www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Poilus de Saint-Clair-du-Rhône » Une erreur de date sur la plaque de l’église !

Une erreur de date sur la plaque de l’église !

Joseph Charrin, mort pour la France en 1918 dans la Somme


jeudi 18 mai 2017, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Sur la plaque à l’église de Saint Clair, Joseph Charrin, soldat au 415e RI, est né en 1914 et mort le 29 mars 1918. Bizarre : c’est bien trop jeune pour mourir au front !

JPEG - 13.4 ko

La réponse est rapidement trouvée : le graveur de la plaque, en 1919, s’est trompé ! La fiche de "Mémoire des Hommes", nous apprend que Joseph Charrin est natif de Clonas sur Varèze (Isère), village tout à côté de Saint Clair.

Son acte de naissance nous dit que né le 11 novembre 1894, à 9 heures du soir, Joseph-Antonin Charrin est le fils de Jean Charrin, 40 ans, cultivateur, et de Marie Antoinette Colombet, 37 ans. Jean et Marie-Antoinette ont du se marier vers 1876.
La famille est au hameau de La Reynie, depuis au moins 1879 [1].

Les Charrin habitent déjà à Saint Clair du Rhône, sur le plateau de Glay, en 1900  : Marcelle y est née. Anna manque dans le recensement de 1901 : est-elle déjà partie en région parisienne ? [2]. En 1906, le père est décédé et il manque aussi Jean-Louis.

Joseph a vingt ans en 1914 : le 1er septembre, il est incorporé au 99e RI où il ne reste que 7 mois. Le 1er avril 1915, il passe 6 mois au 414e RI jusqu’au 2 octobre 1915, date de son affectation au 415e RI. C’est dans ce régiment qu’il fera la majeure partie de la guerre. Joseph se bat sur plusieurs fronts.

JPEG - 36.4 ko
Extrait du site « Le Chtimiste »

Ce régiment est rattachée, à partir de novembre 1915, à la 163e Division d’Infanterie. En mars 1918, elle part de Mourmelon en Champagne pour rejoindre la Somme. Le 1er bataillon du 415e, dont fait partie Joseph Charrin, monte en ligne dès le soir du 29 mars 1918.

Extrait de l’historique du 415e Régiment d’Infanterie

"Le 27 mars (1918), le Régiment était embarqué en auto et dirigé sur la Somme. ...Après 48 heures de trajet, coupé par de nombreux incidents, dont un débarquement en cours de route, les premiers éléments furent dirigés sur Moreuil et mis à la disposition du Groupement Mesple.
La situation était la suivante : l’ennemi pressait la 133e D. I. qui se battait depuis plusieurs jours et disputait pied à pied le terrain avec des éléments de l’armée anglaise. Le Colonel Commandant le 415e R. I. reçut l’ordre de pousser immédiatement un bataillon et si possible deux sur Plessier-Rozainvillers et de reprendre ce village.

Le 1er Bataillon à peine débarqué était jeté sur la rive droite de l’Avre où il se buttait immédiatement aux troupes ennemies poursuivant les éléments du 32e Bataillon de Chasseurs se repliant sur l’Avre. Le combat s’engage immédiat et très vif. L’ennemi, arrêté net dans sa poursuite, dut se terrer pour la nuit, ce qui permit une rapide réorganisation des forces françaises sur la rive gauche de l’Avre.
Le 30 à 10 heures, le 1er Bataillon reçoit l’ordre de se replier sur la rive de l’Avre que l’ennemi avait franchi en amont de notre front."

La Bataille de l’Avre

JPEG - 49.2 ko
JMO de la 163e Division d’Infanterie
La journée du 30 mars 1918
JPEG - 284.3 ko
Les positions des régiments autour de Moreuil
JMO de la 163e DI (26 N 455/4)

L’an 1918, le 8 avril, à 7 h 15, « étant à Ailly sur Noye (Somme) Acte de décès de Joseph Antoine Charrin, soldat de 2e classe au 415e Régiment d’Infanterie, 2e Compagnie, matricule 504… domicilié à Glay par Saint Clair , tué à l’ennemi » le 30 mars 1918, à 13 heures, à Moreuil (Somme) « Mort pour la France ».
Acte rédigé par Pierre Berthet, Lieutenant au 415e RI sur la déclaration de René Thiebaud et de Charles Sanoy, soldats au 415e RI. L’acte n’est transcrit en mairie de Saint Clair que le 7 octobre 1921 par le maire Joseph Perret. [3]

Moreuil est à une quinzaine de kilomètres au sud-est d’Amiens ; sur la route de Montdidier. Ailly sur Noye est à 10 kms de Moreuil, en arrière des premières lignes du front.

Signalé à tort comme décédé



Jean Louis, le frère de Joseph Charrin né à Clonas le 19 février 1891, est incorporé avec sa classe 1911 au 30e Régiment d’Infanterie. Il est sous les drapeaux lorsque la guerre éclate.
Sur sa fiche matricule, il est indiqué « Décédé le 22 août 1914 à Rothau (Alsace) de blessures de guerre suivant avis de décès du 24 septembre 1914 N°34 »
Cette mention est rayée et corrigée par « Signalé à tort comme décédé le 22 août 1914 à Rothau. Prisonnier de guerre à Stuttgard. Interné à Genève ? Rapatrié le 14 décembre 1918 ».
Sur le site des Prisonniers de la Croix Rouge existent plusieurs fiches au nom de Charin ou Charrin, avec le prénom soit de Jean, de Jean Louis, ou de Louis. C’est bien lui !

Notes

[1Enfants nés à Clonas :

  • Eugène 18 février 1879
  • Marie-Antoinette 16 octobre 1880
  • Anna 2 février 1883
  • Jean-Louis 19 février 1891
  • Joseph 11 novembre 1894

[2Elle décède à Clichy La Garenne, à l’hôpital Beaujon, le 9 mars 1965. Toujours célibataire, elle est alors domiciliée 81, rue Marceau à Courbevoie

[3La municipalité de Saint Clair a choisi en 2015 trois noms de Poilus pour baptiser de nouvelles rues. Celle qui fait la liaison entre le CD 4 et l’avenue Berthelot au pont du Saluant porte maintenant le nom de Joseph Charrin. Inaugurée le 11 novembre 2015, le hasard fait bien les choses : c’était ce jour-là son anniversaire !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 Messages

  • Dommage que l’on ignore l’issue des combats autour de Moreuil, ce pour quoi ce jeune homme a laissé sa vie.

    Répondre à ce message

  • Pour ma part , je prends rarement « Mémoires des Hommes » comme renseignements totalement fiables. J’y ai relevé pas mal d’erreurs comme B.R. traduit par « Bouches du Rhône » au lieu de « Bas Rhin ».
    Ainsi que sur les dates de naissances et/ou de décès
    Donc toujours recouper nos informatations à l’aide de différentes sources (si possible)

    Répondre à ce message

  • Pour ma part, un de mes ancêtres est inhumé dans une église, et sa pierre tombale, du XVIe siècle est conservée, mais comporte une erreur sur l’année de sa mort. Il est indiqué 1557 alors qu’il est mort en 1567, de nombreux actes signés de sa main faisant foi entre 1557 et 1567.

    L’année est gravée en chiffres romains, MVcLVII, au lieu de MVcLXVII. Une fois gravée, il n’était plus possible de corriger,

    Il manque donc un ’X’ sur cette plaque.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP