www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » La vertu et le prix Montyon en 1838

La vertu et le prix Montyon en 1838


jeudi 29 novembre 2012, par Pierrick Chuto

Répondre à cet article

À l’heure où le monde va vite, bien trop vite, où les textos et autres tweets font et défont, en quelques mots à l’orthographe incertaine, des célébrités fugaces, il est bon de se replonger dans un 19e siècle délicieusement suranné, quitte à passer pour un réactionnaire.

Oubliez quelques instants les mauvaises nouvelles qui nous assaillent quotidiennement. Si, pris d’un désir frénétique de dénicher dans les pages intérieures des journaux de belles actions charitables accomplies par des êtres simples au grand cœur, vous sortez bredouille de cette aventure et encore plus désabusés, une seule solution s’offre à vous :

C’est la lecture des discours déclamés à l’Académie française à l’occasion de la remise annuelle du prix Montyon.

Jean-Baptiste-Antoine Auget, baron de Montyon, (1733-1820), mécène humaniste bien oublié de nos jours, a laissé à sa mort un capital important destiné à récompenser, entre autres, des actions édifiantes.

Jean-Baptiste-Antoine Auget, baron de Montyon

Comme le proclame en 1838 monsieur de Salvandy, directeur de l’Académie, « Nous cherchons dans la foule la plus ignorée, pour les désigner aux hommages publics, ces hommes en apparence disgraciés du sort, en réalité privilégiés de la providence ».

Les doctes vieillards réunis sous la coupole de l’Institut de France écoutent, des heures durant, les exploits accomplis au nom du devoir et de la vertu par d’autres êtres humains sans doute peu fréquentables, mais si touchants.

Si les hommes au bicorne avaient été vraiment immortels, ils auraient pu nous rendre compte aujourd’hui de leur émoi, leur compassion, leur ennui parfois aussi après de longues heures passées à écouter les panégyriques à la gloire de ces hommes et de ces femmes qui ont pratiqué la première des sciences, celle d’être utiles à leurs semblables.

Ainsi, l’histoire édifiante de Louis Brune, commissionnaire sur le port de Rouen. D’après les courriers adressés à l’Académie par les notables de sa ville, quarante-deux personnes lui doivent la vie.

Quand la marée monte, quand le vent faiblit, quand la brume s’élève, quand les bateaux à vapeur se croisent en grand nombre dans ce port étroit et opulent…, Brune est là, comme les pères du mont Saint-Bernard à l’approche de l’avalanche, le cœur inquiet, l’oreille attentive, prêt à s’élancer.

Le 23 janvier 1838, la Seine prise par la glace depuis plusieurs jours, est couverte de patineurs joyeux et imprudents. Brune, notre héros, veille. Sa vieille mère et sa femme sont malades au logis, mais qu’importe. Il entend le fleuve mugir avant que les abîmes ne s’ouvrent devant une foule épouvantée. Un couple évidemment jeune et riche est englouti en quelques secondes.

Brune court sur la glace rompue, plonge, saisit l’homme et le sauve. La femme a disparu, on craint le pire, mais c’est sans compter sur l’opiniâtreté du commissionnaire courageux qui la retrouve et parvient à la sortir de l’eau glacée.

Notre homme est épuisé, les glaces le déchirent, l’ensanglantent. Est-ce lui qui va périr ? Dans l’assistance émue, il n’y malheureusement pas d’autre Brune. Enfin, on lui jette une corde. Il est sauvé.

Le héros refuse une médaille. La ville lui construit une maison sur le rivage afin qu’il ait moins de chemin à faire pour donner sa vie. Il est là comme une sentinelle avancée en face de l’ennemi.

À cet homme qui fait profession de sauver ses semblables, l’Académie Française offre un prix de trois mille francs.

Louis Brune, mort le 25 décembre 1843, en sautant dans la Seine

Jean-Marie Georges, marchand de bois de bateau à la Rapée est de la même trempe. Il a déjà sauvé trente-quatre personnes et il continue tout en refusant les honneurs. Un jour, il a sauvé des flammes deux enfants d’une famille riche. Dans le grand incendie de Bercy, il est allé chercher les livres d’une grande maison de commerce. Il reçoit aussi trois mille francs.

La séance de l’Académie n’est pas terminée. L’infatigable orateur évoque maintenant Eulalie Brumeau, une pauvre vieille fille de Donges (Loire Inférieure), parvenue à l’âge de 74 ans, sans avoir un seul jour vécu pour elle.

À l’énoncé de ce qu’elle a stoïquement enduré, j’imagine le tribun s’interrompant quelques instants pour sécher discrètement une larme.

Alors qu’elle est encore jeune, Eulalie soigne et nourrit son père aveugle, sa sœur folle, sa mère paralytique pendant 25 ans.

On a envie de crier grâce. Mais ce n’est pas tout. Au crépuscule de sa pauvre vie, elle s’occupe encore de ses nièces et neveux, et de leurs six enfants tombés tour à tour à la charge de son indigence active, dévouée, infatigable.

L’académicien prétend que l’âme se repose au spectacle de toutes ces bonnes actions qui seraient restées dans la native obscurité. Certes, mais Eulalie Brumeau aurait mérité bien plus qu’une médaille de cinq cents francs.

Je pourrais continuer encore longtemps cette évocation des lauréats du prix Montyon. Bien souvent, ils ne veulent que Dieu comme témoin de leurs bonnes actions. Alors, laissons-les rejoindre les limbes où, depuis près de deux siècles, ces bonnes âmes vertueuses sont un contre poids au mal éternel qui est sur la terre.

Pierrick Chuto a écrit deux livres : "Le maître de Guengat" et "La terre aux sabots".

400 pages + livret 16 pages en couleur + Arbre généalogique.
Format 15 x 23. Imprimé en Bretagne. Cousu collé.

Éditions de Saint Alouarn, 19 hameau de Porrajenn, 29700 Plomelin (editions.saintalouarn[arobase]orange.fr)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • La vertu et le prix Montyon en 1838 1er décembre 2012 09:39, par Michel M. Hourman

    J’ai vraiment apprécié votre article. Le monde est et a toujours été épouvantable à vivre, mais de tous temps il y a de belles âmes et c’est bien de le dire.
    Michel

    Répondre à ce message

  • La vertu et le prix Montyon en 1838 5 décembre 2012 11:59, par MOUTTON Monique

    Bonjour,
    J’ai une AR AR Gde tante Jeanne Marie Augustine GUICHON DE GRANDPONT née en 1847 à Morlaix qui a reçu ce prix de Vertu Monthyon en 1905. Comment puis-je faire pour savoir ce qui lui a valu ce prix ?
    Merci d’avance pour la réponse.
    mmoutton1

    Répondre à ce message

    • La vertu et le prix Montyon en 1838 10 décembre 2012 22:34, par Pierrick Chuto

      Merci pour votre message ,mais je vais vous décevoir car je n’en sais rien.
      j’ai lu les discours des académiciens jusqu’à une date bien plus éloignée.
      Ce prix existe toujours mais il ne récompense plus la vertu.
      ce n’est plus de mode...
      Pierrick Chuto

      Voir en ligne : http://www.chuto.fr

      Répondre à ce message

  • La vertu et le prix Montyon en 1838 5 décembre 2012 15:15, par André Vessot

    Bonjour Pierrick,

    J’ai lu avec beaucoup de plaisir ce passionnant article sur le prix Montyon qui récompense des obscurs, des sans-grade. Vous avez raison de faire mémoire de ces petites gens, dévouées aux autres et n’hésitant pas à mettre leur vie en péril pour les sauver. Bravo Pierrick.
    Bien amicalement, bonne soirée.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

    • La vertu et le prix Montyon en 1838 10 décembre 2012 22:38, par Pierrick Chuto

      Merci André.
      je suis très occupé actuellement avec l’écriture de mon troisième livre.
      vous savez comme moi combien les recherches sont passionnantes.
      mais ce soir, je n’étais pas en verve pour écrire et j’ai accouché difficilement.
      Ça ira mieux demain
      Bien amicalement
      Pierrick

      Répondre à ce message

      • La vertu et le prix Montyon en 1838 12 décembre 2012 11:19, par André Vessot

        Bonjour Pierrick,

        Il y a des jours « avec » et des jours « sans », mais j’espère que la nuit vous aura porté conseil. En tout cas bon courage pour ce troisième livre. Bien amicalement.

        André

        Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP