www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chroniques de nos ancêtres » Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis

Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis


jeudi 2 juin 2016, par Claudie Lapalus

Répondre à cet article

J’ai toujours pensé que mes origine étaient marseillaises, et bien non, mon père et mon grand-père sont natifs de Marseille mais mon arrière grand-père a vu le jour à Laserre de Moulis dans l’Ariège !

En passant par Moulis...

A la suite de cette découverte en 1996, je rêvais de me rendre dans ce département du moins dans le village où naissait Pierre GALEY, mon ancêtre et arrière grand-père, portant le sobriquet « Raspé », né en 1805.

Au mois d’août 2003, nous décidions avec mon mari de réserver in extremis une maison à quelques kilomètres de Laserre de Moulis, village tant espéré. Le but du voyage était également de faire des recherches aux Archives départementales de Foix afin de poursuivre ma généalogie.

Ma fille et sa copine avaient souhaité nous accompagner dans ce périple pour le moins intéressant.

L’émotion fut grande lorsque nous arrivions à Moulis, village désert parce qu’il était treize heures et que ce mois d’août était exceptionnellement chaud.

Nous décidions de déjeuner avant de prendre la direction de Laserre de Moulis. Un seul restaurant à Moulis, aucune alternative ! Le restaurant ou le pique-nique ? Après avoir consulté la carte, à pied nous enjambions la rivière par une étroite passerelle en bois superbement fleurie qui menait au restaurant « Le Moulin », ancien moulin à grains et à huile.

En route pour Laserre de Moulis !

Comme nous l’avait indiqué le personnel du restaurant : « En sortant de Moulis, longez la rivière en passant devant l’église qui est à droite, puis prenez la direction de Laserre ». Il fallait donc prendre un chemin de terre, passer devant l’église, puis le cimetière où mes ancêtres reposaient en paix, et entrer dans un magnifique décor de verdure. C’est à l’intersection qu’il ne fallait pas se tromper, le panneau en bois planté dans la terre indiquait Laserre. Un étroit chemin nous emmenait dans les montagnes.

Quelques vaches broutaient en bordure de route, plus loin des chèvres se bousculaient dans un enclos. Une belle maison en contre-bas nous semblait inhabitée, son champ attenant cachait sous les herbes hautes un vieux tracteur et divers outils abandonnés après une dure journée de labeur, il y a peut-être quelques décennies.

Qu’allons-nous découvrir plus haut ?

Enfin, nous voilà arrivés à destination ! Une seule maison à l’entrée de Laserre, sans clôture mais bien gardée, une meute de chiens hurlait à notre arrivée... cela nous semblait imprudent de nous arrêter. Pas question de descendre de voiture ! La curiosité nous poussait plus loin. Des granges... du moins deux granges côte à côte au milieu d’une prairie puis une autre plus cossue... et des outils à l’ombre d’un bel arbre, déposés là peut-être le temps d’une sieste...

Mais c’est Laserre !

Je décidais de descendre de voiture malgré la ruée des chiens ! Un homme alors s’approcha de moi en écartant d’un geste les animaux en furie, calma la meute en les caressant... et me fit signe d’avancer : « Ne vous inquiétez pas, je suis là, ils ne vous feront rien. Qui cherchez-vous ? ». C’est alors que je courais vers la voiture où ma fille, sa copine et mon mari m’attendaient. « Venez, ce monsieur me paraît sympathique, n’ayez crainte des chiens, le maître est là ».

Je pris sous le bras le classeur qui pouvait m’aider à justifier ma présence sur ses terres. Deux dames alors s’approchaient doucement de moi et au-dessus de mon épaule regardaient l’acte que je lisais à haute voix : « Je recherche le lieu de naissance de mon arrière grand-père Pierre GALEY, né à Laserre de Moulis ». L’une d’entre elles me dit : « C’est bien ici, on ne connaît pas de GALEY à Laserre, par contre à Moulis des GALEY il y en a ! ». Je savais qu’à Moulis de nombreuses familles GALEY y vivent encore, la veille nous avions rencontré une veuve GALEY.

Je leur dis que mon arrière grand-père Pierre GALEY Raspé avait épousé une certaine Mariane BERNE de Moulis. « BERNE ? Nous avons une BERNE ici. Et Raspé c’est là-haut », me dit la dame qui portait des lunettes. Je croyais fondre au soleil ! Une famille BERNE ? Le Raspé là-haut, où ? Mes yeux pétillaient de bonheur, je souhaitais qu’ils nous amènent dessuite au Raspé ! Je me ressaisis alors. « On vous dérange peut-être ? Nous repasserons plus tard. »

Il était déjà quinze heures. Le temps passait très vite. Nous nous présentions alors. A mon étonnement je venais de comprendre qu’ils étaient frère et sœurs et vivaient ensemble. Un homme d’une cinquantaine d’années et deux femmes à peine plus, tous trois célibataires. Le quatrième, l’aîné, marié tardivement et divorcé depuis peu, élevait sa petite fille dans une maison tout près du Raspé. Ce dernier partageait les tâches et corvées de la ferme avec sa fratrie.

Tout en marchant en direction du Raspé, la dame « aux lunettes » nous racontait leur dure vie à la campagne qui ne leur a pas laissé le temps de chercher mari ou femme... « Enfants nous descendions à pied à travers champs pour nous rendre à l’école, au village le plus proche. L’hiver était rude nous nous déplacions avec des pelles pour se frayer un chemin dans la neige. Aux beaux jours, il fallait aider les parents aux corvées de la ferme, les garçons dans les champs, les filles aux tâches ménagères et à la cuisine. La vie devenait difficile, je décidais alors de partir... j’ai été séparée plusieurs années de ma famille. A Paris j’exerçais le métier de nourrice, une expérience enrichissante (...) ».

Que signifie Raspé ?

C’est formidable ! mes ancêtres portaient le sobriquet Raspé qui les différenciait d’autres GALEY habitant à Laserre... Il y avait la famille GALEY Raspé et peut-être la famille GALEY D’enbas, la famille GALEY Laplante que j’ai vu dans mes recherches, etc... Depuis deux siècles, Raspé, lieu non indiqué est resté dans la mémoire des riverains de Laserre. La famille NONGAS appelle ce lieu Raspé, sans en connaître la signification. Lorsqu’ils parlent du Raspé, tous montrent du doigt les deux granges côte à côte. Ce qui me fait dire que ces deux granges pouvaient être le lieu d’habitation de mes ancêtres.

C’est à « La Revue Française de Généalogie » que j’ai posé la question. Réponse de M. Jean GASQUES que je remercie :

« Le nom Raspé est peut-être issu de l’ancien occitan : raspalh »balle de blé« et a pu ainsi désigner une grange dans laquelle on entreposait le produit des moissons ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

13 Messages

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 2 juin 2016 08:08, par André Vessot

    Bonjour Claudie,

    Bravo pour cette article. J’adore ce genre de généalogie buissonnière qui donne vie à nos recherches. Vous avez dû vivre là un moment inoubliable quand vous avez découvert ce lieu où était né votre arrière-grand-père. Merci de nous avoir fait partager cette expérience.

    Bien cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 3 juin 2016 10:23, par Bejon Monique

    Bonjour Claudie,

    Pour ce que j’en sais pour le Haut Couserans : dans les hameaux et lieu isolé, chaque grange ou habitation a un nom qui caractérisait soit la configuration du lieu d’implantation ou un diminutif du prénom (de l’occupant)ou une affectation du bâti, etc. et ce nom diminutif est ensuite « attribué » à tous ceux qui la possèdent ou y vivent(même encore).
    Cela permettait dans les conversations locales de distinguer les familles du même nom et de les situer rapidement et aujourd’hui de « localiser » les résidents en disant par exemple : les Marquetou (petit Marc) ou comme pour votre ascendance : Raspé.

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 3 juin 2016 12:23, par Annick Lalande

    J’aime ce genre récit de généalogie ; ça met de l’humanité dans un tableau aux multiples sosas ! Avez vous retrouvé des ... arrières petits cousins ?
    Bonnes recherches
    Annick Lalande

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 3 juin 2016 13:03, par Gognat Dominique

    Bonjour Claudie,
    Quelle belle histoire !... Pour ma part, je me croyais d’origine normande car ma mère, ma grand-mère, sa propre mère... étaient toutes nées au Havre. Mais c’était sans compter mon arrière-arrière-grand-père qui lui était né à St Sevran(tout près de St Malo)ainsi que ses parents et tous ses aïeux aussi loin que j’ai pu remonter. De normande, me voici donc bretonne du côté de ma mère ;o)
    Bonne journée et merci pour ce voyage en Ariège.
    Dominique

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 3 juin 2016 13:08, par B.Mazieres

    Bonjour.
    Une remarque me vient sur le très beau récit de Claudie Lapalus:Phrases souvent courtes,pas engluées dans les adverbes ni les adjectifs de la banalité.Récit bien encadré par son « plan d’exposé ».
    A mon avis:tout d’une romanciére très agréable à suivre.
    Quand vous aurez le temps :« à vos plumes » !! B. Mazières.

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 3 juin 2016 17:38, par Jeannine Démésy

    Bonjour
    Cette histoire me rappelle que moi aussi j’ai retrouvé ainsi des ancêtres. Alors que ma mère était originaire de Toulon, mes recherches m’ont conduite à Villefort en Lozère où j’ai pu remonter très loin la branche maternelle de ma mère,origine qu’elle ignorait, quête passionnante qui m’a fait également découvrir une très belle région.
    Bonne continuation dans vos recherches
    Bien à vous
    Jeannine Démésy

    Répondre à ce message

  • Vous m avez fait rêver madame. J ai fait un voyage improbable. Merci. Je vous aime

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 16 juin 2016 13:30, par Nathalie CAMP VERGINI

    bonjour Claudie, vous m’avez fait rêver, j’ai vécu un peu la même expérience, je trouve que c’est le plus passionnant de pouvoir faire revivre un petit peu nos ancêtres sur leurs lieux de vie, merci pour votre histoire
    bien cordialement
    Nathalie CAMP VERGINI

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 21 juin 2016 15:07, par Monique LOPEZ

    Bien résumé, en effet tu as un don d’écrivaine comme certains l’ont dit, mais j’attends la suite.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    tres belle votre histoire, elle ressemble un peu aussi à la notre, nous avons egalement des ancêtres à Moulis. Quel joli village avec son pont bien fleurit ! Je ne suis pas encore arrivée à faire les liens avec nos ancêtres de Moulis çela va arriver un jour.
    Merci d’avoir partagé votre découverte.
    annette

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière : sur la route de Moulis 27 juin 2016 17:26, par Masurie

    merci pour cette histoire ....de famille.
    je me réjouis pour vous d’avoir retrouvé vos ancêtres !
    La région est belle.J’ai des ancêtres venant de VAYCHIS dans ce même département.

    cordialement

    Masurie

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP