www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Portraits d’ancêtres > Louis Barbedor, un exemple de courage

Louis Barbedor, un exemple de courage

Le jeudi 1er mars 2001, par Laure Barbedor

Louis est né en 1894 à Montfort, près de Rennes, Ille et Villaine. Son père Edmond était magistrat à Rennes. Sa mère, Alice Le Marchant de Trigon descendait de la famille Douville. Partie de Coutances en 1717 pour St Pierre et Miquelon, François Douville faisait partie des pionners de l’Acadie, avant que la génération de ses petits enfants soit chassée par l’anglais et revint en France dans de miséreuses conditions.

Devenu médecin, Louis a épousé en 1925 Yvonne Harscouët de Keravel, qui était l’arrière petite-fille de Robert Surcouf, célèbre corsaire malouin.

Ce couple a eu une nombreuse descendance : 6 garçons et une fille !
Louis était un homme bon et serviable, et un grand sportif.

Il était aimé de tous ceux qui avaient la chance de le connaître. Les témoignages nous ont rapporté qu’il était gai, aimait sortir et s’amuser.

Aux archives de Rennes, nous avons trouvé le détail des services et mutations diverses de sa « carrière militaires », lors de la campagne contre l’Allemagne.

Il a été incorporé en septembre 1914, il avait 20 ans. Il a servit dans une section d’infirmiers avant d’être nommé médecin auxiliaire en 1916, sur ordre du directeur du service de la santé. Il a été évacué malade en septembre 1916 et il a rejoint sa section en décembre. Puis il est passé dans un régiment d’infanterie coloniale en 1917, puis d’artillerie lourde en mars 1917 avant d’être évacué blessé le 1er août et de rejoindre sa batterie le 8 ! Il lui est arrivé souvent d’être malade, mais il a toujours rejoint rapidement son poste.

Le plus important de son histoire, c’est l’exemple de dévouement dont il a fait preuve et que nous connaissons grâce aux 4 citations militaires consignées dans les archives.

Citation du 16 septembre 1916 :

« Le 2 août 1916, un avion français venait d’être précipité dans un marais et Louis s’est résolument jeté à l’eau pour porter secours aux aviateurs. Avec l’aide de 2 autres militaires il a réussi à dégager les corps et à les ramener au rivage. »

Citation du 11 août 1917 :

« Le 1 août 1917, quoique blessé par l’explosion d’un dépôt de grenade, Louis n’a pensé avant d’être pansé qu’à donner les premiers soins aux blessés, n’a pas voulu être évacué.....Modèle de courage et de dévouement »

Citation du 1 juin 1918 :

« Dans la matinée du 4 mai 1918 Louis a coopéré avec le plus grand courage à la relève rapide des blessés, n’hésitant pas à se porter en première ligne malgré les tirs des mitrailleuses et de l’artillerie ennemie. »

Citation du 24 novembre 1918 :

« Faisant fonction de médecin chef de service du dixième bataillon du 122 RI, Louis n’a pas cessé pendant les mois de septembre et d’octobre de se prodiguer sans cesse au secours des personnes malgré l’incommodité des conditions de guerres, des mouvements... et il a fait preuve du plus calme esprit d’organisation dans les moments les plus critiques et assuré la relève et les soins immédiats des blessés malgré les bombardements, en faisant preuve de l’abnégation la plus absolue lors du combat du 26 octobre 1918. »

Il reçu la médaille militaire.

Cet homme courageux et dévoué a tragiquement trouvé la mort le 23 juillet 1933, en voulant sauver de la noyade Edmond, son fils aîné âgé de 7 ans. Ils ont péri tous les deux.
Louis n’avait que 39 ans.

Un article de presse paru dans un journal de Rennes :

" Le docteur Barbedor bien connu des milieux sportifs de l’Ouest,
se noie à Irodouër en voulant sauver son fils qui est lui même noyé.

Notre correspondant de Becherel nous a téléphoné dimanche soir une affreuse nouvelle qui n’a pas manqué de jeter la consternation à Rennes et dans la région.

Notre ami, le docteur Barbedor, vient de trouver en compagnie de son fils, une mort brutale dans des circonstances particulièrement tragiques.
Le docteur Barbedor, accompagné de ses enfants Edmond, âgé de 7 ans et Alain âgé de 6 ans, était depuis samedi soir au château de la Ville ès Sénéchal, l’hôte de M de Laforêt, maire d’Irodouer. Dimanche dans l’après midi, le docteur Barbedor faisait une partie de canotage sur une pièce d’eau qui borde le château avec ses fils, lorsque l’aîné à la suite d’un faux mouvement tomba à l’eau. Le père, excellent nageur, sans perdre un instant, plongea pour essayer de rattraper son fils, mais malheureusement, il dû être aussitôt frappé de congestion, car il disparut lui aussi.

Les cris du deuxième enfant resté dans la barque au milieu de la pièce d’eau alertèrent l’attention des habitants du château. Il fallu toutefois attendre que l’enfant, en suivant les indications qu’on lui donnait de la rive, eut ramené la barque. On se précipita alors pour essayer de sauver les deux naufragés. Le père qui était remonté un instant sur l’eau tenant son fils, disparut de nouveau et ce n’est qu’au bout d’un quart d’heure que l’on parvint à le retirer. Mais il avait cessé de vivre. Le corps du pauvre petit ne fut retrouvé qu’une heure plus tard. Le docteur Maillard de Bécherel mandé en toute hâte, ne pu que constater les décès.

On sait de quelle estime méritée jouissait en notre région le docteur Barbedor. Actif, dévoué, très profondément cultivé et doué d’un caractère particulièrement aimable, ce jeune médecin avait donné dès la guerre, où il avait conquis la médaille militaire et plusieurs citations, la mesure de son talent professionnel et de sa haute valeur morale. Tous ceux qui ont eu l’avantage de l’approcher et de le connaître admiraient la délicatesse de son coeur et son esprit pétillant d’indulgente malice.

Le docteur Barbedor, directeur du centre d’appareillages de la 10è Région, était père de huit enfants.

Cette perte sera cruellement ressentie notamment dans les milieux sportifs médicaux et dans les milieux sportifs où notre ami prodiguait ses utiles conseils et jouissait de très fidèles amitiés.

C’est avec le coeur serré que nous nous inclinons devant ces cercueils et que nous prions Mme Barbedor, ses enfants et toute la famille d’agréer l’expression de notre très vive sympathie. "

Yvonne, qui, le 18 juin précédant avait mis au monde leur septième enfant, ne se remaria jamais et éleva seule ses 6 enfants.

L’un des garçons, Hervé, mon beau-père, est également devenu médecin.

***

Je trouve très émouvante la lecture d’un acte mettant en exergue le courage d’un ancêtre.

Notre Histoire de France est remplie de personnages hauts en couleurs, de saints, d’individus qui par leur vie nous servent de modèle. Mais la généalogie, au détour de quelques archives, peut nous donner en cadeau des exemples plus proches de nous, et dont nous devons nous montrer digne d’en descendre. A nous de savoir recevoir et transmettre cet héritage de noblesse d’âme.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • Merci de redonner vie à ces hommes et ces femmes si modestes et si courageux.Sans des personnes commes vous l’oubli serait définitif dans la mémoire collective. Quelle terrible injustice !

    Monique.

    Répondre à ce message

  • Bonjour.
    Joli article ! Il est bon de sauvegarder les récits de cet ordre, afin que le souvenir de ces hommes dévoués et courageux restent dans les mémoires. On en a bien besoin de nos jours !
    Juste une (petite) remarque : vous le prénommez « Louis », alors que, sous la photo, est écrit « Loïc » ! Une erreur de frappe, peut-être ?
    Une petite anecdote concernant le nom :
    Un « D. BARBEDOR » était tabellion royal à Orléans au moyen-âge. C’est lui en particulier qui a signé un acte de 1505, concernant la reprise par le chapitre de Saint-Euverte, dans cette ville, d’une maison dont Jehan d’ARC/du LIS (après son père : Pierre d’ARC/du LIS, frère de Jehanne la Pucelle) avait l’usufruit depuis de longues années.
    Le patronyme est assez peu courant pour que ce fait ne me soit pas venu en mémoire lorsque j’ai lu votre article.
    Sur ce site, d’ailleurs, vous pourrez lire un article que j’ai composé à ce sujet, concernant cette maison où habitèrent des personnes de la famille de la Pucelle.
    Cordialement.
    Jean-Pierre Bernard

    Répondre à ce message

    • > Louis Barbedor, un exemple de courage 14 novembre 2008 12:55, par Laure Barbedor

      Merci beaucoup, je vais aller le lire (oui, j’ai un peu de retard et je découvre la suite des commentaires aujourd’hui !).
      Louis était bien son nom sur l’état civil. Il ne faut pas oublier qu’il était breton.... et que ce n’était pas évidant de donner des prénoms bretons en Bretagne à cette époque !!! Par conséquent, bien qu’il soit mentionné Louis, il fut appelé Loïc au quotidien..... il ne s’agit pas d’une erreur de frappe.

      Répondre à ce message

  • Louis Barbedor, un exemple de courage 1er mars 2008 18:47, par Jacqueline BLONDEL

    Madame,

    Tout à fait par hasard, je tombe sur votre article concernant Louis BARBEDOR et cela a fait « tilt ». En effet, nous sommes un peu cousines. Ma famille maternelle est alliée à Surcouf par mon grand père DORANGE et par ma grand mère LESCHEVIN de PRÉVOISIN et tous les cousins : Léon de Tréverret, de Penguern, de Poulpiquet, etc...

    Je trouve cela très bien de raconter l’histoire de la famille. Une de mes cousines s’est lancée dans l’écriture de l’histoire de la famille Leschevin de Prévoisin et ce n’est pas une mince affaire. Du côté Dorange, nous n’avons pas encore eu ce courage et n’avons que des histoires fragmentées mais très riches historiquement.

    J’ai imprimé votre article pour le mettre dans le livre « Robert SURCOUF le Corsaire et sa descendance » et je viens de commander l’additif.

    Il faut persévérer car je pense que la postérité est et sera contente de connaître l’histoire de la famille autrement que par une liste noms.

    Cordialement.

    Jacqueline BLONDEL

    Répondre à ce message

    • Louis Barbedor, un exemple de courage 14 novembre 2008 13:10, par Laure Barbedor

      Merci beaucoup de votre message. En effet, les Barbedor descendent bien de Surcouf...via les Harscouet de K, épouse de Louis Barbedor....
      Je n’ai hélas pas pu continuer mes travaux, faute de temps.... mais ce n’est que partie remise !

      Répondre à ce message

    • Louis Barbedor, un exemple de courage 24 janvier 2013 12:02, par loïc le marchant de trigon

      à Madame Blondel,
      Je lis votre message, ce jour. Eh oui ! Un peu de retard. Savez-vous que Jean de Trigon (Jean Le Marchant de Trigon), beau-frère (par les Harscouët de Keravel) et cousin germain (par les Le Marchant de Trigon) de Louis Barbedor, a présidé avec son épouse et son fère Paul au mariage de Guyonne Dorange avec Gaston Durand-Gory, leur ami d’enfance d’Arfons (Tarn) ?

      Voir en ligne : http://www.loicdetrigon.fr

      Répondre à ce message

  • Louis Barbedor, un exemple de courage 4 novembre 2013 17:03, par Michel MEREJKOWSKY

    Bonjour,
    Je me demande si le prénom du Docteur BARBEDOR n’est pas plutôt LOÏC et non LOUIS...
    Qu’en pensez-vous ?
    Dans l’attente de votre réponse, je vous adresse mes meilleures salutations.
    Michel MEREJKOWSKY
    PS J’ai sous les yeux son livre posthume « SPORT ».

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP