www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Qu’est devenu Pierre Buisson, né le 17 Avril 1838 à Pageas (Haute-Vienne) (...)

Qu’est devenu Pierre Buisson, né le 17 Avril 1838 à Pageas (Haute-Vienne) ?


vendredi 15 novembre 2019, par Philippe Buisson

Répondre à cet article

Depuis de longues années, je recherche éperdument les traces d’un arrière-grand-oncle, frère de mon arrière-grand-père en ligne directe.
Pierre BUISSON est né le 17 Avril 1838 à Pageas, comme l’indique l’acte suivant :

L’an 1838, le 18 Avril à 10 heures du matin, est comparu le sieur Jean Buisson, meunier, âgé de 38 ans, demeurant au moulin du Mas, lequel nous a présenté un enfant de sexe masculin , né hier à 8 H du matin, de lui déclarant, en sa maison ,et de Marie Andrieux, son épouse, auquel il a déclaré vouloir donner le prénom de Pierre, les dites déclarations faites en présence de Pierre Morange, 30 ans, et de Léonard Andrieux,29 ans, cultivateurs résidants au Mas, à Pageas.

Sources AD 87 3 E 112/7 p.10-11/157

C’est la seule trace que je retrouve de ce Pierre BUISSON. Pas de décès dans la petite enfance ou à un âge plus avancé, pas de mariage non plus, malgré une recherche étendue aux communes voisines, aux départements voisins, et ceci en ayant utilisé toutes les sources habituelles.

Pierre BUISSON est le cinquième enfant du couple Jean (appelé aussi Jean Baptiste, voire Baptiste) BUISSON – Marie ANDRIEUX, sur sept enfants que j’ai pu retrouver.

Il est à noter que le premier enfant se prénomme également Pierre, qu’il est né aussi à Pageas, en 1824, qu’il s’est marié avec Marie Dureyceix en 1845 et qu’il est mort à Châlus en 1889. Les autres enfants sont Bernard (1826-1907), Marie (1829-1897), Jacques, mon arrière-grand-père (1835-1921), Marie (1840-1868) et Jean, né en 1844.

Il existe un autre élément intéressant en notre possession, c’est le recensement de Pageas de 1841 (AD 87 6 M 160 p.23/53 ), mais avec des discordances, voire des erreurs qui n’en sont peut être pas ! En dehors des parents, figurent en effet comme enfants du couple Léonard, âgé de 15 ans (il s’agit probablement de Bernard), de Marie, 10 ans, de Jacques, 7 ans, et enfin de Pierre, 5 ans et Joseph, 2 ans !!!

A noter que Pierre l’ainé, âgé de 17 ans en 1841, a du quitter le giron familial, ce qui est cohérent. Par contre, qui sont ce Pierre âgé de cinq ans et ce Joseph âgé de deux ans ? Ce dernier pourrait correspondre à notre Pierre, en supposant que le prénom usuel de Joseph lui a été donné pour le distinguer de son frère aîné. Partant de cette supposition, j’ai également effectué des recherches avec ce prénom Joseph, mais sans plus de succès !

Les autres pistes que j’ai explorées sont liées à la profession du chef de famille et à des changements de résidence. Ainsi, dans les années 1850, il exerce son métier au moulin de Ribeyreix à Saint-Priest-les-Fougères, en Dordogne. Son épouse va d’ailleurs décéder là-bas le 20/11/1851. Pierre, le fils aîné, est également meunier avec eux. Il existe là aussi un recensement de Saint-Priest, et justement pour l’année 1851, mais comble de malchance, la famille n’y figure pas, c’est un autre meunier ! Le recensement a-il-été effectué après le décès de la mère ?

En 1856, Jean (Baptiste) BUISSON est cette fois-ci meunier au moulin de la Braconnerie à Oradour-sur-Vayres. Sa présence est notifiée lors d’une promesse de mariage de sa fille Marie, née en 1840 (promesse sans suites d’ailleurs), mais il n’existe pas de recensement sur Oradour à cette époque.

Le dernier élément que j’ai essayé d’exploiter, mais sans succès non plus, c’est un éventuel départ de Pierre BUISSON vers l’Amérique, voire le Canada. Cette hypothèse repose en fait sur de vieilles histoires familiales (uniquement orales et sans aucune preuve) comme quoi un frère de mon arrière-grand-père aurait émigré là-bas. Cette hypothèse est bien sûr séduisante, trop sans doute (le fameux oncle d’Amérique), mais elle mérite probablement d’être plus fouillée, et après avoir fait quelques recherches sans succès sur les listes d’embarquement, avec les deux prénoms (Pierre et Joseph), je ne sais pas trop comment compléter ces recherches.

Tel est donc le but de ma recherche : retrouver le décès de cet arrière-grand oncle Pierre (ou Joseph) BUISSON, voire un mariage et même une descendance, en Haute-Vienne ou tout autre département voisin, voire outre Atlantique, sa dernière trace connue semblant être celle du recensement de Pageas de 1841.

Un grand merci pour votre aide ou toute suggestion.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

34 Messages

  • bonjour,
    tout d’abord, il n’est pas rare que les enfants soient prénommés autrement que leur prénom de naissance, je l’ai souvent constaté chez mes aïeux
    on retrouve votre grand oncle sur les archives militaires en 1858, il est incorporé le 25 juin 1859 au 2e régiment de lancier, il n’y a malheureusement pas beaucoup d’indications sur ce document si ce n’est sa description physique
    je continue mes recherches

    Répondre à ce message

  • pardon, il semble que ce buisson pierre indiqué ne soit pas le bon

    Répondre à ce message

  • Que de recherches participatives sur des hommes dont on ignore le lieu et date de décès ces dernières semaines !

    Les prénoms sont très fluctuants... surtout lors des recensements qui ne comportent même pas tous les mêmes renseignements d’une commune à l’autre.
    Si la mère meurt avec de jeunes enfants et que le père ne se remarie pas, où auraient pu aller les plus jeunes enfants ? Chez une tante paternelle ou plutôt maternelle ?
    Qu’en est-il des tables de successions lors du décès de la mère ?

    N’y a-t-il pa des recherches généalogiques spécifiques faites dans les 3 départements concernés, sur les meuniers ?

    Et les fiches matricules, les avez-vous exploitées ?
    Les listes électorales  ?
    Sans penser à l’Amérique, un départ pour Paris ?

    Répondre à ce message

    • Bonjour, moi aussi j’ai recherché un grand oncle pendant des mois , jusqu’à ce que les internautes me mettent sur sa piste, les uns recoupant ceci, les autres cela. Enrôlé aussi en 1859 (né en 1836) dans l’armée d’Italie, je l’ai retrouvé... à Paris en 1874 , où il s’était marié après avoir participé à la guerre de 1870 et à la Commune de 1871 ! (Voir l’article : Louis Gerentes) . Essayez les mêmes liens puisqu’ils ont eu le même parcours au départ (1859) Bon courage, la réussite va venir !

      Répondre à ce message

  • Une calculette est toujours utile ;

    • Pierre n° 1 aîné absent en 1841
    • Bernard/Léonard (prénom typique du Limousin !) 15 ans, cela correspond.
    • Marie n°1, notée 10 ans ; elle a plutôt 11/12 ans en 1841
    • Jacques, l’âge correspond
    • Le "Pierre recherché", a entre 3 et 4 ans en 1841.
    • Marie n° 2 a 1 an (elle n’est pas inscrite ; en nourrice ailleurs ?)
    • Jean n’est pas né

    Hypothèse :
    Vu l’erreur d’âge pour Marie n° 1, il peut y avoir une erreur pour le « Pierre recherché ». Si c’est lui...

    Ou les 2 autres peuvent être des cousins fils d’un frère de Jean-Baptiste, le père. Aurait-il eu une belle-soeur décédée récemment dont ils auraient recueilli les enfants, Pierre et Joseph  ?
    A ce moment-là le « Pierre recherché » n’est plus en vie... c’est un cousin qui est là, portant le même prénom.

    Deux questions :

    • Y a t il une autre personne recensée dans ce foyer en 1841 (comme un grand-père ou une grand-mère) qui aurait renseigné sur les prénoms et âge de chacun, comme cela se faisait assez souvent, les parents étant absents et c’est cette personne âgée qui répond à l’agent recenseur... en se trompant sur les prénoms et donnant des âges approximatifs...
    • Y a-t-il une colonne notant les liens familiaux entre les personnes de ce foyer ( fils/fille/neveu) ce qui lèverait le questionnement.

    Si le dernier noté, Joseph est un 8e enfant du couple Buisson/ Andrieux, né entre Pierre n °2 et Marie n° 2, il faudrait trouver sa naissance

    Répondre à ce message

  • Effectivement sur « on tourne » la page, il y a 4 autres personnes dans le foyer n° 107 de ce recensement de 1841 au Mas, avant que de passer au foyer n° 108 :

    • sa belle-mère ; Marie Descubeix ( son nom de naissance), âgée de 50 ans
    • un neveu, Pierre Andrieux, fils de la précédente, 20 ans
    • une nièce, Marie Andrieux, 11 ans, soeur du précédent
    • un domestique Jacques Defaye, 32 ans

    Autrement sur les distances :
    Pageas est à 15 km environ d’Oradour sur Vayres.
    Et à 20 km de Saint Priest les Fougères bien que dans autre département.

    Où le père, Jean Baptiste est-il décédé ? Que disent les tables de successions sur ses enfants au moment de son décès ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour
    Et s’il avait migré vers Paris (ou ses alentours) comme beaucoup d’individus de cette région à cette époque.
    C’est ainsi qu’un des ancêtres de mon épouse originaire de la Haute Vienne s’est marié à Chatou fin XIX

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Pour le cousin d’Amérique, j’ai eu une histoire similaire pour un arrière grand-oncle dans ma famille corrézienne. Mais il s’agissait de l’Amérique du Sud (Argentine).

    Et si c’était le cas pour Pierre BUISSON ? Vous pouvez tenter de consulter le site du CEMLA (Centro de Estudios Migratorios Latinoamericanos : cemla.com) où j’avais retrouvé trace de mon ancêtre. (Pensez à chercher des variantes orthographiques, le nom français a pu être mal lu/mal interprété).
    Si vous retrouvez votre ancêtre, il vous faudra ensuite voir avec les archives du port d’embarquement (Bordeaux [les AD et pourquoi pas le site des visas en Bordelais], Nantes, Le Havre, etc. Mon arrière grand-oncle est parti de ce dernier port).
    Il y a aussi le site très riche Gen Francesa (genfrancesa.com) où j’ai aussi retrouvé des mentions de mon ancêtre (mais cela était une fois que j’étais sûr qu’il était bien à Buenos Aires).

    Et l’histoire de mon grand-père évoquant son cousin d’Amérique, considérée comme suspecte dans la famille, s’est avérée finalement vraie !

    Bonnes recherches,

    Cordialement,

    Franck Juin

    Répondre à ce message

    • Bonjour Franck

      Bonne idée que l’Amérique du Sud plutôt que celle du Nord.

      Il y a effectivement un Pierre BUISSON, agriculteur, arrivé en Amérique du Sud en 1889 sur le « SANTA FE » depuis Bordeaux.
      Malheureusement il a 42 ans, ce qui le ferait naitre aux alentours de 1847.
      Il est veuf quand il arrive le 12 février 1889 accompagné de ses 4 enfants.

      Piste à creuser quand même pour l’infirmer de manière définitive.

      Cordialement
      Franck

      Répondre à ce message

      • Merci à tous pour vos nombreuses réponses et toutes les pistes qu’elles ouvrent.
        Je me suis’’rué’’ sur le site tout à l’heure et j’ai effectivement découvert ce Pierre Buisson parti de Bordeaux en 1889, mais avec quand même une différence d’âge de neuf ans !
        Je reste malgré tout assez attaché à cette piste du départ outre-Atlantique, l’histoire familiale étant bien partie de quelque chose. Par contre, il me semble qu’on parlait plutôt d’un départ du Havre. Il était bien précisé qu’il s’agissait d’un frère de mon arrière-grand-père. Or Pierre l’ainé et Bernard n’ont pas quitté le Limousin et sont décédés à Châlus. Quant à Jean, le dernier, je n’ai pas sa date de décès, mais il est resté à Châlus, présent à tous les recensements jusqu’en 1906.

        Répondre à ce message

        • Bonjour,

          La mémoire familiale peut être ténue, sans etre exacte à 100%....

          personnellement , j’ai cherché longuement un fils de mon arrière arrière grand mère, nè en 1859 Ma propre grand mère étant décédée jeune en 1929, la mémoire familiale était lointaine. Je me souviens que mon père avait dans un coin du grenier une malle de cet arrière grand oncle, militaire . Il était soi disant décédé au Tonkin ou â Madagascar, et aurait « fait souche avec une indigène ». Voilâ ce que j’avais entendu , le concernant.

          Or, avec toutes les archives en ligne : fiche matricule, base léonore, je le retrouve marié en Martinique avec Marie Therese Desbarreaux Verger, la fille du bâtonnier de l’ordre des avocats, donc je suppose qu’elle était mulâtre , mais je n’ai rien trouvé la concernant, sinon sa présence â Paris, après 1909, (date du dècès de mon grand oncle à l’hôpital militaire de Marseille) et jusU’en 1926 , grâce aux recensements

          Donc , il y a bien quelque chose de vrai , dans la transmission, mais pas tout, et surtout à replacer dans le contexte de l’époque- cf l’indigène-. Et surtout ce qui est cocasse dans cette situation, c’est que nous sommes de lointains cousins de Louise Michel, qui alphabétisait les « indigènes » de Nouvelle Calédonie, tandis que ce cousin participait aux guerres coloniales

          Bonnes recherches

          Répondre à ce message

      • Je viens de regarder à nouveau sur le site du CEMLA en changeant les noms, y compris avec Boissou (qui était l’ancien patronyme de la famille jusqu’à la Révolution).
        J’ai trouvé un Pierre Bisson, embarqué à Bordeaux aussi en 1888, mais âgé de 45 ans. Là aussi, ça ne colle pas trop, le faisant naître en 1843.
        Au fait, comment avez vous trouvé que le Pierre débarqué en 1889 était accompagné de ses quatre enfants ?

        Répondre à ce message

        • Bonsoir Philippe,

          Une simple recherche sur le site du CEMLA me donne ce résultat :

          Il semble évident que « ce » Pierre BUISSON, veuf de nationalité française agé 42 ans débarque en Amérique du Sud, le même jour, sur le même bateau, provenant du même port (Bordeaux) avec ses 4 enfants :

          Jean :12ans
          Marguerite : 9 ans
          Catherine : 7 ans
          et Catherin(?) : 4 ans.

          Les enregistrements précédents et suivants ne correspondant ni en date, ni pour le nom du bateau (J’image mal une famille s’embarquer à des dates différentes et sur plusieurs navires)

          Voila ce qui m’a fait penser que Pierre était accompagné de ses 4 enfants.

          Cordialement
          Franck

          Répondre à ce message

  • Bonjour , avez-vous cherché dans les déformations des noms : boisson, bosson, bissson etc. Mon arrière grand père OURNIE a eu un frère rebaptisé CURNIE par la faute de la mauvaise écriture du secrétaire de mairie.
    bonne recherche Giselle

    Répondre à ce message

    • Bonjour, il y a quelques années, un habitant de la Haute-Vienne dénommé Georges Bush (je ne sais plus sa nationalité d’origine) était las des coups de téléphone qui se voulaient blagueurs et avait demandé à s’appeler « Buisson », et si c’était la déformation inverse qui s’était produite pour votre grand oncle ? Avez-vous recherché des BUSH sur les listes d’embarquement ?
      Amitiés et bonne chance pour vos recherches.
      Ray.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Pierre aurait dû être recensé en 1858 dans le département de la Haute-Vienne et je ne l’y trouve pas or il semble que ses parents y habitaient mais peut-être était-il resté en Dordogne ( les archives militaires en ligne de ce département ne remontent pas si loin)

    Répondre à ce message

    • J’avais déjà recherché le recensement de Pierre en 1858 en Haute-Vienne, y compris sur place aux Archives, avant que ce ne soit consultable en ligne, mais sans succès.
      Pour la Dordogne, ça ne commence qu’en 1888 ! De toute façon, il est possible que Pierre n’était plus là, comme le reste de la famille, la mère Marie Andrieux étant décédée en 1851, et en 1856, le père Jean-Baptiste se trouve à Oradour-sur-Vayres, avec au moins sa fille Marie (la 2°).
      Pour ce qui est des listes électorales, je ne les ai pas consultées.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    A mon avis la première chose à faire est de retrouver la succession du père et de la mère de l’arrière-grand oncle Pierre (ou Joseph).
    Apparait-Il ? Avec une adresse ? Avec une mention dont est sans nouvelle depuis xx ans ?
    Bonne recherche
    Roland

    Répondre à ce message

  • Bonjour
    Dans votre titre vous mettez que Pierre BUISSON est né en 1838 alors que sur votre arbre généalogique il est né en 1839.

    Mes GP et AGP meuniers de métier changeaient souvent d’adresse en fonction des événements . En serait-il de même pour Pierre ?

    En Dordogne on naissait avec un prénom mais comme tout le monde se nommait Pierre Jean et Autres d’autres prénoms étaient utilisés en remplacement de même pour les filles.

    Cordialement
    Isabelle

    Répondre à ce message

    • Bonsoir.
      Oui, il y a eu une erreur à ce niveau, Pierre est bien né en 1838.
      Le père Jean-Baptiste a effectivement changé plusieurs fois de domicile, c’est ce que je précise dans le message de présentation : Pageas, St Priest les Fougères en Dordogne, puis à nouveau la Haute-Vienne avec Oradour-sur-Vayres, sans compter Bussière-Galant, où est né le dernier enfant en 1844.

      Répondre à ce message

      • J’ai noté bien d’autres endroits mais il y a quand même des « trous »:Jean Baptiste habite à la naissance de Pierre 1824 à Pageas ,à Flavignac en 1826 pour Bernard ,de nouveau pour Marie en 1829 à Pageas,un espace de 6 ans dont on ne sait rien, encore à Pageas pour Pierre en 1838 et Marie en 1840 et jusqu’au recensement en 1841 , en 1844 à Bussière Galant naissance de Jean ,en 1845 à Dournazac mariage de Pierre l’aîné ,en 1851 à Saint Priest les Fougères en Dordogne ou meurt son épouse ,en 1855 à Oradour sur Vayre ,1863 Saint Martin ? en 1870 il décéde à Chalus !

        Mais comme on n’a pas de recensement pour ces communes et ces périodes ,on ne peut avancer ,il nous faudrait aussi une carte de tous les moulins de Haute-Vienne

        Répondre à ce message

  • Bonsoir,

    j’ai regardé dans la presse locale (via Génanet) le Courrier du Centre et j’ai trouvé dans le N° du 17/04/1876 l’avis de vente aux enchères d’un moulin à farine Le moulin de Bersac suite une succession qui semble celle de la famille que vous évoquée . Pierre BUISSON est nommé.

    Il y aussi un Pierre BUISSON vagabond mais né en 1837 à VAULRY (87)condamné (voir le courrier du centre du 08/01/1902). J’avais retrouvé un membre de notre famille vagabond grâce aux « fait divers » dans les journaux .

    voici le lien que j’ai copié .
    https://www.geneanet.org/archives/ouvrages/?action=detail&book_type=livre&livre_id=6941582&page=4&name=BUISSON&with_variantes=0&tk=86b7fd85cbd2bf66

    Bonne continuation dans vos recherches .

    Anne-Marie

    Répondre à ce message

  • Bonsoir à tous,
    Dans la généalogie de mon mari,originaire de NEDDE, village du canton d’EYMOUTIERS, les arrières grands-parents ont eu 13 enfants, et j’ai mis 3 ans pour retrouver la trace de la « vie » du 12e né en 1830 : pas de mariage, pas de décès.
    Au hasard d’un acte de mariage de 1880, je l’ai trouvé être l’un des témoins d’un mariage : il était prêtre et curé d’un village de Haute-Vienne, à la limite de la Charente !
    Il y est décédé en 1891 et enterré au cimetière de ce village.
    Aucune mémoire ni aucun document à son sujet avant la discrète mention sur un acte...
    Peut-être à voir ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Concernant la piste de l’émigration en Amérique du Sud, la différence d’âge entre votre Pierre Buisson et celui sur les listes de passagers ne devrait pas être un frein, car les hommes mentaient souvent sur leur âge lorsqu’ils étaient un peu trop vieux pour prétendre à des aides pour s’installer sur place.
    En effet, au gré de mes recherches, j’ai rencontré le cas d’un aïeul qui s’est rajeuni de + de 10 ans à son départ pour Buenos Aires. Après vérification j’ai appris que l’Argentine, au XIXe, faisait appel à beaucoup de main d’œuvre étrangère, mais les aides n’étaient accordées qu’aux hommes de moins de 50 ans. Ce qui pourrait être votre cas, puisque votre Pierre Buisson aurait dû avoir 51 ans en 1889.
    Je perds la trace de mon aïeul 5 ans après son arrivée. J’espère que vous aurez plus de chance que moi, ça m’a malgré tout permis de retrouver une cousine argentine !

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP