www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Les métiers de nos ancêtres > La fabrication des tuiles

La fabrication des tuiles

Le mercredi 1er mai 2002, par Georges Bélieres †

Résumé d’un article publié par les Etudes Roussillonnaises (tome XVII, 1999), revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes.

Bien que n’étant nullement qualifié pour mener des recherches archéologiques, j’ai entrepris ces travaux par pure curiosité et aussi après avoir constaté qu’aucun ouvrage ou article de revue n’avait abordé ce sujet des tuileries-briqueteries artisanales.

Comme on le sait, la fabrication des produits en terre cuite (briques, tuiles et carreaux, poteries, etc...) remonte à la haute antiquité. Le mot latin désignant la tuile était tegula, devenue teula en catalan ; ce terme a été appliqué, dans notre région (le Roussillon), à toutes les fabriques artisanales de tuiles, car on retrouve des lieux-dits « La teularia » en plusieurs endroits (...).

Pourquoi ces recherches à Prats ?

A l’origine de nos recherches à Prats-de-Mollo une indication verbale nous a mis sur la piste d’un « four à tuiles », à la Tardossa, ancienne propriété, assez étendue, située avant d’arriver dans la localité même.

Après avoir découvert cette première construction, nous avons consulté en Mairie l’ancien cadastre, dit « impérial » dont les plans ont été établis entre 1825 et 1830. Sur ces plans, très détaillés, on note cinq emplacements désignés comme « briqueterie » ou « tuilerie » avec parfois la mention « anciennes ».

JPEG - 13.1 ko
Le four de La Tardossa

En ce qui concerne l’utilisation des carreaux de terre cuite, ou de briques, on peut penser que leur fabrication à Prats remonte au moins du XVIe siècle ; car on a trouvé dans une ancienne demeure du quartier du Verger, un carreau daté de 1561.

Le début de l’utilisation des tuiles pour la couverture des toits est plus difficile à situer : on connaît l’origine des plus anciennes demeures pratéennes : le mas de la Maso, le mas Tallet, les Queroses (Escarouses) Gironella et d’autres... mais sur ces constructions, les toitures ont été refaites, à l’exception de la première.

Le domaine de la Maso remonte au XIII° siècle, et la maison est probablement l’une des plus anciennes encore en état et habitée. Sur l’arête faîtière de la toiture, on peut lire sur une tuile le nom de Joan Arquer -malheureusement on ne peut observer l’autre face de la tuile qui comporte peut-être une date. On retrouve ce nom sur deux autres tuiles datées, l’une de 1742, l’autre de 1770.

Il est donc probable que la couverture primitive de la Maso utilisait des lloses ; on en voit d’ailleurs quelques-unes sous les tuiles placées en corniche, sur la face sud.

Ces repères permettent de situer les premières fabrications des tuiles à Prats au début du XVIIe siècle.

La fabrication des tuiles

L’argile prélevée dans une carrière proche est concassée, malaxée, passée au crible éventuellement, puis additionnée d’eau de manière à devenir une pâte homogène.

Dans un ouvrage décrivant les anciens outillages des tuiliers sont mentionnés des moules en bois pour la confection des tuiles canal. Après leur mise en forme, les tuiles étaients lissées sur leur face externe, souvent avec les doigts.

On raconte que -au stade artisanal- les tuiliers moulaient les tuiles sur la cuisse, qui procurait la forme convenable. Une personne bien renseignée ajoutait la précision selon laquelle ce moulage était effectué sur la cuisse des femmes ! Il semble bien que ces indications relèvent plutôt de la légende, car le respect des dimensions fixées dès le début du XVIII° siècle obligeait à l’usage d’outils de moulage, et à une découpe des bords sur les quatre côtés de la tuile ; on trouve d’ailleurs dans un ouvrage consacré aux anciens outils, la mention des moules en bois appelés « courbets ».

Lors Reis que ce fanla gera
lo pittit ab lo mes gran es
lo quem estam miran son
com go un pols de terra
1770
Traduction :
Les Rois qui se font la guerre
le petit avec le plus grand
c’est ce que nous voyons en ce moment
ils sont comme moi : une poussière de terre.

Les pièces étaient ensuite couchées sur le sol, à sécher au soleil. Elles étaient disposées en rangs verticaux, soit dans le puits vertical, soit sur le terre-plein, en ménageant des interstices permettant la circulation de l’air brûlant provenant du foyer.

Les feux étaient entretenus en permanence pendant deux à trois jours, ensuite ralentis, puis éteints ; le refroidissement devant intervenir très progressivement afin que les tuiles ne se fendent pas. Après plusieurs jours, c’était le défournement : les pièces placées dans les couches inférieures étaient souvent de meilleure qualité.

Il arrive que des tuiles restent collées entre-elles, ou bien qu’elles se soient déformées au point de les rendre inutilisables.

Les fours à briques ou à tuiles étaient très gourmands en bois de chauffage, tout comme les fours servant à la réduction du minerai de fer, et les forges. Ces activités professionnelles entraînèrent au XVIIIe siècle, une déforestation très importante de la région du Haut Vallespir. Une étude réalisée par Michel Brunet « La forêt comme enjeu... » développe ce sujet, indiquant que « la disette du bois, en hiver pouvait être presque aussi grave que celle du grain ». Les tuiliers devaient donc affronter des difficultés pour pouvoir alimenter leurs foyers et réaliser des produits bien cuits.

On nous a raconté l’anecdote suivante : La tradition voulait que les parrains de jeunes enfants offrent un tourteau (sorte de quatre-quarts parfumé à l’anis) à l’occasion du premier de l’an. La préparation de la pâte pour ce gâteau étant peut-être plus difficile, une boulangère demanda un jour de l’aide à un fabricant de tuiles, expert dans le foulage aux pieds de l’argile. C’est ainsi que cet artisan passait, pour un jour, de son baquet au pétrin de la boulangère ! L’histoire ne précise pas si un lavement des pieds intervenait entre les deux opérations...

Les tuilers 

Nous n’avons pas beaucoup de renseignements sur les artisans qui ont exercé ce métier au cours des siècles.

Quelques signatures donnent les noms de Joan Arquer en 1742, 1765 et 1770, puis Marc Bourges en 1830 et 1861. En ce qui concerne ces Bourges, qui seraient arrivés à Prats à la fin du XVII siècle, venant de Savoie, on a trouvé un Jean Damine Bourges épousant Catherine Boher en 1828, avec la mention de tuilier-briquetier, puis quatre ce ses fils, eux aussi tuiliers-briquetiers.

Un petit fils, autre Jean Damien, cessa la fabrication des tuiles vers 1907.

On a vu que certaines tuiles mentionnaient le nom de l’artisan, ou bien une inscription entière ; d’autres, par contre, comportent des motifs décoratifs variés : oiseau, poisson, serpent ou simple dessin...



Ces décorations pourraient s’expliquer par le fait qu’aux siècles passés, nombreux étaient les gens simples, surtout dans les campagnes, qui étaient incapables de signer leur nom. Les registres paroissiaux des XVII et XVIIIe siècles le prouvent amplement ! La mention traditionnelle portée au bas des actes de mariage était : « Les-dits époux requis de signer ont déclaré ne sçavoir »... ce qui n’empêchait pas ces gens d’exercer leur métier avec amour et d’acquérir habileté et expérience !

Le roman d’une tuile

Parmi les tuiles marquées qui ont été récupérées, figure un échantillon comportant l’inscription ISABEL TRINXARIA.

Il était intéressant de rechercher quelle pouvait être la parenté de cette personne avec le célèbre « capitaine » des miquelets Joseph de la Trinxeria 1637-1694.

(...) Mais une autre question se pose : pour quelle raison cette inscription ?

Il est exclu d’envisager que ce nom soit celui de l’artisan tuilier car on voit mal une jeune fille assumer ce métier pénible ! D’autre part, aucun des descendants n’a exercé de métier manuel -à l’exception des pareurs- mais plutôt des charges administratives (notaire, consul, prêtre, militaire).

On peu donc supposer que le tuilier a gravé ce nom parce qu’il couvrait la demeure, soit parce qu’il voulait rendre hommage à sa dulcinée...

Les dimensions normalisées

Les produits fournis par certains artisans étaient souvent vendus à des prix abusifs, ou présentaient des défectuosités.

Une ordonnance royale de 1713 fixait, pour nos régions, les prix de vente des briques, de la chaux et du plâtre ; par ailleurs une injonction particulière avait été adressée aux Consuls de « Prats de Mouillou » le 6 mai 1744 par un ministre du Roi.

Cependant, des plaintes affluèrent, concernant leur qualité mais aussi la disparité des dimensions des tuiles et des briques, causant des difficultés pour leur mise en place ; il était donc nécessaire de réglementer les fabrications.

En 1805, le maire de Perpignan rédigeait une ordonnance fixant les dimensions pour briques et tuiles de différentes catégories, dimensions qui reprenaient celles des anciens règlements. On peut supposer que ces dispositions n’ont pas été respectées, car de nouvelles plaintes étaient adressées au Commissaire de Police, toujours à propos des dimensions.

Le préfet des Pyrénées-Orientales établit un nouvel arrêté en février 1806 qui fut diffusé aux maires des communes du département ; cette fois les dimensions étaient fixées au millimètre près, les valeurs résultant de la transformation des pieds, pouces et lignes utilisés auparavant. Ce préfet ne devait pas êtres bien renseigné sur les conditions d’utilisation de l’argile !

Nous avons noté, à l’examen de plusieurs tuiles marquées et de nombreuses toitures anciennes, les dimensions suivantes :

  • pour les tuiles faitières, la longueur est 64 ou 65 cm soit 2 pieds.
  • pour les tuiles ordinaires, la longueur est comprises entre 50 et 55 cm (norme : 52 cm).

Al para la fet i al fill la pusat, m(es)
jo creg ques ben fet y ben buidat
y ben cuyt y ben pastat Joan
ARQUER fadri taule 1770
Traduction :
Le père l’a fait, le fils l’a posé, m(ais)
je crois que c’est bien fait et bien moulé
et bien cuit et bien pétri Joan
ARQUER célibataire tuilier 1770

Conclusion

J’ai voulu, avec cette étude, rendre hommage à ceux qui, durant des dizaines d’années de leur vie, ont exercé ce pénible métier dont on ne garde plus le souvenir aujourd’hui.

Le sujet des fours à tuiles n’a, à ma connaissance, pas été fréquemment traité, et les traces de ces constructions artisanales ne semblent pas très répandues.

Peut-être ces quelques notes inciteront-elles des curieux à visiter les lieux décrits ; peut-être d’autres informations viendront-elles confirmer ou modifier les hypothèses émises...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

45 Messages

  • > La fabrication des tuiles 11 novembre 2006 12:36, par bangarang

    D’abord je vous félicite pour cette recherche qui traite un sujet artisanal de nos anciens artistes qui sont restés loins de notre mémoire, et je laisse les mots pour vous remercier car j’ai trouvé ce qu’il me faut dans vos phrases que je n’ai trouvé nul part. merci mille fois encore

    Répondre à ce message

    • > La fabrication des tuiles 14 août 2010 07:36, par deleglod

      Bonjour
      J’ai habité dans ma jeunesse à « La Briquetterie » de la gare de Montpezat du Quercy 82190
      Mon grand père avait souvent parlé , qu’ils avaient cachés les fusils 1914 « dans le four écroulé »
      Avec mon frère nous avons fouillés et recupéré les pièces Napoléon , et quelques morceaux de fusils à baillonette.
      Cetait la briquetterie Cros , puis Cros et fils
      Je vais prendre tant qu’il est temps , quelques autres renseignements auprès de Maman .
      J’ai toujours conservé quelques échantillons « pour le souvenir » de notre tendre enfance .
      Aussi , a une dixaines de Kms , à Sault.
      Je ne sais , s’ils ont fabiqué des tuilles .

      Répondre à ce message

  • > La fabrication des tuiles 15 novembre 2006 14:55, par bangarang

    je suis étudiant du dessin de batiment et j’avais une recherche sur les tuiles leur maniere de fabrication et un petit retour en arriere pour éclaircir son histoire
    j’ai trouvé votre article d’après une recherche sur google je l’ai étudié et demain ça me sera utile pour mon exposé
    j’espère qu’il y aura plus d’interet pour les travaux traditionels

    Répondre à ce message

  • > La fabrication des tuiles 4 janvier 2007 13:19, par bernard Carabasa

    J’habite dans l’Aude à 11220 ARQUETTES EN VAL ; ma maison est construite sur un champ portant le nom de« jous l’ four » qui signifie sous le four . J’ai en effet trouvé quelques résidus de poterie assimilables à des chutes de fabrication de tuiles autour de la maison (construite en 1976).

    Répondre à ce message

    • > La fabrication des tuiles 4 janvier 2007 14:21, par bangarang

      c’est génial d’avoir une propriété de ce genre, je suis impressionné par cette nouvelle, avez vous des photos de votre champ j’aimerais bien les voir et aussi des renseignements sur la date à laquelle revient ces résidus

      Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 13 novembre 2007 12:27, par gerafink

    Bonjour,

    Je suis archeologue au Proche Orient et trouve regulierement des fragments de tuiles de Marseille. Je recherche des listes et toutes sortes de references sur les fabricants de tuiles de Marseille depuis le debut du XXe s. et meme avant pour pouvoir identifier et eventuellemnt dater mes trouvailles.
    Merci pour toute aide.

    gerafink chez yahoo.fr

    Répondre à ce message

    • La fabrication des tuiles 13 novembre 2007 17:39, par BELIERES Georges

      Cher Monsieur, ma recherche ne portait que sur les fabrications dans mon village, et je ne dispose d’aucun renseignement sur les fabriquants marseillais.

      Répondre à ce message

    • Tuileries de Marseille 6 juin 2011 08:37, par Bertrand

      Bonjour,
      Votre message date de 2007, mais ce n’est qu’aujourd’hui que je le trouve sur ce site.
      J’habite pour quelques temps encore en Israël, à Jérusalem.
      Il se trouve qu’à côté de chez moi, une maison est en réfection. Dans la benne qui se trouve à proximité, j’ai récupéré, hier, quelques tuiles en très bon état (dommage que personne ne les réutilise !) d’un fabricant de tuiles marseillais, « Cros et frères ».
      Cela m’a étonné et c’est pour cela que j’ai recherché des infos sur internet.
      Un ami m’a indiqué que, n’ayant pas les matériaux sur place pour fabriquer des tuiles, ils les importaient.
      Si cela vous intéresse, je peux vous envoyer une photo d’une de ces tuiles que j’ai récupérées.

      Bertrand

      Répondre à ce message

      • Tuileries de Marseille 13 octobre 2012 13:35

        Avec mes élèves de l’école primaire de l’Estaque Gare, à Marseille, nous menons des recherches sur les tuileries qui ont fait vivre notre territoire et qui ont cessées leurs activités au tout début des années 1960. Nous cherchons notamment à localiser des pays étrangers où les tuiles marseillaises ont été exportées et utilisées. Aussi, nous sommes très intéressés par tout témoignage, y compris photographique, sur ce sujet.

        Répondre à ce message

        • Tuileries de Marseille 13 octobre 2012 17:09, par B. Darly

          Bonjour,
          Je ne sais pas très bien comment votre message est arrivé sur ma boite mail, mais j’y réponds volotniers.
          J’habite actuellement en Israël et plus précisément à Jérusalem. Il y a de cela quelques temps, une maison a été rénovée, près de chez moi. Une benne avait été mise en place pour recueillir les gravats. Un jour, en passant à côté de cette benne, j’ai aperçu des tuiles, en parfait état, pour certaines d’entre elles. Ayant avisé des inscriptions sur ces tuiles et étant curieux de nature, j’en ai récupéré quelques unes et j’ai pu constater que ces tuiles ont été frabriquées à Marseille. Je les ai gardé car j’ai trouvé cela insolite.
          Je ne sais pas de quand elles datent ni comment elles sont arrivées en Israël, mais si vous voulez que je vous envoie une ou plusieurs photos de ces tuiles, n’hésitez pas, ce sera avec plaisir.
          Cordialement.

          B. Darly

          Répondre à ce message

          • Tuileries de Marseille 13 octobre 2012 18:48, par Gerald Finkielsztejn

            Bonjour,

            Je ne sais pas très bien comment votre message est arrivé sur ma boite
            mail, mais j’y réponds volotniers.

            J’habite actuellement en Israël et plus précisément à Jérusalem. Il y
            a de cela quelques temps, une maison a été rénovée, près de chez moi.
            Une benne avait été mise en place pour recueillir les gravats. Un jour,
            en passant à côté de cette benne, j’ai aperçu des tuiles, en parfait
            état, pour certaines d’entre elles. Ayant avisé des inscriptions sur ces
            tuiles et étant curieux de nature, j’en ai récupéré quelques unes et
            j’ai pu constater que ces tuiles ont été frabriquées à Marseille. Je
            les ai gardé car j’ai trouvé cela insolite.

            Je ne sais pas de quand elles datent ni comment elles sont arrivées en
            Israël, mais si vous voulez que je vous envoie une ou plusieurs photos de
            ces tuiles, n’hésitez pas, ce sera avec plaisir.

            Cordialement.

            B. Darly

            Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 9 mai 2008 19:14

    Cher M. Belieres,
    Nous habitons depuis janvier 2008 a Mas Tallet, un des mas que vous avez mentione dans votre article. C’est vrai que beaucoup de la toiture est refait. Maintenant nous sommes en renover parti du batiment et nous avons enlevé des tuiles. Entre autre des anciens, j’ai l’idee,fait a la main.
    Si vous êtes interessés de visiter Mas Tallet, pour examiner les tuiles qui restent vous êtes toujours bienvenue.

    M Ronald Vos
    M Dick Blancke

    Répondre à ce message

    • La fabrication des tuiles 4 mars 2009 16:41, par Belieres

      Je connais bien le mas Taillet, vous pouvez peut-être voir vous même si certaines tuiles (forme canal) sont anciennes et porteraient une inscription du genre de celles que j’ai décrites. P.S. Excusez ce délai dans ma réponse mais mon ordinateur était atteint par plusieurs virus et il m’a fallu du temps pour en venir à bout.

      Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 5 février 2009 12:34, par Thierry DALMAS

    Bonjour

    Vous serez peut-être surpris par l’interêt que je porte à votre article car je suis ingénieur sanitaire à la Direction de la Santé Publique à Marseille. Nous intervenons sur des immeubles insalubres et, pour constituer des dossiers, nous devons évaluer leur âge.

    Je me suis penché sur les critères d’équipement des immeubles, notamment l’age des tuiles.

    Avez-vous des informations sur l’histoire des tuiles, permettant de les dater approximativement ?

    Tuiles rondes manuelles puis mécaniques
    Tuiles plates mécaniques
    Tuiles en ciment

    J’ai tenté un contact avec la direction des tuileries de Saint Henri à Marseille, qui n’a pu me donner aucune information ?

    Sait-on jamais si vous pouvez nous aider !

    Thierry DALMAS
    Ingénieur
    Direction Santé Publique Ville de Marseille
    23 rue Louis Astruc 13005 Marseille
    04 90 55 32 57
    tdalmas chez mairie-marseille.fr

    Merci et, peut-être, à bientôt
    TD

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 29 mars 2009 14:08, par eric

    bonjour je suis charpentier couvreur nous posons que de la tuilles anciennes j en ai trouver 1 qui date de 1878 avec le nom de la personne qui la fabrique et celle qui la posee

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 29 décembre 2009 15:32, par djamitout

    Bonjour
    on a découvert près de mon village des vestiges et on arrive pas identifier l’appartenance. Des tuiles (ou supports de tuiles ont été extraits. Le problème c’est que nous nous connaissons pas ce style de tuiles, chez nous on utilise plus. On pense qu’il appartient à l’époque byzantine mais on ne le sais pas encore. qqn peut-il m’aider ?
    contactez-moi à l’e-mail suivant : djamitout chez yahoo.fr
    merci beaucoup

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 14 août 2010 05:11

    << Une personne bien renseignée ajoutait la précision selon laquelle ce moulage était effectué sur la cuisse des femmes !>>
    Monsieur Bélieres
    Vous dites dans votre article que le fait des tuiles fait sur la cuisse des femmes serait une légende, mais il n’en est rien.
    J’habite le Brésil et je peux vous affirmer qu’au 17èmme siècle les tuiles employées pour couvrir les églises de la ville d’Ouro Preto et Paraty, entre autres, étaient faites sur la cuisse des femmes ésclaves.
    Michelle Schott

    Répondre à ce message

    • La fabrication des tuiles 14 août 2010 07:59

      les femmes étaient mises à contribution également pour l’extraction de la terre .en 1806 à Bonneuil Matours (86)
      une des miennes décède dans une marnière , écrasée par un glissement de terrain à l’âge de 16 ans ....elle ramassait
      la terre pour les potiers en terre et les tuiliers

      Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 14 août 2010 12:44, par Madeleine Cardon

    Bonjour,
    C’est avec surprise que je lis votre article.
    J’habite à Prats de Mollo. Il existe sur ma propriété un ancien four à briques.
    Je suis à la disposition de ceux qui désireraient le voir, ou envoyer des photos. Près de ce four on retrouve des morceaux de terre cuite, mais qui ressemblent plutôt à des tuiles qu’à des briques.
    Madeleine Cardon

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 15 août 2010 09:19, par Janine BECAT-SAGNO

    Article très intéressant. J’ai fait les mêmes recherches concernant cette fois les « potiers à terre » appelés en catalan « homes de fang ». Mêmes remarques que les tuiliers concernant la pénibilité du métier. Une activité intense du XVIe au XIXe puis déclin à compter du début XXe. Deux centres potiers étudiés en détail : Perpignan et Thuir.
    Association Terres Cuites à St Cyprien 66750 : ouvrage : Potiers à terre : un métier oublié ? Janine BECAT-SAGNOL

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 15 août 2010 10:57, par mbj52

    Bonjour,
    Pour ce qui est des tuiles décorées, elles servaient de jalons pour les comptages en Alsace (renseignement collecté au musée alsacien de Strasbourg).
    Par ailleurs, je vous indique un musée de la tuile à Pargny sur Saulx (Marne). L’animateur dispose d’une documentation et collecte tout ce qui concerne la tuile (et pas seulement en Champagne Ardenne). Le contacter ne pourrait être que fructueux.
    Je vous souhaite d’obtenir beaucoup de contributions à votre recherche.
    Cordialement.
    Marie Jondreville

    Répondre à ce message

    • La fabrication des tuiles 17 mars 2011 13:59, par jjzanot

      Bonjour tous d’abord félicitation pour votre forum que je trouve trés intéressant , je me permet de vous envoyer ce message suite à une trouvaille qu ’un ami a faite au large de Samana dans les calanques de Marseille par 20 m de fond.
      En effet tout porte à croire que je suis sur la bonne piste , cet objet est un carreau de type brique rouge 20,5/9.5 cm brisé malheureusement ds les 9,5 avec une insciption :
      ...EILLE ST HENRY PIE....
      inscrit autour d’une croix type ordre royal et militaire + rappel d’une étoile dans chaque coin.

      Je peux vous envoyer une photo si toute foie vous etes interressé .
      cordialement

      Répondre à ce message

      • La fabrication des tuiles 10 juin 2011 09:34, par Alain

        Dans les années 1940 à 1950, il existait encore plusieurs briqueteries / tuileries au Nord de Marseille, vers les quartiers de Saint Henri, la Calade, Saint André, mais aussi au Sud après Saména en direction des Goudes.

        Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 12 décembre 2012 10:18, par billon.michel

    étant la concordance des dates avec l’apparition et le développement de cette activité en Berry (sud du Cher) !

    Répondre à ce message

  • L’utilisation de la brique et la Tuile en Pays de RETZ 10 février 2013 12:37, par SOLER Alain

    Nous devons faire une exposition en pays de REYZ ( Histoire) et l’influence Italienne en pays de RETZ. Clisson en est le symbole. Parfaire notre Histogramme c’est connaître le couloir qui part de Provence jusque"en Vendée.
    Le remplacement de la brique en contours de fenêtres et tuiles au lieu de la pierre et l’ardoise en pays Vendée /Bretagne doit liée, à notre avis, à des problèmes économiques. Nous vous serions reconnaissant de nous apporter quelques renseignement à ce sujet pour étoffer notre Histogramme. Nous sommes Bénévole dans notre association. Merci

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 28 décembre 2013 20:32, par artous didier

    j ai trouve un morceau de tuile ancien avec un dessin en forme d’étoile ou de fleur, pourriez vous m en dire plus ?

    Répondre à ce message

  • tuile de la région cognaçaise (16100) 22 octobre 2014 21:18, par menier

    ces tuiles ont une date ,un nom,une opignon :« vive liripublic »
    toutes digitées...une couverte de traits verticaux avec nom et prénom...une autre avec une croix de malte,un bateau a voiles et un autre plus petit signée d’un prénom (isaac ? et un nom ? Avec lame de couteau ou stylet ; elles ont sans doute été fabriquées vers 1880/1890

    L’une d’elles porte le nom d’un tuilier « Cerlonneix »
    qui’ exerçait à Boutiers St Trojan aux « Tuileries »
    HBM

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 10 décembre 2014 11:40, par menier henri-bernard

    Bonjour ,
    On m’a remis gracieusement 15 tuiles de la région Cognaçaise plus ou moins anciennes. Elles sont toutes avec un nom voire sans doute une signature.
    Une porte « vive li ripublic » une autre un dessin a la pointe de couteau...
    avec pour sujet une croix de Malte 2 voiliers et une signature je pense pour partie « Isaac »
    J’aimerai avoir documentation ou info sur les voiliers et bla croix de Malte
    Merci

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 7 février 2015 11:56, par POLGE

    On trouve la trace de tuiles canal sur un acte du 31/10/1633, Me Antoine Boyer de Boisseson de matviel concernant Nicolas de Génibrouse sg de st Amans (81 Tarn)sur différentes métairies 3E1 9076 folio 281². A partir de quelle date peut-on trouver ces tuiles ?

    Répondre à ce message

  • tige de botte 4 avril 2016 08:36, par knorst

    bonjour.je conserve depuit 40 ans une tige de botte que j,ai recuperèe sur un toit a verdun 55.il y a des inscriptions sur le dessus.c,est une jeune fille qui cherche un homme a maririer.cella était frequent a cette epoque.il n,,y avait pas de facteur pour certaines gents,alors ils écrivait des messages sur les tuilles.quand elles arrivaient sur les chantiers entres les mains des ouvriers,certains répondaient et peut,etre se mariaient...

    Répondre à ce message

    • tige de botte 4 avril 2016 08:40, par Thierry Sabot

      Bonjour,

      Est-ce qu’il serait possible de m’envoyer une photo de cette tige de botte ? Cela pourrait peut-être me donner l’idée d’un article ? Merci par avance, Cordialement, Thierry Sabot

      Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 7 novembre 2016 01:08, par jean lou

    bonjour ,

    je retiens de nombreuses tuiles signées , dessinées , et datées .... je suis sur le point d’ouvrir un p’tit musée .....
    il y a des thèmes ou sujets que je ne comprends pas ....
    je recherche toujours ce genre de tuiles ..... n’hésitez pas a m’en proposer
    d’avance merci
    je suis disponible pour échanger sur ce « coté » histoire ....

    Répondre à ce message

  • brique de Saint-Jean 22 septembre 2017 16:30, par Perrin Patrick

    Bonjour
    Auriez-vous des informations sur la brique de Saint-Jean ?

    Quelle est sa particularité (couleur, mode de cuisson, forme, ...) ?
    Où est-elle fabriquée, voire était fabriquée ?

    Où peut-on en trouver ?

    merci d’avance
    Patrick Perrin

    Répondre à ce message

  • Logo de fabricant 23 octobre 2017 15:31, par GARY Daniel

    Bonjour, j’ai dans ma toiture une tuile ornée d’une abeille. Impossible de trouver sur le Net qui l’a fabriquée. Pouvez-vous me renseigner ? Merci.D.G.

    Répondre à ce message

  • tuiles 21 janvier 2018 18:16, par Cathie

    Bonsoir, je viens de voir une inscription ou plutôt un symbole qui représente une ancre marine ⚓️ sur une tuile (ancienne) . Auriez vous des renseignements à me fournir, des sur sa provenance, sa période de fabrication etc .... merci par avance .

    Répondre à ce message

    • tuiles avec une ancre 23 février 2018 10:30, par Patrick Perrin

      Bonjour

      il s’agit de la tuilerie Antoine Sacoman située à la Plata, aujourd’hui Saint-Henri, quartier nord de Marseille
      tuilerie Sacoman : construite en 1865, reconstruite en 1883, démolie en 1947
      salutations
      Patrick Perrin

      Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 10 mars 2018 10:56, par bertaux denis

    bonjour,

    J’ai trouvé des tuiles dans le bois de Choignes en haute marne, celles ci recouvraient le toit d’une baraque de chasse avec une inscription : tuilerie du Val des Ecoliers.
    Le val des Ecoliers se trouve du côté du village de Verbieles.
    Je ne trouve pas de traces de cette tuilerie, si quelqu’un peut me renseigner !
    Merci.

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 12 mars 2018 13:39, par bertaux denis

    Bonjour,

    J’ai trouvé des tuiles qui recouvraient une cabane de chasse à Chamarandes Choignes, celles-ci comportent une inscription :
    tuilerie du Val des Ecoliers.
    Le Val des écoliers se situe à côté du village de Versbiesles.
    Malgré mes recherches,je ne trouve pas de traces d’une usine.
    Si quelqu’un peut me renseigner !
    Je vous remercie.

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 9 novembre 2018 11:33, par Bernard MASSIAS

    Bonjour,
    Sait on pourquoi les Huguenots languedociens ont souvent (?) fait graver des versets bibliques sur les tuiles de leurs toits ? Les gravures concernaient elles uniquement les tuiles faitières ? Votre article laisse supposer que les gravures étaient faites par le « tuilier » ? Peut-on imaginer que le propriétaire le faisait lui-même au moment du séchage ?
    Merci et bravo pour ce travail !

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 24 décembre 2019 14:22, par malec nadine

    Votre article m’a bien aidé on parle pas assez des tuileries dans les villages autrefois. Je fais partie d’une association concernant le patrimoine de notre village et nous désirons faire une exposition en juin 2020 sur les tuileries de Louvemont en haute marne . la dernière a brulé en 1950. Nous cherchons tout document sur cette dernière tuilerie (photos papiers ect) nous pensons qu’elle date de 1828 mais sans certitude. Si quelqu’un peut nous aider .

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 7 février 2020 08:35, par BELIERES

    Bonjour à tous,
    Tombé par hasard sur cette ancienne publication, j’ai eu le plaisir de constater que les échanges culturels qui ont été générés par le travail de mon défunt père Georges Bélières, aient pu permettre encore aujourd’hui quelques messages au sujet de la fabrication des tuiles.
    N’ayant trouvé aucune mention au sujet de son décès survenu le 15 septembre 2016, je tiens à faire savoir aux éventuels lecteurs qu’ils ne doivent donc pas attendre de réponses de l’auteur. Merci pour lui, de par vos échanges épistolaires de reconnaître ainsi la place que lui valent ses modestes travaux.
    Avec mes cordiales salutations
    Didier Bélières

    Répondre à ce message

  • La fabrication des tuiles 20 janvier 09:23, par Olivier PAYAN

    Bonjour,

    tombé par hasard sur ce sujet très intéressant, je me demandais si quelqu’un pouvait m’aiguiller concernant les fours a tuiles.

    Étant propriétaire d’une ancienne bâtisse qui fut une tuilerie dont le four à tuile est toujours présent sur la commune de Draguignan, je suis à la recherches d’informations.

    merci pour votre aide.

    olivier

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP