www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Un Poilu inconnu et mort vivant !

Un Poilu inconnu et mort vivant !

C’est arrivé en ce temps-là !


jeudi 22 novembre 2018, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Pour cette dernière « Gazette spéciale 1918 » notre rubrique "C’est arrivé en ce temps-là ! (revue de presse ancienne)" s’étoffe de quelques commentaires. Ce "fait curieux", relevé en 2016 dans la presse ardéchoise par Marie Claude Bessias, est un témoignage impressionnant.

JPEG - 313.1 ko
Fait curieux
JPEG - 243.7 ko
Fait curieux (suite)

"Journal de Tournon" du 10 septembre 1916.

Ce Poilu du 140e régiment d’infanterie [1], dont je n’ai pas (encore) retrouvé le nom [2], est blessé le 25 septembre 1915 dans l’attaque des "tranchées de la Vistule" [3], entre "la cote 201" et la butte de Tahure (2e Bataille de Champagne).

Je pense qu’il a été évacué à l’Ambulance 16/14 du 14e Corps d’Armée présente sur place à Saint Rémy sur Bussy, vers Somme-Suippe [4].

Il a dû être opéré par le Médecin Major André Latarjet qui deviendra un grand chirurgien lyonnais [5] A l’époque, celui-ci est affecté à une « ambulance chirurgicale », la 5/4, dans ce secteur tenu par la 27e division d’infanterie (Moulin de Perthes et Bois Sabot).

Après l’hôpital de Valence, il est soigné dans un des deux hôpitaux de Tain :

  • « Hôpital auxiliaire N° 216 bis » du 14e Corps d’Armée. Installé dans un hôtel privé, place de l’église (70 lits).
  • « Hôpital temporaire N° 139 » à La Teppe, dans le couvent des Soeurs de Saint Vincent de Paul (30 lits).

Notes

[1Le 140e RI était en garnison à Grenoble et fait partie de la 27e DI et du 14e CA

[2En supposant que ce soldat soit mort après septembre 1916, malgré plusieurs recoupements faits grâce à la base de données de http://www.memorialgenweb.org/index.php, je n’ai rien trouvé. Si ce soldat est revenu vivant de la Grande Guerre, la recherche est presque impossible. J’ai également cherché dans la presse régionale en 1915 et 1916 : rien.

[3Les curieux trouveront des cartes de ces tranchées dans le JMO de la 53e division (26 N 366/2 page 90) et de la 41e division (26 N 340/3 page 69)

[4Affectée à la 28e division depuis le 25 août 1915, elles est installée à St Rémy depuis le 1er septembre et peut recevoir 170 blessés graves. Voir le JMO du Service de Santé du 14e C.A (26 N 154/16).

[5Né le 20 août 1877 à Dijon. Sa fiche matricule a le N°1009 de la classe 1897 au bureau de Lyon Central. Une place dans le 8e arrondissement de Lyon porte son nom.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

17 Messages

  • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 14:22, par Martine Hautot

    Bonjour ,
    A defaut de donner le nom du soldat inconnu,voici un site sur le journée du 25 Septembre 1915 ,dans le secteur de Tahure qui confirme ce que nous dit ce soldat avec les très nombreux morts et blessés que viennent chercher même tardivement les brancardiers .
    http://www.lamaindemassiges.com/offonsiveseptembre.htm
    Bien cordialement
    Martine

    Répondre à ce message

  • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 16:31, par Corinne Decabane

    Bonjour à tous,

    Je pense avoir trouvé votre "inconnu".
    Il pourrait s’agir de Jules, Jacques GAUSSEN, né le 06/01/1894 à Ayguesmortes, et résidant à Saint-Laurent d’Aigouze en 1914 lors de son incorporation.

    Dans sa fiche, il est noté qu’il est passé au 140e RI le 15/01/1915.
    Il est blessé à la jambe gauche, avec perte du gros orteil et de son métacarpien à« Cabonnes Puits » le 25/09/1915.
    Citation à l’ordre du régiment le 08/10/1915 : « Agent de liaison cycliste de la compagnie. A fait preuve pendant la durée du combat du 25 d’un entrain remarquable. A été blessé dans l’accomplissement de sa mission » Croix de guerre avec étoile de bronze – JO 21/06/1928

    Matricule 440- classe 1914
    http://gard.viewer.anaphore.org/viewer/FRAD030_1R1028/FRAD030_1R1028_0440_0001.jpg

    Tous ces détails correspondent parfaitement à l’article cependant, j’ai un doute sur le lieu de la blessure… « Cabonnes Puits » Ai-je bien lu ? Est-ce à côté de Tahure ?

    Je vais regarder du côté des archives de la Croix Rouge…peut-être un indice supplémentaire…

    Corinne

    Répondre à ce message

    • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 17:39, par Franck Boulinguez

      Bravo Corinne pour cette trouvaille.

      « Cabanne et puits » se situe à quelques kilomètres au Sud de Tahure. Je complète mon message dès que mon ordi me rendra la main...

      Cordialement
      Franck

      Répondre à ce message

      • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 17:57, par Franck Boulinguez

        Voici le complément :

        Voir le JMO du 137éme RI sur Mémoire des Hommes page 45.

        On y trouve une magnifique carte où l’on retrouve « Tahure » et « Cabanne et puits » (en haut du 2e rectangle en partant du bas à gauche )

        Cordialement
        Franck

        Répondre à ce message

        • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 18:11, par Corinne Decabane

          Bonjour Franck,

          Nos notes se sont croisées... et nous indiquons la même carte !
          Cependant, comment faites-vous pour indiquer le lien de cette façon ? C’est simple et très lisible...
          Lorsque j’ai voulu faire le copié/collé de l’adresse, celui-ci faisait plus d’une dizaine de ligne :-/
          Merci pour votre aide !

          Corinne

          Répondre à ce message

    • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 18:27, par Michel Guironnet

      Bravo Corinne !

      Mais comment avez vous fait pour trouver le Poilu Jacques Gaussen ?
      Votre méthode pourra me servir dans des cas semblables.

      Cordialement.
      Michel Guironnet

      Répondre à ce message

      • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 19:08, par Corinne Decabane

        Bonjour Michel,

        Avec un peu de patience, et beaucoup de chance !

        J’ai tout d’abord listé les infos en notre possession :

        • blessé à Tahure le 25/09/1915
        • sa mère réside à St Laurent d’Aigouze
        • il est né à Aigues-Mortes
        • appartient au 140e

        Je me suis rendue sur le site des AD du Gard (très restreint en archives mises en ligne…)
        A partir de cette page, j’ai zoomé et sélectionné Aigues-Mortes :
        http://bach.anaphore.gard.fr/matricules/search
        A ce moment, nous obtenons 1742 matricules !
        J’ai pensé abandonner à ce moment-là…

        J’ai alors affiné la recherche en sélectionnant la classe 1914. Dans l’article, il dit avoir passé une année au front ; c’est peut-être un tout jeune soldat !
        Il ne reste plus que 63 fiches de soldats.

        Ce qui est très bien sur le site des AD 30, c’est que la fiche est consultable directement en cliquant sur le nom ! Donc, j’ai cliqué sur toutes les fiches en même temps. Elles s’ouvrent toutes dans des onglets différents.
        Ensuite, je les ai « défilées » rapidement, et lu avec attention uniquement celles où les parents ont leur résidence à St Laurent, et où le 140e RI apparaissait… Et en fait, c’était la 1re fiche qui combinait ces 2 points.

        Je ne sais pas si c’est une méthode « spéciale »… tout dépend des logiciels utilisés par chaque AD.
        Lorsqu’un « dépouillement » des fiches matricules a été réalisé et que son image numérisée y est reliée… alors là, c’est le top… Ce qui est le cas pour les AD du Gard !

        Bonne soirée,
        Bien cordialement,

        Corinne

        Répondre à ce message

        • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 21:14, par Franck Boulinguez

          Michel,

          J’ai suivi la même logique que Corinne en « zoomant » pour les fiches individuelles sur le bureau de recrutement d’Aigues-Mortes :

          Je me suis rendue sur le site des AD du Gard (très restreint en archives mises en ligne…)
          A partir de cette page, j’ai zoomé et sélectionné Aigues-Mortes :
          http://bach.anaphore.gard.fr/matricules/search
          A ce moment, nous obtenons 1742 matricules !
          J’ai pensé abandonner à ce moment-là…

          Mais moi, j’ai abandonné devant les 1742 fiches a dépouiller faute de temps !!! J’ai bien consulté quelques fiches au hasard mais je n’ai pas eu le temps d’affiner...

          Bravo Corinne !

          Répondre à ce message

          • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 23 novembre 16:03, par Corinne Decabane

            Bonjour à tous,

            Je vous remercie !
            Mais, Franck a raison, c’est effectivement une question de temps. C’était une chance que notre Poilu fasse partie de la classe 1914... sinon, je dois avouer, je ne sais pas si j’aurais continuer la recherche sur les classes précédentes...

            Merci aussi à Martine, qui, en trouvant l’article du 16/04/1916 dans le même journal de Tournon, confirme qu’il s’agit bien de Jules GAUSSEN !

            Bonne journée,
            Amicalement,

            Corinne

            Répondre à ce message

  • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 17:38, par Martine Hautot

    En complément ,Dans le journal de Tournon du 1916/04/16 ,sous le titre Tain ,il est question d’ une fête militaire pendant laquelle le soldat Jules Gaussen du 140 ème régiment d’infanterie a reçu la croix de guerre.C’est peut-être à cette occasion que le journaliste a rencontré notre soldat inconnu
    Pour le lieu de son décès ,je crois qu’il faut lire cabane puits .D’aprés ce site ,ce lieu dans la Marne est appelé ainsi parce qu’il y a une cabane et un puits !
    http://pascal.guillerm2.free.fr/champagnevendredi.htm
    « Le 22 février 1915, départ du camp, vers Cabanes et Puits, un lieu nommé ainsi car il se distingue par la présence ... d’une cabane et d’un puits, en passant par Sommes Suippe »
    Je pense que ce ne doit pas être trés éloigné de Tahure .
    Martine

    Répondre à ce message

  • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 22 novembre 17:56, par Corinne Decabane

    Je fais suite à mon message ci-dessus.

    Aucune fiche n’est établie concernant Jules GAUSSEN dans les portés disparus auprès de la Croix Rouge.

    Par contre, voici quelques extraits du Journal de Marche du 140e RI,

    Dans le JMO réf 26 N 691/2

    • page 55/70, le 24/09/1915 on lit ceci « Les éclaireurs montés accompagnent la colonne jusqu’à Cabane et Puits et y gardent les chevaux des officiers. »
    • page 56/70 : « les Chiens de guerre, les éclaireurs montés sont renvoyés provisoirement au T.C. à Cabane et Puits »
    • page 63/70 : 2e colonne Jules GAUSSEN (2e Cie) est inscrit dans la liste des soldats tués.

    Dans le JMO réf 26 N 691/3

    • Page 11/180 : le 29/09/1915 « Aucun blessé n’a été laissé sur le terrain. A11h30, le Régiment va bivouaquer à Cabane Puits »

    Merci au Forum Pages 14-18 qui, par cet échange de notes, m’a permis de situer « Cabane et Puits »
    https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=7581

    Ce lieu se situe entre Suippes et Laval-sur-Tourbe (51) à la Cote 203.
    Voir cette carte page 45/82 issue du Journal de marche du 137eRI n°26 N 690/1

    Sur Geoportail : tapez Mont Orge (51800- Wargemoulin-Hurlus)

    Bonne soirée,
    Bien cordialement,
    Corinne

    Répondre à ce message

  • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 23 novembre 10:42, par VERGEREAU

    Bonjour
    Pour avoir écouté et lu les documents de mon grand-père maternel, maitre pointeur dans l’artillerie sur une pièce de canon de 75 ;j’apporterais la précision suivante à la rédaction de l’article du Journaliste.
    « comment douter que le propriétaire ne fût MORT parmi ce méli mélo de chair humaine ? ».
    Ce qui permet d’appréhender ce que pouvait être la complexité de missions des brancardiers sur le front et l’isolement moral des blessés après l’assaut.
    Comme l’illustration de la censure par ailleurs !
    Mes félicitations pour cette recherche réussie.
    Cordialement
    VGU

    Répondre à ce message

  • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 24 novembre 12:46, par Michel Guironnet

    Bonjour,

    Déniché cet article dans « Le Petit Marseillais » du 6 décembre 1915 :
    « Voici la citation dont a été l’objet le soldat Jules Gaussen, du 140e de ligne  :
    Soldat dans l’âme, remarquable pour son sang-froid, son courage légendaire, est l’exemple d’audace pour ses camarades. Etant grenadier, est parti seul dans un boyau et, arrivé à la tranchée ennemie, a lancé 37 bombes sur les Allemands qui ont été obligés d’évacuer la partie de cette tranchée. »

    Est-ce le même qui a été hospitalité à Tain suite à sa blessure du 25 septembre 1915 ?

    Un doute subsiste car il n’est pas question de cette citation sur sa fiche matricule.

    Cordialement.
    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

    • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 24 novembre 19:31, par Corinne Decabane

      Bonjour Michel,

      C’est effectivement bizarre.
      Il semblerait que ce Jules GAUSSEN soit une autre personne mais, tout de même, 2 soldats portant le même nom dans le même régiment...
      Ce dont nous sommes sûrs, c’est que le Jules GAUSSEN cité dans les 2 articles de Tain (le 16/04/1916 et le 10/09/1916) est bien Jules, Jacques GAUSSEN, né le 06/01/1894 à Ayguesmortes, et résidant à Saint-Laurent d’Aigouze en 1914 lors de son incorporation.

      Comment ce Jules Jacques peut-il être cycliste et grenadier au 140e RI ?

      J’ai trouvé un Jules Auguste GAUSSEN né le 17/05/1889 à St Martin de Lansuscle (48) mais il n’a reçu aucune citation, médaille et il n’était pas dans le 140e RI.

      Je ne sais pas qui est ce Jules GAUSSEN cité dans le Journal « Le Petit Marseillais »...

      Bonne soirée,
      Corinne

      Répondre à ce message

  • Un Poilu inconnu et mort vivant ! 2 décembre 13:08, par Frédéric David

    Bonjour,

    A la lecture de cet article deux choses m’étonnent :

    • le port de la cravate en situation de combat
    • la détention du livret militaire, par l’intéressé, sur le champ de bataille, il y avait déjà des plaques d’identification à l’époque .
      Qu’en pensez vous ?

    Cordialement
    Frédéric

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP