
  • Dode est également issue d’une illustre famille. Son père porte, entre autres titres, celui de comte de Boulogne. Remarquée à la cour pour son exquise amabilité et sa grande piété, elle reçoit en dot lors de son mariage avec Arnoul (vers 600) les terres de Dodinica (Dogneville), dont elle fait donation à l’évêché de Metz qui, ultérieurement, y fondera la ville d’Epinal, dans les Vosges. Vers 614, elle se retire dans un monastère de Trêves.

Voici leur descendance simplifiée :

Le couple aura deux fils :

  • Ansegisel, qui suit.
  • Cloud, qui deviendra Saint-Cloud, évêque de Metz.

Postérité de Ansegisel :

  • Ansegisel épouse Begga (fille de Pépin de Landen), dont :
    • Pépin d’Heristal (+ 714) qui épouse Aurais, dont :
      • Charles Martel (689-741) qui épouse Rotrude, dont :
        • Pépin le Bref (715-786) qui épouse Berthe au grand pied, dont :
          • Charlemagne (Carolus Magnus - 742-814) qui épouse Hildegarde (757- inhumée en 783 à Metz).

(voir ci-après pour la suite).

Arnoul, évêque de Metz et saint.

Le diocèse de Metz étant celui de la capitale du royaume Franc, est d’une importance primordiale. Il devient vacant en 614. Un souhait unanime désigne Arnoul. Sa sainte épouse l’encourage, et elle se retire dans un monastère de Trêves.

Sacré évêque, Arnoul doit encore assumer, en outre, ses très hautes fonctions civiles. Ce ne sera pas en vain, car son descendant, Charlemagne, en constituant une « chrétienté occidentale », agit en se référant à l’héritage spirituel de son saint ancêtre.

Le principe fondamental de cet héritage peut se résumer ainsi : « Dans la chrétienté, la force ne peut être employée et le pouvoir exercé que selon les lois de Dieu. »

Au milieu des honneurs, Arnoul continue à progresser dans la spiritualité. Malgré les réticences du roi Dagobert, l’évêque résilie ses fonctions et quitte son diocèse, pour se retirer en 629 au Mont d’Habend, devenu le Saint-Mont de Remiremont (Vosges). Il y partage sa vie en prières et en soins aux lépreux.
Il meurt durant l’été 640. L’année suivante, les diocésains de Metz viennent en grande procession rechercher son corps, qui est inhumé dans une abbaye messine. Celle-ci prend, de ce fait, le nom de Saint-Arnoul.

Les descendants de Saint-Arnoul et de Sainte-Dode.

Au niveau des quatre générations citées plus haut, reliant le couple Arnoul et Dode à celui de Charlemagne et Hildegarde, il y a bien d’autres enfants, mais dont nous ne pouvons établir, avec des preuves sérieuses, les postérités. Dans leur « incognito » elles existent cependant.

Il en va différemment à partir de Charlemagne et de sa prestigieuse épouse Hildegarde, dont la descendance couvre l’Europe occidentale en y exerçant toutes les fonctions aristocratiques. Dès le XIe siècle, l’histoire identifie un millier de branches familiales d’origines carolingiennes.

JPEG - 86.2 ko
L’Empereur Charlemagne

Les descendants non identifiés sont toujours les plus nombreux. Pensons aux enfants de toutes les cadettes et de tous les cadets, des bâtards légitimés ou non. N’oublions pas que les prêtres sont normalement mariés jusqu’au XIIIe siècle, et qu’un très grand nombre ont une ascendance de familles nobles.
Constatons aussi que l’interdiction de la consanguinité, même fort éloignée, a eu pour conséquence d’étendre très largement les unions matrimoniales, et qu’à partir du XVe siècle les alliances entre membres de familles nobles, bourgeoises ou rurales sont très nombreuses, et de plus identifiables.

En conclusion, comme l’écrit Madeleine Arnold-Tétard sur son blog, pour refuser la probabilité d’une ascendance d’ARNOUL et de DODE, il faudrait se prouver que ses millions d’ancêtres ont vécu depuis 42 générations dans des « isolats » où n’aurait pénétré aucun gène d’un curé ou d’un seigneur (jusqu’au XIIIe siècle les prêtres se mariaient) issu des milliers de familles carolingiennes couvrant l’Europe. Selon les hypothèses les plus minimalistes, la descendance de Saint-Arnoul et de Sainte-Dode concerne au moins 95% de la population européenne !

Les enfants d’Arnoul et Dode en Amérique

Beaucoup d’Européens (Français, Alsaciens, Allemands, Anglais... ) se sont amalgamés dans le creuset de base qui a servi à élaborer la population des USA (ainsi qu’ailleurs !). Là encore, un bon nombre d’Américains pourraient voir figurer Arnoul et Dode dans leur ascendance si chaque famille pouvait remonter jusqu’à eux.

On peut vraiment donc dire que nous sommes tous « cousins » !

Sans remonter aussi loin dans le temps, beaucoup d’Américains aimeraient sans doute connaître leurs origines. Ils ont souvent du mal à retraverser l’Atlantique sur les traces de leurs aïeux. Il faut leur dire que, en France, beaucoup seraient prêts, avec une bonne base de départ, à effectuer pour eux ce saut dans le passé.

En Alsace, particulièrement, des milliers d’émigrés ont franchi l’océan pour aller s’établir dans le Nouveau Monde. On en retrouve les descendants par exemple à La Nouvelle-Orléans, au Texas (Castroville et d’Hanis où l’on parle encore l’alsacien !)... chaque Alsacien espère retrouver ou trouver son « cousin américain ».

En France, il existe dans les archives de nombreux documents : actes divers, recensements, rôles de navires, minutes de notaires... qui peuvent dans de nombreux cas nous aider à reconstituer les généalogies familiales.

Que nos « cousins » d’Amérique n’hésitent pas à nous demander !

Une partie de la descendance (simplifiée) de Charlemagne, descendant d’Arnoul et Dode.

Charlemagne (742-814), empereur, qui épouse Hildegarde (757-783), dont deux fils :

  • Pépin, dit Carloman (777-810),
  • Louis, dit « le débonnaire » (778-840).

Descendance de Pépin, dit Carloman :

  • Pépin, dit Carloman qui épouse en 795 Ingeltrude d’Autun, dont :
    • Bernard, (797-818), roi d’Italie, qui épouse Cunégonde, dont :
      • Pépin de Vermandois (815-878) qui épouse en 838 Rothulde, dont :
        • Herbert de Vermandois (839-902) qui épouse Berthe de Paris, dont :
          • Béatrice (876-929) qui épouse en 893 Robert de France (897-934), dont :
            • Hugues le Grand (900-956), comte de Paris.

Celui-ci épousera en 937 Hedwige, que nous trouverons ci-après, dans la descendance de Charlemagne, par son autre fils : Louis le Débonnaire.

Descendance de Louis, dit "le Débonnaire :

  • Louis « le Débonnaire » (778-840) qui épouse en 819 Judith d’Altorf (805-843), dont :
    • Gisèle de Francie (820-874) qui épouse Ebberhardt de Frioul (835-866), dont :
      • Ingeltrude (o 836) qui épouse Henri de La Marche, dont :
        • Hedwige (856-903) qui épouse en 875 Othon de Saxe (836-912), dont :
          • Henri (876-936), Empereur, qui épouse en 909 Mathilde (890-968), dont :
            • Hedwige (o 920), qui épousera son arrière-cousin, Hugues le Grand (voir ci-dessus).

Descendance simplifiée du couple :

  • Hugues le Grand épouse en 937 Hedwige, dont :
    • Hugues Capet (940-996), roi de France, qui épouse en 970 Adélaïde de Guyenne (+ 1004), dont :
      • Robert le Pieux (971-1031) qui épouse en 1002 Constance de Provence (+ 1032), dont :
        • Henri (1004-1060) qui épouse en 1044 Anne de Russie (1024-1075), dont :
          • Philippe 1er (1052-1108) qui épouse en 1071 Berthe de Hollande (+ 1093), dont :
            • Louis VI le Gros (1078-1137) qui épouse en 1115 Adélaïde de Savoie (1094-1154), dont :
              • Louis VII le Jeune (1119-1180) qui épouse en 1160 Alise de Champagne (+ 1206), dont :
                • Philippe II Auguste (1165-1223) qui épouse en 1180 Isabelle de Hainaut (1170-1190), dont :
                  • Louis VIII le Lion (1187-1226) qui épouse en 1200 Blanche de Castille (1187-1252), dont :
                    • Louis IX, Saint-Louis (1215-1270) qui épouse en 1234 Marguerite de Provence (1219-1285),

dont postérité... dont nous sommes probablement issus par un côté ou l’autre .... de Arnoul et Dode, en passant par l’Empereur Charlemagne, Saint-Louis et son épouse Marguerite de Provence.

Sources utilisées :

  • Anne Stamm, Guy Ginion et Charles de Vaulx, préface de l’Archiduc Otto de Hasbourg-Lorraine, « Les Lutrins de la Cour d’or », Saint Arnoul Ancêtre de Charlemagne et des Européens, Metz, Éditions Hellenbrand, 1989.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

14 Messages

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 4 décembre 2009 11:12, par papyduweb

    merci pour cet article

    suis lorrain « pas de trace hors des departements 54 et 88 »

    Répondre à ce message

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 08:06, par Vyllane

    Comme c’est vrai ! J’ai ainsi pu faire « remonter » une branche de ma généalogie jusqu’à Hugues Capet, donc maintenant je peux faire la jonction avec Arnoul et Dode... Très intéressant... Peut-être que d’autres branches y arriveraient aussi si je n’étais pas bloquée !
    Merci

    Répondre à ce message

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 08:23, par daddyheiss

    Grâce à Didier OTT, j’avais réussi à faire le lien avec Charlemagne. Je suis remonté à Saint Arnoul et plus, étant aidé par nos différents cousins de Généanet. En tant que messin votre article m’a beaucoup interessé et je vais profiter de compléter ces branches...
    Bravo pour votre article !!!

    Répondre à ce message

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 08:45, par G

    Merci, pour ma part je ne suis pas convaincu mais je me trompe peut-être. Pour ma part je préfère utiliser des instruments fiables et scientifiques tels que l’analyse génétique.
    A ce titre j’ai découvert sur des sites anglo-saxons que désormais npus étions en mesure d’identifier les origines génétiques de peuples tels que les celtes gaulois, les peuples celtico-latins, les francs, les celtes de la belgicae, les scandinaves, pré-scandinaves... Etc.
    Ainsi même si le fait de remonter a un couple des années 740 sera difficile a prouver, neanmoins identifier son ancêtre male et le relier a une population est une avancée extraordinaire.
    Merci pour cet article somme toute intéressant.
    G.

    Répondre à ce message

    • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 09:38, par Léolafare

      Une question et une remarque :

      • Pouvez-vous donner les références des sites anglais que vous évoquez ?
      • C’est en effet très intéressant, mais l’expérience généalogique et mes modestes recherches (25000 ancêtres identifiés) indiquent que ce qui apparait, avec le recul historique, comme une peuplade à l’identité bien définie, s’ avère un conglomérat plus ou moins homogène car aux VIII° et IX° siècles des brassages ethniques ont eu lieu, nos ancêtres se déplaçant beaucoup , car non encore fixés massivement à la terre, du fait des guerres d’invasion, des famines, des exodes.

      Répondre à ce message

      • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 16:38, par Elyane

        Je suis en admiration devant les généalogistes qui parviennent à avoir 25000 noms !! Je n’en suis qu’à 640 et à peine au niveau Révolution. Quelle persévérance et sans doute de bonnes pistes car bien des registres paroissiaux ont été perdus, ou sont incomplets. Ce serait gentil de me donner des « tuyaux ». Mais je persévère. Cependant je pense qu’il faut se consacrer à une seule branche car sinon on est rapidement sugmergé.
        Encore Bravo à tous !

        Répondre à ce message

    • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 16:49, par Tabesse

      Je veux bien être convaincu que nous descendons tous d’un Roi et d’encore plus de va-nus-pieds ...
      Mais pouvez-vous donner les coordonnées de sites traitant des origines génétiques
      Cela me semble aussi intéressant, car peu présent à ce jour dans les sphères généalogiques
      Cordialement

      Répondre à ce message

      • Bonsoir,

        Il vous faut aller voir ce lien
        http://athletics73.over-blog.com/article-33675431.html

        Je connaissais un autre site mais je ne l’ai pas retrouvé...

        Nous héritons dans nos cellules des mitochondries de notre mère ce qui fait que chacun d’entre nous peut déterminer sa « mère mitochondriale »... au plus loin que je remonte, la mienne et celle de mes enfants est espagnole , celle de mon mari est de Minorque, etc...c’est très amusant d’y réfléchir ! Ainsi il y a parait-il 7 sortes de « mères » mitochondriales mais pour savoir laquelle est la nôtre il faut analyser nos mitochondries (qui produisent l’énergie des cellules donc du corps) Alors qui donc est la mère mitochondriale de DODE ???

        Cordialement

        (mme) Dominique Beretti

        Répondre à ce message

    • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 7 janvier 2011 11:25, par Pierre VARD

      Cette réponse concerne la réponse de G. sur la génétique, une information même scientifique sur l’origine génétique (mâle, ou paternel) d’une personne peut-être intéressante, mais nous ne sommes pas que les fils ou filles de notre père, 50% de nous vient de notre mère, si on remonte une génération notre grand-père paternel n’influence plus que 25% de notre patrimoine génétique, en divisant par deux à chaque génération, la part d’une branche (paternel ou maternelle) se réduit très vite considérablement.
      en passant comme de très nombreuses personnes, je serais un aussi un descendant de Saint-Arnoul de METZ (2 408 liens de parenté identifiés à ce jour, et sûrement beaucoup de manquants)

      Répondre à ce message

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 09:36, par Madeleine ARNOLD TETARD

    Outre que cet article est fortement inspiré du mien paru en 2006 sur mon blog public cité par Thierry SABOT, avec même une phrase entière y étant reprise textuellement et que Thierry a très aimablement transformée pour qu’elle revienne aux véritables auteurs de l’étude sur ST ARNOUL je vous présente également en plus de cet article, quelques images de LAY ST CHRISTOPHE et des reliques de ST ARNOUL conservées dans cette église dont nous avions rencontré, par le biais de notre association, le Conservateur..nous ayant autorisé à ces photographies et également par l’actuel propriétaire de l’endroit où naquit ST ARNOUL quelques images de cette propriété..
    Voir lien ci-dessous
    http://assifarnoldinfos.canalblog.com/albums/saint_arnoul_de_metz_/index.html
    Quant à la descendance Européenne il est certain qu’elle découle de ces GRANDS ancêtres à partir d’ARNOUL et DODE, ceci n’est plus à démontrer.
    Madeleine ARNOLD TETARD

    Voir en ligne : Un petit complément...

    Répondre à ce message

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 5 décembre 2009 11:05, par Michel M. Hourman

    Ils sont mes sosa : Arnould de METZ Sosa : 278 905 489 984
    Duc de Mosellane (Arnould de METZ)(Arnulf de METZ)& Dode Sainte Sosa : 278 905 489 985 (Dode de SCHELDE).
    Très amusant votre article. MAIS mes sources donnent comme lieu de naissance pour Arnould Herstal, anciennement Héristal... Mais bof, c’était il y a longtemps !

    Voir en ligne : Généalogie « les loups ».

    Répondre à ce message

  • Intéressant et fort plausible, je suis mi-lorraine mi-comtoise. Mais je reste très sceptique sur la possibilité de trouver les documents à l’appui de ces liens ; je suis arrivée en 1400 par la branche cadette d’un petit seigneur local, ce que je trouve déjà pas mal, sans grand espoir d’aller plus loin....

    Répondre à ce message

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 6 décembre 2009 22:43, par Eiffel

    Merci de nous le rappeler... mais ici, au Québec, votre information n’est plus très récente. Nous savons depuis un bon moment que bon nombre d’entre nous descendons (ainsi que nos cousins d’Amérique du Nord) de Charlemagne... donc de Saint Arnoul (qui est, entre autres, mon sosa 6 190 444 056 576).

    En effet, nous pouvons remonter jusqu’à ces ancêtres prestigieux du Haut Moyen-Âge sortis de l’ombre parmi une multitude d’autres dont nous ne retrouverons jamais la trace...

    Répondre à ce message

  • Arnoul et Dode : Nos ancêtres les Européens 10 décembre 2009 20:45, par Lucien

    Tout cela est fort bien dit. Mais pour la majorité d’entre nous , il est déja difficile de remonter avant 1600.
    L’etat civil n’existant pas auparavant, il n’y a que les familles nobles, et encore, qui peuvent se targuer de remonter aussi loin. Pour ma part , et je pense pour la majorité des généalogistes amateurs, il nous manquera toujours au moins 800 ans pour remonter à Charlemegne.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP