www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » L’affaire Edmond Reboul

L’affaire Edmond Reboul

Pour la première fois en 1882, une chasse à l’homme est organisée en récompense d’une prime offerte par le maire de Villenave d’Ornon.


jeudi 5 juin 2014, par Christian Barbezieux

Répondre à cet article

Parmi les affaires judiciaires qui ont marqué l’histoire de Villenave d’Ornon figure un crime atroce commis le 26 mars 1882 sur la personne du vieil homme Jean Penot. Le coupable présumé, un certain Edmond Reboul, était un marginal issu du Dépôt de la mendicité de Bordeaux. Ce crime d’argent semble banal tant les faits criminels dans la commune sont assez nombreux à cette époque, et que la somme dérobée est dérisoire. Or ce malheur a profondément ému les habitants et notamment le premier d’entre eux, le maire de Villenave d’Ornon Raoul Guillemot.

Nous avons recherché dans la presse locale et nationale pourquoi l’histoire de ce crime a été autant diffusée, et nous nous sommes aperçus que le meurtre de Jean Penot permit à la municipalité d’adopter une démarche nouvelle pour le déroulement de l’enquête. En effet, le maire écrit une lettre datée du 26 août 1882 qu’il fait publier dans le quotidien national parisien le XIXe siècle le 2 septembre. Cette circulaire, tel que la nomme Raoul Guillemot, relate les détails sordides du crime, mais surtout donne le signalement précis du meurtrier nommé Edmond Reboul, natif de Sète le 10 juillet 1839 – la cité héraultaise s’orthographiait à cette époque Cette - , « fils de feu Etienne Reboul, cloutier, et de feu Anne Boudet, de taille moyenne, cheveux châtains et barbe rousse » [1].

Extrait du journal « le XIX<sup class="typo_exposants">e</sup> siècle » du 2 septembre 1882

Le maire de Villenave d’Ornon ne manque pas de préciser qu’une récompense de mille francs sera remise à toute personne ayant des informations sur le présumé coupable du meurtre. L’annonce de cette récompense est diffusée dans plusieurs journaux nationaux, suscitant la curiosité des journalistes pour ce crime. Il est rare en effet qu’un élu local mette autant d’ardeur à retrouver un criminel par le biais d’une prime, comme en témoignent les extraits de la circulaire : «  Il y a contre cet assassin mandat d’arrêt. Son arrestation est donc de droit (…) ; tout indice, tout renseignement sera accueilli avec reconnaissance par les parquets de France et à la mairie de Villenave d’Ornon (…). Je voudrais quelque chose de plus, un article accompagnant cette circulaire, la commentant, disant à la presse le service qu’elle peut rendre en pareil cas à la sécurité publique (…). Il peut paraître aussi surprenant que M. Guillemot eût l’idée d’une prime en argent, alors que le système de la récompense, plutôt anglo-saxon, est très peu utilisé en France à cette époque.

L’enquête détermine rapidement les circonstances du crime : dans la nuit du 26 mars 1882, Jean Penot reçoit chez lui le mendiant Edmond Reboul. Ce dernier croit que le vieil homme détient une somme d’argent, ayant souvent entendu Jean Penot parler d’une « découverte qui allait transformer l’industrie de la région ». Edmond Reboul se jette sur lui, l’assénant de coups avec une pique de vigneron et une broche à rôtir. Jean Penot agonisant, le jeune mendiant lui écrase le visage maculant ses chaussures de sang. E. Reboul part en courant avec quelques pièces de monnaie seulement, alors que près de quatre cents francs étaient disposés dans une armoire.

Pas de cris, pas de témoins. Or comment autant de détails ont-ils pu être rapportés aux journalistes ? La seule preuve existante réside dans la paire de chaussures. Reboul l’avait cachée sous le lit de Jean Penot. Celle-ci était tachée du sang de Penot, sur lequel étaient collées quelques mèches de cheveux. L’enquête en conclut que la paire de chaussures, identique à celles données aux mendiants du Dépôt de Bordeaux, appartenait bien à Edmond Reboul. Il suffisait désormais de retrouver le fugitif.

La traque à l’encontre de E. Reboul dure un peu plus d’une année, jusqu’à son arrestation le 16 avril 1883 à Sète.

Article du « Petit Cettois » du 17 avril 1883

Mais le mendiant a un alibi de taille : il déclare à la Cour d’appel de Bordeaux qu’il se trouvait à l’hospice de Pampelune en Espagne le jour de l’assassinat ; que les chaussures ensanglantées ne lui appartiennent pas et qu’aucun témoin ne peut affirmer avec certitude l’avoir vu à Villenave d’Ornon le soir du meurtre. D’ailleurs personne n’est capable de prouver qu’il se trouvait à Pampelune le 26 mars 1882, ni même avec quel argent il s’est déplacé jusqu’à Sète. ! La Cour ordonne alors sa mise en liberté immédiate le 2 mai 1883 : Jean Penot est mort pour rien et son meurtrier n’a pas été retrouvé à notre connaissance [2].

Voir en ligne : Pour en savoir davantage sur l’histoire locale de Villenave d’Ornon en Gironde, consultez les bulletins sur le site de l’ARHO

Notes

[1Extraits du journal le XIXe siècle du 2 septembre 1882.

[2Extraits de la Cour d’Appel de Bordeaux du 2 mai 1883, Archives Départementales de la Gironde.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • L’affaire Edmond Reboul 7 juin 2014 10:57, par Angelo M.

    Comment peut-on parler d’un « crime atroce commis le 26 mars 1882 par un certain Edmond Reboul », alors que la justice a tranché dans le sens contraire et que la fin de l’article précise que le « meurtrier n’a pas été retrouvé à notre connaissance » ?!

    Répondre à ce message

    • L’affaire Edmond Reboul 7 juin 2014 21:52, par Christian Barbezieux

      Bonjour,

      Le problème est bien là : en l’absence de vraies preuves et malgré l’alibi fourni par le suspect, la justice a libéré Reboul. Mais il y a bien quelqu’un qui a tué J. Penot ! Reboul et Penot étaient souvent ensemble pourtant. Aussi je n’ai pas trouvé d’articles dans la presse mentionnant la poursuite des recherches du coupable sur cette affaire...

      Répondre à ce message

  • L’affaire Edmond Reboul 7 juin 2014 22:20, par streicher

    A-t-on idée de cette « découverte qui allait transformer l’industrie de la région » dont la victime aurait été détentrice ?

    Répondre à ce message

    • L’affaire Edmond Reboul 8 juin 2014 10:31, par Christian Barbezieux

      À ce sujet, j’essaie d’en savoir plus car les seules industries actives à cette époque sont essentiellement des fonderies.

      Répondre à ce message

    • L’affaire Edmond Reboul 10 juin 2014 10:42, par Angelo M.

      Bonjour,
      Dans ce cas, l’article ne devrait-il pas tout au plus mentionner un « crime atroce commis le 26 mars 1882, dont un certain Edmond Reboul a été accusé » plutôt qu’un « crime atroce commis le 26 mars 1882 par un certain Edmond Reboul ».
      Ce n’est même pas le respect de la présomption d’innocence, mais le respect d’une décision de justice !
      Qu’en pensez-vous ?

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP