www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Histoire locale > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais

L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais

La galère ! ...

Le dimanche 1er avril 2007, par André Aubonnet

Quand on rêve d’un prince parmi ses ancêtres et que l’on trouve un bagnard...

Mon ancêtre Benoit AUBONNET [1]
(1697-1777) habitant la paroisse de Saint Bonnet le Troncy (Rhône), exerçant la profession de voiturier a été condamné en 1754 et est parti comme bagnard à Toulon.




On trouve sa trace sur « La liste des galériens Rhône-Alpins à Marseille ou bagnard à Toulon » établie par Sylvain Poujol d’après le Registre d’enregistrement des bagnes (Bibliothèque Généalogique de Paris), et le Service historique de la marine à Toulon.

A son arrivée à Toulon, Benoit a été inscrit sur le registre du bagne avec :

  • son nom : AUBONNET Benoit
  • son âge : 62 ans (en réalité il a 57 ans mais il s’est déclaré plus agé, car il sait que les prisonniers de plus de 60 ans sont un peu moins maltraités).
  • l’année de condamnation : 1754
  • le prénom de son père : Jacques (mentionné décédé)
  • le nom de sa mère : GUEYDON Pierrette (mentionné décédée)
  • le nom de sa femme : GIROUX (GIRAUD Marie)
  • son lieu de naissance : St Borme ? (St Bonnet)
  • son matricule : 7960

Ferrement d'un bagnard

Comme tous les détenus, après avoir certainement croupis quelques mois dans la prison la plus proche de St Bonnet le Troncy, il intègre « la Chaîne » des prisonniers qui descend du nord de la France et passe par le Beaujolais pour rejoindre à pied la ville de Toulon.


Ces groupes de plusieurs dizaines de forçats sont enchaînés deux à deux (d’où le nom de chaîne) et sont conduits sous la contrainte par des gardes, avec peu de nourriture en passant par les places publiques des villes afin que ces hommes soient vus par les habitants pour faire dissuasion auprès du peuple.
Tous les condamnés n’arrivent pas à destination ; une partie (les plus vulnérables), meurt en route.

Bagnards au travail

A partir de 1748, sous Louis XV, les galères sont plus ou moins abandonnées car elles ne sont plus assez efficaces pour la guerre, si bien que les prisonniers sont cantonnés dans des bagnes.

Au bagne de Toulon, les détenus sont employés à travailler au port et à la construction de l’Arsenal de Toulon.
A partir de cette époque les conditions des forçats sont un peu moins inhumaines, ils sont mieux nourris que sur les galères et ils touchent une solde.

C’est le cas pour Benoit car il en est revenu. On ne connaît pas la durée exacte de sa peine qui a été de moins de 5 ans car il était présent chez le notaire le 11/01/1759 pour un acte de reconnaissance de dette. On peut en déduire que Benoit devait être solide car il a vécu jusqu’à l’âge de 80 ans.
II faut dire que 50% des prisonniers mouraient sur les galères.

Il est probable (cela reste à vérifier), que Benoit a été condamné pour commerce illicite de sel (faux saunage) comme beaucoup de bagnards.
En effet à cette époque existe la GABELLE, un impôt très impopulaire et très élevé sur le sel, dont le montant est inégalement réparti suivant les régions de France. Ceci favorise un marché noir du sel très important malgré la grande répression de la sénéchaussée.


Le prix du sel est donc très différent entre le Lyonnais (petite gabelle) et la Bourgogne (grande gabelle).
St Bonnet le Troncy se trouvant à la limite des deux régions reliées par le chemin appelé maintenant GR7 et à l’époque Route du sel, Benoit étant voiturier, on peut imaginer la suite de l’histoire ! ...


Nota : Il devrait être possible de consulter les anciens registres du bagne de Toulon au Service Historique de la Marine à Toulon (Impasse de la Corderie) afin de verifier le motif de la condamnation, le signalement du condamné et aussi d’autres précisions, ce que je n’ai encore pu faire. Si certains d’entre-vous fréquentent ces archives...

Sources :

  • Recherches généalogiques aux Archives départementales du Rhône.
  • Liste des Galériens Rhône-Alpins à Marseille ou bagnards à Toulon établie par Sylvain Poujol.

Les gravures proviennent de :

  • Pierre Zaconne, Histoire des bagnes, Paris, Victor Bunel, 1870.
  • Maurice Alhoy, Les bagnes, histoire, types, mœurs, mystères, édition illustrée, Paris, G. Havard, 1845.
    Ces deux ouvrages sont disponibles chez les bouquinistes et consultables à la Bibliothèque Municipale de Caen ou au CRBC (Centre de Recherche Celtique et Bretonne) à Brest.

Complément :
Les lecteurs intéressés par le sujet peuvent aussi lire le parcours de sébastien Paturel lui aussi condamné au bagne.


[1Précisions généalogiques concernant Benoit Aubonnet :

JPEG - 136.1 ko
Acte de baptême de Benoit Aubonnet

Fils de Jacques Aubonnet (1668-1730) et de Pierrette Gueydon.
Petit-fils de Benoist Aubonnet et de Antoinette Vincent.

  • Né le 03/12/1697 à St Bonnet le Troncy.
  • Baptisé le 04/12/1697 à St Bonnet le Troncy (voir acte de baptême ci-dessous).
  • Marié le 21/12/1718 à St Bonnet le Troncy avec Marie Giraud.
    Ils ont eu 8 enfants nés entre 1721 et 1744.
  • Décédé le 31/01/1777 à St Bonnet le Troncy.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

14 Messages

  • > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 14 avril 2007 06:55, par mamie maud

    BOnjour, Monsieur,ou Madame
    Je viens de lire votre article sur votre encêtre Benoit. Tout m’intéresse ,je lis jusqu’aubout et je vois que vous avez une marie GIRAUD. dans votre famille,moi-même issue des GIRAUD du côté de ma mère

    Comment savoir si votre branche , rejoind la mienne Mes GIRAUD était des alpes maritimes dont certains, ont rejoint l’algérie avant 1830 .

    Une réponse de votre part me serais très agréable, d’avance je vous en remercie

    EMAIL/ donzil.mauricette chez neuf.fr

    P.S des Marie, Antoine, Joseph,André, jean Baptiste,sont des prénoms que je retrouve dans mag énéalogie une mamie Maud

    Répondre à ce message

  • > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 14 avril 2007 09:01, par Petitbuisson

    Passionnant quand on retrouve ces histoires.
    J’ai lu votre article avec beaucoup de curiosité et d’intérêt !
    Michel.

    Répondre à ce message

  • > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 14 avril 2007 09:15, par Henri Cailleret

    Bonjour,

    Je recherche aussi des infos sur un ancêtre né dans le 62 et mort à Toulon en 1826,les archives de la Marine impasse de la Corderie ne sont pas en libre accès,j’ai donc du leur écrire pour demander à avoir cet accès et j’attends la réponse....
    J’habite à La Ciotat et dès que j’en aurai la possibilité je vais m’y rendre et si j’en ai la possibilité,j’essaierai de trouver vos infos.
    A bientôt
    Henri

    Répondre à ce message

    • > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 14 avril 2007 17:39, par André Aubonnet

      Bonjour,

      Je tiens à bien vous remercier pour votre offre de contribution, et vous souhaite une bonne recherche sur votre ancêtre.

      Bien cordialement

      André Aubonnet

      Répondre à ce message

    • > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 1er juin 2007 23:03, par cuyaubere anne

      Bonjour, je compte faire des recherches à Toulon, notamment sur les bagnards, vous aviez l’air de dire qu’il y a des démarches spécifiques à accomplir...pouvez vous m’en dire plus ? Avez vous pu vous y rendre et trouver les informations que vous recherchiez ?
      Merci Anne Cuyaubère

      Répondre à ce message

      • > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 2 juin 2007 09:29, par Henri Cailleret

        Bonjour,

        Dans mon cas,j’ignorais s’il avait bien été bagnard,je n’avais que la mention du décés à Toulon à 42ans:pour un ch’ti c’était curieux.
        Je suis donc parti des listes décennales de Toulon (sur Intenet),puis demande d’un acte de décés aux archives municipales de Toulon,et avec la date de décès et le lieu :Hôpital Maritime j’ai pu demander l’accès au service historique de la marine ( Service Hisorique de la défense Dpt Marine BP 45 TOULON ARMEES ) en précisant les noms et date de ° et + avec une enveloppe timbrée pour la réponse.Sous quinzaine j’ai reçu un courrier me donnant le n° de matricule et celui du registre où il figurait .A partir de là on peut écrire ou envoyer un fax (minimum 2 à 3 jours avant )pour consulter le registre sur place ,mais il faut téléphoner avant pour s’assurer que la demande a bien été traitée...
        La salle de lecture est au passage de la corderie ( juste en face du parking de la place d’armes,on peut y prendre des photos sans flash et la salle n’est pas trop éclairée:prévoir un pied)
        La consultation du registre est intéressante:on y trouve la date du procès,la condamnation et son motif,les dates d’exposition et d’arrivée au bagne,et dans les cases suivantes les mêmes renseignements pour ses compagnons d’infortune arrivés en même temps.
        Parmi les condamnés à 5 ans:vol d’argent ou complicité de vol de pommes. Vol de 3 chemises et d’un pain en récidive = perpétuité....(il ne s’appelait pas Jean Valjan !) dans les années 1820-1830 on trouve la précision :décédé à l’hôpital du bagne dans environ 30% des cas.
        A votre disposition en cas de besoin
        Amicalement
        Henri

        Répondre à ce message

  • > L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 14 avril 2007 14:07, par citrouilleno3

    l’histoire de benoit démontre bien que l’on peut retrouver des ancêtres très loin dans le temps même s’ils ne sont pas des princes ! merci pour ce récit,danielle

    Répondre à ce message

  • L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 13 août 2007 16:07, par André Aubonnet

    Les présomptions de commerce illicite de sel par Benoit s’avèrent donc exactes. En effet :

    Trois autres condamnés habitants les paroisses voisines de Saint Bonnet le Troncy sont entrés au bagne de Toulon en même temps que Benoit car les 4 numéros matricules se suivent et vont dans l’ordre croissant du plus jeune au plus vieux.
    Peut-être ont-ils été condamnés et jugés ensemble pour faux saunage en attroupement ?
    C’est à dire qu’ils auraient fait le commerce illicite de sel ensemble.

    Les anciens registres du bagne de Toulon au Service Historique de la Marine à Toulon (Impasse de la Corderie) ont été consultés par Mme Anne Cuyaubère lectrice de mon article, que je remercie encore, et qui a relevé et m’a transmis tous les renseignements suivants :

    Document : matricule des signalements de la chiourme du port de Toulon contenant 446 feuillets du n°5567 au n°12452 de l’année 1751 à 1759 (mais en fait s’arrête en 1754)

    p.121 « des prisons de Lyon, 20 hommes » dont :

    -N°7957- Pierre Genevois, fils de Jean et de ( ) Claudine Chabert, garçon tisserand âgé de 28 ans, natif de Lamure, taille moyenne cheveux barbe et sourcils noirs, visage ovale plein, les yeux bruns, nez gros et écrasé, condamné à Villefranche par sentence des officiers de l’élection du 26 mars 1754 pour faussonnage à trois ans ;libéré le 26 mars 1757 par ordre du roi du 23 février de l’année.

    -N°7958- Jean Goudon fils de feu Antoine et Jacqueline Zeran, garçon tisserand âgé de 35 ans natif de Lamure en Beaujolais évêché de Macon, taille basse cheveux barbe et sourcils châtains bruns, visage ovale, yeux gris, nez bien fait ayant une cicatrice au haut du front du coté droit, condamné à Villefranche par sentence (…idem Genevois) ; libéré (idem).

    -N° 7959- Mathieu Aucroux, fils du feu Philibert et de feu Pierrette Boneva marié à Jeanne Labrousse, tisserand âgé de 46 ans, natif de Claveisolles diocèse de Macon, bonne taille cheveux barbe et sourcils bruns, visage ovale, les yeux gris, nez long et pointu condamné à Villefranche (idem) ; libéré (idem).

    -N° 7960- Benoît Aubonnet, fils de feu Jacques et de feu Pierrette Gueydon , marié à Marie Giraud, sans métier, âgé de 62 ans, natif de St Bonnet le Troncy en Beaujolais diocèse de Macon, bonne taille, cheveux barbe et sourcils châtains, visage long, les yeux gris, le nez gros et long creusé de petite vérole, condamné à Villefranche par sentence des officiers de l’élection du 26 mars 1754 pour faussonnage à trois ans, libéré le 26 mars 1757 par ordre du roi du 23 février de l’année.

    Nota :

    • Benoit s’est déclaré « sans métier » de même qu’il s’est déclaré agé de 62 ans au lieu de 57 ans sans doute par ruse.
    • Il aurait donc séjourné quelques temps dans les prisons de Lyon avec 20 autres détenus, avant de partir pour Toulon.

    André Aubonnet

    Répondre à ce message

  • Quelle surprise en lisant votre article. En effet Benoît se trouve faire parti de mes ancêtres (sosa n° 134). Me voici donc aussi avec un bagnard faisant parti de mes ascendants.Il faut dire qu’à l’époque les peines étaient sévères !
    Si vous souhaitez que nous partagions nos généalogies, je vous transmets mon adresse e-mail : bettyvalety chez orange.fr
    Et encore merci pour votre article...

    Répondre à ce message

  • L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 5 mars 2008 19:57, par roger giraud

    Je m’appelle roger giraud né à Cours-la-Ville et réside à LYON. Nous sommes issus de St Bonnet le Troncy. Il y a donc des chances que Marie Giraud soit une de mes ancêtres... Il y a également de nombreux Aubonnet à Cours.
    Mon grand-père, Léon Giraud est né à Cours en 1885. Son père Jacques GIRAUD est né à St Vincent de Reins en 1848. Le père de ce Jacques est Claude-Marie Giraud né en 1779 à St Vincent de Reins. Et le père de Claude-Marie, Joseph Giraud est né en 1746 à St Bonnet de Troncy.
    Contactez-moi si vous désirez des renseignements plus précis.
    e-mail : daroda69 chez club-internet.fr
    tel 04 78 53 42 68

    Répondre à ce message

  • L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 9 septembre 2008 23:25, par Bernard

    j’ai moi aussi un ancêtre bagnard (découverte réalisée par un ami « cousin » généalogiste). De mon côté, j’ai pu retrouver aux archives départementales du Finistère le procès ainsi que toute la procédure d’instruction.
    Cette affaire se passait en 1804, quelques mois avant le couronnement de Napoléon.
    Mon aieul (l’arrière grand-père de mon arrière grand-père...) a ainsi été condamné à douze années de bagne pour vol de grains en réunion et de nuit de surcroît ! Le pauvre homme est mort au bagne de Brest au bout de six mois. Il avait alors 27 ans. Laissant un fils unique âgé de deux ans (sans lequel je ne serai pas là : il s’en est fallu de peu n’est-ce pas ?)

    Bernard

    Voir en ligne : http://pagesperso-orange.fr/epervie...

    Répondre à ce message

  • L’histoire de Benoit, bagnard du Haut Beaujolais 31 août 2014 08:16, par jean-claude aubonnet

    Bonjour,
    ce Benoît Aubonnet est vraisemblablement mon ancêtre. Je suis originaire de Chauffailles, le reste de la famille Aubonnet se trouve dans cette région, notamment Cours.
    Amusant : nous avons appelé notre fils Benoît, c’est donc l’homonyme de ce prestigieux ancêtre (!).
    Cordialement
    JClaude Aubonnet

    Répondre à ce message

  • Recherche sur sa présence à Toulon. 19 octobre 2014 18:19, par DELVAR Daniel

    Bonsoir,Madame, monsieur,

    Je suis à la recherche de toutes informations,sur les raisons
    de la présence de Louis DELVARRE né à REBECQUES dans le Pas de Calais.
    Cet aieul est décèdé à l’hopital maritime le 10 octobre 1826 à l’age de 52 ans.
    Serait-il possible de connaitre son matricule et les raisons de la présence éventuelle au bagne de Toulon.
    Par avance, merci,
    DELVAR Daniel.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP