www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Les Chronogrammes

Les jeux de lettre (gramma) pour décoder les dates (Chronos )


jeudi 1er septembre 2005, par Eric Varin

Répondre à cet article

Si aujourd’hui, beaucoup d’entre-nous s’adonnent, avec plaisir, aux contrepétries et autres jeux de lettres, nos aïeux, dès l’Antiquité, vouaient également une grande admiration à ces exercices intellectuels. Ils nous en ont laissé la trace visible sur bien des édifices.....

LES CHRONOGRAMMES

Jeu savant, déjà pratiqué dans l’Antiquité, le chronogramme fut fort utilisé durant le Moyen Age. Le nom même, d’origine grecque, donne la définition de ce jeu :

Il s’agit en effet de dire la date (le temps, CHRONOS), à l’aide de lettres (GRAMMA).

Ainsi, en composant un vers (ou une série de vers, ou encore une maxime), le joueur donne la date (cachée), qu’il cherche à dévoiler, grâce aux lettres latines.

En effet, on connaît la valeur des chiffres romains, à savoir :

M=1000
D=500
C=100
L=50
X=10
V=5
I=1

Il suffit donc , ensuite d’additionner la valeur de ces lettres pour trouver la date cachée.

Pour mieux comprendre, voici l’un des plus fameux chronogrammes réalisés , relatant l’épisode de ce que nous désignons sous le vocable de "Vêpres siciliennes" qui eut lieu le 30 mars 1282, et où les français furent massacrés par les siciliens.

francorum turbis siculus fert funera vesper

le soir sicilien sème la mort dans la foule des français

pour le chronogramme, on notera ce vers de la façon suivante

franCorVM tVrbIs sICVLVs fert fVnera Vesper

soit C+V+M+V+I+I+C+V+L+V+V+V

soit 100 + 5+1000+5+1+1+100+5+50+5+5+5=1282

Si la langue latine est à l’origine des chronogrammes, très tot (on en remarque dès le XV ème siècle dans le royaume de France), les langues "vulgaires" se l’approprient en respectant les mêmes règles de comptabilisation et en identifiant le U ou V et le J au I.

En se promenant, et en regardant bien les inscriptions, que ce soit dans des abbayes, chateaux et autres églises, on sera surpris, pour celui qui prend le temps de découvrir ces inscriptions, de se rendre compte que ces batisseurs nous ont laissé un message (caché).

Alors, bonne visite

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • > Les Chronogrammes 21 septembre 2005 10:17

    Merci, j’ai appris quelque chose aujourd’hui

    Répondre à ce message

  • > Les Chronogrammes 8 octobre 2005 10:58, par Michel VANWELKENHUYZEN, généalogiste à Bruxelles

    Plusieurs maisons de la Grand’Place de Bruxelles portent des chronogrammes, qui désignent les années 1696 et suivantes, lorsque l’ensemble des bâtiments a été reconstruit.
    La maison abritant actuellement la taverne "Le Roy d’Espagne" en donne un bon exemple : "hIC qVanDo VIXIt MIra In paVperes pIetate eLVXIt" (celui-ci - c’est à dire Saint Aubert, à qui la maison est dédiée - aussi longtemps qu’il vécut, se distingua par sa grande charité envers les pauvres), soit 1+100+5+500+5+1+10+1+1000+1+1+5+1+50+5+10+1 = 1697

    Répondre à ce message

  • > Les Chronogrammes 8 octobre 2005 20:44, par mone

    Merci de m’avoir appris un nouveau mot, et surtout sa signification

    Répondre à ce message

  • > Les Chronogrammes 18 juin 2007 21:02, par SATOR

    Comme quoi on en apprend tout les jours !!! Grand merci !! MCCCVII

    Répondre à ce message

  • Les Chronogrammes 28 juillet 2008 12:59, par LOMMEL Roger Association Internationale de Chrongrammologie

    CHRONOGRAMME

    Le chronogramme est une phrase ou une inscription célébrant un événement et qui a la particularité d’en indiquer la date, lorsqu’on additionne les lettres numérales (chiffres romains) qu’elle contient. Ce nom vient des mots grecs chronos (temps) et gramma (lettre), l’art d’indiquer les dates au moyen de lettres

    franCorVM tVrbIs sICVLVs fert fVnera Vesper

    (Le soir sicilien apporte le massacre pour la foule des Français)

    Cette phrase, rédigée longtemps après les événements, commémore la révolte du peuple de Palerme et le massacre des troupes de Charles d’Anjou, le 30 mars 1282.
    De plus, elle nous en donne la date. Si l’on extrait les lettres numérales ont obtient : CVMVIICVLVVV que l’on peut ordonner comme suit : MCCLVVVVVVII
    On se rappelle que les romains utilisaient les lettres comme chiffre :
    I=1, V=5, X=10, L+50, C=100, D=500 et M=1000.
    Nous pouvons donc calculer la date : 1000+100+100+50+5+5+5+5+5+5+1+1
    Cela qui correspond bien à 1282.

    HISTORIQUE :

    Les chronogrammes apparaissent en Europe au 14e S, sous l’influence des Juifs et des Arabes. Un des tous premiers figurait sur une cloche de l’horloge du Palais à Paris et nous indique la date de 1372 :

    CharLes roI VoLt en Ce CLoCher
    Cette nobLe CLoChe aCroCher,
    faItte poVr sonner ChaCune heVr.

    Cette mode va se répandre et gagner principalement les pays du nord. Mais c’est au XVIe et XVIIe siècles qu’ils vont connaître leur âge d’or.
    Très rares dans les pays latins, assez rares en France, plus fréquents en Grande-Bretagne, on les trouve par centaines dans les pays du nord : Belgique, Pays-Bas, Allemagne, ainsi que dans les pays slaves et scandinaves. James Hilton érudit anglais visita l’Europe et publia en 1882 une liste de 5000 chronogrammes commentés relevés lors de ce voyage. Par la suite il en publiera encore 9000. C’est dire si la matière est abondante !

    FORME

    Un chronogramme est dit exact lorsque toutes les lettres numérales sont utilisées pour indiquer la date. Mais il arrive que le rédacteur n’arrivant pas à la date voulue, ignore certaines lettres : on parle alors d’un chronogramme libre.
    Voici un exemple trouvé sur une médaille en argent commémorant la mort du roi Charles XII de Suède (1718).

    aCh eIn sChVs aVs FrIeDriChshaLL Ist Des theVren CaroLLs faLL

    Le F est écrit en majuscule alors qu’il n’est pas lettre numérale et le second I de Friedrichshalle est en minuscule et n’intervient pas dans le calcul.

    Un chronogramme est dit additionné lorsque pour trouver la date il faut additionner les lettres numérales qui le composent comme dans les exemples mentionnés ci-dessus. Il est dit naturel lorsque les lettres numérales sont ordonnées et que la date est donnée sous la forme d’un nombre romain comme dans l’exemple qui suit :

    Mors aD CaeLos
    (La mort mène vers les cieux)
    Il est de la main du célèbre Bernin et indique la date de MDCL soit 1650.

    Enfin, plus le chronogramme est court, meilleur est-il.

    oMnIa CaDVnt
    (Tout s’effondre)
    On dit que ce furent les derniers mots de Juste Lipse au moment de mourir en 1606.

    Dans le même style, un livre intitulé « Hugo Grotius his Sophompaneas » fut publié et la date 1652) était donnée par le nom de l’auteur :
    franCIs goLDsMIth

    Voici un exemple assez exceptionnel, où toutes les lettres sont numérales.

    LILICIDIVM
    (Le massacre du lys)
    Il célèbre la victoire de Marlborough sur les troupes françaises en 1709 lors de la bataille de Malplaquet. Le lys était le symbole du roi de France et figurait sur les armures des chevaliers.

    Dans certains cas, on ne prend en compte que les lettres initiales, comme ici pour commémorer la mort de la reine Elisabeth I d’Angleterre. (1603)

    My Day Is Closed In Immortality

    LANGUE

    La plus grande part des chronogrammes sont rédigés en latin, seule langue de culture à l’époque. Pour améliorer la sonorité, ils ont souvent la forme sont des vers latins : hexamètre ou distique : on parle alors de chronostiche ou de chronodistiche.
    Mais rapidement ils sont rédigés dans les langues locales : français, anglais, allemand, néerlandais, serbe et même en wallon.
    Ici aussi l’imagination et la créativité est illimitée. Voici un exemple d’un double chronogramme, le premier en latin et le second qui en est la traduction en anglais, indiquant lui aussi la date de 1642 :

    TV DeVs IaM propItIVs sIs regI regnoqVe hVIC VnIVerso
    O goD noVV sheVV faVoVr to the kIng anD thIs VVhoLe LanD.

    MULTIPLES

    C’est dans de domaine que les artistes vont pouvoir montrer leur créativité.
    Car si rédiger un chronogramme n’est déjà pas chose aisée à réaliser, en écrire de multiples exige patience et habileté.

    Voici tout d’abord un double assez amusant daté de 1655. Dans un monastère de Gueldre un moine figure sur chacun des deux battants de la porte. Dans un phylactère, le premier dit
    CLaVDe portaM frater
    (frère,ferme la porte)
    Et le second répond
    CLaVDaM pater
    (Père, je vais la fermer)

    Voici triple chronogrammes, chaque ligne donnant chacune 1793, année de la mort du roi Louis XVI

    LVDoVICVs XVI InnoCens MortVVs
    LVDoVICVs XVI reX gaLLIae Monstrat
    qVaLIter sIt faLsa breVIs transItIorIa et faLLax gLorIa hVIVs MVnDI

    .
    On trouve assez facilement des triples, quintuples et même des décuples chronogrammes.
    Mais quand on aime, on ne compte pas.
    En 1943, un jésuite belge, le P. Scheuer réussit le tour de force de publier 150 vers hexamètres latins qui sont autant de chronogrammes sur la seule date de 1933, année des apparitions mariales de Banneux.
    Pour commémorer le traité des Pyrénées, un jésuite liégeois nommé Gérard Grumsel, né à Liège en 1613 et mort à Groningen en 1678, fit paraître à Anvers six élégies formant ensemble 672 vers, chaque distiche constituant un chronogramme au millésime de 1659.

    ACROTICHE

    Plus impressionnant encore ce chrono-acrostiche. Un acrostiche est un poème dans lequel les initiales de chaque vers donnent un nom ou un prénom. Dans cet exemple il s’agit d’un double acrostiche puisque les initiales forment de nom de Jésus et les terminales le nom de Maria.
    De plus ces cinq chronogrammes indiquent tous la même année :1689 ;
    Il a été écrit à la gloire de Léopold I, roi de Hongrie

    J LLVXIt phoebVs VIDeo post nVbILa per que M
    E x CoeLIs VenIVnt Vere aVgVstIssIMa Don a
    S vnt pLaVsVs MVnDo Io feLIX IVbILat aethe r
    V IVatqVe eXCLaMant IosephVS ab aethere DIV I
    S IC pIVs eX VotIs VIDeat reX teMpora Long A

    ANAGRAMME

    On peut encore compliquer le jeu en cherchant à faire des anagrammes c’est-à-dire créer deux chronogrammes utilisant exactement les mêmes lettres.
    Eh oui ! C’est possible, comme celui commémorant la mort du prince Henri Frederick, fils du roi James I.
    henrIe freDDerIC steVVarDe
    rICh VertVes reaDI DefenDer
    1612

    Le monde des chronogrammes est plein d’autres richesses que nous ne pouvons exposer ici. Mais il est regrettable que ce savoir se perde .Et même le mot « chronogramme » , qui existait dans nos dictionnaires depuis 1752 n’y soit même plus mentionné. A ranger dans les chefs d’œuvres en péril.

    Répondre à ce message

  • Les Chronogrammes 8 janvier 2020 08:41, par Mathie Patrick

    A quelle date se réfère le chronogramme quand on en extrait les chiffres romains : DCMILCI (1752 ?)
    Merci

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP