www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Les Journées européennes du Patrimoine...


mercredi 30 août 2006, par Eric Varin

Répondre à cet article

« Faisons vivre notre patrimoine », tel sera cette année le thème des Journées européennes du Patrimoine, qui se dérouleront le samedi et dimanche 16 et 17 septembre 2006. L’ambition d’attirer le public dans nos monuments historiques n’était pas évidente, lorsque Jack LANG, ministre de la Culture de l’époque, lança, en 1984, la « Journée Portes ouvertes dans les monuments historiques ».Rebaptisée « Journées du Patrimoine » en 1992, le pari était dès lors gagné, puisque des millions d’européens attendent désormais ce 3e dimanche de septembre pour (re)découvrir leur patrimoine.

Le patrimoine, une notion récente

Ce succès populaire traduit l’évolution récente de nos mentalités. Sans remonter aux premiers siècles de la christianisation (l’Eglise cherchait alors à effacer les cultes passés, en détruisant les édifices païens), nous ne pouvons que constater le peu d’intérêt suscité par ce patrimoine auprès de nos anciens rois. En effet, ceux-ci n’agissaient qu’en fonction de l’utilité immédiate, et la préservation d’un monument ne servait, que si ce dernier avait une fonction précise. Considéré comme le bien propre du prince, le monument n’appartenait pas encore à la Nation. Pire encore, certains, dans le dessein d’effacer le souvenir illustre de leurs prédécesseurs, détruisaient les palais et autres châteaux de ces derniers, pour en construire de plus vastes et de plus beaux.

Que dire aussi de l’émerveillement, que suscite telle ou telle cathédrale gothique, si ce n’est, qu’elle a, dans la plupart des cas, remplacé (et donc détruit) un édifice roman antérieur ; ce dernier, étant situé, dans certains cas, sur le site d’un culte plus ancien encore, dont on a voulu effacer toutes traces.

On le constate, l’Ancien Régime ne concevait pas (à l’exception de quelques érudits passionnés ) le patrimoine, comme étant un bien à conserver, mais bel et bien comme un moyen de servir les pratiques, et de répondre aux exigences chaque époque. Les monuments disparus ont servi, durant tout le Moyen Age, de carrières de pierre et de réserve de matériaux.


Le patrimoine héritage commun de la nation

Il faudra attendre la Révolution pour voir s’opérer un changement radical, avec la confiscation des biens de l’Eglise, puis aussi de celles des nobles émigrés. La Nation naissante se voit donc confier une nouvelle tâche, consistant à recenser et à préserver son patrimoine. C’est à cette époque, que naît la notion de patrimoine/Monuments Historiques, en même temps que celle de vandalisme . Car, à cette nouvelle tâche (de protection) va s’opposer une envie presque irrésistible des révolutionnaires : faire disparaître les traces de la monarchie et de l’Ancien Régime.

Face à cette volonté populaire de destruction, le nouveau pouvoir va pourtant tenter de mener à bien sa nouvelle mission, en instituant, dès 1790, la Commission des Monuments. Suspectée de favoriser la survivance de l’Ancien Régime (elle tentait de sauvegarder les monuments du passé), elle est dissoute, puis remplacée par la Commission des Arts, qui redoublent d’efforts pour sauvegarder tout ce qui peut l’être. Ainsi, neuf dépôts lapidaires sont alors créés pour répondre à cette action, dont celui des Petits Augustins, qu’Alexandre LENOIR transformera en musée des Monuments français.

Le début du XIX ème siècle voit l’apaisement des querelles révolutionnaires, alors que le Concordat réaffecte les édifices religieux au culte, marquant un rapprochement entre l’Eglise et l’Etat, et par conséquent une plus grande protection des monuments cultuels. Ce XIXe siècle reste aussi celui des sociétés savantes, qui se lancent, sans compter, dans des actions de recensement et de connaissance des monuments, notamment à la suite d’Arcisse de CAUMONT, fondateur de la Société Française d’Archéologie. On redécouvre alors les chefs d’œuvre de l’art médiéval et notamment celui de l’Art gothique (popularisé par Notre Dame de Paris de Victor Hugo, qui, quelques années plus tard, s’insurgera contre le sort réservé aux monuments français).

C’est François GUIZOT, ministre de l’instruction Publique, qui place l’Inventaire et la Conservation des Monuments sous sa tutelle. Il créé le poste d’Inspecteur général des Monuments Historiques, occupé, à partir de 1834 et durant 26 années, par Prosper MERIMEE.

Ce dernier sillonne le pays, alerte l’opinion publique, recense les monuments, en sauve certains d’une destruction annoncée. C’est lui également, qui imposera son ami Eugène VIOLLET LE DUC pour la restauration de VEZELAY. Dès lors, cet architecte n’aura de cesse d’exposer son art, en restaurant de nombreux monuments mais également une ville entière (CARCASSONNE).

Tout au long du XIXe siècle, les polémiques se succèdent, les théories s’affrontent, mais la notion de patrimoine est devenue une réalité, a laquelle on accorde désormais une véritable politique, dont les fondements seront posés par la loi de 1913.


Le patrimoine aujourd’hui

La loi de 1905 (sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat) ajoute les édifices religieux à l’ensemble des monuments, que doit gérer le service créé par GUIZOT, puis les « objets historiques », les sites naturels, puis enfin les abords de ces monuments. La tâche est immense, et les destructions ou mutilations, dues aux guerres, alourdissent encore, un peu plus, cette mission.

Désirant redonner un nouveau souffle à la connaissance et à la sauvegarde de notre patrimoine après la seconde guerre mondiale, André MALRAUX, ministre de la culture, lance l’Inventaire général des richesses artistiques de la France, en créant pour cela un service autonome. Puis, la création de la Direction des Antiquités répond aux destructions d’ensembles entiers, comme les quartiers antiques de Lyon, le forum de POITIERS... Le processus semble néanmoins difficile à gérer, puisque cette période de prospérité économique voit les campagnes se vider, et les villes croître très (trop) rapidement. Les villes se « bétonnent », lorsque la gestion des secteurs sauvegardés passe sous la tutelle du Ministère de l’équipement, censé s’occuper de la croissance des cités, avant de garantir la protection des monuments, deux missions (apparemment) si proches, et pourtant si contradictoires.
La précipitation, la méconnaissance, l’attrait de nouveaux centres attractifs... expliquent les « actes de vandalisme », liés à cette époque, mais aussi les erreurs, ou manquements, que connaît alors cette mission, née 200 ans plus tôt.


Et demain, quel avenir pour notre patrimoine ?

Et pourtant, le champ d’investigation de la direction du Patrimoine croît de manière exponentielle, depuis le milieu des années 1980 (Protection du patrimoine contemporain, industriel, photographique...), alors que dans le même temps, les moyens consacrés à cet objectif stagnent, ou croissent de manière bien inégale par rapport à celle des monuments à protéger. De nouvelles pistes, pour poursuivre cette action, s’entrouvrent. Qu’il s’agisse de la réutilisation des monuments ou de leur exploitation à travers des scénographies, et autres spectacles... Ou encore de la création de la Fondation du Patrimoine, organisme privé indépendant, venant au secours des institutions publiques... Mais là aussi, les dérives se font jour. La conception du patrimoine, de cette fondation, se rapproche plus de la vision anglo-saxonne, qui tend à concevoir le monument en fonction de son utilitarisme, et/ou de sa rentabilité commerciale...

D’un autre côté, la volonté de décentralisation provenait de l’ambition de voir plus s’impliquer les « locaux », prêts à se « battre » pour sauver leur monuments... Mais, les préfets et autres responsables régionaux doivent se soucier également des préoccupations et attentes des entreprises, et du secteur touristique... deux domaines, souvent bien éloignés de celui de la protection et de la conservation...

Est-on alors revenu au point de départ, où le monument ne sera jugé que par rapport à son utilité, l’esthétique et l’histoire étant à nouveau délaissées ? Ou alors, vivons-nous les prémisses d’une nouvelle ère en la matière, ou tous ensemble, au même moment, nous affirmerons vouloir FAIRE VIVRE NOTRE PATRIMOINE"...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP