www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » Un monument des enfants à Savines...

Un monument des enfants à Savines...


jeudi 2 mai 2019, par Jacqueline Isnel-Guérin

Répondre à cet article

Dans les années cinquante, ce monument est un des endroits où de tous jeunes enfants, viennent souvent jouer ... mais aussi lire des inscriptions gravées sur ses quatre faces.
Pourtant vers 1959, les enfants sont de moins en moins nombreux à s’amuser sur le monument. N’ont-ils plus le cœur à jouer ? N’y a-t-il plus d’enfants dans ce village ?

JPEG - 104.5 ko

Voici une carte postale "re-colorisée" du monument, souvenir de mon enfance !
Sur la photo, les marronniers sont de petite taille, ils sont si « jeunes » qu’ils sont encore entourés de planches protectrices. À l’époque de notre enfance, ils étaient devenus larges et hauts. L’été, ils apportaient une ombre généreuse sur toute la place, une ombre bienveillante sur le monument. L’hiver, ils perdaient leurs feuilles et permettaient au soleil de venir apporter un peu de chaleur à cet édifice.

Sur la carte postale, on devine que le monument est grand, « formé d’un tronc de pyramide de granit surmonté » d’une sculpture, de quatre faces délimitées par quatre longues avancées de granit, incurvées en leur centre et terminées chacune par un petit parallélépipède surmonté d’une torche sculptée, « un pot à feu ». Il est entouré d’une petite grille de barreaux en fer forgé.

Années 1950 à 1959

Mes amis et moi sommes encore de tous jeunes enfants.
Ce monument est un des endroits où nous venons souvent jouer. Nous nous cachons derrière ses quatre faces. Nous courrons autour du monument pour jouer à « trappe-trappe ». Ses avancées de granit sont parfaites pour les parties de « cache cache » et de « chat perché » où elles sont notre refuge pour échapper au redoutable « touché ! » du « chat » qui, tel une baguette magique, nous métamorphoserait en « chat » ... obligé à notre tour de chasser « les souris » !

D’autre fois, fatigués par nos jeux, nous nous arrêtons pour prendre le temps de lire des inscriptions gravées sur les faces du monument. En tournant autour du monument, nous lisons des dates écrites dans la pierre : 1914, 1915, 1915, 1916, 1916, 1917, 1918, 1939, 1945.

Nous comptons et déchiffrons après chaque date les listes de noms et de prénoms.
On peut lire onze noms et prénoms pour la date 1914, dix noms et prénoms pour 1915, sept noms et prénoms après la date 1916 écrite sur deux des faces du monument.

Sur la première face, je lis « AYE Marcel », avec un peu d’orgueil, - car AYE est le patronyme de mon grand-père. Sur la suivante je lis fièrement « BROCHE Jean » - BROCHE est le nom de jeune fille de ma grand-mère.

On peut lire douze noms et prénoms pour la date 1917, onze noms et prénoms pour 1918. Année pour laquelle, je lis avec fierté "AYE Frédéric".

Au total 51 noms, 51 prénoms pour ces cinq années consécutives. Vous pouvez cliquez et zoomer sur le document ci-dessous pour les découvrir.
PDF - 227.1 ko
Les noms.

Est-ce terminé ? Non ! au bas d’une des faces du monument, sont gravées deux autres dates, espacées de quelques centimètres, 1939-1945. On a l’impression que, pour corriger quelques erreurs, elles ont été rajoutées dans cet espace suffisant pour graver ces dates et une liste de noms et prénoms ... parmi lesquels un prénom de femme Yvette !

JPEG - 105.5 ko
Sept noms et prénoms pour ces années 1939 à 1945

Mes amis, eux aussi, déchiffrent, sur le monument, les patronymes de leurs parents ou grands-parents. Chacune de nos lectures fait revivre tous ces noms, tous ces prénoms.

Le 11 novembre, nous les enfants de l’école, nous venons chanter « La Marseillaise » devant ce monument. Ce jour là, nous tremblons à l’idée de vivre « une guerre ». Et la formule « qu’un sang impur abreuve nos sillons » me glace. Angoissée j’imagine, dans les champs de mon grand-père, les sillons de labour « abreuvés », car noyés de sang !

Les années 50 de notre enfance, passent ... 1960 arrive.

Les enfants sont de moins en moins nombreux à jouer sur le monument. N’ont-ils plus le cœur à jouer ? N’y a-t-il plus d’enfants dans ce village ?
Savines se vide de jour en jour. Les enfants ont quitté le village. Avec leurs familles ils sont partis vivre ailleurs pour laisser place à l’eau. À l’eau ? oui celle de la Durance qui, peu à peu, emplit le lac de Serre-Ponçon.

JPEG - 84.7 ko
Le « vieux village » de Savines

Au cours des années 60 ...

Pour le sauver des eaux, il a fallu déplacer le monument dans la partie non immergée du village... ce monument sur lequel jouaient des enfants à Savines. Ce monument était celui des enfants de Savines « Morts pour la France ».
Dans « l’ancien village », il se dressait sur une grande place située à une centaine de mètres de l’église à laquelle il faisait dignement face.
Dans le « nouveau village », sur une pelouse à côté du cimetière, il partage un espace plus exigu avec un banc et un autre monument, celui des « Morts pour la défense de la patrie en face des Allemands 1870-1871 ».
Certains jours, sur le banc viennent s’asseoir quelques « ancien(e)s Savinois(es) » ; enfants, ils jouaient sur le monument aux morts.

JPEG - 117.9 ko
Le monument aux morts de nos jours
58 noms, 58 Morts pour la France lors des deux dernières guerres... [1] Marcel et Frédéric AYE étaient les frères de mon grand-père maternel, lui était revenu de Salonique, avec « simplement » le paludisme ! Jean BROCHE était le frère de ma grand-mère maternelle.

Les adultes nous avaient expliqué, peut-être sans trop insister, que ces noms étaient ceux des Savinois « Morts à la guerre ». Morts à 20 ans, 21 ans, 25 ans ... cela devait nous paraître un âge bien avancé à nous qui avions entre 5 et 11 ans ! Nous ne réalisions pas qu’ils étaient morts morts si jeunes. Nous n’avions pas conscience de tout ce que cette liste de noms signifiait pour les familles qui avaient vécu cette guerre et attendu en vain le retour de leurs enfants !

Nous avions grandi près de ce monument, nous l’appelions le « monument aux morts » mais on aurait pu tout aussi bien le désigner par le « monument des enfants ».

Devenue septuagénaire, je ne culpabilise plus de nos jeux sur le monument, ils n’étaient en aucun cas un manque de respect, ils étaient, en ce lieu édifié à la mémoire de nos morts, le symbole de la vie qui continue ... d’ailleurs aucun adulte ne nous a jamais punis de jouer sur ce lieu de mémoire. Nos jeux ne contribuaient-ils pas au souvenir de tous ces hommes fauchés en pleine jeunesse ?

Sur le site « Mémoire des hommes », on trouve parmi ces 51 morts de la première guerre, trois hommes pour lesquels est précisé « Non Mort pour la France ». Pourquoi ? L’un d’eux s’est défenestré de sa chambre d’hôpital, les deux autres sont morts chez eux des suites de problèmes pulmonaires ? Gazés ? accidentés ? Cette mention était-elle nécessaire ? cela me paraît tellement injuste !

Le destin de ce monument : une archive sur son édification

JPEG - 84.5 ko
Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Savines
Archives départementales des Hautes-Alpes (Cote 10 R 512)

Dans l’extrait du registre du conseil municipal de Savines, en date du 14 décembre 1924, présidé par le maire Frédéric PAVIE, il est écrit :
« ... M. le Président expose que depuis 1919 un comité s’est formé dans la commune pour ériger un monument destiné à honorer la mémoire des Savinois tombés pour la Patrie pendant la dernière guerre, en défendant le droit et la justice, que le moment est venu d’élever ce pieux souvenir »
« Le conseil municipal ouï cet exposé, à l’unanimité, décide d’honorer la vaillance et le sacrifice de nos chers disparus, par un monument formé d’un tronc de pyramide de granit surmonté d’un coq gaulois et dit que les noms des héros seront gravés dans la pierre sur les faces du monument. »

J’ai souri en voyant que la mention « Et sollicite de l’État une subvention aussi élevée que possible » a été réécrite sur une autre formule gommée ... sans doute le conseil municipal a-t-il regretté, au dernier moment, une première formule « plus restrictive » quant à la somme d’argent espérée de l’État !

Quant au coq gaulois dont il est question dans la description du monument, il a été remplacé par un vase orné de plusieurs flammes : un pot à feu symbole du souvenir ! Un loupé du sculpteur ? La demande d’un autre symbole ? Le coq étant plutôt le symbole de la nation, du patriotisme. Ou une demande plus simple car moins onéreuse à réaliser ?

Perdu au milieu des ruines du village

Dans les années 1960, la Durance a, inlassablement, rempli le désormais célèbre barrage de Serre-Ponçon, noyant chaque jour un peu plus le village de Savines. Jusqu’au dernier moment, le monument aux morts est resté en ce lieu où les Savinois contemporains de la première guerre avaient souhaité l’édifier.

JPEG - 73.3 ko
Un des derniers moments du monument

Sur la photo, ci-dessus, on assiste à un des derniers moments du monument dans « son vieux village ». Il se trouve au milieu des ruines des maisons de Savines détruites pour la mise en eau du barrage. L’image n’est pas très nette : elle est extraite d’un film réalisé par un ancien Savinois, Roger Cézanne [2].

Inauguration sur son nouvel emplacement

Le 13 août 1962, le monument « sauvé des eaux » était cérémonieusement installé à son nouvel emplacement dans le village désormais appelé Savines-le-Lac. Une photo prise par Roger Cézanne illustre ce moment.

JPEG - 48.8 ko
L’inauguration du monument

Année 2018 Centenaire de l’armistice du 11 novembre

Ce 11 novembre, je suis venue, du village où j’habite près de Marseille, assister à la commémoration à Savines-le-lac. Trois enfants ont lu chacun un texte, une des petites filles rendait un bel hommage à son grand-père revenu très handicapé de la guerre. Expropriées pour la construction du barrage, la plupart des familles de tous ces « Morts pour la France » habitent loin du « nouveau village ».
Aussi étions nous moins d’une dizaine d’anciens Savinois parmi la cinquantaine de personnes présentes. J’ai éprouvé de la tristesse et le sentiment que cet hommage était trop insignifiant au regard du sacrifice de 51 hommes arrachés à la vie au seuil de leur jeunesse. Un sentiment de commémoration inachevée ...

Si vous êtes descendants(es), nièces, neveux, cousins(es), proches de ces soldats, de leurs familles et intéressé(e) par un prochain hommage plus soutenu, faîtes moi signe ! Merci.

Notes

[1Voir le relevé complet avec quelques indications biographiques sur Mémorial GenWeb : http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=05164&dpt=05&idsource=30690&table=bp05

[2Le film est disponible sur le site « Cimalpes - Cinémathèque D’images De Montagne »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

29 Messages

  • Un monument des enfants à Savines... 2 mai 11:43, par martine hautot

    Très émouvant !
    Martine

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 3 mai 08:59, par André Vessot

    Merci Jacqueline pour cet émouvant témoignage qui est un magnifique hommage aux morts pour la France de Savines.

    André Vessot

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 3 mai 10:45, par Christiane CONVERT

    Bonjour Jacqueline,
    Cet article m’a doublement émue car, à la perte des soldats, s’ajoute la disparition du village sous les eaux du barrage.

    Si ce n’est pas déjà fait, ce pourrait être productif de publier cet article sur le site de la commune de Savines, pour qu’il touche les « Savinois exilés » qui y viennent peut-être quelques fois prendre des nouvelles de leur commune d’origine...
    Amitiés
    Christiane

    Répondre à ce message

    • Un monument des enfants à Savines... 5 mai 17:14, par Jacqueline ISNEL-GUERIN

      Bonjour Christiane,
      Très bonne idée la publication de mon article sur le site de la mairie mais ... je vous en dis plus via nos messageries personnelles !
      Jacqueline

      Répondre à ce message

    • Un monument des enfants à Savines... 6 mai 09:40, par Colette Boulard

      Bonjour,

      Ce serait en effet une très bonne idée, qui pourrait enrichir l’onglet « histoire communale » du site internet communal (pages existantes ou à créer). C’est, pour la commune, enrichir la connaissance de cette histoire, tant pour ses habitants que pour ceux qui ne font que passer, concrètement ou virtuellement. Il y a tout à gagner, au delà des inévitables moments difficiles de cette histoire.
      Bravo à l’auteur des recherches et de l’article.

      Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 3 mai 17:19, par Marlie TOUSSAINT

    Bonsoir Jacqueline,
    Un sujet grave raconté avec la légèreté de l’enfance. Merci pour ce bel hommage à ces hommes et leur village, j’ai adoré. Cordialement Marlie

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 3 mai 17:44, par Jean Magnier

    Bonjour Jacqueline,
    Voilà un joli travail de mémoire.
    En souhaitant que l’appel à « se souvenir ensemble » soit entendu et partager !
    Cordialement.
    Jean Magnier

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 3 mai 22:05, par catherine marquet

    Très beau texte, émouvant !!
    Bravo.
    Catherine

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 4 mai 12:27, par Ridey

    Bonjour Jacqueline,
    Emouvant hommage aux enfants de Savines morts pour leur patrie et à ce village également disparus.
    Patrick

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 4 mai 19:44, par Agnès HECTOR

    Merci Jacqueline,
    J’ai beaucoup apprécié votre témoignage qui m’a vraiment émue.
    Agnès

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 4 mai 22:50, par Franck Boulinguez

    Jacqueline,

    Quel bel article !

    Heureusement que quelques personnes de l’époque aient décidées de sauver ce monument, fort de la mémoire des « enfants » de Savines, morts pour la France en le déplaçant et en le sauvant des eaux...

    La mémoire de nos parents, grands-parents et des générations précédentes, reste intacte grâce à ce genre d’initiatives comme nous le faisons quotidiennement, à notre humble niveau, via la Gazette, histoire-genealogie.com ou d’autres sites...

    Encourageons nos enfants à faire des parties de « cache-cache » ou de « 123 soleil » dans ces monuments « historiques » !

    Le simple « Monument aux Morts » du village, le nom d’une rue, d’une école ou d’une salle des fêtes peut éveiller leur curiosité...

    Pourquoi ne pas recentrer l’enseignement primaire de l’histoire et de la géographie à un contexte local puis ensuite de l’élargir plutôt que de faire apprendre bêtement aux élèves : la liste de toutes les capitales du monde, le nom des Rois de France, le PIB du Guatemala... avant même de savoir qui est le personnage qui porte le nom de leur école ou de la rue dans laquelle elle se trouve ?

    Encore merci.
    Cordialement
    Franck

    Répondre à ce message

    • Un monument des enfants à Savines... 6 mai 16:51, par Jacqueline ISNEL-GUERIN

      Bonjour Franck,
      Merci des compliments !
      La « mémoire de nos ancêtres », la généalogie qui permet de l’entretenir : beaux sujets de dissertation, de discussions !
      Difficile d’intéresser le reste de la famille à la magnifique « en quête » de nos ancêtres qu’est la généalogie, quelques petits textes éveillent leur curiosité ... pour quelques heures, jours ou semaines, pour une nouvelle passion ?
      D’accord avec vous pour penser qu’en partant de l’histoire, de la géographie locales on peut intéresser davantage les enfants (les adultes aussi !) et élargir ensuite leurs connaissances à un autre contexte.
      Les méthodes pédagogiques évoluent peu à peu ...
      Cordialement. Jacqueline

      Répondre à ce message

      • Un monument des enfants à Savines... 6 mai 17:30, par Franck Boulinguez

        Bonjour Jacqueline,

        Espérons que cette théorie des « cercles expansifs » soit un jour reconnue et appliquée (surtout) par L’Education Nationale à grande échelle..

        Je suis, en tout les cas, heureux de voir que je ne suis pas le seul à penser cela...

        Cordialement
        Franck

        Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 5 mai 12:44, par MALOU JAMES

    C’est avec les larmes aux yeux que j’ai lu ce vibrant hommage
    au monument aux morts de notre vieux Savines.
    Habitant le quartier de la Chapelle je n’ai jamais joué autour
    du monument mais je me souviens que pour le 11 novembre et le 8 mai nous assistions à la cérémonie avec un bouquet de fleurs
    et maman me recommandait de le déposer devant le monument de 1945 car son frère Marcel RAYMONDO n’était pas revenu de cette
    maudite guerre.
    Merci Jacqueline
    Bien amicalement

    MALOU

    Répondre à ce message

    • Un monument des enfants à Savines... 5 mai 17:19, par Jacqueline ISNEL-GUERIN

      Bonjour Malou,
      Que les autres ne soient pas jaloux ;-) mais le message d’une ancienne Savinoise, ancienne collègue de classe m’a particulièrement émue !
      Au plaisir de te revoir à Savines ... le-lac.

      Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 7 mai 17:46, par Monique LEMESRE-MAESTRACCI

    Bonjour Jacquie, bravo pour ton texte très émouvant et tellement réel. Dommage que nous ne l’ayons pas eu pour notre expo de l’année dernière ... Comme tu le dis si bien, plus on avance dans l’âge, plus on se penche sur notre passé. Je t’embrasse bien amicalement et bonnes vacances.
    A bientôt de se revoir. Monique

    Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 10 mai 10:34, par SACCO Annie

    Bonjour à tous,

    Je suis très émue aussi par ce bel hommage à nos aînés. Ayant assisté mercredi à la célébration du 8 mai dans notre petit village de Bransat-03 où nous avons été instituteurs,mon mari et moi avons eu de la tristesse grandissante chaque année de voir combien ces cérémonies du 11novembre et du 8 mai voyaient le nombre des célébrants s’amenuiser...
    Pourquoi ? L’éducation Nationale qui n’enseigne plus l’Histoire comme du temps de notre enfance a une grosse part de responsabilité certes. Plus d’enfants ou presque plus comme de notre temps où nous conduisions nos classes ces jours là autour du monument. Les jeunes générations de parents ont aussi leur part de responsabilités.
    Quelque chose que nous trouvons « grave » aussi et que le Maire nous a appris ce mercredi : le journal « LA MONTAGNE » n’accepte plus dorénavant les photos de ces hommages à nos
    « aînés tombés pour la France ».Ils ne publieront que les photos de remises de médailles, ce qui sera de plus en plus rare et donc, plus d’hommages du tout bientôt dans les colonnes du journal dont le rôle est pourtant d’informer, quelle que soit l’information envoyée par le correspondant local.Et là, en l’occurence c’est une information importante qui vise à montrer que les villages n’oublient pas, c’est un devoir de mémoire que « LA MONTAGNE » refuse et ce journal devient complice de l’oubli qui s’installe petit à petit chez les nouvelles générations.

    Quel monde que celui de ce siècle ...C’est une souffrance pour nous les anciens.
    Il nous faut continuer la généalogie et, même si personne ou presque dans nos familles s’y intéresse aujourd’hui, nous laisserons un travail où non seulement seront présents les ancêtres mais aussi un peu de leur vie que nous avons sorti de la poussière des archives si nous accompagnons les noms, dates et lieux de récits sur la vie de ces ancêtres, récits que nous devons à nos parents mais aussi à nos trouvailles.
    Ainsi, de mon côté, en cherchant la famille de mon grand-père assisté, Louis Félix LALLEMENT,j’ai connu une famille de doreurs sur bois à Paris et deux lignées d’imprimeurs , venant de Lorraine ,installés à Saint Germain des Prés un peu avant la Révolution Française. Une des branches , celle parallèle à la mienne, est devenue importante au début du 19e siècle avec des imprimeurs écrivains, historiens, poètes. Ma branche plus modeste a fait un séjour en Algérie de fin 1848 à 1852. Je connais les détails de leur voyage , le nom du bateau qu’ils ont pris, je dois certains détails à l’acte de décés d’un enfant d’un an resté en terre algérienne.Mille mercis à cet enfant dont la souffrance a permis d’éclairer la vie de ses parents donc de mes ancêtres. Je lui dois beaucoup et j’y pense souvent avec beaucoup d’émotion...

    Je suis très troublée par le monde d’aujourd’hui. C’est un changement de « civilisation », cependant tout changement n’est pas un progrès et , de nos jours, nous reculons sur l’Humanisme et les valeurs essentielles de la Vie.
    « Il faudra leur dire » chante Francis CABREL mais ON, nous les anciens,ON leur dit, ils n’écoutent pas, ils sont sourds.Ils se laissent griser par le chant des Sirènes...

    Annie

    Répondre à ce message

    • Un monument des enfants à Savines... 11 mai 21:25, par Jacqueline ISNEL-GUERIN

      Bonjour Annie,
      Merci d’avoir fait part de votre émotion à la lecture de mon texte. Merci d’avoir pris le temps de rédiger ce long commentaire. Ne soyons pas pessimistes ! nous découvrons toujours des ancêtres qui ont exercé des métiers disparus, vécu des événements plus ou moins étonnants, plus ou moins extraordinaires et ces bribes de leur vie arrivent à intéresser « un petit peu » quelque(s) jeune(s) descendant(s) ! Quant au journal « La Montagne » qui ne veut plus publier les hommages sans doute n’a-t-il plus assez de place pour ce type d’articles !?
      Bien cordialement. Jacqueline.

      Répondre à ce message

      • Un monument des enfants à Savines... 12 mai 10:00, par Annie SACCO

        Bonjour à tous,

        Mille mercis Jacqueline pour votre réponse. Je reste pessimiste il est vrai. Quand nous serons dans « le monde parallèle », que va devenir ce monde terrestre ? L’horizon s’assombrit
        Amitiés à tous
        Annie

        Répondre à ce message

  • Un monument des enfants à Savines... 11 mai 19:04, par Dubouchet Christiane née Paviechdub0383@

    Merci Jacquie pour ce bel hommage et pour tous les souvenirs liés à notre enfance.

    le 11 Novembre nous voyait en rang, avec des fleurs à la main, chantant une fervente Marseillaise dans un respect et une émotion qu’enfants nous partagions avec nos instituteurs.
    Christiane

    Répondre à ce message

    • Un monument des enfants à Savines... 11 mai 22:02, par Jacqueline ISNEL-GUERIN

      Bonjour Christiane,
      Quelle émotion pour moi : Une autre Savinoise « de l’époque » qui lit cet hommage !
      Merci Christiane de ton commentaire. Peut-être à une rencontre un jour à Savines ?
      Bien amicalement. Jacquie

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP