www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > La vie militaire > « Nos Poilus » > Le Poilu Claude Marie Valentin

Le Poilu Claude Marie Valentin

Claude Marie se bat au front et aide à « l’effort de guerre »

Le dimanche 1er avril 2007, par Michel Guironnet

Claude Marie Valentin, mon grand père maternel, 22 ans à la déclaration de guerre en aout 1914, est mobilisé. Il participe à de durs combats et ne sera libéré qu’après 5 ans de guerre. Pour la Défense nationale, il confie son or, épargné au fil des générations.

JPEG - 72.9 ko
Versement d’or pour la Défense nationale 1917

De l’or pour du plomb !

Jean Baptiste Duroselle, dans « La Grande Guerre des Français » explique : "En 1914, il y avait aussi de l’or en circulation ou thésaurisé. Un décret du 3 juillet 1915 interdit la sortie de l’or pour compte privé.
Le gouvernement lança ensuite une « campagne de l’or » pour que les particuliers qui en détenaient l’échangent contre des billets. Cette campagne se fondait sur le patriotisme des possesseurs du métal précieux. Chose curieuse, presque unique dans les annales de l’histoire de France, elle réussit : 2,4 milliards d’or rejoignirent ainsi les caves de la Banque de France"

Claude Marie VALENTIN, soldat

Claude Marie VALENTIN est né le 27 décembre 1892 à Saint Léger sous la Bussière, dans le Mâconnais, en Saône et Loire.

Au bureau de recrutement « du Rhône Central » Claude Marie VALENTIN porte le matricule 413 : le voilà « Bon pour le service »

JPEG - 37 ko
Bon pour le service !
Cette image-souvenir d’un numéro « de tirage au sort » est conservée depuis longtemps dans les archives de ma famille maternelle. Ma mère me disait qu’il s’agissait du numéro tiré par son père, Claude-Marie Valentin.
De la classe 1912, il n’a pu « tirer au sort », le tirage au sort n’existe plus depuis 1905. Ce n’est donc pas le sien ! Peut être celui d’Antoine Marie, son père ?
Après avoir consulté sa fiche matricule, je sais maintenant que le N° 278 est son numéro d’ordre sur la liste cantonale du 1er arrondissement de Lyon. Comme quoi, les souvenirs familiaux ont toujours une part de vérité. Mais il faut toujours les soumettre à la critique et les confronter aux documents.

De janvier 1913 à février 1914, il effectue son service militaire.

La guerre éclate : Claude Marie est mobilisé.
Il est affecté au 44e Régiment d’Infanterie de Ligne de décembre 1914 à 1916.
Le 44E d’Infanterie est en casernement depuis 1914 à Lons Le Saunier (Jura)

En 1914 ce régiment a participé aux « Opérations d’Alsace » à Mulhouse au mois d’août.
Puis, du 5 au 13 septembre, c’est à la célèbre « Bataille de la Marne » que les hommes du 44e RI affrontent l’ennemi. En septembre et octobre, la troupe est sur le front de l’Aisne.

JPEG - 84.6 ko
Lons le Saunier 1915

Claude Marie VALENTIN, durant deux ans et demi, est au combat avec son régiment :
1915 L’échec de Crouy (8 au 12 janvier) Quennevières (5 juin)
1916 Bataille de Verdun puis la Bataille de la Somme
1917 Le Chemin des Dames (avril mai)

Les hommes sont épuisés après ces durs combats. Le Commandement militaire leur accorde quelque répit, remplacés par « des troupes fraîches »
Claude Marie VALENTIN a maintenant vingt cinq ans.

Il rejoint, en avril 1918, le 60e Régiment d’Infanterie de Ligne caserné à Besançon. Ce régiment a fait, depuis le début des hostilités, les mêmes campagnes que celles du 44e RI.

JPEG - 88.4 ko
Livret militaire de Claude Marie Valentin
JPEG - 35.9 ko
Militaire à Besançon

En septembre 1918, Claude Marie est au 158e Régiment d’Infanterie de Ligne.
A cette date ; le 158e RI, comme le 60e RI, est en Champagne : Perthes, Tahure, Côte 193
(12 août au 8 octobre) « Hundling-Stellung »

De début 1919 au 28 août 1919, date où il est enfin démobilisé, Claude Marie est au 33e Régiment d’Infanterie en casernement à Arras. Il reste ainsi militaire presque un an après l’Armistice !

Le Lieutenant Colonel du 33e d’Infanterie signe à Arras son Certificat de Bonne Conduite.

JPEG - 61.6 ko
Certificat de Bonne Conduite

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

27 Messages

  • > Le Poilu Claude Marie Valentin 28 avril 2007 08:57, par pcasned

    Bonjour,
    j’ai des suvenirs analogues laissés par mon grand père né le 31/12/1894, donc mobilisé à 20 ans et libéré aussi largement après 1918. J’ai la chance aussi d’avoir son petit carnet qui est resté dans sa poche tout au long des ces années de guerre où il y a noté et commenté chacun de ces jours ; avec une mine de plom pas toujours facile à lire......J’ai aussi retrouvé des objet fondus dans un métal léger (alu ?) en forme de coeur (il est de l’ouest de la France) et d’autres formes...Quelqu’un en sait-il plus sur cette pratique de fabrication de petits objets dans les tranchées ?

    Répondre à ce message

    • > Le Poilu Claude Marie Valentin 28 avril 2007 10:36, par Lili Casassus

      Mon grand-pere, le commandant Pierre Maisonnave (64) a accompli le reve de reunir a Bourges vers 1957 tous les poilus de son regiment. Je possede la correspondance de preparation de ces retrouvailles exceptionnelles.

      Répondre à ce message

    • > Le Poilu Claude Marie Valentin 28 avril 2007 10:49, par André CORROY

      Bonjour,
      Oui, les poilus pour passer le temps et sans doute pour penser à autre chose, fabriquait de petits objets, avec les matériaux qu’ils avaient sous la main. Ils récupéraient les douilles en cuivre (entre autres) des obus, et confectionnait une multitude d’objet. J’ai en ma possession un coupe-papier en cuivre, que mon oncle
      Marcel THOMAS, mort en 1917, à fabriqué de ses mains. C’est un précieux souvenir.
      Ces hommes étaient d’une ingéniosité sans limite, je les salue bien bas et m’incline
      devant leurs souffrances inutiles.
      André CORROY

      Répondre à ce message

      • > Le Poilu Claude Marie Valentin 28 avril 2007 20:51, par pcasned

        je crois que le silence total de mon grand père (décédé en 1973) sur cette période est très éloquent ..........J’y pense souvent en constatant que des millions de morts ne servent à rien, ni vingt ans après, ni 50 ans non plus..on s’arrache aujourd’hui quelques dizaines milliers de votes........J’essaye d’en parler à mes enfants et garde précieusement ces « reliques ». Que faire de plus qu’ARTE ne fait pas...........

        Répondre à ce message

    • > Le Poilu Claude Marie Valentin 29 avril 2007 09:31, par mariet

      lors d’une visite l’an dernier à Verdun, j’ai constaté que dans des vitrines du musée du mémorial figuraient des objets fabriqués par les poilus, objets superbes, très ouvragés ou sommaires ; des objets d’une valeur inestimable !.......
      Si vous êtes intéressé par cette partie de l’histoire, je vous conseille d’aller à Verdun, de prendre la visite guidée qui a lieu en bus, vous bénéficierez d’un guide et visiterez différents sites .Je l’ai faite l’an dernier, et le lendemain je refaisais seule les différents sites plus tranquillement et en approfondissant ce qui m’intéressait. Le billet de la veille était valable aussi pour le lendemain.
      Un conseil prévoyez deux journées pour Verdun et ses environs

      Répondre à ce message

    • > Le Poilu Claude Marie Valentin 30 mai 2008 22:03, par Teddydog

      Bonjour.J’ai été touché par vos mots et si je peux vous aider ...
      Il existe dans le commerce un ’’Magazine de la Grande Guerre’’ s’intitulant ’’14-18’’, il parait tous les trois mois.
      Chaque numéro de ce magazine publie un article consacré à l’artisanat de tranchée.
      Ce mois-ci avec le ’’N°41’’ est publié un article relatant ’’Les secrets de fabrication’’ de l’artisanat de tranchée (1er volet).
      Je pense que cela vous aidera à retrouver un passé avec des scènes de vie que votre grand-père a connu ainsi qu’à faciliter votre recherche sur des objets façonnés par ’’nos poilus’’.
      Je dis ’’NOS’’ car j’ai moi-même un ancêtre qui à participer à cette ’’Grande Guerre’’, il faisait partie du 158e RI et c’est en essayant de retrouver son parcours que je suis tombé sur votre message par le plus pur des hasards.
      Si je peux me permettre de vous donner un petit conseil, vous aurez plus de facilité à vous procurer ce magazine par abonnement (les bureaux de presse les mettent au compte goutte à la vente et il n’est pas toujours évident de se l’octroyer lors de sa parution, de plus, certains ne le propose pas à la vente).
      Si cela vous tente, voici une adresse qui vous servira :
      ’’14-18’’ SOTECA - BP 220 - 92212 Saint-Cloud Cedex
      ... et si, par la suite, vous êtes charmée par ce magazine, il existe une possibilité de vous procurer d’anciens numéros, déjà parus, qui satisfairont encore plus à votre désir de découvrir ce que votre grand-père possédait sur lui lors de sa ’’Der des Ders’’.
      J’espère, par mes mots, vous apporter une possibilité, parmi bien d’autres, de faire fructifier votre recherche sur ces ’’objets’’ ... trés chers de ’’coeur’’.
      Cordialement, Teddydog.

      Répondre à ce message

  • > Le Poilu Claude Marie Valentin 30 avril 2007 11:29

    Le père de mon mari était mobilisé lorsque sa soeur à laquelle il avait confié son or lui a dit qu’elle avait envoyé cet or ainsi que le sien pour la

    défense nationale. La France donnait un reçu. Ce reçu fut expédié à mon beau- père. Il le gardait dans ses affaires mais lorsqu’il fut fait

    prisonnier à Verdun, il laissa derrière lui son paquetage. Il ne pu donc jamais prouver qu’il avait aidé la France.

    F Jeanne

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Merci de partager avec nous ces souvenirs si émouvants.
    En regardant de près le livret militaire de votre ancêtre j’ai cru voir qu’il avait été envoyé dans le corps des GVC (Garde des Voies et Communications) était-ce après une blessure, pour une période de convalescence ? avant d’être à nouveau déclaré apte et versé dans un autre régiment d’infanterie ?

    Mon arrière grand mère paternel ,dont le mari a été mobilisé, a accueilli des gardes voies durant la grande guerre.
    Elle habitait à Is-sur-Tille en Côte d’Or.Sa fille ainée est tombée amoureuse et a épousé ,après la guerre ,l’un de ces hommes qui ,blessé en Alsace,avait été affecté à cette unité.

    Concernant la contribution des français à l’effort de guerre sous forme de souscription à différents emprunts j’ai lu récemment un livre reprenant la correspondance de deux époux durant la guerre ( je suis désolée je n’ai pas le livre ici et ne me souvient plus du titre) en revanche je me souviens d’un courrier du mari, mobilisé dans un régiment d’infanterie, reprochant à sa femme d’avoir souscrit un emprunt car dit-il cela va prolonger la guerre... cela devait être en 1917 ou début 1918.
    Cela en dit long,je pense, sur l’amertume des combattants à certains moments.

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Le Poilu Claude Marie Valentin 14 octobre 2007 21:29, par dumont aurélien

    les poilu et leur artisanat de tranchée, pour passé le temps durant ce dur conflit ils fabriquaient divers objets : coupe-papier, briquets, pyrogenes, cadres , chars miniature en bois, portes plumes, cendriers, bagues..... la liste serait longue je possaide un cinquantaine d’objet de ce genre. il y a 2 ans j’ai trouvé un coupe papier tirée d’un cinture d’obus et depuis je les collectionnes comme qui dirait un hommage a ces homme mort pour leur patrie devrais-je plutot dir ces héros !!!

    Répondre à ce message

  • Le Poilu Claude Marie Valentin 16 février 2008 12:19, par PIERRE FOURNERET

    Mon père Georges FOURNERET Excusez la longueur mais voici le relevé de ses campagnes au 44 ème RI
    1914 engagé 21 ans - Altklrch 7 août ---- Combat de Reppe 13 août --- Combats de Dornach Mulhouse 18 août — Combats sur la Somme 21 / 23 août 1 --- Bataille de la Marne Crouy 3 / 12 septembre ---Aisne 3 septembre / 30 décembre
    1915
    Combat de Soissons12/ 14 janvier---- Secteur de Nouvron-Vingré 1° février / 1° août ---- blessé 3 août à Jonchery sur Suippes (Marne) balle à la cuisse -------Bataille de Champagne 3/27 septembre
    1916
    Bataille Ie de Verdun 20 janvier / 8 mars ---- Bataille de Verdun 13 / 26 avril---- Combats d’Alsace 1° / 30 juillet - — Bataille de la Somme 1° / 15 août ---- Bataille de la Somme 1° / 17 septembre -citation 13 sept - au vilage de B------Secteur de Massiges 1° octobre / 30 décembre -
    1917
    adjudant - Bataille de Brimont-Relms 16 avril / 20 août 1917-----16 avril 1917 blessé à Brimont (Marne) éclats multiples d’obus-----Batallle de Verdun ( Côte 344) 25 août / 15 septembre 1917----Combat Mort Homme 1° octobre /30 décembre 1917
    1918
    sous-lieutenant - Secteur de Vého-Lorraine 1° février / 26 mars 1918----Bataille du Kemmel - Belgique 1° mai / 1° juin 1918 20 mai 1918 intoxiqué par les gaz à Vierstraet (Belgique)-----Champagne - Montagne de Reims 15/ 25 juillet---Combats sur la Vesle 1° / 5 août 1918 ---Combat de la Butte de Tahure
    6 - 27 Septeembre I9I8---- Combat devant Vouziers 1°/ 20 Octobre I9I8

    1919 troupes du Levant à Beyrouth et Lattaquié

    Episode de Crouy mort de son cdt de cie Louis GUYETANT

    JE SUIS INTÉRESSÉ PAR TOUS DOCUMENTS OU PHOTOS SE REFÉRANT À CES ACTIONS
    MERCI ET BRAVO POUR QUALITÉ DE VOTRE INFORMATIQUE

    Répondre à ce message

    • Le Poilu Claude Marie Valentin 22 novembre 2008 21:20, par Lanquetin Georges

      Je tombe par hasard sur ce mail. Stupéfait, car je pense qu’il s’agit d’un mail de mon ami d’enfance, Pierre FOURNERET, fils de Georges, grand ami de mes parents. J’avais perdu son adresse et sa trace depuis de nombreuses années. Pouvez-vous lui faire parvenir ce mail ? Mon père Marcel Lanquetin avait fait 7 ans de service militaire (1911-1918) mais avait échappé à cette effroyable boucherie en raison d’une santé jugée fragile. Je possède bien sûr quelques documents d’époque mais qui n’apporteront sans doute rien à vos recherches. Merci ++ si vous pouvez faire suivre.

      Répondre à ce message

  • Le Poilu Claude Marie Valentin 2 mars 2008 15:34, par Robert LEVIEL

    Je suis en train d’écrire un bouquin sur CROUY pendant la guerre 14/18 et je vois que le valeureux poilu Claude Marie Valentin a combattu à Crouy notamment en Janvier 1915 lors de ce qu’on a appelé le combat de Crouy ou l’échec de Crouy ou de l’éperon 132...
    Il me serait intéressant d’avoir ce qu’a noté ce brave poilu à ce sujet et votre autorisation pour le publier...Amicalement
    Robert LEVIEL (leviel.ro chez wanadoo.fr)

    Répondre à ce message

    • Le Poilu Claude Marie Valentin 2 mars 2008 16:26, par Michel Guironnet

      Bonjour Monsieur,

      Merci pour votre message. Malheureusement, le brave Poilu Valentin n’a rien écrit sur ses campagnes si ce n’est la liste des régiments où il a été affecté avec quelques dates ! Dommage...

      Cordialement. Michel Guironnet

      Répondre à ce message

    • Le Poilu Claude Marie Valentin 3 juillet 2008 16:46, par Gerard Jouve

      Bonjour,
      Je tombe par hasard sur votre message qui precise que vous etes actuellement en train d’ecrire un livre sur Crouy. Or, il se trouve que je vais ecrire une biographie d’un de mes grands oncles tue a Vauxrot le 8 janvier 1915 lors de l’attaque de la cote 132. Il faisait partie de la 3e Compagnie du 19e bataillon du Genie et a stationne notamment a Crouy, Courmelles, Venizel, Vauxrot, etc..Je suis en possession de son carnet de guerre et de sa correspondance qui constituent des documents emouvants. Je suis a la recherche de documents sur les villages, dont Crouy, qui ont ete le theatre des combats engages d’octobre 14 a janvier 15 et les lieux des cantonnements de sa compagnie. Votre projet de livre, j’espere qu’il est aujour’hui acheve, m’interesse beaucoup et je suis bien sur dispose a en acquerir un exemplaire. d’ici la, je serais heureux de correspondre avec vous sur ce sujet. Un de ses freres, a lui ete tue le 10 mai 1917 a Vauxaillon. Ils sont tous deus enterres dans la region de Soissons a quelques kilometres l’un de l’autre.
      Bien cordialement,
      Gerard Jouve

      Répondre à ce message

      • Le Poilu Claude Marie Valentin 24 novembre 2008 16:59, par Fourneret

        Mon père était à la 3e compagnie du 44e régiment à CROUY. Il a laissé un récit de la mort de son capitaine le 12 janvier 1915. Ce récit décrit en particulier les cantonnements qui ont précédé l’attaque. Je pourrai vous le communiquer. Donnez-moi votre mail. A bientôt. pierrefourneret chez wanadoo.fr

        Répondre à ce message

    • Le Poilu Claude Marie Valentin 1er novembre 2008 14:07, par Philippe

      Bonjour, et bravo pour votre site, sur lequel je suis « tombé » en faisant des recherchezs sur mon grand père, mort à Crouy en septembre 1914. Il était membre du 3e Zouave.

      Il n’a pas eu de sépulture. je recherche des informations et des documents sur les combats de septembre 14 autour de Crouy, auxquels participèrent les Zouaves.

      Pourriez vous m’aider ?

      Merci d’avance

      Répondre à ce message

      • Le Poilu Claude Marie Valentin 1er novembre 2008 20:14, par Michel GUIRONNET

        Bonsoir,

        Quel genre d’informations avez vous recueilli sur ce grand père ? Avez vous l’ historique de son régiment ou le JMO ?

        En fonction de ce que vous savez déjà, je pourrais peut être vous aider...Tenez moi au courant.

        Cordialement. Michel Guironnet

        Répondre à ce message

        • Le Poilu Claude Marie Valentin 2 novembre 2008 16:45, par Philippe

          Bonjour, et metci de votre message,

          Mon grand père, Eugène DUPUY, était membre du 3e Zouave, un des régiment de la 45 ème division d’infanterie.

          Il fut tué à Crouy, dans l’aisne, le 23 septembre 1914 (ferme de la perrière ??? Côte 132 ???)

          Il n’a pas reçu de sépulture, mais j’ai trouvé trace, sur le net, d’un Eugène Dupuy dont le nom figure sur le monument aux morts de VERBERIE (Oise)

          Voila tout ce que je sais. Aprés le décés de mon père (fils d’Eugène) en 2001, j’ai commencé à m’interesser à ce frand père que je n’ai pas connu et à son histoire, c’est pourquoi je « surfe » sur le net pour recueillir des infos.

          Merci de votre aide

          Répondre à ce message

          • Le Poilu Claude Marie Valentin 3 novembre 2008 14:02, par Michel Guironnet

            Bonjour,

            Merci pour vos précisions.

            Vous devriez commencer vos recherches en demandant les états de services (ou registre matricule) de votre grand père au Bureau Central des Archives Militaires (BCAM) Caserne Bernadotte 64023 PAU. Pour cela vous devrez justifier de votre filiation.
            Cela devrait vous en apprendre beaucoup.

            Ensuite, vous pouvez consulter les historiques des régiments de la 45e DI présents sur
            http://www.genemilassoc.fr/travaux.php

            Cordialement.

            Michel Guironnet

            Répondre à ce message

          • Le Poilu Claude Marie Valentin 30 novembre 2008 18:08, par Jean-Malo DUPUY

            Bonjour,

            Le soldat Eugène DUPUY dont le nom figure sur le monument aux morts de Verberie dans l’Oise est sans doute mon Grand Père, mort à Tahure en septembre 1916 à 36 ans, Capitaine au long cour engagé dans l’infanterie, domicilié à Verberie à cette époque, et dont la sépulture et celle de son épouse Madeleine Mainfroid se trouve devant l’église de Saint Aubin à côté de Caen, ville d’origine de sa famille.
            Cordialement
            Jean-Malo DUPUY

            Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP