www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » Orléans, Jeanne d’Arc et sa famille » La forteresse de Château-Gaillard

La forteresse de Château-Gaillard

Participation des hommes de la garnison au siège d’Orléans


samedi 29 janvier 2005, par Jean-Pierre Bernard

Répondre à cet article

Petite note historique sur la forteresse de Château-Gaillard (près des Andelys, sur la Seine)- Participation des hommes de cette garnison au siège de la ville d’Orléans et aux escortes des convois de vivres et munitions.

Depuis le 12 octobre 1428, la ville d’Orléans était assiégée par les troupes anglo-normandes.

Les garnisons de Normandie, mais aussi les bailliages et les vicomtés furent sollicités pour participer aux évènements du siège.

Château-Gaillard (voir le site sous ce nom) va fournir deux détachements, issus de la garnison de la forteresse, qui vont assurer trois sortes de missions : l’escorte du Régent anglais Bedford, le siège lui-même, et les escortes des convois de vivres pour ravitailler les assiégeants.

A cette époque, le capitaine de la place est Guillaume Byschopston, chevalier.
En 1422, celui-ci était l’un des lieutenants du capitaine de Rouen, et se signala le 8 juillet 1424 à la prise de Gaillon.
De 1424 à 1429, il sera capitaine de « Gaillart », puis servira en 1435 sous le Régent Bedford.
Il est probable que lui-même ne vint pas à Orléans.

La garnison de « Gaillart » semble peu importante, mais, de manière générale, les places étaient gardées par un petit nombre d’hommes et, de plus, l’effort de guerre s’était accentué en hommes pour l’important siège d’Orléans.

A la garde de cette forteresse, on trouvait :

  • 2 hommes d’armes à cheval,
  • 2 hommes d’armes « à pié »,
  • 14 archers,

ce qui forme, avec le capitaine, une troupe de garnison de 19 hommes.
Avec les pages et les coutilliers (armuriers) cela devait représenter sans doute une trentaine d’hommes.

Deux détachements vont participer aux opérations du siège :

1)- Jehan Dommelton, écuyer, avec 3 archers (soit une lance)
Ils seront absents au moins six mois, et séjourneront sur place, à Orléans.

2)- Un autre homme d’armes (nom ?), avec 6 archers, qui seront réquisitionnés pour les escortes des convois de vivres et de munitions.

Donc, pour garder la forteresse :

  • du 15/11/1428 jusqu’à (au moins) le 15/5/1429 : 1 homme d’armes et 3 archers sont à Orléans. Reste donc : 19 - 4 = 15 hommes.
  • du 9/4/1429 jusqu’à (au moins) le 23/4/1429 : les mêmes (4 hommes à Orléans) + 7 hommes aux escortes. Reste donc : 19 - 11 = 8 hommes.

On va pouvoir suivre un peu les deux détachements à travers les « montres » (revues) et les quittances de solde.

L’armée anglaise était très organisée. Le seigneur (chevalier ou écuyer) signait avec le roi (ou son représentant) une « endenture », c’est-à-dire un contrat d’engagement sur lequel était précisé le nombre d’hommes à fournir, et la solde qui correspondait, avec, souvent, le temps que durerait l’engagement.

En garnison, des « montres » étaient faites tous les trois mois par un contrôleur, qui vérifiait le nombre d’hommes présents, la bonne tenue de leur armement, et signait un document qui, transmis aux gens des finances, permettait de préparer la solde.

« Sur les champs » (en campagne), des commissaires se chargeaient de ces montres, en principe chaque mois.

Puis, c’est le capitaine qui recevait la somme correspondante (ou l’un de ses lieutenants) et signait une quittance.

DETACHEMENT N°1 :

A- « Gaiges et regars » [1] de 1 homme d’armes (Jehan Dommelton, écuyer) et 3 archers à cheval, de la garnison de « Gaillart », pour service « au siège devant Orliens ».
1er mois, à compter du 15/11/1428.

Montre à Mantes, le 15/11/1428, devant « mons. le trésorier de Normendie » (Hamon Bellekanap), commissaire.

Quittance à Mantes, le 16/11/1428, pour 29 livres 15 sols 10 deniers tournois [2]

B- « Pour le second moys de service de sesdictes gens, sur les champs, en la compaignie de mondits.(eigneur) le Régent », à compter du 15/12/1428.

Montre à Chartres, le 15/12/1428, devant Guillaume Mineurs, écuyer, commissaire.

Quittance de Jehan Dommelton, écuyer, « homme d’armes et gouverneur desdits archiers », à Chartres, le 15/12/1428, pour 29 livres 15 sols 10 deniers tournois.

NB : pour ce mois, ainsi sans doute que pour le suivant, ils font partie de l’escorte qui suivait le Régent Bedford dans ses déplacements.
Durant l’hiver 1428-1429 la majeure partie des troupes anglo-normandes s’était repliée sur ses bases arrières, ne laissant pratiquement que 600 ou 700 hommes au siège, principalement aux Tourelles du pont d’Orléans.

C- Pour le 3e mois de service « dudit homme d’armes et 3 archiers », à compter du 15/1/1429.

Montre le 12/1/1429, à Chartres, devant Guillaume Mineurs, écuyer, et maître Raoul Parker (secrétaire du roi), commissaires.

Quittance « faicte comme cy-dessus », le 16/1/1429, pour 29 livres 15 sols 10 deniers tournois.

Sans doute continuèrent-ils à escorter le Régent. Vinrent-ils à Orléans durant ce mois ?

D- Pour le 4e mois de service « de sesdictes gens estans et servans audit siège », au prix de 6 livres tournois par archer, à compter du 15/2/1429. [3]

Montre le 16/2/1429, au siège, en même temps qu’un homme d’armes et 2 archers de la garnison de Mantes, et 3 archers de la garnison du Pont-de-L’Arche, « ensemble servans audit siège », devant Richart Walker (en fait : Waller), écuyer, et Raoul Parker, commissaires. [4]

« Quictance dudit Dommelton, faicte pour tous lesdits hommes d’armes et archiers pour ledit moys, montant en tout 77 livres 11 sols 8 deniers tournoys, cy rendue, servant cy et pour les deux aultres garnisons, comme dit sera cy après, dont ledit receveur prant sur ceste partie seulement 32 livres 15 sols 6 deniers tournoys » [5]

E- Pour le 5e mois « dudit Dommelton, homme d’armes, et 3 archiers de ladicte garnison, estans et servans audit siège », au prix de 6 livres tournois par archer, à compter du 15/3/1429.
Montre au siège, le 8/3/1429, devant « lesdiz commissaires ».
Quittance « dudit escuier » au siège, le 25/3/1429, pour 32 livres 15 sols 6 deniers tournois.

F- Pour le 6e mois, à compter du 15/4/1429, « pour lesdictes gens », avec en plus un homme d’armes et un archer de la garnison du Pont-de-l’Arche, « servans audit siège. »

Montre au siège, le 20/4/1429, devant « lesdiz commissaires ».
« Quictance dudit escuier pour toutes lesdictes gens, pour 53 livres 11 solz 8 deniers tournoys, dont ledit receveur prant cy, pour ceste partie, seulement 32 livres 15 sols et 10 deniers tournoys. »

Total des soldes du détachement pour cette période :
187 livres 14 sols 4 deniers tounois.

Ces hommes ont vu « Jehanne la Pucelle » arriver, et étaient présents à Orléans le 7 mai 1429, jour de la reprise des Tourelles par les français.

Peut-être même que c’est l’un de ces archers qui blessa Jehanne lors de l’assaut ! Pourquoi pas ?...

Ils se replièrent le lendemain sur Meung-sur-Loire et Beaugency, après la délivrance de la ville, avec les troupes anglo-normandes.
Participèrent-ils à la bataille de Patay le 18 juin suivant ?
Quand sont-ils rentrés à Château-Gaillard ? Tous ont-ils survécu à ces évènements ? Les contrôles de Château-Gaillard de l’époque, s’ils nous sont parvenus, pourraient seuls nous répondre.

DETACHEMENT N° 2 :

Ce détachement, provenant aussi de la garnison de « Gaillart », pour 1 homme d’armes et 6 archers, fut requis pour participer aux escortes des convois de vivres et de munitions (l’argent pour la solde également) qui traversaient la Beauce pour ravitailler les gens du siège, à Orléans.

A- « Gaiges et regars » d’un homme d’armes et 6 archers à cheval, « de ladicte garnison de Gaillart », pour service de 15 jours « au conduict des vivres », à compter du 9/4/1429 (donc : jusqu’au 23/4 inclus).
Montre à Paris, le 9/4/1429, devant « mess. les prévost et chevalier du guet de la ville de Paris » (Simon Morhier et Morelet de Bethencourt), commissaires.

Quittance de William Frampton, écuyer, « procureur et receveur de mondits. le capitaine » [6] ?, le 12/4/1429, au prix de 100 sols tournois par archer (5 livres seulement), pour 22 livres 7 sols 11 deniers tournois.

Total général des soldes pour les deux détachements :

  • Détachement N°1 : 187 livres 14 sols 4 deniers tournois
  • Détachement N°2 : 22 livres 7 sols 11 deniers tournois,

soit : 209 livres 21 sols et 15 deniers tournois)

Ce qui donne (12 deniers valant 1 sol, et 20 sols donnant une livre) : 210 livres 2 sols 3 deniers tournois.

Extrait d’une quittance concernant la garnison de « Gaillart » où l’on parle du premier détachement :

« Saichent tuit (tous) que nous, Guillaume Bischopston, chevalier, capitaine de Gaillart, confessons avoir eu et receu de Pierre Surreau, receveur général de Normendie...

Dont il a esté rabatu 18 livres 13 solz 10 deniers tournoys, pour les gaiges et regars de 1 lance et 3 archiers à cheval, envoyés au siège d’Orliens, paiez pour 44 jours escheuz en ces diz jours, commençans le 15è jour de novembre, oudit an, qu’ilz firent leurs premières monstres pour aller audit siège, et finant le derrenier jour de cedit quartier (d’an).

Ce présent paiemens avons faict par ledit receveur général, par vertu des lectres de garant de mondits. le Régent de France, duc de Bedford, données à Rouen le 29è jour de septembre derrenier passé, expédiées par les trésoriers de France et Normendie.

Le 10è jour de mars 1428. » [7].

Notes

[1"Gaiges" = gages, paie. On ne sait pas ce que signifient les « regars ». Ce terme est utilisé seulement quand il s’agit d’hommes d’armes, et jamais pour les archers.

[2L’écuyer reçevait par mois une solde de 14 livres 15 sols et 10 deniers tournois, avec laquelle il devait entretenir chevaux et équipement, ainsi que ses pages et/ou coutilliers.
Les archers reçevaient 5 livres.

[3A compter du mois de février 1429, les archers stationnés sur les lieux du siège, à Orléans, avaient demandé et obtenu une augmentation de leur solde, qui passe de 5 livres à 6 livres tournois par mois, pour cause de « vie chère » :
« Paié au pris de 6 livres pour archier par moys qui, par
l’ordonnance de mondit seigneur le Régent et du Conseil,
pour aidier à supporter les despenses et vivres qui sont
chiers audit siège, aux soldoyers estans et résidans en
ycelui siège, lesquelz n’y povoient bonnement vivre pour
leurs gaiges ordinaires, qui sont de 100 solz tournoys (5
livres) par moys... ».

[4Jehan Dommelton commande donc provisoirement, en plus de ses 3 archers, un autre homme d’armes et 5 archers venant de deux autres garnisons.
C’est lui qui les « montre » ensemble.

[5Jehan Dommelton signe la quittance pour la totalité de la solde de ces hommes. A lui et ses archers reviennent 32 livres 15 sols 6 deniers tournois (ce devrait être d’ailleurs 10 deniers et non 6), le reste revenant au reste de la troupe.

[6Est-ce William Frampton l’homme d’armes qui accompagne ces 6 archers, ou bien est-ce le délégué du capitaine (Guillaume Byschopston) pour accompagner ces hommes jusqu’à Paris et signer la quittance pour cet homme d’armes (dont nous ignorons alors le nom) et les 6 archers ?
Sont-ils rentrés à la fin de cette période de 15 jours, ou participèrent-ils également aux combats de fin du siège

[7En fait : 1429, mais, à l’époque, l’année débutant à Pâques, on était alors encore en 1428 pour ce temps

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP