www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Mes ancêtres en Algérie

ou l’histoire d’une famille française en Algérie entre 1840 et 1962


jeudi 2 avril 2015, par Françoise Georges

Répondre à cet article

A l’origine de ce texte, il y a une question que je me suis posée en établissant mon arbre généalogique (ou plutôt en le complétant, car mon père l’avait déjà bien commencé…). Cette question est : Pourquoi mes ancêtres, tous nés en France, aussi bien du côté paternel que maternel, sont-ils allés s’installer en Algérie ?

Du côté de mon père, Guy TAMINAU, j’avais déjà la réponse puisque son père, Joseph, militaire de carrière, avait été nommé comme officier d’administration ou intendant d’hôpital militaire successivement à :

  • Aïn Sefra en 1911
    puis à :
  • Taniet El Haad, en 1913, où sa toute nouvelle épouse, ma grand-mère Marie Jobbé Duval, bretonne originaire de Rennes, est venue le rejoindre, dès 1914.
    Et finalement à :
  • Tlemcen, de 1919 à 1925.
JPEG - 216.5 ko
Mes grands-parents paternels : Joseph TAMINAU et Marie JOBBE DUVAL

Ces adresses successives je les ai retrouvées grâce à des cartes postales dont Marie était grande collectionneuse et que mes parents avaient précieusement conservées car elles représentaient soit des paysages bretons, soit des paysages algériens. Et moi, je les ai parcourues et classées par ordre chronologique pour reconstituer les relations familiales ou amicales et les adresses successives de cette branche que je n’avais connue que par les dires de mon père car ma grand-mère est décédée en 1927 et mon grand-père en 1943, soit bien avant ma naissance.

Pour Tlemcen, mon père en parlait beaucoup, car c’est là qu’il a failli naître, y ayant été conçu, mais la guerre de 14 déclarée, son père a été envoyé aux Dardanelles et sa mère est retournée dans sa famille, à Saint-Servan, près de Saint-Malo, pour y accoucher le 30 mars 1915 (le papa n’apprendra la nouvelle qu’un mois plus tard…).

C’est à Tlemcen que ses parents se sont retrouvés la guerre terminée et ils y concevront une fille, Anne (ma chère Tante Nita) qui naîtra elle aussi en France… Et c’est à Tlemcen aussi que repose ma grand-mère, décédée en 1927, même si je n’ai pas retrouvé sa tombe au cimetière chrétien, lors de mon récent voyage en Algérie. J’en possède cependant une photo.

A Tlemcen, mon grand-père Joseph termine sa carrière militaire en 1925. Il y prend alors, avec un associé avec lequel il a de lointains liens de parenté, une quincaillerie TAMINAU - PETEL. Après le décès de Marie, il se remarie rapidement et a une autre fille, Monique, née elle à Tlemcen en 1929. Il y restera quelques années encore. Puis en 1935, il cède à son associé ses parts dans la quincaillerie et prend une retraite définitive au Maroc cette fois. Grand amateur de pêche, il investit dans une villa en bord de mer. Quand il meurt, c’est la Seconde guerre mondiale, mon père qui est prisonnier en Autriche l’apprendra par courrier…

Du côté de ma mère, Renée BERNARD, née au 44 rue Denfert-Rochereau à Alger, en 1919, c’est sa mère Eugénie MELIOR qui est arrivée en Algérie, avec son père, François Joseph, officier de marine et sa jeune sœur, dans les années 1900. Il avait perdu sa femme, la mère de ses deux filles le 6 décembre 1901, mais s’était remarié assez vite, en 1902, à Toulon, avec une cousine germaine qui portait le même nom que lui, MELIOR.

JPEG - 86.6 ko
François-Joseph MELIOR 1864-1931 et Jeanne-Marie LE TERTRE 1861-1901, mariés le 22 Septembre 1887

Ma grand-mère avait mal vécu ce remariage. Elle l’a très bien raconté sous forme un peu romancée, ainsi que sa rencontre avec un jeune étudiant en médecine, Eugène BERNARD, né lui en Algérie, à Oran, le 22 janvier 1886. Ils se marient le 23 mai 1911 et ont successivement deux filles, Yvonne et Jeanne. La guerre éclate, il doit lui aussi rejoindre les Dardanelles.

JPEG - 170.6 ko
Mes grands-parents maternels : Eugène BERNARD et Eugénie MELIOR

Il tient un journal pendant ces années de séparation, ce qui a permis à ses descendants de connaître ce qu’il a vécu. Il poursuivra ce journal de façon moins régulière jusqu’à la fin de ses jours. La guerre terminée, il retrouve sa femme et ses deux filles et après quelques nominations, notamment à Constantine, et la naissance de ma mère, Renée, le 14 juin 1919, ils s’installeront à Pont de l’Isser (l’actuel Bensékrane) où il exercera le métier de médecin "de colonisation" et où naîtront les sept autres enfants qu’ils auront ensemble.

Le père d’Eugène, Elzéar Joseph BERNARD n’a pas assisté à leur mariage car il est mort le 14 septembre 1903 à Oran où il avait vécu avec sa femme et où il avait été pharmacien. Ils habitaient 16 rue d’Orléans.

JPEG - 83.8 ko
Elzéar Joseph BERNARD

Il était né en France, le 3 septembre 1847, à Mane, dans les Alpes de Haute-Provence (04). Dans cette région avaient vécu tous ses ancêtres. On ne sait pas ce qui l’avait amené en Algérie, mais quand il nait, le maire qui signe son acte de naissance, est le docteur Louis Marius ROUIT, qui fut déporté… en Algérie, en 1851, sur ordre du futur Napoléon III, car il fut suspecté d’avoir appartenu à une société secrète interdite car hostile aux prétentions de Louis Napoléon Bonaparte. Louis Rouit, était-il du côté des royalistes qui regrettaient la monarchie qu’ils estimaient garante des droits de citoyens et redoutaient que le neveu de Napoléon n’ait l’ambition de recréer un Empire ? Ou soutenait-il les révoltes ouvrières en cette période de crise et de chômage qui secouèrent Paris, Lyon et de nombreuses régions de France ? Il réintègrera la France aux environs de 1858 (tous ces renseignements sur le bon docteur Rouit, nous les avons trouvés sur le site de la ville de Mane).

Son exemple a-t-il inspiré Elzéar dont les parents n’étaient que de modestes cordonnier pour l’un et modiste pour l’autre ? Qu’est-ce qui l’a poussé à faire des études de pharmacien et surtout à partir en Algérie, sans ses parents restés en France (renseignement trouvé dans son acte de mariage) ? A quel moment exact est-il arrivé en Algérie, je ne le sais pas encore, mais je pense que je devrais pouvoir trouver la réponse dans d’autres archives… En tout cas, il y est arrivé avant 1878, année de son mariage avec Madeleine Marie Thérèse HUBERT, qu’Elzéar BERNARD épouse le 23 octobre 1878 à Oran. Madeleine est née place Saint-Louis à Aïn El Turck, le 6 avril 1859. Devenue veuve, elle a vécu avec le jeune couple Eugène et Eugénie, jusqu’à sa mort à Pont de l’Isser. Sa sépulture est à Oran où reposait déjà son mari.
Elle était fille de Louis François HUBERT dit le Nantais (mention trouvée dans l’arbre généalogique établi par mon père). Il est né le 25 août 1819 à Chateaubriand (Loire), d’un père boucher. On sait qu’il est arrivé en Algérie avant 1858 puisqu’il s’y marie cette année-là à Oran avec Marguerite Thérèse Caroline LABOLLE. Il est signalé comme ayant été propriétaire dans l’acte de naissance de sa fille, en 1859, mais il décède peu après la naissance de sa fille, le 15 juillet 1860 à Saint Denis du Sig et dans son acte de décès, son métier est forgeron. Coïncidence, son père resté en France, meurt aussi en 1860, à quelques semaines près, à Alençon, chez son gendre. Louis François n’a que 41 ans, mais on sait que beaucoup d’immigrés seront frappés de maladies peu après leur installation en Algérie.

L’épouse de Louis François HUBERT, Marguerite Thérèse Caroline LABOLLE, elle, est arrivée avec son père Pierre Nicolas LABOLLE, entre le 9 mai 1842, date du décès de sa mère à Saint-Dizier (Haute-Marne) et le décès de la seconde épouse de son père le 14 août 1849 à Alger. Originaires de Saint-Dizier, ils s’étaient installés à Saint-Cloud, village tout nouvellement créé par l’administration française.

Ce Pierre Nicolas résistera aux différentes maladies et épidémies auxquels de nombreux "nouveaux arrivants", mais aussi certainement la population colonisée, ne survivront pas. C’est ainsi qu’il survivra à sa 3° (!) épouse Joséphine LABRUT, décédée le 9 février 1850 (et à leur petite fille décédée à l’âge de 3 ans environ). Il est alors déclaré comme colon cultivateur toujours à Saint-Cloud.
Pierre Nicolas assiste à la déclaration de naissance de sa petite-fille Madeleine, en 1859. Il y est inscrit comme vigneron domicilié comme sa fille à Aïn El Turck. Il atteindra 82 ans, son décès ayant lieu le 20 décembre 1879, à l’hôpital civil d’Oran où il résidait rue de la Préfecture.

Sources : Les actes d’état-civil dans lesquels j’ai puisé pour établir cette "histoire" sont soit des documents familiaux transmis par ma grand-mère, soit issus des demandes faites par mon père ou ma cousine Judith Gaillac, auprès des autorités françaises, algériennes ou religieuses, soit encore issus de mes propres recherches dans les archives numérisées des Archives Nationales d’Outre-Mer ou des départements français, ce qui évite beaucoup de déplacements et de frais.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

46 Messages

  • Mes ancêtres en Algérie 2 avril 2015 13:38, par Martine Hautot

    Très beau travail ,qui a dû vous demander beaucoup de recherches .Félicitations,
    Cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 3 avril 2015 15:23, par Laurora

    Pourquoi sont-ils partis en Algérie ? et pour y répondre j’ai entrepris ma généalogie.
    Mon grand père paternel (né en 1851 dans la Drôme) part seul pour l’Algérie, laissant sa mère et 4 frères et soeur ; Il se marie en 1880 à Philippeville et part vers l’est. Il finira sa vie à Tipasa.
    2 familles de la Meuse demandent des concessions et partent pour Douéra, leurs enfants partis avec eux s’y marient en 1858.
    Mais je n’ai toujours pas la réponse à ma question.

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 12 octobre 2019 19:08, par ASTINGO

      comme la mienne venue de l’Hérault, sur proposition du maire,
      j’avais vu jadis une affiche qui indiquait qu’on pouvait s’installer en Algérie et avoir une concession.
      le maire validait donnait un passeport et secours de route pour aller s’embarquer avec l’obligation d’arriver sur la ville indiquée sur les documents. Dans chaque ville traversée, le tampon de la mairie donnait droit à dormir et manger.
      mais parfois la mer, furieuse portait les pauvres demandeurs
      loin de la ville en question.
      c’est pourquoi j’ai retrouvé ma famille éparpillée sur la côte Algérienne,
      allez sur le site des migrants, vous trouverez beaucoup d’infos
      cordialement
      Lucienne

      Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 3 avril 2015 15:56, par Jean-Pierre BERNARD

    Cette histoire familiale est très intéressante ! On pourrait en écrire des centaines avec toutes les familles qui ont émigré en Algérie au 19e siècle.

    Ceux dont vous parlez dans votre article ne sont pas à proprement parler des "colons", dont certains étaient partis en Algérie pratiquement depuis la "conquête".

    J’ai tenté de les suivre un peu, en Algérie, en consultant votre texte... pas facile :
    TAMINAU - JOBBE - MELIOR ..... aucun acte en ligne au C.A.O.M.
    8 actes PETEL, 4 LABOLLE... beaucoup pour LETERTRE (LE TERTRE) et.... 1925 actes, tout de même, pour BERNARD (qui est aussi mon patronyme).

    Merci en tous cas de nous avoir raconté cette "saga" familiale.

    Si toutefois cette émigration en Algérie vous intéresse, vous pouvez consulter un blog, que j’ai créé, spécialisé sur le sujet, surtout pour les Alsaciens, Lorrains et ressortissants des provinces rhénanes, mais qui comporte aussi de nombreux articles, et des renseignements susceptibles peut-être de vous intéresser. Vous pouvez y accéder avec ce lien :

    http://emigrationalgerie.centerblog.net/

    Cordialement.

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 24 mai 2016 14:29, par Françoise GEORGES

      Oui, nous sommes en 2016, et je réponds seulement à votre message... mais j’avais pris un peu de distance avec la généalogie de ma famille et j’y reviens un peu par hasard. Sur votre proposition, je suis allée sur votre blog qui m’a épaté par ses multiples aspects. Respect !
      Tout d’abord, je me demande maintenant si mes ancêtres LABOLLE (cf la fin de mon article), ne seraient pas eux de vrais colons arrivés en Algérie en 1848, venant de Saint Dizier (Haute-Marne) pour s’installer à Saint-CLoud ?
      Mais comment les trouver, si c’est vrai, dans les archives ?
      J’aurais d’autres questions ensuite à régler, mais ce sera pour plus tard.
      Encore bravo pour les aspects multiples de votre blog (poèmes y compris)

      Répondre à ce message

      • Mes ancêtres en Algérie 25 mai 2016 10:14, par BERNARD Jean-Pierre

        Bonjour,
        Merci pour votre message. Merci pour votre appréciation sur mon blog.
        Pour les LABOLLE, vous trouverez des actes en lignes sur le site IREL du C.A.O.M.
        Vous pourrez ainsi reconstituer un peu leur histoire, en particulier celle de Pierre Nicolas et Joséphine LABRUT.
        Cordialement.
        Jean-Pierre BERNARD.

        Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 4 avril 2015 11:59, par FERRER

    Bonjour,
    Je suis pied-noir ; né à Oran en 1941 ; mon père était également militaire mais de son côté je suis 100 pour 100 espagnol, d’où les difficultés pour remonter mon arbre.Du côté de ma mère, alors là,les racines sont très disparates : Allemande, Alsacienne, Maltaise, Catalane, Tourangelle, de l’Ain, de Lyon, de l’Aveyron et pour finir ( je pense) du pays basque !!!Le résultat est donc très compliqué !!!
    Je continue donc à avancer doucement car il m’est difficile de trouver des renseignements corrects partout.
    Cordialement
    JC FERRER

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 4 avril 2015 12:22, par Danielle SEVILLA-DEL CERRO

      Bonjour, de quelle région d’Espagne sont les origines de votre père ? les miennes tant du côté père que mère les origines sont aussi espagnoles et j’ai trouvé beaucoup de renseignements sur le site des mormons

      https://familysearch.org/search/collection/list#page=1&countryId=1927167

      Il y a aussi ce site

      http://www.raicesreinovalencia.com/

      J’espère que vous y arriverez sinon je peux essayer de chercher pour vous.
      Cordialement
      Danielle SEVILLA-DEL CERRO

      Répondre à ce message

      • Mes ancêtres en Algérie 31 janvier 2016 08:28, par dominique desdoits

        bonjour mon compagnon est pied noir ne a burdeau algerie et sa femme chantal etait nee aussi en algerie mais a oran et je confirme que les recherches sont difficiles
        je vous remerci des sites que vous cites je viens y aller

        Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 31 janvier 2016 08:23, par dominique desdoits

      bonjour
      je me permets de vous repondre car mon compagnon est pied noir ne a burdeau en algerie ses grands parents espagnols ont emigres en algerie mais sans raisons professionnels ou autres
      c est vrai que les recherches sont tres difficiles
      sa femme chantal etaient egalement ne en algerie

      Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 4 avril 2015 12:59, par betty

    de nombreuses familles sont dans la meme situation !! pourquoi sont-ils partis ? je ne prends qu’un exemple de la mienne mais j’en ai bcp plus à disposition...Pourquoi Antoine Vayron mon arrière grand père qui descendait d’une famille de bourgeois riches, étant bouchers de Saint Flour, est-il parti à Bone en 1850 ? je ne crois pas qu’il existe des sources écrites de ces motivations qui peuvent etre les plus diverses...

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 4 juillet 2016 13:47, par Vayron jean

      Antoine Vayron est né à LILLE 59 son pere CREPIN etait dans l’armée sa mere partie de stFLOUR a été le rejoindre
      pour la naissance d’antoine .
      Crépin revient à st flour mais, il épouse une autre femme
      qui lui etait promise et a laquelle il fera 2enfantsqui donneront souche aux Vayron de Bordeaux.
      Antoine sera surement élevé par la famille de sa mere.
      Son pére est mort quand il avait 8 ans
      sa mére est décedé à Paris, il avait 10 ans
      il etait maçon,il est parti en Algérie avec sa femme 2 enfants de 3 et 1 ans ses beaux-frére et son beau-pere.

      Répondre à ce message

      • Mes ancêtres en Algérie 5 juillet 2016 12:50, par betty

        pour Jean Vayron
        c’est l’histoire de mon AGP Antoine Vayron quelle parenté avez-vous avec lui ?

        Répondre à ce message

        • Mes ancêtres en Algérie 5 juillet 2016 20:30, par Vayron jean

          je suis un descendant de antoine Vayron qui est arrivé en
          Algérie vers 1852 à 27 ans avec femme et 2 enfants dont Pierre né en 1848 et son frère Jean Baptiste né en 1851 tous deux à st Flour
          leurs autres enfants sont nés à Bone.(2 filles)
          Pierre est contre-maitre au Bone Guelma il aura 8 enfants
          dont Edmond 1879 qui partit au Caire ou il aura 4 enfants
          dont Georges 1913,je suis le fils né à tunis.

          Répondre à ce message

          • Mes ancêtres en Algérie 6 juillet 2016 19:16, par betty

            Jean Vayron : nous sommes donc cousins puisque Antoine Vayron(né à Lille en 1825) et Marie Vigier(née à st flour 1825) sont les parents de Francoise Théodore Vayron (née à Bone en 1859 et dcd à Alexandrie en 1899) épouse de Louis Reybaud mon sosa 8 en ligne paternelle directe. avez -vous mon mail ?

            Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 4 avril 2015 14:24, par Françoise Favre

    Bonjour,

    Merci de nous faire partager cette belle histoire familiale. Il est bien possible que votre grand-père ait croisé ma grand-mère dans cette rue d’Orléans où il était pharmacien !
    Mon arrière grand-père Louis CHABERT est arrivé avec ses parents à Alger en 1840 (il avait 3 ans). Officier de marine (comme son père), il avait un logement de fonction à l’Amirauté d’Alger où est née ma grand-mère en 1877 (elle en était très fière !). Plus tard, ils ont habité rue d’Orléans. Ma grand-mère est restée rue d’Orléans jusqu’à son mariage en 1899.
    Bien cordialement
    Françoise Favre

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 4 avril 2015 16:01, par Jean Chedemois

      Bonjour et merci pour cette belle histoire
      Une précision concernant Louis François HUBERT dit le Nantais, né à Châteaubriand, ville de Loire-Atlantique (Loire-Inférieure à l’époque)-44- et non Loire -42- au cas ou vous voudriez poursuivre vos recherches
      Bonnes fêtes de Pâques

      Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 4 avril 2015 16:03, par pierre fontecave

    A propos des motivations des colons partis en Algérie, on peut lire les 2 ouvrages de Muriel et Yves Carchon :
    "Les volontaires de la Nouvelle France"
    suivi de
    "Les moissons de l’exil"
    aux editionsaloes chez gmail.com

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 4 avril 2015 18:50, par guybet viviane

    Mes ancêtres en Algérie
    Votre texte m’a intéressée car j’ai deux ascendances venues en Algérie (de L’Isère et du Puy de Dôme). J’ai la date de l’année de leur arrivée à Ahmed Ben Ali d’après un acte de décès en 1852 : une enfant de 6 mois et 15 jours née en mer. Je suppose que dans leur cas, c’est la promesse d’une vie meilleure qu’ils pensaient trouver .

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 5 avril 2015 12:55, par Paule BERNARD

    J’ai beaucoup aimé cette histoire qui est un peu la mienne puisque je suis originaire de Bréa près de Tlemcen.
    Moi c’est le contraire : je suis partie des mes grand-parents maternels en Algérie et petit à petit j’ai remonté les branches de l’arbre. On m’avait toujours dit que j’étais originaire des Pyrénées Atlantiques. Effectivement... mais ce n’était qu’une infime partie de mon arbre maternel. J’ai même étonné ma mère par tout ce que j’ai trouvé au-delà de l’Algérie : Le Doubs, le Jura, la Meuse, les Vosges, la Haute-Marne et la Marne font maintenant partie de mes origines au même titre que l’Algérie.
    En revanche, je sais pourquoi mes ancêtres sont allés en Algérie : ils étaient tous militaires.

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 23 mai 2016 17:54, par Françoise GEORGES

      Désolée pour cette réponse très tardive, mais votre nom BERNARD,même s’il est très courant m’intrigue, car mon grand-père Eugène BERNARD, avait des cousins dans ce secteur et aussi un frère Camille. Je vais me replonger dans les archives familiales.

      En parlant de Marne et Haute-Marne, autres coïncidences, je vis maintenant dans la Marne et mon mari est Haut-Marnais !
      Encore merci pour votre message.

      Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 5 avril 2015 19:02, par paule vitti

    merci de votre contribution, madame...
    je suis comme vous née en Algérie de plusieurs générations de couples, dont on peut se demander pourquoi ils sont venus là !
    je crois, malheureusement, que la plupart n’avaient pas le choix, poussés par la pauvreté, parfois la famine, et attirés par le rêve d’ailleurs et de d’autrement que les états leur ont fait miroiter !
    les premières générations ont perdu bcp (femmes et enfants emportés nombreux par les maladies d’un climat qu’ils n’avaient pas anticipé !)... certains sont repartis, d’autres se sont accrochés aux terres arides ou marécageuses et y ont peu à peu élevé leurs familles...
    il serait bon qu’on reconnaisse un jour leur courage et leurs sacrifices...
    merci pour eux de votre témoignage !

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 6 avril 2015 13:56, par Françoise GEORGES

    Merci à tous pour votre intérêt. En week-end de Pâques, je suis moins connectée, mais je prendrai le temps de répondre à chacun prochainement. Et merci pour les renseignements donnés qui motivent pour poursuivre les recherches.
    Amicalement

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 12 avril 2015 08:44, par carmen lafon

    Très beau travail de recherches et histoire intéressante à lire. Moi aussi, j’ai commencé mon histoire familiale en me posant la même question : je sais pourquoi nous sommes partis, mais pourquoi mes ancêtres sont-ils partis à Algérie, et c’est en faisant des recherches que j’ai eu la réponse. C’est fort intéressant à découvrir et à transmettre à mes petits-enfants. Bravo à tous ceux qui puisent dans les registres pour reconstituer une histoire, l’histoire familiale, et merci à nos parents et grands-parents pour nous avoir laissé des photos.
    Carmen

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 17 avril 2015 16:34, par Bouchikri Boubekeur

    Je suis né à Pont de l’Isser (Bensekrane), je connais très bien la maison de vos grands-parents maternels : Eugène BERNARD et Eugénie MELIOR. Sur la santé de la population du village, le docteur BERNARD a très bien effectué son travail de médecin et aider les gens à s’embarrasser de leur souffrance et maladie. Je me souviens, j’étais adolescent de leur belle maison pleine de fleurs et de verdure qui jaillissaient vers l’extérieur en donnant soit sur la route d’Oran ou vers la route du village les abdellis (Sidi Abdelli) de la station thermale.

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 11 mai 2015 14:36, par Bouchikri Boubekeur

      Au faite, je me suis trompé sur la maison de vos ancêtres à Pont de l’Isser. Cette maison que j’ai raconté appartenait à un autre médecin qui est venu au village après le décès de votre grand parent en 1954. Mais la maison du Docteur Eugène BERNARD se situait au centre du village c’est une grande maison du 18e siècle. Elle était si belle et entouré de grands jardins : arbres fruitiers, fleurs....Sa maison se situe sur la route pour aller vers le village Lavayssière. Jadis, mes parents et mes grands-parents allaient se soigner chez lui. Ils me disait qu’il était âgé, robuste et il portait une barbe. Il aimait passer son temps dans ses ruches d’abeilles qui se trouvaient à côté du jardin des orangers (en face de sa maison) : ces ruches étaient construites dans une pente entourée d’oliviers près des arbres eucalyptus

      Répondre à ce message

      • Mes ancêtres en Algérie 17 juillet 2015 20:35, par fezsam

        Salam

        Ya si Boubekeur tu te rappelle des années 1954 mais tu oublis les années 1980 ou tu étais étudiant à Boumerdes.

        Enfin c’est pour moi un trés grand plaisir de d’etre tombé par hasard sur ce que tu as posté ici.

        J’aimerais si c’est possible avoir plus de tes nouvelles.

        Un AMI de longues dates

        Répondre à ce message

        • Mes ancêtres en Algérie 2 mai 2016 13:56, par Boubekeur

          Bonjour,
          Je réponds tardivement à ton message, c’est vrai, dans les années 80 j’étais étudiant à Boumerdès. Mais, je voudrai savoir votre prénom pour discuter de nos relations d’amitié et de souvenirs car ça m’échappe !! depuis combien d’années !!!
          Merci beaucoup de me répondre.
          Un ami de longues dates.

          Répondre à ce message

      • Mes ancêtres en Algérie 23 mai 2016 17:42, par Françoise GEORGES

        Bonjour
        J’ai honte de ne pas avoir pris le temps de répondre à votre message, ni à aucune des autres personnes intéressées par mon article. Mais avec plus d’un an de retard, je veux commencer par vous répondre à vous qui avait connu la maison de mon grand-père Eugène BERNARD à PONT DE L’ISSER ; Car, effectivement, il portait une barbe, oui, il était passionné d’apiculture. C’est son fils Louis dit Loly qui les a reprises. Et si je ne l’ai pas connu, j’avais un an quand il est décédé en 54, je me souviens très bien de sa maison, car ma grand-mère y est restée jusqu’en 62 avec ce même fils Louis, sa belle-fille Paule ROUCHE, dite Nanette et leurs 2 enfants. Et je suis souvent venue les voir avec mes parents Guy TAMINAU et Renée BERNARD, qui avait longtemps aidé son père médecin à gérer la pharmacie dont il était responsable. Merci encore pour ces beaux souvenirs.

        Répondre à ce message

        • Mes ancêtres en Algérie 24 mai 2016 11:21, par Boubekeur. BOUCHIKRI

          Bonjour,
          Merci beaucoup Madame GEORGES Françoise de votre réponse concernant la vraie histoire riche de vos ancêtres qui ont vécue dans différentes villes principales d’Algérie comme : Alger, Constantine, Oran et ses environs car Tlemcen jadis appartenait au département d’Oran.
          Mes parents et mes proches m’ont raconté sur la vie de votre grand-père : Docteur Eugène BERNARD : il a fait beaucoup de choses pour ce village et qu’il a quitté et très bien aimé et son fils et sa femme que vous les aviez connus ont pris la relève de leur père. La famille ROUCHE est aussi très connu à Pont de l’Isser, tous les anciens habitants de Pont de l’Isser (actuellement Bensekrane) connaissaient cette famille qui ont su développer ce village. Concernant l’apiculture, votre famille a reçu plusieurs meilleurs concours du département. Mais malheureusement aujourd’hui, ces ruches ont disparu et se sont remplacées par des habitations.
          Encore merci de votre réponse, puisqu’on est natif de cette région et avec ces souvenirs, on garde contacte pour écrire.

          Répondre à ce message

          • Mes ancêtres en Algérie 24 mai 2016 13:37, par Françoise GEORGES

            Merci beaucoup pour votre rapide réponse. Je craignais que le temps passé entre mon article et ma reprise de contact avec ce site, ne rende illisible mon message. J’ai dans mes albums des photos du Pont de L’Isser des années 50, 60 et aussi de mes grands-parents BERNARD. S’il est plus facile pour vous les envoyer de passer par ma messagerie, je vous communique mon e-mail : soizick.georgest chez yahoo.fr
            Amicalement

            Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 9 août 2015 23:28, par salhi mamad

    j ai vu la photo du medecin eugene bernard et sa femme .et je rappelle tres bien du docteur il habitait tout pres de l eglise et sa maison existe toujours

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 23 mai 2016 17:48, par Françoise GEORGES

      Un grand merci très tardif pour votre message. J’ai fait un voyage en Algérie en 2012, mais comme c’était un voyage organisé, je n’ai pas pu revenir à Bensékrane, (Pont de l’issir). Dommage, j’aurais certainement reconnu cette belle maison. Par contre, j’ai pu aller à Tlemcen, où j’ai visité l’ancien hôpital militaire où mon autre grand-père a travaillé

      Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 30 août 2016 19:36, par Arlette SCHNEIDER

    Bonjour,

    Merci pour la belle saga que vous nous avez contée.
    Moi aussi j’ai mes ancêtres qui sont arrivés en Algérie : d’Allemagne, d’Alsace, de Lorraine, du Nord de la France, des Alpes de Provence ( MANE ), de l’Aude et des îles Baléares.

    Je suis écrivaine, j’ai écrit un ouvrage historique illustré qui aborde ce problème, "LES COLLINES DE L’ESPOIR" Editions Hugues de Chivré. Et un autre ouvrage qui traite aussi du sujet : "LA SULTANE AUX YEUX BLEUS".

    Comment sont partis les gens de MANE ? Comment était la vie dans ce village à l’époque ? Quelle a été la raison principale de leur départ ?

    Bien cordialement.
    Arlette

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 31 janvier 2017 11:58, par vernois

    bonjour mon père vernois victor et née a Constantine Algérie le 15.12.1934
    a l antenne de hôpital il a était abandonnée a sa naissance il na pas connue ses parent biologique c était un enfant de pupille et était placer a la d a s s et pouponnière de Constantine et venue en France a l’age de 18 mois et a était mis cher des tuteurs a Aveyron en France pour travailliez comme cultivateur agriculteur et aller a l école puis quand il avez l age il a fait l armée et sais marie avec ma mère et eu deux enfant garçons et fille il et décédée le 22 avril 2007 en France a cause d une maladie. moi sa fille j aimerais savoir si il aurais des ancêtres a Algérie de son coté peut t on savoir qui était ses vrai parent biologique ou de la famille que on connais pas.

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 1er mars 2018 11:14, par Marie-Christine Taminau

    Merci internet ; mon père Bernard Taminau (avocat à Rennes) nous parlait souvent de son cousin Guy (de Nevers) et de ses cousins Jobbe Duval.
    Mieux : mon père Bernard est le fils d’Eugène (notaire à Pleine-Fougères) qui a épousé, suite au décès de son épouse, Marie Petel, ma grand-mère paternelle.

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 1er mars 2018 12:20, par GEORGES Françoise

    Bonjour Marie-Christine

    Je viens de recevoir ton message par courrier mais je ne le vois pas encore apparaître sur ce site.
    Je me permets de te tutoyer car nous sommes effectivement petites-cousines. Comme ton père Bernard, mon père Guy Taminau nous parlait souvent de lui, de sa femme et de ses nombreux enfants, dont j’ai des photos héritées des albums de Papa. Il était le parrain de ta soeur Anne.

    Petite correction : mon père n’était pas de Nevers, c’était une génération au-dessus des cousins TAMINAU, qui s’y était installée, mais nous restions en contact avec eux.
    Papa est né, lui, à Saint-Malo. Il était le fils de Joseph, le frère de ton grand-père Eugène. Petite anecdote : quand j’ai fait mon voyage en Algérie en 2012, d’autres voyageurs y ont également participé pour retrouver les traces de leur ancêtre PETEL, l’associé de Joseph à la quincaillerie de TLEMCEN.

    Tu trouveras peut-être certains éléments de notre arbre généalogique commun que j’ai déposé sur GENEANET, (Accès gratuit. Mon pseudo est livresfjd1, n’hésite pas à m’envoyer un message pour que je t’y donne pleinement accès)
    Je serai très heureuse de renouer avec "ta" branche.
    Amicalement
    Françoise TAMINAU GEORGES

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 15 novembre 2018 22:14, par ROBITAILLE

    Bonsoir, J’aimerais remonter le temps. J’ai découvert au décès de ma mère que sa mère (ma grand-mère maternelle donc) était née en ALGERIE, à TENIET-EL-HAAD en 1911. Malgré différentes recherches, je n’arrive pas à retrouver le fil.
    Pourriez-vous svp me dire comment obtenir l’extrait avec filiation de naissance de ma grand-mère qui s’appelait LE LANDAIS Marguerite, Rose, Suzanne, née le 15 juillet 1911.

    Merci de votre aide car je n’avance pas.
    Bonne soirée.

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 17 novembre 2018 01:30, par Françoise GEORGES

      Bonjour
      Je viens d’aller sur le site des Archives de l’Algérie :
      http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/caomec2/recherche.php?territoire=ALGERIE
      Mais Teniet-el-Haad ne semble pas y figurer. Peut-être a-t-il été rattaché à une autre commune proche
      Si votre grand-mère était d’une famille catholique, on peut peut-être trouver les archives paroissiales. Je vais me renseigner, car je sais que mon père l’avait fait pour un ancêtre né, lui, à Alger.
      Bon courage !

      Répondre à ce message

      • Mes ancêtres en Algérie 12 octobre 2019 19:27, par ASTINGO

        oui, ça marche bien cette formule, car la Kabylie n’a pas été numérisée à Aix, mais le ministère des affaires étrangères aussi,
        cordialement
        Lucienne

        Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 12 octobre 2019 19:25, par ASTINGO

      un petit truc ou deux
      aller voir sur les archives de Nantes en demandant une copie intégrale de l’acte de naissance, essayez d’avoir la date exacte,
      ensuite si rien, chercher du côté de la Mairie de TENIET EL HAAD,
      je vous aiderai pour écrire la lettre au président de l’assemblée populaire,
      et si rien encore,
      demander au ministère des affaires étrangères de Paris,
      (toujours la copie intégrale)
      si rien encore et si vos ancêtres étaient catholique, demandez au Sœurs Clarisse de Nimes, elles ont le doubles des actes de catholicité, (quelques euros à prévoir) mais quel bonheur….
      grâce à elles j’ai retrouvé mon grand père né en Kabylie qui n’est pas numérisée à Aix
      courage, courage, et organisation
      cordialement
      Lucienne

      Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 12 octobre 2019 19:03, par ASTINGO

    super, mon histoire est quelque peu la même, mais hélas la Kabylie n’est pas numérisée à Aix Donc c’est grâce aux Sœurs Clarisse que j’ai pu reconstituer l’arbre de mon grand-père.
    Nous sommes issus de Bouira, via l’Hérault en France et l’Italie Savona. Hélas pas de document, ni de photo.
    aujourd’hui je cherche les descendants restés en Algérie. que faire et surtout comment,
    merci pour votre belle histoire
    cordialement
    Lucienne

    Répondre à ce message

    • Mes ancêtres en Algérie 12 octobre 2019 21:49, par GEORGES

      Merci pour le compliment et merci pour les renseignements sur les recherches. Je vais les transmettre à la personne qui m’avait posé des questions précédemment.
      Cordialement

      Répondre à ce message

  • Mes ancêtres en Algérie 22 juin 15:38, par karim

    Bonjour,
    très admirer par votre travail et de remonter la vie et l’histoire de tes ancêtre, c’est un travail de persévérance et remarquable.
    je suis conscient que c’est très difficile de nos jours de trouver la source ou un document sur ca famille, ces origines…, moi même Algérien née et vécu la bas.
    Et ma question que je pose souvent et si vous permettez bien-sûr destiner au algériens (pieds noir) que je considérais pas Français étant née et vécus toute leurs vie en Algérie (nord d’Afrique) Pourquoi vous êtes partie de l’Algérie après l’indépendance ? vous allez me dire votre vie est dépend et la sécurité inexistante…..
    Mais vous aurez du rester et défendre comme l’en fait les anglais au sud Afrique a l’indépendance
    ca reste mon point de vue personnel, je refuse a faire quitter a une population qui est née, et vécu en Algérie pour la déporter vers le nord (France) que la majeure partie ne connaissent pas…
    Merci d’avoir lus les quelques mots d’un algérien

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP