www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Portraits d’ancêtres » Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre

Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre


jeudi 8 août 2019, par Patrick Darbeau

Répondre à cet article

Nous pensons tous que la guerre est la pire des choses…

Et si elle est le théâtre de scènes les plus affreuses qui donnent envie de quitter à jamais le monde des hommes, elle est aussi le lieu fortuit pour révéler son courage, sa bravoure et sa solidarité, qui ne sont pas les pires manifestations de la conscience humaine.

Démonstration avec l’exemple de Octave BARLIER, héros issus de ma famille.

JPEG - 35 ko
Octave Barlier (1883-1949)

Octave BARLIER voit le jour le lundi 8 octobre 1883 à Thuret (Puy-de-Dôme), une petite commune de Limagne à mi-chemin entre Riom et Vichy.

Il est le fils légitime de Jean, cultivateur, âgé de 26 ans et de Françoise REDON, son épouse, âgée de 20 ans, tous deux également originaires de Thuret.

Il s’agit de mon grand-oncle, le frère aîné de ma grand-mère paternelle Marie Joséphine BARLIER.

Octave sera d’abord militaire de carrière, puis employé des P.T.T.

En 1901, Il figure au recensement effectué à Thuret ​​​​et vit donc avec ses parents, et sa soeur Joséphine (ma grand-mère) de 5 ans sa cadette.

En 1903, Octave exerce la profession de cultivateur manouvrier. C’est un homme de petite taille (1 m 61), mais aussi un solide gaillard sculpté dans le roc. Il a le tempérament bagarreur, et trouve toujours quelques occasions pour se frotter aux autres.

Par exemple, le 23 janvier 1904, Octave est condamné par le Tribunal Correctionnel de Riom à la peine d’un mois de prison pour « coups et blessures » avec sursis à l’exécution.

La presse régionale s’en fait même l’écho. L’Avenir du Puy-de-Dôme, dans son édition du 25 janvier 1904, mentionne brièvement :

"RIOM
Tribunal correctionnel. — Audience du 23 janvier.
Présidence : M. de Taillandier, président.—
Ministère public : M. Riégert, substitut.

Coups et blessures. — Les nommés Barlier Octave et Rambaud Jean, cultivateurs à Thuret sont poursuivis pour coups et blessures sur les nommés Mimy et Legay également cul­tivateurs à Thuret. Un mois de prison à chacun avec le béné­fice de la loi de sursis."

Le Moniteur du Puy-de-Dôme, dans son édition du même jour, est un peu plus explicite :

"Les sieurs Rambaud Jean, 26 ans, et Barlier [1] Octave, 20 ans, cultivateurs à Thuret, sont poursuivis pour coups et blessures.
Le 15 décembre 1903, vers 9 heures du soir, le sieur François Mimy, 56 ans, re­venait d’Aigueperse en compagnie du sieur Legay. En sortant d’une auberge, où ils avaient pris une consommation, Mimy et Legay s’aperçurent qu’ils étaient suivis par deux individus. En effet, à une cinquantaine de mètres de l’établisse­ment, les individus — qui n’étaient au­tres que Rambaud et Barlier — se jetèrent sur le sieur Mimy, qui fut renversé à terre et piétiné. Ayant voulu intervenir en faveur de son camarade, Legay fut aussi maltraité.
Barlier n’a pas d’antécédents judiciaires. Rambaud a été condamné déjà en 1896.
Le tribunal condamne les prévenus à un mois de prison chacun, avec sursis."

JPEG - 67.5 ko
Le Moniteur du Puy-de-Dôme du 25 janvier 1904

Octave n’aura à priori pas d’autre avertissement. En 1903, après le fameux tirage au sort où il se verra attribué le n° 40, il se soumettra, avec ses sept autres camarades domiciliés à Thuret, à la visite du Conseil de révision et sera déclaré « bon le service ».

Ensuite, ce sera la traditionnelle photo des conscrits de la classe 1903, photo retrouvée chez mes grands-parents à Thuret.

JPEG - 203.9 ko
Thuret - Classe 1903
Au 2e rang (de g. à d.) : Marius Cotte (n° 31) – Etienne Mosnier (n° 78) –
Jean Baptiste Seguin (n° 23) – François Valadier (n° 6)
Au 1er rang (de g. à d.) : Gilbert Coursolle (n° 13) – Octave Barlier (n° 40) – Jean Busson (n° 75)
Joseph Waille (n° 36)
(Les conscrits ont été identifiés à partir des n° de tirage qu’ils portent sur leur chapeau)

Octave Barlier est appelé à faire son service militaire en 1904 (Classe de mobilisation 1903 – Registre matricule 308). Parti en détachement le 23 novembre 1904 pour rejoindre le 4e régiment de Zouaves, il arrive au corps le 26 novembre et immatriculé sous le n° 10727 comme zouave de 2e classe. De là, il part pour faire campagne en Tunisie du 25 novembre 1904 au 26 juillet 1907 pour réprimer le soulèvement de nationalistes. Envoyé dans la disponibilité de l’armée active le 26 juillet 1907, et donc libéré, le certificat de bonne conduite lui est accordé.

De retour à Thuret, Octave reprendra à contrecœur, son métier d’ouvrier agricole. Mais il n’a pas le tempérament pour rester ainsi s’occuper à la besogne. Il rêve d’aventures, de contacts, de confrontations…

Le service militaire lui a donné l’occasion d’expériences et de voir du pays, comme on dit par chez nous, et les campagnes menées pendant près de trois ans en Tunisie l’ont imprégné de ce besoin d’aventures.

Aussi, il décide de se réengager dans l’armée : il signe son contrat pour 3 ans à terme fixe le 15 février 1910 pour le 5e Régiment d’Infanterie coloniale. Il arrive au corps le 16 février 1910 et immatriculé sous le n° 5820 comme soldat de 2e classe.

JPEG - 50.3 ko
Campagne de recrutement dans les troupes coloniales

Le 2 mars 1911, avant même d’avoir fini son contrat, il se rengage à nouveau pour 4 ans à compter 15 février 1913. Le 9 mars 1911, il passe au 5e Bataillon de Marche du Maroc.

A la même période, au printemps 1911, les rivalités colonialistes au Maroc enclenchent un engrenage qui va conduire à la Première Guerre mondiale. Rappelons qu’au début du XXe siècle, la France, qui administre l’Algérie colonisée depuis la conquête de 1830, se préoccupe de la sécurité de sa frontière avec le Maroc, tout en lorgnant sur ce pays. Le royaume chérifien était alors l’un des derniers pays non colonisés d’Afrique, et suscitait la convoitise de plusieurs puissances européennes, au premier rang desquelles la France, ainsi que celle de l’Empire allemand qui estimait avoir un retard à rattraper en matière de colonies [2].

En mars 1911, le sultan Moulay Abd al-Hafid, menacé par une révolte, demande à la France de lui prêter main-forte. En mai, les troupes françaises occupent Rabat, Fès et Meknès. L’Allemagne, inquiète pour ses prétentions sur le Maroc, considère cette occupation comme une violation des accords d’Algésiras et décide de réagir.

JPEG - 16.7 ko
Les autorités françaises à Rabat

La campagne du Maroc, aussi appelé pacification du Maroc ou guerre du Maroc, est une guerre coloniale militaire et politique française amorcée sous la responsabilité de Hubert Lyautey, alors général, pendant le règne de Moulay Abdelaziz. Elle vise à combattre les résistances marocaines à l’établissement du protectorat français au Maroc.

Octave BARLIER fait la campagne du Maroc (guerre) du 9 mai 1911 au 29 novembre 1911. Du 5e Bataillon de Marche du Maroc, il passe au 5e Régiment d’Infanterie Coloniale le 24 septembre 1911. Octave BARLIER est décoré durant cette période pour ses actes de bravoure de la Médaille coloniale (agrafe Maroc).

Passé au 11e Régiment d’Infanterie Coloniale le 30 octobre 1912, il part en campagne en Cochinchine [3] et y fera la guerre du 30 octobre 1912 jusqu’au 1er août 1914, notamment pour empêcher les migrants chinois d’envahir cette possession française. Durant cette même période, il passe au 24e Régiment des Tirailleurs Coloniaux le 1er janvier 1914, puis au 20e Bataillon Sénégalais le 4 mars 1914. Il sera promu Caporal le 1er février 1914.

JPEG - 55.7 ko
Maison d’un colon en Cochinchine

Puis arrive le conflit avec l’Empire allemand. Dés la déclaration de guerre (3 août 1914), Octave BARLIER est mobilisé et envoyé sur le front. Il fera campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 jusqu’au 23 octobre 1919. Passé au 2e Régiment d’Infanterie Coloniale [4] le 16 avril 1915, il est promu Sergent le 16 septembre 1915.

Nouvellement gradé, et plein d’entrain, il participe à la célèbre bataille du Moulin de Souain. (Lire un extrait de l’Historique du 2e R.I.C.).

JPEG - 40.8 ko
La bataille de Champagne – 25 septembre 1915

Pour se rendre compte de la terrible tragédie que représente cette bataille, je vous propose également de lire ce récit tiré du roman « Le Garçon » de Marcus Malte [5].

Dans ce déluge de fer et de feu, Octave BARLIER sera blessé à Souain le 25 septembre 1915 : une plaie perforante par balle à la main droite.

Pertes pendant les journées des 25, 26, 27 et 28 septembre dans les rangs du 2e R.I.C. :
Officiers : 7 tués, 15 blessés, 4 disparus ;
Troupe : 46 tués, 345 blessés, 538 disparus [6].

JPEG - 45.3 ko
Eglise de Souain totalement détruite

Le 28 janvier 1916 le général Gouraud attribuera au 2e Régiment d’Infanterie Coloniale sa première citation à l’ordre de l’armée :

« Citation à l’Ordre de la IVe armée en date du 28 janvier 1916
S’est signalé depuis le début de la campagne par sa solidité et son endurance.
Le 25 septembre 1915, brillamment enlevé par son chef, le lieutenant-colonel MOREL qui a été grièvement blessé, s’est emparé de cinq lignes de tranchées fortement organisées, se portant d’un seul élan jusqu’à des positions d’artillerie ennemie, faisant de nombreux prisonniers et s’emparant d’un matériel important. A tenu ensuite solidement le terrain conquis, sous un bombardement intense et a donné une nouvelle preuve de son allant et de son énergie, dans l’attaque du 29 septembre. » Fin de citation.

JPEG - 42.6 ko
Le Cimetière National de Souain

Au total, la seconde bataille de Champagne aura fait 27 851 tués, 98 305 blessés, 53 658 prisonniers et disparus du côté français. et des pertes beaucoup plus faibles du côté allemand. Le front aura progressé de quatre kilomètres.

Après une courte période de convalescence, Octave BARLIER passera au 43e Régiment d’Infanterie Coloniale le 24 janvier 1916 et continuera à braver le feu, le fer, le froid, le sang, la mort…

JPEG - 64.3 ko
Drapeau du 43e R.I.C.

Il est cité à l’ordre de la Brigade le 17 septembre 1916 pour des actes de bravoure, puis il est à nouveau cité à l’ordre de la Brigade le 20 septembre 1917.

Passé au 7e Régiment d’Infanterie Coloniale le 28 janvier 1918, puis au 3e Régiment des Tirailleurs Sénégalais le 29 avril 1918, il se réengage pour 2 ans 7 mois et 20 jours le 25 juin 1919 pour compter du 25 juillet 1919.

II fait la campagne du Dahomey du 24 octobre 1919 au 18 août 1920. Octave BARLIER est décoré le 16 juin 1920 de la Médaille militaire. Il recevra en outre la Croix de Guerre.

Campagne du Dahomey

Passé au 4e Régiment d’Infanterie Coloniale le 19 août 1920, puis au 2e Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc le 20 mai 1921, Octave BARLIER fera à nouveau la guerre au Maroc du 20 mai 1921 au 1er novembre 1921 et recevra une nouvelle décoration : la Médaille commémorative du Maroc.

Passé au 150e Bataillon des Tirailleurs Sénégalais le 1er septembre 1921, il se réengage pour 23 jours le 21 mars 1922 pour compter du 15 mars 1922.

Libéré du service actif le 8 avril 1922, il passe ensuite dans l’armée territoriale au 5e Régiment d’Infanterie coloniale et on lui accorde le Certificat de bonne conduite.

En 1923, Octave BARLIER habite à Charolles (71106), à l’Hôtel du Midi et entre dans l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones.

En 1924, il habitera à Aubervilliers (93001), 51 rue Sadi Carnot, puis en 1930, à Dammartin-sur-Tigeaux (77154), chez M. FERRANDEAU, certainement suite à des changements de poste ou à des mutations.

Il est libéré définitivement de toutes obligations militaires le 13 octobre 1932.

Il se mariera avec Adeline Francine LEYDIER, la fille légitime de parents non connus. Octave et Adeline divorceront quelques années plus tard. Il n’y a pas d’enfants connus pour ce couple.

Son père Jean meurt le 24 février 1944, Octave est âgé de 60 ans.

En 1949, Octave BARLIER habite à Saint-Mard (77420), 16, rue du Moutiers, où il décède le mardi 15 février 1949 à 23 heures, à l’âge de 65 ans.

Notes

[1Transcrit par erreur sous le nom de Barrier

[2Source Wikipedia

[3La Cochinchine est une région historique au sud de l’actuel Viêt Nam. Elle correspond grossièrement aux régions administratives vietnamiennes actuelles du Delta du Mékong et du Sud-est.
En 1862, la partie méridionale de la Cochinchine est colonisée par les Français : dès lors, le nom de Cochinchine désigne exclusivement la Cochinchine française (jusque-là appelée Basse-Cochinchine), qui devient ensuite l’une des composantes de l’Indochine française. En vietnamien, cette partie est appelée Nam Kỳ (南圻, 1834–1945), ou Nam Bộ (南部), signifiant « partie sud ».

[42e R.I.C. : Un des régiments martyrs de la guerre de 1914-1918 présent sur les fronts les plus rudes et les plus meurtriers, il a été reconstitué plus de dix fois, et a perdu environ 20.000 tués et blessés, dont 825 officiers.

[5Le Garçon est un roman de Marcus Malte paru le 18 août 2016 aux éditions Zulma ayant reçu la même année le prix Femina. Wikipédia

[6Source : Historique du 2e Régiment d’Infanterie Coloniale (Ministère de la Guerre) - B.N.F.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

  • Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre 9 août 09:08, par Michel Guironnet

    Bonjour,

    Félicitations pour votre très bon article sur ce combattant.

    De très nombreux « héros » demeurent inconnus, revenus vivants de la Grande Guerre,avec souvent de graves séquelles.
    Octave Barlier est l’un d’eux, « ressuscité » grâce à votre bel hommage.

    Cordialement.
    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

  • Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre 9 août 09:52, par Marlie TOUSSAINT

    Bonjour,
    Merci à vous pour ce récit très bien documenté : sacrée enquête et quel bonhomme ! Bravo
    Cordialement
    Marlie

    Répondre à ce message

  • Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre 9 août 12:03, par Michel JEANNOT

    Bonjour,

    Bel hommage pour ce vaillant soldat puydomois dont l’histoire est édifiante.

    Son parcours dans les régiments d’infanterie coloniale m’a fait penser à celui de mon grand-père maternel, né à Chamalières (63) et passé en 1916 du 6° RIC au 8° RIC mais par contre disparu le 19 mars 1917 dans les combats de la boucle de la Cerna au nord de Monastir(Serbie à l’époque)...

    Cordialement

    Michel Jeannot

    Répondre à ce message

  • Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre 9 août 12:25, par Colette Boulard

    Récit très clair et bien documenté concernant un personnage qui aimait particulièrement être dans l’action physique ! sûrement aussi un homme au tempérament un peu bouillonnant, qui, après une incartade de jeunesse, trouva moyen d’encadrer ses goûts et besoin en se rendant utile aux intérêts alors défendus par son pays. Ce genre de personnalité qui trouve sa voie dans l’armée, avec le cadrage d’une hiérarchie qui s’impose, une moindre liberté qui lui convient bien. Il fut un bon soldat, tellement utile pendant la grande guerre !

    une question : qu’est la situation d’ « une fille légitime de parents non connus ? »

    Répondre à ce message

  • Bonjour Martine,

    Superbe article sur votre aïeul et quelle documentation. Vous l’avez fait revivre d’une telle façon , si agréable à lire ...
    Dans votre récit passionnant que veut bien vouloir dire « fille de parents non connus » concernant Adeline Francine LEYDIER ?

    Très cordialement
    Isabelle

    Répondre à ce message

  • Pardonnez-moi pour l’erreur de votre prénom il faut lire Patrick DARBEAU

    Très cordialement
    Isabelle

    Répondre à ce message

  • Bel hommage à votre aïeul.
    Récit très agréable à lire. On a l impression de le connaitre
    Mercip

    Répondre à ce message

  • Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre 10 août 13:50, par catherine marquet

    Bonjour,

    Texte très intéressant.
    Effectivement, que signifie « fille légitime de parents non connus » ?
    Cordialement.
    CATHERINE

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Bravo, Martine, pour ce récit documenté avec précisions et qui fait, en même temps un bel hommage à votre parent. au caractère pas ordinaire : si bien « formaté » pour l’armée (sens de l’amitié, de la solidarité, goût de l’aventure) et sans-doute bien moins pour la vie en ménage (le face-à-face, la sédentarité,...).

    En vous lisant, je me suis fait deux remarques et je vous en fait part :

    • il me semble qu’1m61 n’était pas spécialement une petite taille à l’époque, c’était probablement dans la moyenne ou l’approchait. Cette moyenne de la taille des hommes à 20 ans est passée vers 1M72 au tournant des années 80 et elle doit être d’1M80 aujourd’hui.
    • Les blessés de la Grande-Guerre (et à fortiori les militaires de carrière) étaient souvent prioritaires pour rentrer dans les administrations d’état, notamment aux PTT. Tel fut d’ailleurs le cas du grand-père de ma compagne, blessé assez gravement sur le front de la Somme et qui ne sera pas en mesure de reprendre son précédent métier (piqueur de meute).
      Octave a certainement bénéficié de cette priorité, mais a semble-t-il toujours gardé la « bougeotte » en changeant plusieurs fois de région, d’affectation et de domicile.

    Vous avez aussi évoqué cette terrible boucherie que fut Souain et je voudrais en profiter pour raviver la mémoire du Caporal Lechat, qui, contrairement à Octave, ne fut pas un héros (ou alors héros ordinaire) et qui a été « fusillé pour l’exemple » (affaire des 4 caporaux de Souain). Lui et ses compagnons d’infortune, ont été réhabilités depuis une vingtaine d’années, notamment en étant inscrits sur leur monument aux morts et, dans son cas, une petite place porte son nom dans son village natal.

    A vous lire prochainement et toujours avec le même intérêt.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Octave Barlier, de la Coloniale à la Grande Guerre 31 août 11:47, par Hugues Plaideux

    Bonjour,

    Sans doute conviendrait-il de donner la référence de sa matricule militaire : Bureau de recrutement de Riom, classe 1903, n° 308 (Arch. dép. Puy-de-Dôme, R 3412).

    Cordialement.

    H.P.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP