www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Portraits d’ancêtres > Toutes ces étapes de nos ancêtres nous conduisent... > Toutes ces étapes de nos ancêtres nous conduisent... (7e partie)

Toutes ces étapes de nos ancêtres nous conduisent... (7e partie)

Le jeudi 2 juillet 2015, par Jean-Pierre Brochard

Partis de la forêt vers 1768, il aura fallu près de 150 ans pour que nos anciens retournent au pays de Tronçais... Après son mariage avec Virginie, Grand-Père Jean quitta la Malicorne pour reprendre l’entreprise de battage de son beau-père dans le village de mon enfance. Le bourg de Vallon est construit autour d’un fort circulaire que révèlent bien les photos aériennes et le plan cadastral. Au centre, l’église avec son haut clocher, fut certainement à l’origine, la chapelle castrale, près d’un prieuré. L’ensemble devait être protégé par des murailles et un fossé disparus.

Le pays de Tronçais

« Au début du XXe siècle, la commune de Vallon, en Pays de Tronçais, comptait 1700 habitants. Dans le bourg et ses environs, on n’y dénombrait pas moins de 14 cafés et 6 Hôtels, c’est dire l’importance des foires à cette époque !... »

Les commerces étaient florissants, les artisans n’y connaissaient pas le chômage. Avec l’industrialisation, la plupart des métiers d’avant-guerre, et je les ai presque tous connus dans mon enfance, ont disparus : tonnelier (5), sellier-bourrelier (3), maréchal-ferrant (3), charron (3), sabotier (2), coquetier-volailler (2), charcutier (2), chapelier, cordier... il existait même un moulin à farine [1].

Le charron, comme son nom l’indique, fabriquait les chars, charrettes et tombereaux. Mais son travail le plus spectaculaire, rassemblant les écoliers du village, était le cerclage des roues. Le charron qui m’émerveillait, en sortant de l’école primaire, préparait lui-même les cercles de fer qu’il ajustait au diamètre des roues qu’il venait préalablement de fabriquer. « Il s’agissait d’introduire la roue en bois dans le cercle de fer. L’opération jouait sur la dilatation du fer. Le cercle de fer était placé dans un foyer alimenté en bois réduit en braises.

JPEG - 19.2 ko
Le Charron (Musée des maquettes, Vallon en Sully, Allier)

Quand il était suffisamment dilaté, ce qui se devinait à sa couleur rouge, deux hommes le saisissaient avec des pinces et le posaient de façon à ce que la partie de la roue en bois se trouve à l’intérieur. Le fer rougi enflammait le bois, mais un aide jetait des seaux d’eau, ce qui produisait un nuage de vapeur. Le fer se rétrécissait alors, serrant le bois, assurant la solidité des assemblages entre les rayons et le moyeu. La roue était alors prête à monter sur les chars, seuls moyens de transport du foin ou des gerbes de céréales entre les champs et la ferme ».

L’autre spectacle qui me fascinait était celui du maréchal-ferrant.

« Sa forge s’ouvrait par une large porte montée sur un rail. Elle s’annonçait de loin par le tintement du marteau sur l’enclume, une odeur de fumée et, par les grises après-midi d’hiver, par le rougeoiement du foyer de la forge attisé par l’air jailli de l’immense soufflet que le maître des lieux actionnait de la main droite, tandis que, tenailles dans l’autre, il tournait et retournait le fer à forger sur les braises jusqu’au moment où la couleur lui indiquait que le point optimum était atteint. Quelques coups de marteau et il ajustait le fer en accord parfait avec le sabot du cheval attaché sous l’auvent de la forge. Lorsque le maréchal déposait son fer encore chaud sur la corne du sabot, une épaisse et âcre fumée se dégageait ».

Il me suffit de refermer les yeux un instant pour en percevoir encore les odeurs !

Avant 1910 le service vétérinaire était assuré, à Vallon et ses environs, par un praticien de Montluçon. Celui-ci pour joindre notre pays, racontait Grand-Père, empruntait le train, confiant sa bicyclette au fourgon à bagages ; celle-ci lui permettait ensuite de parcourir notre campagne. Naturellement, cela n’était pas trop rapide... C’est pour remédier à cet état de choses, pas très apprécié de nos éleveurs, qu’un jeune vétérinaire décida de s’installer dans notre village.

C’est le 5 juin 1910 que ton cousin, Raoul Mariaux, récemment titulaire de son diplôme obtenu à l’école vétérinaire Nationale de Lyon, vint à Vallon pour la première fois.

Ce jour du 5 juin m’est resté en mémoire. Grand-Père disait, et tous nos anciens le savent, c’était alors celui de la grande « foire-loue », c’est-à-dire le jour où les agriculteurs de la région engageaient leurs employés pour l’année. Une coutume pittoresque voulait que les jeunes gens ou jeunes filles en quête de travail ornent d’une fleur leur corsage ou leur chapeau…

La guerre de 1914 arrêta, bien entendu, les activités de mon cousin Raoul Mariaux qui, comme Grand-Père, fut mobilisé pendant toute la durée des hostilités. A son retour, en 1919, notre vétérinaire retrouva une clientèle dispersée qu’il dut reconstituer petit à petit.

Succédant à son beau-père Jean Philippon, Grand-Père remis en route l’entreprise de battage « Philippon-Brochard ». Dans le même temps, il régissait les domaines de Bron, Champémon et Petit Bœuf.

JPEG - 36.4 ko
Fête des batteuses à Domérat (août 1993)

Chaque année, pour la Saint Jean, avant la saison des battages, Grand Père conduisait ses machines et batteuses chez Jean Morlac de Chateaumeillant pour leur révision. Ce jour-là, les mécanos, Jean Fluza et Jean Perouny, en profitent pour s’attarder au café et jouer leurs parties de carte… Dans quelques mois, « Les Batteuses » commenceront par les petites fermes, puis les grandes, de Chateloy jusqu’à Chazemais. Les machines devront donner toute leur pression dès le lever du jour. Dans mon enfance, la machine à vapeur avait été remplacée par un tracteur, mais il fallait toujours autant de bras. Les paysans des fermes alentour se retrouvaient, chacun rendait des journées à ses voisins. Ce qui prend quelques heures aujourd’hui, tout travail terminé, demandait de longues journées sous le soleil cuisant de l’été pour la moisson et le battage des grains.

Du temps de la vapeur, aux premières lueurs du jour, un coup de sifflet de la machine annonçait le départ, tout le monde avait déjà bu le café et le pousse-café. Deux mécanos se chargeaient de la machine, pendant que l’un engrenait sur la batteuse, son compagnon se reposait sur la malle. Au moindre bruit suspect, il se pressait pour aller voir, il devait aussi penser à mettre de l’eau.. De cette époque, rien - ou presque - n’avait changé ! Le gerbier de grains était monté dans un champ situé près des bâtiments de la ferme, on l’appelait le champ des paillers. Dans chaque domaine, les mêmes personnes étaient toujours à la même place… Il y avait quatre hommes sur le gerbier, quatre pour monter les paillers, trois ou quatre pour monter les sacs de blé au grenier. Après avoir déversé leurs quatre-vingts kilos de blé, les porteurs aimaient bien faire une petite halte en cuisine pour y avaler une gorgée de vin. Les autres personnes se répartissaient entre le van pour la balle et tendre les bottes… Au milieu de ce vacarme, les enfants trimballaient leurs paniers chargés de bouteilles pour désaltérer les gosiers assoiffés par la chaleur et la poussière.

Un an après avoir hérité de la Malicorne, près de Montluçon, Grand-Père achetait à son tour son premier domaine. Le 17 février 1936, Me Charvat, notaire à Aude, enregistrait l’acte de vente par M et Mme Robert Villate des Prugnes à M Jean Brochard du domaine des Audonnais, sur la commune de Vallon en Sully. Deux mois plus tard, le 7 avril, Grand-Père agrandissait son domaine en achetant à M et Mme Robert Villate des Prugnes le champ des « Rougerons ». C’est en ce lieu, le long de la route de Champvallier qu’il y planta sa première vigne.

Déjà passionné par le vignoble, Grand-Père Jean habitait la Malicorne. Après son mariage en 1908, il reprenait la culture de 1,5 Ha de vigne que feu son beau-père Jean PHILIPPON avait planté au Cluzeau.

Entrepreneur de battage, ce dernier faisait également commerce de blé ainsi que du défonçage pour planter des vignes.

JPEG - 11.6 ko
Modele de charrue a balancier du XIXe siecle (catalogue Christie’s)

En cette fin de XIXe siècle il défonçait la terre avec un treuil et une charrue à balancier actionné par une chaudière à vapeur....

Après la crise du phylloxéra, Jean PHILIPPON suivit les recommandations de J. BEAUMONT dans son livre « La reconstitution du vignoble Bourbonnais » [2]. Il greffa du Gamay, une variété française sur des porte-greffe Américain. La technique de plantation ayant changé au fil du temps, le palissage de la vigne sur fil de fer a remplacé la plantation en échalas dès que le travail en rangée a été adopté. Pourtant, le système des échalas permettait une circulation aisée dans le vignoble. Papa me disait que son grand-père Jean PHILIPPON, qu’il n’avait pas connu [3], avait planté sa vigne en rangs sur 3 fils de fer maintenus par des pieux « sulfatés » qu’il avait retrouvé intacts 40 ans après…

Vigneron dans la famille depuis 1778, « l’année de son mariage en 1908, ton grand-père Jean BROCHARD - disait papa - a récolté 210 « pièces » [4] de vin, il n’avait pas assez de futaille et a du mettre du vin chez ses voisins Mrs Paquier et Auger. Il faisait des vins rouges, rosés et blancs qu’il conduisait avec cheval et chariot aux hôtels de Vallon, jusqu’à Cérilly et au Brethon. »


[1Amicale laïque de Vallon, section histoire locale, fascicule n°6 de 1986

[2Edition Crépin-Leblond à Moulin 1899

[3Jean PHILIPPON est décédé en 1908 l’année du mariage de sa fille Virginie avec mon grand-père Jean BROCHARD.

[4Une pièce de vin a une contenance de 200 à 230 litres.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

8 Messages

  • bonjour,Jean-Pierre ,

    J’ai lu l’ensemble de la saga que je n’avais pas eu l’occasion de lire lors de sa parution .Très interessant et bien conté, ce qui me frappe le plus dans les temps anciens ,c’est l’importance de la mortalité infantile et la disparition de femmes jeunes lors des accouchements .Cela relativise sérieusement l’expression « le bon vieux temps »
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

    • Toutes ces étapes de nos ancêtres nous conduisent.... (7e partie) 6 juillet 2015 17:31, par Jean Pierre BROCHARD

      Bonjour Martine,
      A mon tour j’ai lu votre saga « Du pain sur la planche »
      Bravo pour ces excellents articles, très bien écrits, qui m’ont permis de découvrir des métiers d’autrefois et des détails historiques très intéressants.
      votre article « Les curieux débuts dans la vie.... » m’a également interpellé.
      en effet, des enfants naturels, nés de père inconnu et ensuite légitimisés sont fréquents en généalogie.
      Ce qui, dans mes recherches m’a particulièrement interpellé, c’est le nombre important d’enfants « inconnus » ainsi només par le Maire de la commune de Domérat dans l’Allier entre 1813 et 1819. Ces enfants nés de père et de mère inconnus représentent près de 10% des naissances chaque année. C’est une région de vignobles à cette époque, mais est-ce une cause à ce phénomène ?
      Cordialement,
      Jean Pierre

      Répondre à ce message

      • Merci ,Jean-Pierre .Ainsi on s’instruit les uns les autres,c’est un des plaisirs de ce site.En même temps on découvre que toutes les histoires de famille présentent des similitudes mais aussi des particularités.Pour aller au delà ,par exemple ,sur les enfants nés de père inconnus ,il faudrait pouvoir rassembler et comparer les informations des uns et des autres et c’est un vaste chantier .
        Bien cordialement,
        Martine

        Répondre à ce message

      • Toutes ces étapes de nos ancêtres nous conduisent.... (7e partie) 12 septembre 2015 13:50, par Marie-Jo MALERGUE

        Bonjour Jean-Pierre
        Je découvre avec plaisir cette belle histoire familiale qui nous apprend les traditions et la vie d’autrefois en pays bourbonnais.
        A propos du devenir des enfants abandonnés, il y avait à l’hôpital de Montluçon ce qu’on appelle un tour. L’enfant était déposé là anonymement et était pris en charge par une communauté religieuse. Après la révolution, ces enfants étaient envoyés à Moulins mais beaucoup ne survivaient pas à l’attente et au voyage.
        Je ne sais plus si j’ai lu ces informations dans le livre de l’abbé Clement, Edouard Janin ou autre...
        Bien amicalement,
        Marie-Jo

        Répondre à ce message

  • Bonsoir Jean-Pierre,

    Bravo et merci pour cette passionnante chronique conté de façon très vivante.

    De plus c’est une région que j’aime beaucoup.

    Amicalement.

    André Vessot

    Répondre à ce message

  • Toutes ces étapes de nos ancêtres nous conduisent... (7e partie) 22 août 2015 10:17, par PERRIN Jean-Paul

    Bonjour Jean-Pierre.
    Votre Papa n’était-il pas Directeur des Studios de cinéma de Boulogne Billancourt ?
    D’avance merci pour votre réponse.
    Bien cordialement.
    Jean-Paul

    Répondre à ce message

  • Toutes ces étapes de nos ancêtres nous conduisent... (7e partie) 20 mars 2016 21:41, par Guinard christiane

    Bonjour jean-pierre

    En recherche d’information sur mon grand père Raoul Mariaux,j arrive sur ce message très intéressant sur l histoire locale vallonnaise.
    La parenté, de cousins éloignés que nous devons être ne m’est pas étrangère,mais je ne connaissais pas les noms de nos aïeuls.j ai bien connu Aline,André et Jeanne Brochard. Je souhaiterais "éclaircir ce lien avec la famille massicard, peut être pourrions nous reparler de tout cela à l occasion d’une visite vallonnaise
    Bien à vous

    Répondre à ce message

    • Bonjour Christiane,
      Pour me situer, je suis Jean Pierre, un des fils d’André et Jeanne BROCHARD que vous avez bien connu. Nous nous connaissons probablement... Je serais à Vallon fin avril pour probablement 3 semaines.
      je serais heureux de vous rencontrer lors de ce séjour.
      Nous pourrions nous contacter par courriel : jpbrochard3 chez hotmail.com
      Enfant, mes parents étaient très proches des familles MARIAUX et GOUDABLE...
      Contactez moi à mon adresse mail,
      a bientôt ,
      cordialement, Jean Pierre.

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP