www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne

Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne


jeudi 21 avril 2016, par Michel Waller Gelabert

Répondre à cet article

Après la guerre, j’ai passé mon enfance en Provence, dans les collines de l’Estérel. Nous avions un excellent ami, Louis Montaz, douanier de son état et savoyard, affecté à l’aérodrome de Cannes / St Cassien. De son propre aveu, c’était un poste sympathique et tranquille qui nécessitait tact et diplomatie. En effet, le terrain était alors fréquenté par les avions privés des grands de l’aristocratie internationale en résidence sur la Côte d’Azur. Louis, montagnard discret et réservé, avait confié à mi-mot à mon père qu’il avait eu pendant la guerre des activités secrètes appréciées et reconnues après la libération qui lui avaient valu ce traitement de faveur de la Direction Générale des Douanes.

Notre famille appréciait beaucoup Louis et son épouse. Mon frère et moi écoutions avec passion ce qu’il nous contait de son enfance : la dure vie des fermiers de montagne, isolés pendant les longues nuits d’hiver, les travaux d’été, les soins des animaux, les fêtes de l’estive, la beauté de la montagne. Pour son service militaire il avait été affecté au 7e Bataillon de Chasseurs Alpins d’Albertville. Il avait apprécié le dur entraînement de cette arme, les manœuvres et marches forcées, à pied ou à skis dans les belles montagnes des Bauges, du Beaufortin….

Démobilisé en 1924, il avait choisi d’entrer au Service des Douanes qui recrutait pour les brigades de montagne, de préférence parmi les jeunes formés aux Chasseurs Alpins. Pour son premier poste, il avait été affecté, à la maison de Douane de La Rosière en Tarentaise. Ce poste surveille le passage du col du Petit Saint Bernard, la voie la plus ancienne de traversée des Alpes, la via Alpis Graia des romains. Louis avait découvert ce métier de douanier dans un contexte frontalier très particulier. Il nous a raconté l’histoire de ce coin de montagne.

La Tarentaise, en France, et de l’autre côté du col, la Vallée d’Aoste en Italie, ont fait partie pendant des siècles des États de Savoie, toujours convoités à leurs frontières par de puissants voisins. Au XIXe siècle, sous le Second Empire, la France a combattu aux côtés des troupes du Duc de Savoie pour délivrer les territoires du nord de l’Italie de la tutelle des Autrichiens. En 1860, le duché de Savoie et le comté de Nice sont cédés à la France de Napoléon III par Victor Emmanuel II de Savoie pour services rendus les armes à la main pour assurer l’Unité de l’Italie. La Vallée d’Aoste reste italienne, la Tarentaise devient française. Mais des deux côtés, à cette époque, on parle français ; les familles sont partagées entre les deux versants du col. Pour les habitants, la frontière est une simple création politique et administrative.

Le métier de douanier n’est pas facile, les transits illégaux de marchandises sont évidemment facilités par cette endogamie séculaire. Que peut faire le fonctionnaire français pour exercer les contrôles, d’autant que du côté italien leurs collègues transalpins font preuve d’une mansuétude quasi officielle ?

Notre ami Louis s’efforce donc d’exercer son métier avec efficacité et diplomatie.
Les cas litigieux signalés par les indicateurs relèveraient plutôt de pratiques non conformes aux traditions des passeurs locaux. Il ne nous a jamais raconté des histoires de contrebande, sans doute pittoresques et passionnantes. Le métier de douanier demande de la patience, une grande discrétion, nous disait-il, et le respect du secret professionnel. De tous les souvenirs personnels qu’il nous a relatés, il en est un qu’il ne nous a révélé que beaucoup plus tard, lorsque la confiance intime entre nos familles fut bien établie. Il nous conta alors une histoire qui terrifia les enfants que nous étions. La ferveur, l’émotion avec laquelle il nous relata les faits étaient telles que jamais, même adulte, je n’ai douté de sa sincérité et de la réalité de l’évènement. Je vais lui laisser la parole, essayant de me souvenir aussi fidèlement que possible de son récit et d’autres détails qu’il nous avait donnés au cours de l’évocation de ses souvenirs de montagnard et de douanier.

« A la fin des années 1920, en poste sur le col du Petit Saint Bernard, nous faisions des patrouilles sur la ligne de crête et les flancs des montagnes, le massif des Rousses à l’ouest du col, et le mont Valezan à l’est. Nous pouvions ainsi observer toute la combe du col. Parfois, quand nous étions du côté du massif des Rousses, nous pouvions observer, à la jumelle, sur le flanc opposé, des petites colonnes qui progressaient vers le nord. Pourquoi ces groupes choisissaient-ils systématiquement le côté opposé à notre position ? La distance rendait évidemment illusoire toute intervention. La solidarité de la population des deux versants du col assurait aux contrebandiers un service d’information très efficace.

La brigade était cantonnée à la Maison de la Douane, à la sortie nord-ouest du hameau de La Rosière, commune de Valezan. Sur le haut de la route du col, un peu avant le grand bâtiment de l’Hospice, nous disposions d’une cabane qui dominait la route. A l’abri, mais avec un confort précaire, nous assurions nos vacations de surveillance, contrôles des voyageurs et nos départs de patrouilles, toujours effectuées à deux.

Les jours de relève de l’équipe, nous redescendions à La Rosière, le parcours de retour impliquant un itinéraire variable, imposé par notre chef pour compléter nos investigations et recueillir indices et possibles informations de la part des montagnards. La population locale n’était ni hostile ni méprisante. Elle nous considérait comme faisant partie du jeu ; beaucoup d’enfants du pays étaient d’ailleurs douaniers, un métier assurant salaire et logement. La Direction Générale des Douane veillait seulement à affecter les nouvelles recrues le plus loin possible de leur lieu d’origine afin d’éviter des compromissions familiales et locales. Pour ma part, je venais du nord des Alpes, de Châtel, au bout de la vallée d’Abondance, en Haute Savoie, région de contrebande avec la Suisse toute proche.

Un jour d’hiver, notre vacation terminée, nous rentrons au cantonnement de La Rosière. En fin de matinée, nous prenons la piste sur le flanc ouest de la vallée. Le soleil paresseux de l’hiver a enfin franchi la crête au sud-est où se trouve le fort de la Redoute Ruinée. Il y a quelques années j’y étais venu comme chasseur alpin faire des manœuvres dans la Combes des Moulins : des journées très dures, dans deux mètres de neige, logés dans les casemates et souterrains pas chauffés !

Nous avons prévu de nous arrêter dans un chalet d’estive proche pour rendre visite à Guiseppe, un rude Piémontais qui vit là toute l’année. En compagnie de sa mule, son fusil, ses chiens, et sa femme silencieuse, il passe l’hiver avec ses provisions de bois, de fromage, de farine, de jambon, quelque gibier de braconne et sa solitude têtue. Les douaniers lui rendent quelques services pour des menus approvisionnements depuis le village. Ces attentions bienveillantes nous valent parfois en retour quelques informations imprécises sur des mouvements probables de marchandises illicites.

Giuseppe ne parle que l’italien et le patois de la Tarentaise [1], très proche de celui de ma Savoie natale. Quand nous arrivons, je présente mon jeune et nouveau collègue au maître des lieux. Mais Giuseppe a sa tête des mauvais jours. Je lui demande en patois :

« Que don que ne va pas Giuseppe ? » (Qu’est ce qui ne va pas Giuseppe ?)

Il me répond en italien, la langue de la colère.

« Porca miseria, È ancora tornato, e questa volta ha preso molto dalle mie riserve » (Il est encore revenu, et cette fois il a beaucoup pris dans mes réserves).

Nous demandons de qui il parle, s’il s’agit d’un voleur, nous le chercherons. Mais Giuseppe répond :

« il grande uomo, è ancora passato di qua » (le grand homme, il est encore passé par ici).

Puis il se tait, bougon. Ayant prévu de casser la croûte au chalet, comme d’habitude, nous nous installons à table et sortons nos provisions. Guiseppe se calme, et nous sert le rituel verre de paché, ce vin de montagne parfumé mais râpeux.

J’engage prudemment la conversation, en patois, et Giuseppe reprend de même :

« Giuseppe, perque donc te ne fréme pas ta rèzèrva atot na tsèina e un vèroué ? » (Giuseppe, pourquoi tu ne fermes pas ta réserve avec une chaîne et un cadenas ?).

« Pas la pèina, le gran ommo é fran fort, dz’é aprouvo, i m’éclapie tot per éntrà, et dz’é lamo mé qu’i me prèine na tseucca per se, dze volo pas de tracas » (pas la peine, le grand homme est très fort, j’ai essayé, il me casse tout pour entrer, je préfère qu’il me prenne un peu pour lui, je ne veux pas d’ennuis).

Et Giuseppe se ferme et regarde ailleurs, bon ! pas la peine d’insister. Nous remballons et repartons en silence, après la poignée de main rituelle. Mais au bout d’une centaine de mètres, Guiseppe nous hèle et nous crie :

« Ens bèichen, ne passé per la fouré de Sévoliére per alà i véladzo, i porè ità bén dandzérous, tsandzé de tsemén » (En descendant, ne passez pas par le bois de Sévolière pour aller au village, ça pourrait être très dangereux, changez de chemin).

Mon collègue me dit « il est fou, le bonhomme ». Je lui réponds que Giuseppe parle très peu, mais il n’est pas fou et que si ses paroles sont d’or, elles ne sont pas toujours évidentes à comprendre. Mais devons nous suivre les conseils du Piémontais ? Ma foi, nous sommes les hommes de loi, nous sommes armés, qui pourrait nous menacer ? Nous reprenons notre chemin, les montées et descentes du Dou de Sermons sont franchies sans difficulté avec nos skis à peaux de phoque.

Puis sur la ligne de pente des 1825 m, nous passons l’arête des Zittieux et rentrons dans la forêt dense de sapins de la Sévolière. La journée se termine. Le soleil bas illumine la crête culminant à plus de 2000 m, à l’est de la vallée, et allonge démesurément nos ombres vers notre gauche.

La forêt est silencieuse, de temps en temps le plouf d’un paquet de neige qui tombe d’une branche. Fsch… fsch… nos skis rythment la marche. La piste blanche et claire trace sa ligne onduleuse entre les sapins. Nous en croisons une autre venant de notre droite et poursuivons notre route en silence vers notre cantonnement, la Maison de la Douane, promesse de chaleur et de repos.

Mais il me semble entendre, d’abord lointain, une sorte de souffle derrière nous, des bruits de pas dans la neige, fof… fof… puis ça se rapproche. La sensation se précise, le souffle devient halètement, ce qui nous suit émet quelques grognements, puis une odeur animale, une odeur comme d’étable nous dépasse. Que faire, qui est-ce, pourquoi nous suit-il, est-il hostile, prêt à une action violente ? Je ne sais pas, je décide de continuer à marcher sans rien tenter, comme s’il n’existait pas. Je reste attentif, mais sans réaction apparente, j’évite tout mouvement brusque, gardant le même rythme en regardant obstinément devant moi, le bout de mes skis.

Mon collègue a-t-il remarqué, senti ? Je n’ose détourner le regard, ni lui parler. Sans aucun doute, comme moi, s’il a entendu, il reste pétrifié dans la répétition mécanique de sa progression. La piste tourne un peu vers notre gauche et nos ombres allongées se projettent alors devant nos pas. Entre nos deux silhouettes noires dessinées sur le sol blanc, apparaît une autre grande ombre massive, qui se termine par une sorte de capuchon en triangle à pointe arrondie, et se balance lourdement. J’ai le cœur qui bat, je me mets à transpirer malgré le froid de la nuit qui tombe.

Surtout, ne rien faire, aucun mouvement brusque ; la bretelle du fusil est croisée sur ma poitrine. L’arme est une menace pour l’autre, donc pour moi aussi, je ne dois pas y toucher. La piste repart vers la droite, je pourrais voir l’ombre entière en tournant la tête. Mais surtout ne pas bouger, regarder devant, ne rien faire. Par une trouée dans les sapins, regardant de biais, j’aperçois furtivement les faibles lumières du hameau. Y arriverons-nous sans réaction de l’autre ? Continuer, sans broncher, nous sommes les poursuivis, les intrus sur SON territoire…

Le hameau se rapproche, la forêt va bientôt se terminer. Alors le halètement, le fof…. fof.. des pas s’éloigne, puis, nous n’entendons plus que notre respiration et le chuintement des skis. Ne pas se retourner, nous avançons au même rythme comme deux automates bien réglés.

Arrivés devant la maison de la douane, nous nous regardons, et nous disons

« toi aussi.. » « oui.. » et ce fut tout…

Voici la carte de l’itinéraire en suivant les pistes
JPEG - 84.3 ko
Un clic sur la vignette pour l’agrandir...
« Les dialogues en arpitan ont été traduit par Monsieur Claude Longre, linguiste en franco-provençal (dit aussi arpitan).
Suite à la consultation du site http://www.arpitania.eu pour avis, un membre de cette association, Monsieur Eric Varnay m’a vivement conseillé de me procurer le DVD du film de 1983 « La trace » de Bernard Favre avec Richard Berry. C’est l’histoire d’un colporteur savoyard parti en Italie en 1859 faire son commerce itinérant, un récit très attachant, pittoresque et aventureux. A son retour d’Italie en 1860, il trouve les douaniers récemment installés à la nouvelle frontière qui lui causent quelques soucis. Cet épisode est en quelque sorte le préambule de mon histoire, soixante-dix ans après »

Mars 2016, L’Arpitaniste.

Notes

[1Le « patois » de la Tarentaise et de la Vallée d’Aoste est une langue romane, le franco-provençal ou arpitan : http://www.arpitania.eu/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

13 Messages

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 22 avril 2016 06:27, par André Vessot

    Bonjour,

    Merci pour cet article passionnant qui m’a tenu en haleine, dans un paysage de montagne extraordinaire.

    De plus vous décrivez un métier qui n’avait, je crois, jamais été abordé dans la gazette.

    Mais qui était donc « ce grand homme » ? Avez-vous prévu la suite ?

    Bien cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 22 avril 2016 08:23, par Chantal Cugno

    merci pour votre article très intéressant. mais on reste sur notre faim, la suite viendra-t-elle la semaine prochaine ?
    Je l’espère vivement.
    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Bonjour ,
    Merci pour cet article ,mais qui était ce grand homme ?

    Ce serait bien si nous arrivions à connaitre la suite .

    Merci

    Christiane.

    Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 22 avril 2016 16:29, par Pierre FOY

    Une vieille légende me revient en mémoire.
    Il y aurait eu un genre de yéti dans les alpes.
    On l’appelait le Crétin des Alpes.
    Dans les années 1950 un vieux monsieur, ami de mes parents, racontait quelque chose de très proche qu’avait vécu son grand père dans cette même région vers le milieu du XIXe siècle. Cette créature était appelée du nom cité plus haut et la population locale y croyait dur comme fer selon ce monsieur.

    Répondre à ce message

    • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 23 avril 2016 23:15, par Henri Cartray

      On appelait crétins des alpes les populations des hautes vallées françaises, suisses et italiennes plus ou moins fermées victimes des conditions de vie particulièrement difficiles, des consanguinités multiples et surtout du manque d’iode qui provoquait des goitres démesurés ; (cf Wikipédia, rubrique « Crétins des alpes »)
      Mais un yéti dans les Alpes !!!!????!!!! Ca se saurait !! Le grand-père du vieux monsieur n’aurait-il pas plutôt rencontré un dahu qui, lui, est bien connu des populations locales.
      Amicalement.

      Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 22 avril 2016 18:37, par waller michel

    Chers amis,
    Il n’y a jamais eu de suite à cette histoire, ni d’explication évidemment.
    Chère Chantal et Christiane, ceci n’est pas une feuilleton, mais une histoire incroyable,....mais vrai dans la mémoire collective... sans doute inspiré par un fait réel. Donc je n’ai pas de suite à raconter.
    L’ami Pierre Foy confirme cette croyance qui a peut être multiplié les apparitions aux yeux et aux oreilles des gens qui ont parcouru ces lieux de grande beauté mais combien impressionnants et mystérieux. L’auteur

    Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 22 avril 2016 19:24, par Monique Bondil

    Bonjour,

    il me semble bien que l’expression « grand homme » est donnée à l’ours. Y avait-il des ours dans les Alpes à cette époque ? Je n’en ai jamais entendu parler mais, sait-on jamais ....

    En tout cas, j’ai beaucoup aimé votre histoire. Merci de nous l’avoir confiée.
    Cordialement.

    Monique

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,
    Peut-être était ce un homme sauvage, prenant son « tribut » chez les paysans, pour survivre ou alors quel genre d’animal ? ....
    Je reste sur ma faim comme beaucoup de lecteurs.
    Cordialement.
    J2L

    Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 23 avril 2016 10:31, par Hyvernaud

    Bonjour,

    Merci d’avoir partagé cette histoire étonnante et troublante, il est vrai que l’on aimerait en savoir plus, mais bon notre imagination de grands enfants fera le reste. Et cette région est belle et fascinante.

    Merci

    Catherine H.

    Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 23 avril 2016 15:17, par Rainaldi

    Bonjour,
    Ces souvenirs sont très bien évoqués. Les paroles en arpitan ont du mal à nous faire entendre cet accent italo-provençal si agréable avec ses diphtongues.
    Félicitations.
    Jean.

    Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 23 avril 2016 22:15, par Henri Cartray

    Que trouvait-on à boire chez Giuseppe ? Du genepi, de la grappa ? ou les deux ?

    Répondre à ce message

    • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 28 avril 2016 16:51, par waller

      Pour raconter cette histoire authentiquement relatée, il fallait que je l’habille un peu. Les chalets d’estive et les « indicateurs » des douaniers sont des éléments vrais. J’y ai rajouté un habitant piémontais qui paye un coup au douanier. Tout d’abord il servait du Barolo, ERREUR m’a dit un spécialiste des vins, c’est un cru très cher, un autre m’a cité le paché, vin de montagne raide et moins cher.
      Bref en reprenant et en meublant cette histoire mes connaissances en histoire, linguistique, topographie, etc se sont prodigieusement enrichies par l’enquête.
      Avis aux généalogistes très sérieux de ce site , fixés sur des grimoires et énigmes d’archives pas toujours très allègres, partant de faits et écrits sûrs, brodez un peu et racontez nous de belles histoires, en précisant néanmoins la vrai source du scénario , comme pour le remarquable film « La trace » à sa manière totalement authentique.

      Répondre à ce message

  • Une étrange et insolite rencontre en haute-montagne 24 avril 2016 10:40, par DURAND

    il s’agissait manifestement d’un ours ; l’ombre de sa tête est
    en effet triangulaire , et il arrivait que les ours alpins marchent debout sur quelques dizaines de mètres ; pour mémoire le dernier ours des Alpes a été tué aux environs de 1910 sur le Salève par des chasseurs et a donné lieu à l’impression d’une carte postale sur laquelle , on voit bien que l’ours ne devait pas dépasser 1m90 , le surnom de « grand homme » correspond au fait qu’à l’époque du récit , la taille moyenne des hommes se situait entre 1m60 et 1m70 !!!

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP