www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Culture et mentalité » L’amant cocufié (comédie en 7 actes)

L’amant cocufié (comédie en 7 actes)

ou les aventures extra conjugales de Nicolas Médard Audinot


jeudi 13 janvier 2011, par Didier Desnouvaux

Répondre à cet article

Vaste sujet que celui des cocus. Dans son Tableau analytique du cocuage, Charles Fourier, philosophe autodidacte des XVIIIe et XIXe siècles, a dressé une liste de 76 types de cocus. On peut prendre la chose en rigolant ou en grinçant des dents, en criant au meurtre ou en s’immolant. Tout dépend de la tolérance au drame, au ridicule ou aux potins. "Le cocu grandiose ou impassible est celui qui ne s’affecte ni ne plaisante du cocuage qu’il entrevoit et conserve un calme parfait, sans descendre à aucune démarche qui prête au ridicule. Tels sont dans la classe opulente la plupart des époux mariés par intérêt", écrit le spécialiste du cocuage.
Nicolas Médard Audinot était un spécialiste du genre, mais il appréciait fort peu d’être lui même la risée des autres.

L’amant cocufié (Comédie incomplète en 7 actes)

Beaucoup de généalogistes connaissent la prestigieuse carrière Nicolas Médard AUDINOT, né le 8 juin 1732 à Bourmont, comédien créateur du théâtre pour enfants. Par contre sa vie privée reste bien obscure, ne serait ce qu’en raison des nombreuses aventures qu’on lui prête. Levons le rideau sur celles-ci.

Acte 1 : la femme adultère et son prétendant

En 1755, alors qu’il était musicien concertiste pour la ville de Nancy, AUDINOT « s’amouracha de Françoise CAILLOUX, femme d’un sieur de LAPRAIRIE, architecte dans cette ville ». Cette dernière, dite CATEAU, née à Nancy le 29 juin 1725, y avait épousé Richard CALAME dit LA PRAIRIE le 29 avril 1744 et lui avait donné trois enfants. En 1756, elle abandonne mari et progéniture pour s’enfuir à Paris, bientôt rejointe par Nicolas Médard AUDINOT. Sur les recommandations de son frère, maître perruquier, celui ci entre dans la musique du duc de GRAMONT et s’installe avec sa compagne.

Acte 2 : le règne de l’illégitimité

Deux enfants viendront rapidement au monde :

  • Marie Françoise AUDINOT, née le 7 octobre 1756, à l’Hôtel-Dieu à Paris, décédée le 18 octobre 1756.
  • Cécile AUDINOT, née le 12 décembre 1757, à Versailles, décédée le 17 juin suivant.

L’argent manquant dans le couple -illégitime- mais qui se présentait comme tel, Nicolas Médard AUDINOT abandonne à son tour femme et enfant pour partir au Havre, rapidement rejoint par sa compagne et leur fille. En 1759, ils reviennent rabibochés à Paris. Quelque temps après, AUDINOT ouvre un théâtre à Versailles, puis un spectacle de marionnettes à la foire Saint-Germain. Celles ci sont rapidement remplacées par de jeunes enfants qui y jouent les pièces de théâtre.

Acte 3 : la maîtresse délaissée

En 1769, AUDINOT rompt de celle qu’il présentait partout comme sa femme. Entre temps était née une troisième fille qui travaillait avec son père : Josèphe Eulalie AUDINOT née le 19 mars 1759. Elle fut baptisée le lendemain à Paris Saint-Sulpice : « Le 20 mars 1759, a été baptisé Josèphe Eulalie née d’hier, fille de Nicolas AUDINOT, musicien, et de Françoise DUBOIS, son épouse, demeurant rue des boucheries ». Pour cacher leur union illégitime, Françoise CAILLOUX avait pris un nom d’emprunt, et en quittant AUDINOT, elle reprend celui de LA PRAIRIE surnom de son ex-mari décédé depuis le 8 octobre 1762 à Nancy, part avec sa fille et la place au couvent des Dames de Saint-Michel.
Pourquoi cette rupture survint-elle au bout de douze ans de vie commune ? Aucune réponse ne peut être apportée avec certitude, mais toujours est-il que la veuve LA PRAIRIE réclamait que Nicolas Médard AUDINOT l’épousa, depuis au moins 1768, ce qu’il avait toujours refusé de faire.

Acte 4 : les amants réunis

C’est alors que la justice rattrape le couple AUDINOT-CAILLOUX et les condamne, le 19 janvier 1776, par une sentence rendue au Châtelet de Paris, à « trois livres d’amende, à demander pardon à Dieu, et à être immédiatement écroués en prison pour s’être permis d’enregistrer leurs enfants en se déclarant régulièrement mariés ». Ils sont alors séparés de corps et l’histoire ne dit pas s’ils furent enfermés.

Acte 5 : Quand le passé refait surface

Nicolas Médard AUDINOT n’est toutefois pas au bout de ses surprises. En effet, dès le lendemain 20 janvier 1776, le sieur JOUGLAS, garde des maréchaux de France porte plainte contre lui pour avoir séduit, en 1772 en Corse, sa femme et sa fille alors âgée de 14 ans. Pour échapper à la justice (et à Françoise CAILLOUX ?) Nicolas Médard AUDINOT 44 ans, épouse alors Jeanne Marie JOUGLAS 18 ans. Mais ce n’était qu’un pis aller…

Acte 6 : le retour du bâton

Ils vécurent quelques années heureux et eurent un enfant, jusqu’à ce que le 4 juin 1783 son épouse porte plainte « en séparation pour coups et mauvais traitement ». AUDINOT semblait en effet être relativement violent puisque même leur fils alors âgé de trois ans avait eu à subir quelques brutalités. Qu’importe, puisque le 28 novembre de la même année 1783, c’est au tour de Nicolas Médard AUDINOT de porter plainte contre Jeanne Marie JOUGLAS parce qu’après « une résistance de plusieurs années, madame AUDINOT avait fini (en 1782) par céder aux obsessions d’un sieur Abraham D… ». Finalement AUDINOT était peut être un jaloux violent ! En tout cas il n’admettait pas d’être trompé.

Jeanne Marie JOUGLAS est alors placée à l’abbaye de Saint-Antoine mais le régime devait être sévère puisqu’elle en change rapidement pour un couvent plus tolérant, celui de la Mère de Dieu, ou elle entre sous le nom d’emprunt de DAUSSY… avant de s’évader avec son amant. Au bout de quelque temps elle s’en revient bravement chez les religieuses, et la vie reprend son cours tortueux…

Acte 7 : l’impossible sagesse

En 1787, AUDINOT reprend l’instance de 1784 car sa femme « recevait tous les jours le sieur D… ». Son but, empreint d’humanité, était alors d’ «  obtenir l’incarcération de sa femme dans une maison ou elle put faire d’utiles réflexions ».

La suite de ce qui pourrait apparaître comme un vaudeville nous est inconnue, et Nicolas Médard AUDINOT meurt finalement le 21 mai 1801 à Paris.

Qui a dit qu’il est plus facile de faire actuellement une généalogie que celles que feront nos successeurs à l’époque des divorces, des familles recomposées, de la vie maritale, du pacs, et du libre choix du patronyme transmissible ? Seul le délit d’adultère a disparu, mais toutes les difficultés sont déjà présentes.

La seule fille de la famille AUDINOT-CAILLOUX étant parvenue en âge de procréer semble avoir terminé sa vie en religion ; sinon quel nom auraient dû légalement porter ses éventuels descendants : Le patronyme de leur père biologique, celui du mari légitime ou le nom de jeune fille de leur mère ?

Une fois de plus il est démontré que la généalogie ne doit pas s’établir qu’à partir des seuls actes de naissance unions et décès, ou des tables de mariages dont les limites sont ici atteintes, mais en essayant de reconstituer la vie de nos aïeux avec leurs heurts et malheurs. Si les histoires de cocus font toujours rire, le vieil adage "maman sûr, papa peut-être" déclenche moins d’hilarité chez le généalogiste ainsi trompé.

Reste la généralisation des tests ADN pour établir les filiations, mais alors tant pis pour l’éthique et… la paix des ménages.

P.-S.

Nicolas Médard Audinot (né à Bourmont -52- le 7 juin 1732 et mort à Paris le 21 mai 1801) fut tour à tour attaché au Concert de la ville de Nancy (1755), musicien chez le duc de Gramont à Paris (1756), comédien de province (1757) et acteur à l’Opéra-Comique (1758-1762). Il éleva en 1762, à la foire St-Germain, un petit théâtre de marionnettes, dont chaque figure imitait un acteur de la Comédie-Italienne. Comédien dans la troupe du prince de Conti (1763), de nouveau acteur à la Comédie-Italienne (1764), directeur du spectacle de Versailles (1767) qu’il dirigea pendant deux ans ; puis il revint à Paris où il établit, en 1769, des bamboches ou comédiens de bois qui attirèrent la foule, et bientôt Audinot put fonder la salle de l’Ambigu-Comique, où il substitua des enfants à ses marionnettes. En 1772, il fit représenter de grandes pantomimes, qui firent sa fortune. Audinot a aussi composé quelques pièces pour son théâtre, citons : La Partie de chasse, pantomime (1769) ; La Musicomanie, comédie (1774) ; Le Prince noir et blanc, féerie en deux actes, en société avec Mussot (1780) ; Dorothée, pantomime en trois actes avec un prologue, en société avec le même (1782), etc.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP