www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » La soupe au pain de notre enfance

La soupe au pain de notre enfance


samedi 1er octobre 2005, par Corinne Chambras

Répondre à cet article

Mouvements de terrain de ma mémoire, un souvenir en amène un autre... Du présent au passé proche ou lointain, vécu ou ressenti, quelques instants partagés.

La soupe au pain est un plat de pauvres, elle est composée du peu, qui a fait le tout de bien des générations.

Au Moyen Age, un système « idéal » répartissait les végétaux comestibles en deux groupes : les racines, tubercules et bulbes, nés dans l’obscurité de la terre, ne pouvaient être destinés qu’aux paysans ; les parties aériennes des plantes, liées à la lumière et à l’air, étaient assez « nobles » pour être consommées par l’élite.

Les enfants n’aiment guère la soupe, surtout quand il y a des morceaux... Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours aimé la soupe au pain, nourriture de croissance physique mais aussi à plus long terme, celle de mon âme.

Animal familier, le potager était tapi derrière la maison d’habitation entre le couder, les clapiers à lapins et les cabinets. De chaque côté de la porte en bois grisé par les pluies, les framboisiers formaient une haie protectrice et gourmande. A leurs pieds, petites et rondes, les salades semblables à des boutons cousus à la terre, ramenaient les yeux à l’essentiel. Des têtes d’ail à l’air hagard, ne sachant vers quelle inclination se tourner, séparaient les rangées de poireaux échevelés, jeunes et vieux, indispensables sentinelles des soupes paysannes, des rames de haricots verts, jaunes ou à écosser.

A l’époque je n’aimais pas les haricots verts à cause des fils, résultat des étés, déjà caniculaires et qui semblaient grâce au phénomène de l’attraction terrestre, se diriger uniquement vers mon assiette. Pourtant, ces gousses jaunes ou vertes ont acquis leurs lettres de noblesses car elles agrémentent systématiquement le plat de viande rare et cher, du dimanche. Je ne savais pas que beaucoup plus tard le fil me rattraperait.

Légion d’honneur du potager estival, la tomate poussait à foison, non calibrée, rouge et chaude du soleil à son heure réelle. Les plumets des fanes de carottes se balançaient tendrement vers les feuilles naïves des navets, leur faisant du charme avant de se côtoyer intimement dans la soupière Rien ne laissait deviner leurs formes ni les vives couleurs qui se déployaient sous la terre brune. Venaient ensuite les oignons basiques et désordonnés, ils précédaient les sillons de « patates », l’ALIMENT.

J’écris sciemment soupe et patate ; potage et pomme de terre se dégustent du bout des lèvres, il me semble que soupe et patate remplissent plus vite et plus durablement l’estomac. Il est bon et respectueux d’appeler les choses, les bêtes et les gens par leur nom. On arrachait les patates de leur refuge sous terrain et, j’ai aimé, les pieds enfoncés dans la terre chaude et poussiéreuse de l’été, tirer à deux mains sur la tige verte et voir surgir les tubercules blonds puis plonger les doigts sous la croûte terreuse et découvrir, tel un trésor, encore une ou deux rondeurs ombrées.

Je ne me souviens pas, parmi les rangs de légumes de spécimens exotiques tel que courgettes, aubergines ou féeriques potirons. Peut-être quelques concombres rampaient-ils insidieusement sous couvert de leurs feuillages.

Le fond du potager et ses limites redevenues sauvages, reste flou ; au-delà des ronces, les champs et les prés se transforment en un patchwork agricole de verts, bruns et jaunes alternés.

Ma mémoire brode, vraie ou fausse peu importe. Elle va de l’avant, recule, saute, chante, pleure et ri. Le chemin que mon cerveau adopte spontanément est-il le bon ? Le meilleur ? Surprise, mystère ou seulement les mouvements de terrain de mon âme ancienne et sauvage...

Réussir la soupe au pain !

Ingrédients indispensables : une combe bien verte sur laquelle sont posées les pierres blanches et dorées de deux maisons isolées, deux toits d’ardoises grises comme un ciel d’orage. L’une est une ancienne ferme toute en longueur tournée vers rien, mais au sud. L’autre est une maison des années trente, un dessin d’enfant toute ramassée sur elle-même et construite par les bras des hommes de la famille dont mon grand-père plâtrier en vacances et maçon. Un mois de récents congés payés pour construire une maison, ceci explique cela. Elle est bourrée de défauts, trop petite parce que les poutres livrées n’étaient pas à la taille demandée, pas d’électricité dans la petite chambre, pas de chauffage et une échelle posée sur l’escalier extérieur pour monter au grenier.Celui-ci n’est pas isolé ce qui permettait d’entendre, en s’endormant, les conversations dans la cuisine. Une belle cabane en dur... Le ruban blanc de la route ceint ce périmètre de liberté. Le chemin qui conduisait aux habitations était balisé par des piquets et par les pointillés des fils de fer barbelés. Une large bande d’herbe grasse, creusée d’ornières, conduisait à la fontaine. C’était un bac de pierre monolithe, mystérieux et moussu dans lequel coulait une source, guidée des profondeurs de la terre vers l’air libre par un quelconque tuyau bien de ce siècle. Nous venions chercher l’eau pure à l’aide d’un abominable sceau en plastique vert comme il n’en existe pas dans la nature. Nous nous en retournions vers la maison en renversant l’eau froide sur nos jambes sales et nues.

Les légumes arrivés à leur parfaite maturité sont cueillis le matin avant qu’il ne fasse trop chaud. La porte de la maison neuve, produisait toujours le même bruit traînant, car elle frottait sur le sol de pierre comme si elle hésitait à s’ouvrir et à laisser pénétrer la lumière crue du dehors, sur le décor sombre de la cuisine. Dans un angle, entre la pierre à évier, l’égouttoir à vaisselle, le mur moucheté au sens sale et le cageot à bûches, trônait la cuisinière à bois. C’est une bête archaïque et frustre, pourvue d’une grande bouche circulaire que les femmes ouvraient de force, anneaux par anneaux avec un tisonnier afin de la rassasier de courtes bûches sèches, de chêne, châtaignier ou hêtre.

Lorsque les légumes sont épluchés, lavés, détaillés en morceaux rustiques, on les jette dans une marmite d’eau bouillante en fonte noire culottée par le feu et le temps ; puis on les oublie sur le coin du feu... Les épluchures seront pour les lapins.

Il reste le temps de mettre le couvert pour huit, dix, douze personnes qui se serreront autour de la table rectangulaire et sur les bancs de bois lisse ; les femmes, grand-mère et grandes tantes resteront debout, le torchon ou la serviette sur l’épaule. Il faut encore assaisonner les haricots verts et de tomates, tourner la salade, battre l’omelette et... enfin, tailler la tourte de pain bis, en tranches fines qui seront déposées au fond de la soupière. Les assiettes à fleurs, dépareillées par indifférence et à cause du nombre de convives, sont placées sur la toile cirée sans âge, à motifs bucoliques qui recouvre les précédentes. Les secrets de famille sont ainsi rendus imperméables au temps.

Le mauvais « goût » que peut représenter la vision de cette scène de repas populaire est une critique totalement absente de mon esprit d’enfant. Bonheur parfait.

L’été, il faut écarter les lanières de plastique multicolore qui ont envahi les pas-de-portes campagnards. Elles sont censées faire fuir ou en tout cas, empêcher les insectes d’entrer dans la maison, tout comme les rouleaux « tue-mouches » qui pendaient dans la cuisine ou les bestioles expiraient cruellement en bourdonnements interminables, les pattes et les ailes collées à leur destin.
Il fallait encore rassembler les hommes et les enfants, tâche difficile, délicate, que celle de les arracher à leur occupation car, si ce n’étaient pas leurs ventres creux qui les ramenaient vers le Saint-Office, c’était, qu’il leur fallait aussi abandonner à sa fin, cette journée unique. Seuls les chiens arrivaient sans que quiconque les appelle. « Tremper la soupe », acte solennel, qui consistait à déposer les légumes sur les tranches de pain puis à verser lentement le bouillon. Les tranches de tourte se gorgeaient des odeurs mêlées des végétaux auxquelles s’ajoutaient l’odeur un peu aigrelette du levain et celle spirituelle du feu de bois.

Nous, les enfants, étions encore petits et nous ne prenions pas beaucoup de place, l’un près de la porte, l’autre coincé par le buffet ou l’horloge. L’arrière-grand-père s’asseyait toujours à la même place avec près de lui sa femme, notre arrière-grand-mère, la mère de nos grands-mères et la grand-mère de nos pères ou mères, ce qui lui donnait enfin le droit de ne plus être debout à servir tous ces estomacs affamés par l’insouciance. Les soupières rondes et fumantes étaient déposées sur la table, chacun tendait son assiette et était servi de légumes de toutes les couleurs, de bouillon brûlant et de pain ramolli. Nous mangions en silence ce que les bras, la terre et le ciel, en conjuguant leurs efforts, avaient produit. En ce moment banal et quotidien de vacances, je ne pouvais pas penser que cette simplissime soupe me nourrirait beaucoup plus l’âme que le ventre. Dans cette inconscience merveilleuse de l’enfance qui n’a rien à perdre mais au contraire tout à gagner, seuls nos pieds pensaient avant notre esprit, à battre la campagne.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

69 Messages

  • > La Soupe au Pain 11 octobre 2005 11:00, par iorana

    ... un souvenir en amène un autre ... dites-vous ! Oui, cest bien ça ! Quand on est arrivé, comme moi, dans la tranche du « troisième âge » on a connu cette « qualité » de vie, si on a eu la chance de pouvoir passer des vacances chez les grands-parents à la campagne. Et oui, avec le recul, on se rend compte que malgré le travail pénible, le manque de commodités et une grande rusticité, cette vie était saine et on appréciait la moindre chose à sa juste valeur... Qu’en est’il aujourdh’ui de la nouriture simple et saine, de la juste valeur des choses ? Des valeurs, tout simplement ? On dirait que notre société en a oublié le sens ... Dommage ! En tout cas, merci pour votre « Soupe au pain » car à sa lecture, je me suis retrouvée soixante ans en arrière et ma mémoire est allée bon train... j’ai revu ma grand-mère cuisinant au feu de cheminée, ma tante lui prêtant main-forte, ma cousine et moi évoluant au milieu, sous prétexte d’aider, mais surtout en quête d’un morceau à goûter (bunyetes, par exemple, pâtisserie locale ou un reste de préparation de flan). Et, lorsque enfin tout était prêt, tous réunis autour de la table nous savourions la moindre miette du succulent repas fait avec tant d’amour et de dextérité. Et même nous, jeunes enfants que nous étions, ressentions tout au fond de nous-mêmes sans comprendre pourquoi, que nous vivions des moments précieux et rares. Soixante ans plus tard ces souvenirs affluent avec toutefois quelques pincements au coeur puisque malheureusement la plupart des personnes dont il est question dans ma réponse sont « parties » vers le pays dont on ne revient pas ...

    Répondre à ce message

    • > La Soupe au Pain 11 octobre 2005 13:40, par Corinne Chambras

      Merci pour votre message que je prends comme un encouragement.Je vais proposer un autre texte. A bientôt.

      Répondre à ce message

      • > La Soupe au Pain 11 octobre 2005 21:16, par Iorana

        Je suis impatiente de vous lire. Il y a quelques années, j’écrivais en vers ou en prose, inspirée par des grands moments de ma vie ou celle de mes proches (amis, famille,collègues, ...). Voici deux ans que je suis quelque peu dépressive et que je n’ai plus d’inspiration. Peut-être un jour viendra où les idées fourmilleront dans ma tête et je pourrai alors reprendre la plume ? En attendant, enchantez-moi à nouveau, par d’autres récits aussi lumineux et pleins d’émotions ... A bientôt !

        Répondre à ce message

        • > La Soupe au Pain 12 octobre 2005 10:34

          Merci beaucoup pour vos compliments. Pour ce qui est de l’inspiration que vous avez perdue ; je pense qu’elle est bien là, juste derrière un arbre qui cache la forêt. L’écriture est une bonne « thérapie » ainsi que les travaux manuels. Je vous souhaite un bon rétablissement à l’écriture. J’ai proposé deux nouveaux textes hier...C.Chambras

          Répondre à ce message

      • > La Soupe au Pain 19 juillet 2008 17:42, par JOUEN Martine

        Merci de transmettre mes cordonnées à Corinne Chambras, qui me reconnaîtra. Excusez-moi de passer par votre site.
        Je suis une ancienne copine de classe de Corinne et ne la retrouve pas dans l’annuaire.
        Nous nous sommes retrouvées sur trombi.com il y à peu, mais elle n’est plus joignable sur ce site. Merci encore de faire passer ce message.

        Cordialement.

        Martine.Jouen

        Répondre à ce message

    • > La Soupe au Pain 5 février 2006 00:46

      Je me souviens on trempait la soupe : verser le bouillon dans une soupière garnie de morceaux de pain .
      Ou la panade : pain, eau et beurre bien mitonnée.

      Répondre à ce message

      • > La Soupe au Pain... 7 novembre 2009 11:03, par « Souvenance »

        La soupe au pain.......
        En vous lisant, je me souviens de mon enfance.Dans les « moments difficiles », Maman nous servait, le soir,la soupe au pain : eau, pain , sel, un petit morceau de beurre.
        C’était chaud, c’était bon, cela calait nos petits estomacs et avait le bon goût de la famille réunie !

        Mes enfants n’ont-hélas-pas apprécié, mes petits-enfants non plus ! Autre temps....

        Merci de votre évocation si pleine de poésie et à bientôt d’autres textes.

        Répondre à ce message

    • > La Soupe au Pain 14 novembre 2009 15:15, par chrisco

      quelques minutes de lecture me ramène a bien des années... et oui la soute au pain, la pannade...avec un oeuf en plus si on le pouvait...comme dirait quelqu’un que je connais c’était le bon temps ! allez donc faire manger seulement une assiettée de soupe aux petits enfants / c’était surtout le temps de notre jeunesse - de l’après guerre aussi.Il fallait bien faire avec ce que l’on avait - le pot au feu du dimanche pris en famille - avec la grand-mère que l’on allait voir le dimanche à pieds ou a bicyclette.Tout le monde n’avait pas de voiture.On ne parlait pas de pollution ni du prix de l’essence.. et surtout on prenait le temps d’aller voir la famille et les voisins il n’y avait pas la télé ni internet (alors là, je ne sais pas si c’était le bon temps)car maintenant tout va tellement plus vite - on communique avec ses petits enfants par MSN, on mange du potage en sachet ou en briques et le jardin est remplaçé par la pelouse qu’il faut tondre souvent car elle doit rester verte et etre arrosée le plus souvent possible = enfin autre temps autres moeurs mais il faut bien évoluer
      et le pain... il vaut mieux le mettre à la poubelle que dans la soupe ...

      Répondre à ce message

    • > La Soupe au Pain 9 mars 2013 18:41, par baumet

      Oui la soupe de pain était frugale ,mais quel délice pour moi quand ma grand-mére la faisait avec le bouillon des pois chiches le tout agrémenter d’une cuillére d’huile d’olives ,un régal pour moi mais pas pour mes enfants !Tout ces souvenirs me reviennent en mémoire ,qu’il est loin ce temps !!!Et nos anciens ont disparus ,mais les souvenirs sont toujours présents ............

      Répondre à ce message

  • > La Soupe au Pain 24 novembre 2005 00:30, par liemar

    en lisant ce texte il me remonte avec un brin de nostalgie mes 4 heures a la campagne de mes vacances,=une pomme de terre cuite avec du beurre et du sel,cé tout me direz vous,oui mais quelles saveurs,avec le bonheur d’etre entouré de personnes qui nous ont quittés
    Henri

    Répondre à ce message

  • > La Soupe au Pain 15 octobre 2006 18:21

    Merci d’être

    Vous faites partie de ceux qui me rappellent le bonheur de ma jeunesse de paysan, alors que maintenant je suis dans les bureaux et dans les avions.
    Votre texte est tout, mes racines, ma nostalgie, mon bonheur d’hier et de demain, car quand on est paysan, on a gouté à la joie de faire et de voir pousser et cette joie ne peut jamais s’oublier

    Encore merci d’être comme .... ,

    Répondre à ce message

    • > La Soupe au Pain 24 avril 2008 12:15, par COTTY Geneviève

      Bonjour,
      Et voilà...L’histoire de cette soupe au pain me fait revivre une période très ancienne puisque j’étais enfant, bien avant la guerre ! Nous allions en vacences chez mes grands-parents en Lorraine et je revois ma grand-mère apportant la soupe sur la table, dans une soupière bien ventrue, et la posant devant mon grand-père. C’était lui qui « trempait la soupe »...cette soupe déjà si appétissante faite avec tous les légumes frais du jardin. Il coupait des tranches de pain, de cette grosse « miche » bien dorée, et les disposait sur la soupe..Ensuite, il servait tout le monde... Mon frère et moi admirions ce rite absolument indispensable. Nous pensions alors que seul, grand-père, savait couper le pain ! La soupe était sacrée comme tous les aliments alors. Heureux ceux qui pouvaient en manger tous les jours.

      Merci de m’avoir permis de raviver ces souvenirs simples, mais tellement importants.

      Geneviève COTTY

      Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 07:27, par mamiemondon

    Comme vous écrivez bien, de façon vivante et allègre.
    Merci pour ce petit bonheur où les « vieux » se reconnaissent. Je ne suis pas arrivée à faire aimer la soupe au pain à mes enfants. Question d’ambiance, sans doute. La ville n’est pas propice à ces rites.
    Bonne continuation

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 09:11, par rolande

    le bonheur de ma jeunesse, le souvenir présent tout comme le

    votre, vous avez le don de pouvoir le faire partager allez y

    racontez...il y a tellement a faire partager.

    je suis fière d’avoir vécu ces années là.

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 10:04, par Gilles Audoux

    Magnifiquement écrit, plein de poésie cet article traduit l’amour de l’auteur pour sa famille. Accélérateur de neurones, les souvenirs affluent...un grand merci !

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 10:07, par Marc

    Merci pour ce beau texte « historique » et plein de sentiment et de poésie ! Il serait digne de Michelet ou de Signol ! Continuez et publiez, pour votre plaisir peut-être, mais aussi pour celui de tous vos lecteurs...

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 10:35, par Anna

    J’ai été très émue à l’évocation des tomates non calibrées et chaudes, du rideau aux lanières de plastique, des rubans de tue-mouches... La maison a été vendue mais je n’oublie rien de mes vacances d’enfant de la ville, même pas les bruits et les odeurs. Merci pour ces instants de souvenir.

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 10:45, par MF Gourdain

    En Picardie, dans la région d’Amiens, vers les années 1950 nous avions « la panade » soupe sans légume , à base de lait et de pain .

    marie france Gourdain Maltzkorn
    http://jpgourdain.fr

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 11:01, par fribge

    Bonjour Corinne

    La soupe au pain n’est pas un plat de pauvre pour deux raisons, une religieuse, le grand-père même s’il allait
    peu à l’église faisait toujours le signe de croix avec son couteau au dos du pain et ne posait jamais le pain à l’envers, une économique, à cette époque riches comme pauvres ne gaspillaient pas et si le pain n’allait pas dans la soupe on faisait du pain perdu.

    Pour les légumes, en Normandie mon grand-père faisait des
    potirons, des cantalous sous cloches de verre et il avait une vigne de raisin de table qui il est vrai produisait peu.

    Cordialement Gérard

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 11:03, par annellyn

    Bravo pour ce texte souvenir. Oui, oui, je m’y retrouve bien. Et puis l’écriture est magnifique. Quelle poésie.
    A tous les nostalgiques de ce temps, qui ne comportait pas que des moments heureux tout de même, qu’est ce qui vous empêche de revivre des choses simples : des repas frugaux, les patates à l’eau avec du beurre, les patates à la crème,le pot au feu, le gras-double, les pommes cuites au four, les bourdins,les pâtés aux pommes... et les veillées !
    Bon appétit et bonne vie.
    Annellyn

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 11:23, par Danielle

    J’ai cru un moment que vous nous parleriez d’une autre soupe froide que l’on mangeait les soirs d’été qui était en fait du vin très frais dans lequel on trempait de larges tranches de pain ; j’avais 4 ans , j’étais enfant de l’Assistance Publique placée dans une famille pauvre mais combien aimante du Berry . Cela pourrait scandaliser aujourd’hui , je suppose que le vin était très coupé et très sucré mais cela n’a pas fait de moi une alcoolique et je ne garde que de bons souvenirs de ce temps où l’AP n’était pas très regardante ;je n’ai souffert de rien dans cette famille que j’ai du quitter vers 5 ans .
    Quelqu’un aurait-il ces mêmes souvenirs car on pourrait me prendre pour une folle . C’était en 1950

    Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 14:00, par Gilles Audoux

      Cette « soupe » porte, en Poitou (notamment dans la Vienne), le nom de « mijet ». A défaut d’être servie lors de grandes occasions sur les tables bourgeoises, on la retrouve souvent lors de fêtes de village où il fait bon de retrouver les amis et se souvenir du « bon temps ». Et là, dans l’anonymat, au milieu de tous, point de honte, point de gêne, tous piquent le nez dans le bol ou l’assiette y compris les citadins revenus pour quelques temps au village natal.
      NB : le savant dosage « eau - vin » varie selon les familles et les circonstances.Pour se rafraichir l’été, la proportion d’eau (très fraiche)est importante. Il en va autrement les jours de fête...l’eau étant un bien précieux qui doit être économisé !

      Répondre à ce message

      • La Soupe au Pain 4 avril 2010 14:58, par Olivier

        Bonjour, je suis à la recherche de cette « soupe » que ma mére mangeait étant petite à base de vin, de sucre et d’eau.ce gouter était préparé par ma grand mére qui tenait ça de sa mére.Auriez vous l’amabilté de me transmettre cette recette.D’avance merci.

        Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 15:26, par jalunoel

      Non Danielle je vous prends pas pour une « folle ».J’ai passé pendant 30 ans de 1977 à 2007 mes étés dans les Deux -Sèvres,et mes amis agriculteurs consommaient cette soupe au vin pendant les moissons à la pause vers 16h,c’était rafraichissant et réconfortant.Ils disent qu’ils font « Mijot ».

      Répondre à ce message

      • La Soupe au Pain 14 novembre 2009 08:44, par joelpierl

        Aucun brin de folie en consommant du « mijot » . Je suis charentais et combien de goûters de ce genre ai-je pu apprécier dans mes années d’enfance. Certes, le vin, il était léger, mais avec de l’eau et du sucre, c’était un délice de raffraîchissment les jours d’été.

        La soupe au pain telle qu’elle est décrite par le texte initial, je suis toujours amateur. Les potages modernes, si on veut s’en donner la peine, et savoir en conserver l’esprit, permettent une approche aussi délicieuse, avec du pain de campagne fabriqué par un boulanger, un vrai, çà existe encore.

        Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 15:31, par Dany

      Bonjour,
      Je viens aussi de la DASS, dans les années soixante.. et les années n’ont pas changé grand-chose, sauf qu’aujourd’hui, les familles sont choisies sur des critères de confort matériel et non affectif, ce qui est bien dommage... j’ai le souvenir d’une vieille Mémé Denise qui m’apportait beaucoup d’amour et me nourrissait de plats simples, sans viande, et d’histoires anciennes. C’était ma Mémé et pourtant... un jour, des éducateurs sont venus me chercher pour me mettre dans un de ces foyers froids et inhumains... pour la seule et unique raison que Mémé Denise s’était trop attachée à moi et réciproquement !!
      Les plats les plus nourrissants sont ceux qui remplissent l’estomac, le coeur et l’âme en même temps.
      Quant à l’alcool, qui ne ne souvient pas des petits canard que nous offraient les « grands » (sucre trempé dans le calva) ? ça piquait la langue et personne n’est devenu alcoolique pour ça... le manque d’amour me semblent, en revanche, responsables de cette maladie.
      Bien à vous,
      Dany

      Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 14 novembre 2009 08:51, par Annellyn

      Bonjour Danielle,
      Rassurez-vous j’ai aussi connu les soupes au vin rouge, bien coupé d’eau, avec du sucre et du pain. Et je ne suis pas folle ni alcoolique.
      Bons souvenirs.
      Annellyn

      Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 14 novembre 2009 11:30, par jdutemple

      Bonjour,
      Oui quelqu’un a les mêmes souvenvirs. Mon mari était, dans les mêmes années que vous placé dans une famille d’accueil dans l’Yonne. Lui aussi mangeait du pain trempé dans du vin (certainement coupé et sucré) C’était dans les années 1953/54. Tous les enfants travaillaient, les plus jeunes étaient chargés de trouver les oeufs frais.
      Chez moi on mangeait la panade (pain, lait, sel) bien cuite, une de mes filles en fait encore de temps à autre.
      Merci pour tous ces souvenirs.

      Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 17 novembre 2009 23:49, par F. P.

      La soupe en question se déguste toujours dans les familles qui ont gardé leurs racines paysannes. Chez moi, dans le Faux-Perche, on appelle cela une « trempée » ou une « miettée ». Elle se déguste uniquement l’été, lorsqu’il fait très chaud. Le vin (le cidre) est coupé d’eau. Pour les enfants existe une variante où le vin est remplacé par du lait. On y trempe les croûtons de pain, éventuellement rôtis ou beurrés. Ce plat est une entrée ou un plat unique, selon l’appétit des convives.
      Bien cordialement,
      F.P.

      Répondre à ce message

      • La Soupe au Pain 16 août 2010 16:18, par châtaigne limousine

        avant les années 50,la soupe au vin se dégustait aussi en Limousin, à la pause, lorsqu’on fanait le foin .
        La soupière attendait, à l’ombre d’une haie, sous des torchons mouillés pour garder sa fraîcheur ...

        On l’appelait le « trempi » ; par temps de canicule ( et oui, la canicule ne date pas d’aujourd’hui !) c’était très peu alcoolisé, et très rafraîchissant
        Non, tous ceux qui ont goûté et apprécié cette soupe ne sont pas devenus alcooliques !

        Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 11:26, par Monique

    Merci pour votre « Soupe au pain », pour ce moment de poésie qui m’a scotchée à mon écran. Moi aussi du « troisème âge » et fille de la ville, je n’ai pas trop connu ces moments-là mais comme cela est vivant et agréable. Vous écrivez merveilleusement bien.
    Encore merci
    Monique

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 11:47, par jcoignard

    Merci pour ce beau texte, mais encore plus pour ce qu’il représente : les années passées.

    Pour Vous Corinne c’était la soupe au pain, pour moi c’était « les gaudes » en Franche Comté et les "pâtes" que ma Cousine, seconde Mère, nous fabriquait, le dimanche matin, à la fin des années quarante.

    Jean

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 15:06, par jocelyneberger/luquin

    bonjour Corinne,

    ah la bonne soupe de légume dans laquelle on laisse trempée des morceaux de pain !! Comme l’écrit une autre des internautes pour moi ce n’est pas un plat de pauvre

    J’apprends à ma petite fille à la déguster ainsi, parce que pour moi la soupe est le plat préféré des enfants GOURMANDS
    donc aucune notion de pauvreté là.Elle les aime toutes pois-cassés, choux fleur, lentilles, potiron( avec pour elle une préférence au potiron:crème fraîche oblige. Pour moi celle de lentilles avec du riz à l’intérieur : plat qui me vient de ma grand mère marseillaise, avec un peu de parmesan) je suis comme vous tous reportée 50 ans en arrière et ceci est de la pure convivialité, pourtant je suis née à lyon mais mes parents avait un potager.
    Corinne d’autres jolis souvenirs comme celui-ci aussi bien écrit quand tu veux

    jocelyne

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 17:38, par J.P. BERNARD

    Bonsoir,
    J’avais lu votre texte il y a déjà quelque temps, et il m’avait ravi !
    Puis, j’ai eu la surprise de le redécouvrir sur le blog de Geneanet, où notre webmaster l’a proposé.
    Quel régal ! Que de souvenirs d’enfant ! Oui, j’ai les mêmes, mais je ne sais pas décrire cela aussi bien que vous.
    Merci, merci encore pour nous « retourner » un peu les sangs de cette manière douce et poétique.
    Cordialement.
    Jean-Pierre BERNARD.

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 21:35, par J. PELTIER

    Avant l’arrachage des pommes de terre nous avions droit... au ramassage des « doryphores ». je redoutais cette corvée. Ce sont de jolis insectes qui dévorent les feuilles des « patates ». Nous les mettions dans de vieilles boites en fer et je suppose que la grand-mère devait les bruler. Rien de poétique !!!

    Je ne me souviens que de soupe au pain et aux légumes en gros morceaux. Je laissais les poireaux sur le pourtour de l’assiette. Le père disait « et ça ? » je les avalais d’un coup !! Les pâtes à potage n’existaient pas. Je doute que le pain actuel permette d’en faire....

    Souvenirs d’enfant... le bon temps....

    Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 12 novembre 2009 14:42, par Bredinnoir

      Pour répondre au message du 7 novembre 21:35 de J. PELTIER, j’ai eu entre les mains une petite affiche qui faisait référence à cette corvée.
      Le ramassage des doryphores pendant la guerre 1939 -1945 avait été institué par le Maréchal Pétain. Il était fait par les écoliers qui rapportaient leur « récolte » à l’école & qui recevaient en contre partie une petite récompense. Ceci pour que les productions de pommes de terre soient conséquentes pour nourrir la population, en ces temps difficiles.

      Répondre à ce message

    • La Soupe au Pain 9 mars 2013 13:40, par Monique Capron

      Je découvre ce matin ce bel article sur la soupe au pain.Quelle était bonne en effet cette soupe au pain, j’ai 79 ans et c’est encore vers elle que je me tourne quand j’ai besoin d’un petit remontant,3 générations derriere moi ne comprennent pas mon gout de soupe,j’ai pourtant essayé. En Normandie il y avait aussi cette bonne bolée de cidre frais tiré et sucré que l’on versait sur de beaux morceaux de pain.Que c’était bon et désaltérant pas alcoolique pour autant.

      Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 7 novembre 2009 22:35, par André Vessot

    Bonjour Corinne,

    Félicitations pour ce beau texte ; vous avez du talent. J’aime ce genre de témoignage du passé qui reste gravé longtemps dans notre mémoire. Le style est agréable, très évocateur, poétique. En vous lisant, on a vraiment l’impression d’y être et de manger la soupe au pain.

    J’ai aussi quelques un de ces souvenirs d’enfance : la soupe de gaudes évoquée dans ce même forum, les tartes craquantes de ma grand-mère maternelle ou bien ses goûters fait de tartines de pain beurré saupoudrées de cassonnade ...

    Encore merci Corinne pour ce beau témoignage qui réveille nos propres souvenirs d’enfance.

    André

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 8 novembre 2009 05:15, par Hélène Leboeuf

    Je demeure au Québec.

    Madame, vous m’avez amenée dans la cuisine chez mon grand-père maternel. J’étais assise au bout du grand banc.

    Vous venez de me faire déguster la même bonne Soupe au Pain. La soupe de mes vacances estivales chez ce grand-père que j’adorais tant.

    MERCI MADAME

    Hélène Leboeuf, du Québec.

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 8 novembre 2009 15:48, par huguette

    Que de souvenirs, Merci. La soupe avec les légumes du potager se fait toujours. Enfants et petits enfants apprecient encore, mais avec le pain c’est plus difficile. Le pain actuel n’est pas celui de l’époque le gout n’est plus le meme. Chez nous aussi c’était le chef de famille qui signé d’une croix la tourte et coupais les tranches.

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 9 novembre 2009 07:38, par bailly5

    quelle belle description de l’ancien temps.
    Que de souvenirs identiques me remonte a l’esprit,
    le jardin, la cuisine , la soupe ,mais on était heureux
    du peu que l’on nous donnait !!!!
    pour la soupe ! mon grand père né en 1877 et qui a été placé par l’AP dans une ferme de la nièvre me racontait
    qu’étant vers 8ans a garder les vaches,quand il se mettait a table devant cette soupe épaisse ,on voyait des mouches
    qui s’étaient noyées dans le bouillon et la cuillère tenait droite dans l’épaisseur du pain trempé.çà tenait au corps !!!

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 11 novembre 2009 18:03, par Jehanne1

    1956 ou 1957 ? J’avais un peu moins de dix ans.
    Départ en vacances vers le Midi, étape à Salon-de-Provence dans un petit hôtel-restaurant pas cher.

    La patronne apporte une soupière, et s’asseoit pour bavarder avec mes parents. Je goûte à la soupe au pistou, et je m’écrie, avec mon accent parisien :
    « Qu’est-ce que c’est bon ! »
    Grand sourire de la dame, et, dès l’assiette vidée :
    « Elle en re-veut, la petite ? »
    « Oh, oui ! s’il vous plaît.... » (mots qu’on ne vous laissait pas ignorer, en cette époque lointaine)
    Question et réponse furent plusieurs fois répétées, et, de la soupière, je n’ai laissé que la faïence !
    La dame en était enchantée, et comme il n’y avait là que de bonnes choses naturelles, je n’ai pas souffert de la moindre indisposition !

    Je conserve de cette délicieuse soupe, partagée avec mes parents, d’une recette locale traditionnelle, et faite avec les légumes poussés dans les environs, un souvenir que le temps n’a jamais effacé ! Celle qui l’a préparée est peut-être au Ciel à présent, je lui dédie cet hommage à la cuisine populaire des Provençaux.

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 14 novembre 2009 09:22, par Eva

    Bonjour,
    Je trouve votre texte un « vrai régal »... J’apprécie votre manière très colorée de raconter et très vivante. Vous avez réussi à me transporter dans un passé pas si lointain. Je reprends le terme d’une personne : je suis enchantée. Je me suis également reconnue dans certains commentaires. Je n’ai pas connu mes grands parents, mais une enfance avec un jardin potager et la forêt toute proche comme terrain de jeu. J’ai le souvenir aussi des morceaux de poireaux que je n’arrivais pas à avaler et que systématiquement mon père repoussait en un coup de cuillère au centre de l’assiette et cela à mon grand désespoir.
    J’attends avec impatience un autre texte. Cordialement. Eva

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 14 novembre 2009 11:11, par Alain CATHELOUX

    Merci pour votre article que j’ai lu avec beaucoup d’émotion. J’ai été « élevé » par mes grands-parents et ma tante en Creuse entre 1945 et 1953 (mon père, très malade et contagieux, était resté à Limoges avec ma mère...). Je retrouve tout : le jardin, la maison, l’ambiance et le repas... Chez nous, on faisait le pain tous les quinze jours : de grandes tourtes qui avaient été pétries dans la « huche » (l’archo), mises à lever dans des corbeilles en paille de seigle et ronces (les palissous) et cuites dans le four en briques chauffé au préalable avec des fagots...En plus, c’était une ferme et je ne vous parle pas des animaux (qui avaient tous un nom et que l’on connaissait par leurs caractéristiques physiques mais aussi par leur « caractère » !), des travaux des champs, des odeurs des saisons... Je n’ai rien oublié ; ce fut les plus belles années de ma vie malgré l’absence de confort moderne et de tout superflu...
    Je fais encore parfois cette soupe de mon enfance avec les légumes de mon jardin et du pain au levain que j’arrive encore à trouver, mais l’ambiance n’y est plus (je vis seul) et cela ne fait que raviver ma nostalgie (de nostos=retour et algos=douleur).

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 14 novembre 2009 23:01, par Eliane F

    En lisant ce texte et tous vos témoignages très émouvants, je me dit que le net ,ce n’est pas si mal que ça ! Dommage que nous ne puissions pas nous retrouver tous autour de cette bonne soupe dans un coin de campagne en évoquant nos souvenirs !

    Répondre à ce message

  • La Soupe au Pain 15 novembre 2009 21:30, par slebarh

    Il faut savoir que la soupe est à l’origine la tranche de pain que l’on trempe dans le potage.
    Mais, je reconnais que c’est une belle évocation d’un passé quotidien pas si lointain.

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 8 mars 2013 16:29, par Jacques Dupé

    Hum ! Que de souvenirs...

    J’entends encore, dans un silence pénétré, de discrets « shrupps » alors que nous dégustions la soupe. Même si j’aie passé toute ma jeunesse au Cameroun, nous avons aussi savouré ces moments délicieux. Nous débutions alors la conversation seulement après la prise de la soupe. Les légumes n’étaient guère différents, si non que nous bénéficions en plus de bananes, mangues goyaves ou papaye à volonté en fin de repas. Vivant en plein brousse, et à proximité d’un grand lac, c’est surtout de poisson que nous nous nourrissions...

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 09:20, par Langlet Monique

    Un grand merci. Quelle poésie dans cette modeste soupe au pain, on croirait y être tellement l’ambiance familiale y est dépeinte. Mes souvenirs d’enfance de vacances dans l’Aveyron, la tablée autour de la soupe et à la fin les hommes faisant « chabro » tout cela afflue à la lecture de ce texte. Où sont passées aujourd’hui les joies d’une simple soupe partagée... Notre société en a oublié le sens ainsi que le sens de la juste valeur des choses, dans ce monde où le matériel est plus important que les valeurs familiales quel dommage !!!
    Je ne peux que féliciter l’auteur, continuez à nous faire partager des souvenirs vous avez ce don !! Brvo

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 09:48, par ALAIN

    Merci de votre très belle Ecriture.

    Voir en ligne : http://rieozpat@yahoo.fr

    Répondre à ce message

  • C’est criant de vérité : flouté par l’affectif et la nostalgie qu’apportent les années .Cependant même si c’est un délicieux plat « riche », que je n’ai donc pas connu, les souvenirs sont vifs et enrobés d’amour et nul ne peut les discuter on y retrouve la même tendresse nostalgie poésie et c’est merveilleux. J’ai eu la même soupe pas toujours accompagnée du même « confort » il n’y avait pas de grand mère de grand père parfois même souvent le sentiment de solitude et de « mal » à l’avaler mais je m’en souviens et le décor réchauffe en moi des tas de choses merci

    Répondre à ce message

  • Je ne pense pas qu’a l’époque de cette histoire il y avait
    des seaux en plastic ainsi que des lanières en plastic devant la porte .

    Répondre à ce message

    • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 13:48, par HAZEMANN JACQUELINE

      le papier tue mouche sur/ les seaux en plastique qui ont remplacer les seaux de bois chez nous en basse bretagne portes avec un cercle vers les annees 60à car l eau courant n existait pas et l on allaient chercher l eau a la fontaine les rideux de plastique pour empecher les mouches de rentrer je l ai ai toujours connu chez mes deux grand mere l ete les prduits aujourd hui on dirait perissables conserve dans une petite pcage en grillage ne me rapelle plus le nom au revoir

      Répondre à ce message

    • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 14:59, par chambras

      Bonjour
      Ma réponse est plus que tardive mais mon texte ayant été mis à nouveau en ligne récementsur Généanet, je viens de lire votre commentaire et j’y réponds. Je suis née en 1957 et je vous confirme qu’il y avait ce que j’ai décrit dans le texte. Les premiers souvenirs se mélangent aux autres mais quand même ce n’était plus le Moyen Age même en Corrèze ; juste un peu le 19 ème.

      Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 10:47, par Moreau Monique

    Merci Madame,
    en vous lisant je viens de retourner à la table familiale de mon enfance, devant la soupe que ma grand mère préparait pour tout le monde ; après une journée de labeur à la ferme grand parents parents et enfants (nombreux : nous étions sept)
    se rangeaient selon un ordre établi autour de la table et nous partagions en silence (souvent) ce début de repas, petits nous en redemandions...c’était sain et bon et j’ai gardé cette habitude de jardiner et de faire mes soupes.
    Votre écriture est sensible et simple, j’aime votre style.
    Continuez à nous enchanter.

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 11:29, par Meillier Jean-Marie

    Je me souviens (né en 1946) de presque tout ce que chaque contributeur évoque. Je ne reviens pas sur la soupe, vous en avez tous tellement bien parlé.
    Si je ne suis pas d’extraction d’une famille pauvre, nous ne roulions pas sur l’or et mes grands-parents (chez lesquels vivaient mes parents) s’alignaient sur les gens du village. Les artisans préparaient leur retraite...
    Ma mère était la fille du chef de gare, mon père le fils du boulanger-patissier et de l’épicière.
    Elle (la grand-mère) tenait la maison et le magasin et lui faisait le pain la nuit et les tournées le jour...
    Je suis né au dessus de la boulangerie et étant prématuré j’ai été enveloppé dans un édredon de plume au dessus du fournil !
    S’ils ont été les premiers à avoir l’électricité, une voiture (pour le pro) et un de leur fils une moto pour aller au séminaire, ils ont eu la première radio du village, sans pour autant que ce soit l’oppulence.
    Bien que Franc-Comtois, je ne me souviens pas des gaudes, par contre j’ai en mémoire les tranches gigantesques de miche taillées dans le milieu. Je me souviens aussi qu’avec les petits copains on allait chercher les patates à cochon dans les auges et, un ou l’autre avait chapardé un morceau de beurre et du sel !
    Je me souviens des shnow-botts (surchaussures en caoutchouc), de la pèlerine en caoutchouc des jours d’orage, des buchettes à l’école, d’avoir fait de l’encre violette et des chaussons en classe ; de l’instituteur (chez les grands) qui pleurait lorsqu’un de ses élèves avait raté son Certificat d’Etudes, etc, etc.

    C’est juste pour planter le décor et placer, cette soupe, dans le contexte !

    Répondre à ce message

    • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 14:24, par André BREGERAS

      Bonjour à tous,

      Après autant de description de "bonne soupe" je rajoute une petite contribution de jeunesse, mais en précisant tout de même que j’ai la chance d’avoir un petit bout de jardin, et également une épouse qui, comme moi, aime la soupe !!!Donc,s’il n’y avait qu’une chose à avaler le soir,ce serait : la soupe !
      Ci dessous un petit extrait de mon "récit familial" de jeunesse,des années 50/60.

      ...."Bien entendu, il y avait la soupe de légumes. C’était toute une cérémonie que nous connaissions déjà pendant nos vacances. Il y avait d’abord l’énorme toupil, (chaudron en fonte d’au moins trente litres) environ deux seaux d’eau, qui servait à « monter » la soupe pour une semaine environ, sauf quand nous étions là,car elle était très bonne ce qui fait qu’elle durait nettement moins longtemps !
      Il y avait beaucoup de légumes de toute sortes,qui mijotaient au dessus de la braise,avec un morceau de lard gras qui donnait un gout particulier,auquel nous n’étions pas habitué en ville. Bien entendu,à midi,la soupière était sur la table,avec le pain et les légumes." (on disait : tremper la soupe !)
      Cordialement,AB.

      Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 14:30, par HISTRIMONT Noëlle

    Magnifique texte.
    Ma grand mère, originaire de l’Ain, nous a fait toute notre enfance jusqu’en 1966, l’été :

    • la trempée au lait : lait frais recouvrant les morceaux de pain émiettés dans chaque assiette
    • la trempée au vin : vin sucré coupé d’eau versé sur les morceaux de pain.
      Nous avons bu de « l’eau-vin » toute notre jeunesse à table : un doigt de vin dans un verre d’eau
      Aucun alcoolique !

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 15:21, par chambras

    Mon texte ayant été mis en ligne sur Généanet ces jours-ci ; je suis revenue voir ce qui se passait...Merci à tous et toutes pour vos messages je n’ai jamais proposé d’autre texte mais ca viendra car j’en ai sous le coude !
    Je voulais apporter quelques précisions : je suis née en 1957 à Paris et ce sont des souvenirs ou même des impressions de mémoire que je retranscris. Donc tout est vrai seule ma façon de voir et d’écrire sont personnelles. Quand je dis « plat de pauvre », c’est que de ma place d’enfant des années sans guerre et sans crise économique, la soupe au pain est le minimun vital...J’aurais pu insister sur les lapins en civet, les rôtis de veau aux girolles etc
    Merci aussi de vos témoignages car depuis 2005 je suis devenue psychogénéalogiste et me penche donc sur les transmissions familiales mais inconscientes et c’est passionnant.
    Un conseil de lecture pour ceux qui ne connaissent pas : Marie Hélène Lafon chez Folio et Buchet Chastel.Bonne lecture.

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 15:34, par Eynaud Jacqueline

    Un seau en plastique vert ? Le rideau à mouche en lanières plastique ?
    Alors ce n’est pas très vieux, cela date des annnées 50.
    Mon seau à moi était en métal galvanisé, la portière à mouches était en coton tissé à petits trous. Actuellement on appelle celà « le rideau marseillais ».
    J’adorais la soupe de pain :pain finement coupé dans l’assiette et trempé avec le bouillon de légume ou celui du pot-au-feu. Un régal !
    Mais qui m’empèche de le faire ? Je vais y songer.
    J’ai 80 ans.

    Répondre à ce message

  • Nostalgie, quand tu nous tiens,

    Merci Corinne pour cette charmante prose dont la lecture s’est soldée par une vive émotion et l’œil qui pique.
    Une multitude de gens se reconnaissent et se revoient dans vos scènes.
    J’ai bien connu moi aussi cette bonne et chaude soupe au pain qui aujourd’hui encore me semble-t-il, me réchauffe les tripes. Il y avait aussi la soupe de semoule et le tapioca.
    Mon père m’a appris également, lorsqu’il faisait très chaud, à préparer ce qu’on appelait dans le Lyonnais et dans l’Ain une « socanne ». Un bol où l’on versait la valeur d’un verre de vin, rempli ensuite d’eau très fraîche, quatre ou cinq morceaux de sucre et quelques morceaux de pain.
    À l’évocation de ces souvenirs, dans ma tête, j’ai « refais quatre heures ».
    D’après le dictionnaire du patois lyonnais, cette socanne désaltérante et rafraîchissante n’est somme toute qu’une variante du pain perdu.
    Par contre, il est question dans le forum de la soupe de gaudes et là, c’est un moins bon souvenir, car je n’aimais pas ça du tout. (Il faudrait tout de même que je réessaie, les goûts changent en un quart de siècle.)
    Souvent, les enfants n’aiment pas ce que mangeaient leurs parents et c’est la sans doute qu’est la brèche par laquelle se faufile insidieusement la fameuse évolution des temps et des mœurs.
    Nostalgiquement
    Pierre

    Répondre à ce message

    • La soupe au pain de notre enfance 9 mars 2013 23:13, par Madeleine Marienne

      Souvenir de mon enfance chez les soeurs de St-Vincent de Paul à St-Mandé (94), je me faisais punir pour avoir la soupe au pain. Elle était bien épaisse et je la mangeais dehors sous la statue de la Ste Vièrge.
      Madeleine

      Répondre à ce message

    • La soupe au pain de notre enfance 11 mars 2013 14:35, par Ranger Jean-Claude

      Dans mon poitou natal,cette « soupe au vin frais » avec du pain s’appelait Mijot ou Miget.
      Pour les enfants, nous avions la version light faite avec du lait issu de la dernière traite.

      Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 10 mars 2013 14:31

    Les quelques fautes d’orthographe qui émaillent ce texte n’enlèvent rien au bonheur de déguster ce récit dont l’auteur sait si bien nous faire revivre quelques instants de notre lointaine jeunesse même si nous n’étions pas à côté d’elle...
    merci d’avoir pris la plume(!) pour nous offrir cela...
    Ludivine

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 11 mars 2013 14:29, par Ranger Jean-Claude

    Merci à vous d’avoir fait remonter en moi des souvenirs de ma petite enfance lorsque je vivais auprès de mes grands-parents paternels cultivateurs. C’était en fin des années 40, début des années 50. En quelque sorte, l’ancien temps comme dirait maintenant un de mes petits enfants.
    A cette bonne soupe au pain, j’ajouterai le bonheur du petit-déjeuner lorsque mon grand-père me faisait griller une grande tartine de pain dans le cheminée à l’aide d’un fourche en bois et étalait ensuite dessus, une bonne épaisseur de crème bien fraîche dont on avait pas besoin d’étiquettage pour en connaître la provenance.
    Tous ces petits gestes étaient simples mais oh combien chargés de bonheur pour ceux qui les recevaient, et de tendresse pour ceux qui les donnaient.

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 12 mars 2013 11:12, par julifa

    Bonjour Corinne

    Quel bel hommage à nos anciens !
    Je n’ai pas vraiment beaucoup de souvenirs de cette soupe mais maman qui adorait le lait nous faisait souvent, comme un régal du dimanche, la soupe au lait, tranches de pain trempées dans le lait chaud et sucré.

    Mon mari avait un cousin Chambras dont le père Lucien, était originaire de Meilhard
    Amicalement
    Monique

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 23 mars 2013 18:32, par Catherine Lamandé

    La nôtre, nous n’étions pas « de la campagne » mais « du Bourg », ne mélangeait pas les légumes et le bouillon. La soupe, c’était seulement le bouillon de cuisson des légumes dans lequel, juste avant de servir, maman ajoutait des morceaux du pain rassi et du beurre. Je la revois encore, le pain de 4 livres sous son coude, couper des petits morceaux, chacun avec un peu de croûte... Les légumes formaient le plat principal, suivis du fromage. Jamais de viande le soir. Du pain, du beurre et du fromage autant qu’on voulait, les fruits de saison ou un laitage.
    Et pourtant nous ne manquions de rien. C’était comme ça ! A cause des restrictions de la guerre qui n’était pas loin ? Peut-être un peu, et sans doute des restes lointains d’un passé paysan.
    Le tout bien rassemblés autour de la table de la cuisine.
    Je ne l’aimais pas pourtant cette soupe de légumes ! Combien de fois n’a-t-on pas ajouté les légumes dans mon assiette parce que je ne l’avais pas finie et que tout le monde passait au plat suivant ? Je n’aimais que la « soupe d’oignons au lait », oignons frits sur lesquels on verse le lait, puis le pain rassi bien sûr. Et le « bouillon gras » du pot-au-feu du dimanche soir avec des vermicelles !
    Maintenant je dégraisse le bouillon gras et savoure au bol le bouillon de légumes ! Le tout sans pain !
    Le pain de mon enfance, celui que je chéris et savoure encore, à l’incompréhension de ma famille, il n’est pas trempé dans la soupe, mais beurré et mangé avec un fruit, pomme, poire, fraise !
    De la soupe au dessert, il accompagnait tout.

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 30 mars 2013 22:11, par sophiegwen

    Bonjour, j’ai adoré votre texte.
    Je suis retournée de nombreuses années en arrière avec quelques variantes : la soupe était moulinée et nous mettions chacun le pain au fond de notre assiette. C’était mon grand-père qui faisait le signe de croix sur le pain et ma grand-mère, s’il était posé à l’envers le remettait toujours à l’endroit : « Pour ne pas faire rentrer le diable dans la maison ! ». C’était dans les années 1975-1985. Aujourd’hui, j’ai 43 ans et j’ai la chance d’avoir un adorable petit garçon de 3 ans et tous les soirs, c’est la soupe de légumes, (pas du jardin, je suis en appartement mais du supermarché). Je ne la trouve jamais aussi bonne que celle de ma grand-mère mais mon p’tit gars adore ... « avec le pain dedans, Maman ! ».
    J’ai aussi les souvenirs du petit déjeuner : chocolat chaud pour les enfants, café au lait pour les adultes avec saucisson à l’ail, pâté, rillettes, confitures faites maison, beurre. J’adorais mais ce n’était que chez mez grands-parents, pas chez ma mère.
    Merveilleux souvenirs emplis de tendresse.

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 14 juillet 2014 13:55, par ARNAUD

    Bonjour,

    En recherchant une recette du « mijot » (pain trempé dans du vin sucré à consommer très frais), je viens de découvrir votre très beau texte sur la soupe au pain. La lecture de cet écrit a réveillé en moi de très beaux souvenirs d’enfance et je tenais à vous en remercier.

    Répondre à ce message

  • La soupe au pain de notre enfance 14 juillet 2016 09:04, par jcguittet

    Merci à toutes et tous.
    C’était mon enfance. En Sarthe, on appelait cela la miétté faite avec le lait. en Charentes, on avait remplacé le lait par du vin, sucré, coupé d’eau.

    bonjour à tous

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP