www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Dossiers > Patrimoine > Reportages > La Loire et le Loiret

La Loire et le Loiret

Conversation utile entre le fleuve et son affluent

Le vendredi 29 décembre 2006, par Jean-Pierre Bernard

Une fable de l’année 1809 imagine une conversation entre la Loire, beau et grand fleuve majestueux, à la merveilleuse lumière du soir, le seul encore sauvage en Europe, et son petit affluent, le Loiret, qui a donné son nom au département. C’est assez savoureux... jugez-en :

La Loire et le Loiret

La Loire :

Petit ruisseau, pourquoi viens-tu toujours
De mon onde troubler le cours ?
C’est fatiguer, lasser ma présence :
C’en est fait, dès ce jour je veux
Que nul rapport n’existe entre nous deux ;
Tout me l’ordonne, tout, ma grandeur, ma naissance.

Le Loiret :

Ta grandeur, ta naissance ? ah ! voilà du nouveau.
Mais lorsque dans ton sein je dépose mon eau,
Je suis l’ordre établi, voulu par la Nature,
Et fort mal à propos ton orgueil en murmure.

La Loire :

Que dis-tu ? la Nature en cela ne fait rien ;
Elle s’occupe peu de ton sort et du mien :
Echappés de ses mains, c’est à nous seuls sans doute
A choisir, à changer, à suivre notre route.

Le Loiret :

A merveille ! crois-tu vraiment ce que tu dis ?
Eh bien ! si de changer il est aussi facile,
Que ne commences-tu ? dès l’instant je te suis.

La Loire :

Tel n’est pas mon projet : dans mon cristal mobile
J’aime à voir réfléchir ces superbes coteaux
Entre lesquels j’amuse et promène mes flots.
Tout changement d’ailleurs paraît étrange,
Quand il est sans but et sans fruit ;
C’est à celui qui gêne, qui dérange,
A se soumettre aux goûts de ceux auxquels il nuit.

Le Loiret :

Bien : un instant j’admets qu’il soit possible
Que de la mer sans toi j’apprenne les chemins ;
Que, pour rendre ma course utile à tes desseins,
Je prévienne, en fuyant, tous les ruisseaux voisins
Qu’à leur amitié peu sensible
Tu veux sans nul secours fertiliser tes bords ;
Et s’ils vont t’obéir ?

La Loire :

Tant mieux : j’obtiens alors
Le premier rang parmi les filles de Neptune.
Dans son sein j’irai seule épancher mes trésors,
Et ma gloire... ma gloire en sera moins commune.

Le Loiret :

Nouvelle erreur ou nouveaux torts.
Abandonnée à tes simples efforts,
Jamais tu ne pourrais achever ta carrière,
Ou ton cours serait languissant.
Fleuve, tu deviendrais une faible rivière,
Si ces petits ruisseaux, que tu dédaignes tant,
Du tribut de leurs eaux n’alimentaient la tienne.
Va, ma soeur, et qu’il te souvienne
Que dans ce monde il n’est petit ni grand
Qui par quelque côté l’un à l’autre ne tienne.

Par M. Legier, ex-Législateur
Membre de l’Académie celtique"

On dirait du La Fontaine... sans les animaux !

Pour qui se prenait-elle, cette Loire, fière et arrogante, dénigrant ses affluents, qui lui sont pourtant indispensables ?

Le Loiret, avec ses quelques kilomètres de cours, lui damme le pion... et il a raison. Il faut remettre les choses en place.
Et puis chacun a sa place, dans ce monde !

Et puis la morale de cette fable :

« ... dans ce monde il n’est petit ni grand, qui par quelque côté l’un à l’autre ne tienne ».

A méditer......

La Loire

Mais un conseil, si vous passez par Orléans, regardez le soleil se coucher sur la Loire, dans les environs d’Orléans.... quelle beauté !

Regardez le fleuve, majestueux, tranquille, serpentant le long de ses rives et de ses côteaux... quel calme !

Vous verrez, tout de même, que la Loire avait quelques raisons d’être fière !

Texte de la fable : Annales périodiques de la ville d’Orléans.
(6e année - N°590 - Samedi 26 août 1809 - p.151,152)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 Message

  • La Loire et le Loiret 10 mars 2017 16:00, par pruneau p.

    originaire du Loiret, je ne connaissais pas ce délicieux poème. Evidemment de nos jours tout le monde sait que le Loiret qui jaillit à olivet est une résurgence de la loire qui n’est qu’un immense oued dont le lit n’est que sable, dans son parcourt loirétain.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP