www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Portraits d’ancêtres > Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (4e partie)

Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (4e partie)

Cécile la bourguignonne

Le mercredi 1er février 2012, par André Vessot

En 1918, nous retrouvons Montbovon, le village gruérien de mes ancêtres, dans une période particulièrement difficile. Avec le chemin de fer et surtout la fabrique de chocolat Cailler, la vallée se transforme lentement. Nous faisons connaissance avec Cécile, venue de sa Bourgogne natale, qui a émigré vers la Gruyère.

La guerre n’était pas encore terminée qu’une nouvelle menace planait sur le monde sans qu’aucune armée ni frontière ne puisse l’arrêter, je veux parler de la grippe espagnole. Une première vague du virus frappe la Suisse au début du mois de juillet 1918, quelques jours plus tard les premières victimes sont déplorées. Le canton de Fribourg n’est pas épargné : « Le centre ouvrier de Broc en fut atteint et de là la maladie se répandit avec une rapidité extraordinaire dans les villages de la Gruyère. Cette maladie fit un grand nombre de victimes surtout parmi les femmes enceintes. C’était la pneumonie qui était, dans la plupart des cas, la cause de la mort » [1].

"La grippe a continué de sévir pendant les premiers mois de 1919 en faisant un assez grand nombre de victimes dans toutes les classes de la société et ne ménageant ni les enfants ni les personnes âgées. Les complications les plus funestes étaient la pneumonie et la méningite.

La grippe se propage dans tous les villages de Gruyère

On a pu constater d’une manière frappante l’influence fâcheuse qu’ont eu les fêtes pour l’éclosion et la propagation de la grippe. Ainsi à Bulle, la grippe a pris une forte expansion en février sitôt après les soirées dansantes données par le club des patineurs et par celui du football. La grippe a éclaté au pensionnat Sainte Croix, jusqu’alors indemne, après la représentation théâtrale du mardi de Carnaval ; dans les 48 heures, 60 pensionnaires ont été atteintes. Après une soirée de représentation avec l’inévitable loto, la grippe a éclaté à Sorens en mai, village qui jusqu’alors avait été épargné de ce fléau.

La grippe a fait sa tournée dans presque tous les villages de la Gruyère pendant le premier semestre puis elle a presque complètement disparu. Dans plusieurs villages, les écoles ont été fermées" [2]. Il semble que la famille Gottofrey soit passée, sans dommages, à travers l’épidémie.

JPEG - 22.6 ko
Chamois de Gruyère (dessin au fusain de James Gottofrey)

Novembre 1918 : la grève générale

Mais en ce mois de novembre 1918, avant que l’épidémie de grippe ne soit enrayée, la grève générale touche toute la Suisse. Comme dans d’autres pays européens de violents conflits sociaux se produisent. En effet un profond fossé s’est creusé d’une part, entre certains entrepreneurs qui réalisaient d’énormes bénéfices de guerre, entre la paysannerie pour qui la conjoncture n’avait pas été aussi favorable depuis longtemps et d’autre part, une classe ouvrière de plus en plus frappée par la pauvreté, mais qui se rendait compte qu’on ne pouvait se passer d’elle, surtout en temps de guerre. L’échec de ce mouvement a quelque peu laissé dans l’ombre les succès remportés, à commencer par la réduction massive du temps de travail et l’évolution du rapport entre patrons et salariés.

Il semblerait, selon le rapport annuel du préfet, que la Gruyère ait été peu touchée par la grève générale. L’ordre public n’a pas été troublé, pas même lors de la grève générale qui avait pourtant quelques adeptes dans la contrée mais qui n’ont pas osé se démontrer car la population leur aurait fait un fort mauvais parti. Le Bulle-Romont seul a été arrêté [3]. Certaines entreprises, comme la fabrique de chocolat Peter-Cailler-Kohler, ont d’ailleurs pris les devants en accordant aux salariés des avantages sociaux. Par deux fois en 1918 des allocations et subsides ont été accordées pour faire face au renchérissement de la vie et pour faciliter aux employés et ouvriers l’accomplissement des obligations pénibles que leur imposait la répercussion de la guerre mondiale dans notre pays... Sans doute ce sont là de gros sacrifices mais le personnel l’a du reste bien rendu à l’occasion de la grève générale de 1918. Pas un ouvrier n’a chômé dans les usines d’Orbe, Broc et Hochdorf, le travail continua sans interruption et des représentants autorisés du personnel firent spontanément les déclarations les plus rassurantes [4].

Montbovon face à la diminution de ses recettes

À Montbovon la vie continue mais la commune se plaint à juste titre de la diminution de ses recettes. On lui enlève toutes ses sources d’impôts ... les centimes additionnels payés à l’état sur le commerce et l’industrie dus par l’usine de carbure, ce qui lui fait environ 400 francs par an ; on lui refuse les impôts communaux et paroissiaux sur les immeubles de l’usine électrique ; elle perd encore les impôts communaux et paroissiaux sur le M.O.B [5] qui se chiffraient à 1000 francs par an. Dans ces conditions la commune demande elle aussi à être exonérée des impôts cantonaux [6].

JPEG - 115.9 ko
Localisation des communes citées

Quant à l’usine de carbure de calcium, qui empoche de superbes bénéfices, les habitants de Montbovon en ressentent surtout les nuisances. La commune de Montbovon s’en plaint amèrement tant à cause des ventilateurs qu’on a jamais mis malgré les promesses qu’à cause du fait qu’on lui enlève même l’impôt sur cette industrie [7].

Une nouvelle fabrique s’installe à Montbovon

Dans ces années d’après guerre la Suisse traverse une crise profonde dont l’un des signes est l’émigration continuelle vers les pays voisins. Le préfet de la Gruyère s’en inquiète : je sais bien que notre Suisse est surpeuplée, mais il est néanmoins inquiétant de voir tant de grandes familles qui ne trouvent plus à vivre sur notre sol. Cela est du à la disparition d’industries qui autrefois occupaient un bon nombre de bras [8]. Pour l’immédiat cependant, Montbovon ne semble pas souffrir de cette crise. La population de la commune reste stable avec 544 habitants en 1920. Certes l’usine de carbure de calcium a fermé ses portes. Mais dans ses anciens bâtiments une nouvelle fabrique d’un reconstituant de l’acier est en train de commencer... Les matières premières, gravier et sable, à base de chrome, viennent de l’Australie, des Indes et de la Grèce. Le métal produit est envoyé dans les aciéries de l’Angleterre et de la France. Grâce à la bienveillance des Entreprises Electriques Fribourgeoises, il est possible que cette industrie prospère et se développe [9].

La famille Gottofrey a traversé cette période difficile tant bien que mal, Angèle, la maman a quitté ce monde au printemps 1922. Occupant toujours la maison d’Adrien avec son frère et ses trois sœurs, Henri est maintenant le chef de famille. Il est employé successivement à l’hôtel de Jaman, puis au wagon-restaurant, comme aide de cuisine. Mon cousin se souvient que son père aimait lui en parler. Le dimanche il avait plaisir à cuisiner. Comme beaucoup de travailleurs il est possible qu’il ait aussi pratiqué le bûcheronnage, car pendant cette période entre deux guerres le travail était rare.

Petit détour par la Bourgogne

Mais abandonnons momentanément les montagnes de Gruyère pour les coteaux de Bourgogne, histoire familiale oblige, et remontons dans le temps d’une vingtaine d’années.

JPEG - 29.5 ko
Eglise de Marmagne (Wikipédia, Photo Eponimm)

Jean Joseph Bossel, originaire de Besencens et Fiaugères [10] dans le canton de Fribourg, a émigré dans le village de Marmagne (côte d’or) où il est vacher au service d’un riche propriétaire. Le 27 mai 1899 il prend pour épouse Berthe Cordier, domestique dans le même village, née à Saint-Arnoult en Seine et Oise, et enfant de l’assistance publique. Une petite Amélie Cécile voit le jour le 20 décembre de la même année, suivie deux ans plus tard par Léontine [11]. Hélas le malheur accable la famille Bossel, la maman des deux petites filles décède l’année suivante à l’hôpital de Dijon.

JPEG - 15 ko
Henri Gottofrey
JPEG - 15.2 ko
Cécile Bossel

Les deux orphelines, Cécile et Léontine, sont alors rapatriées en Suisse et confiées à la garde bienveillante de leurs tantes paternelles Aurélie, Léontine et Rosine, de Fiaugères. Leur père ne rentrera que plus tard au pays. A son retour il achète une maison à Grattavache [12] dans le canton de Fribourg et se remarie. « Mais le courant ne semblait pas passer entre les deux fillettes et leur marâtre qui était méchante » [13].

JPEG - 56.2 ko
Maison de Jean Joseph Bossel à Grattavache

Aussi devenues jeunes filles elles ne restent pas longtemps à Grattavache, Léontine prend place à Villars-sous-Mont. Quant à Cécile elle trouve un travail de servante à Montbovon, au hameau de « Vers les Jordan ».

L’eau de la Sarine a coulé sous les ponts depuis les épousailles d’Adrien et d’Angèle dans l’ancienne église de Montbovon. Une génération est passée ... et c’est de nouveau la fête. Les 3 sœurs de mon arrière grand-mère, Victorine, Philippine et Justine, ont probablement participé aux noces de Marie Gottofrey et de Marcello Bréa, italien originaire du Piémont en cette fin d’année 1923 et celles d’Henri Gottofrey et de Cécile Bossel début janvier 1924.

Origine des deux patronymes



Gottofrey (anciennement Godefroi), Gottefrey, Godefroy) : prénom germanique Godfrid, Gottfried qui signifie paix de Dieu (source : Charles Montandon)

Bossel  : l’ancienne graphie Bocel nous indique qu’il s’agit d’un dérivé de l’ancien français bocel, mot désignant un barillet, un petit tonneau ou bien parfois un vase, un panier (du latin buticellum, de buttis, petit vase). Pourrait venir aussi de bocel qui signifie « petite bouche » (Source : Société Suisse de Généalogie Familiale).

Hélas le bonheur est de courte durée, car trois semaines après la noce d’Henri, Hélène sa jeune sœur, décède à l’âge de 17 ans, rejointe quatre mois plus tard par sa sœur jumelle Rosalie [14].

Mais la vie continue et le jeune couple qui fête sa première année de mariage attend un heureux événement. Dès les premières contractions, Henri court chercher la sage-femme, qui est voisine de sa tante Justine, sœur de mon arrière grand-mère. Le samedi 10 janvier 1925, un beau bébé voit le jour, Adrien René, qui est baptisé le lendemain. Son parrain n’est autre que son grand-père maternel Joseph Bossel.

Le chemin de fer, source d’emplois

Maintenant Henri travaille aux chemins de fer, en 1926 il a été engagé comme journalier au service entretien des voies. Un travail assez dur, en hiver en cas de chute de neige il accompagne le chasse-neige sur le parcours Montbovon-Château d’Oex afin de dégager les voies puis au retour déneigement manuel à divers endroits du parcours. A la meilleure saison, lors du remplacement du responsable, il assure ce contrôle au moyen d’une lourde draisine à pédales, selon le même horaire, afin de dégager les chutes de pierres éventuelles. Le chemin de fer est une source d’emploi non négligeable pour toute la vallée et notamment pour la commune de Montbovon. Emile Radice, cousin germain d’Henri et fils de Victorine, est employé par le M.O.B au service entretien. Maxime Maradan, autre cousin par alliance, est chef de gare.

« Cependant la vie est dure pour le jeune ménage qui élève quelques poules et deux chèvres afin d’améliorer l’ordinaire. Empruntant le tunnel à la sortie de Montbovon en direction de Montreux, Henri doit faire quelques kilomètres pour aller chercher le foin provenant des talus en bordure de la voie ferrée et le ramener sur son dos. René l’accompagnait et au retour il portait la faux et le râteau. Il se souvient que le foin était logé dans une grande toile blanche carrée avec des attaches aux quatre coins. Entre temps la famille s’était agrandie avec Georges et Noël . Mon cousin évoque pour nous ses souvenirs ».

JPEG - 46.2 ko
Cécile avec ses poules et ses chèvres

En montagne, la cueillette des myrtilles

Je me souviens que dans les années 1935 à 1945 beaucoup de personnes du village, spécialement les femmes, cueillaient les narcisses. Les enfants les présentaient aux peu nombreux automobilistes pour gagner quelques sous. Il y avait également la cueillette des myrtilles en montagne. Nous nous rendions sur un alpage : train jusqu’à la sortie du tunnel de Jaman, puis plus d’une heure de marche. Les hommes s’y rendaient via le col de Jaman et la chaîne des Veyraux, des heures et des heures de marche. Il ne faut pas oublier le ramassage des cynorhodons [15] dans les préalpes environnantes pour livraison aux fabriques de confitures. Tout cela soulageait les budgets et nous l’avons fait.

Le régent nous menait à la baguette ...

À l’école primaire, je me souviens, il valait mieux être appliqué car sous le règne de l’instituteur que nous appelions « le régent », la baguette, les cheveux … c’était à éviter ! En 1940, à l’école secondaire et commerciale de la Gruyère à Bulle, nous étions 113 étudiants (seulement 5 de Montbovon) et 6 professeurs. Aujourd’hui il y a 1780 élèves et 200 professeurs. Notre programme journalier : réveil à 5 heures, départ du train entre 6 heures et 6 heures et quart. À l’arrivée à Bulle étude avant les cours jusqu’à 8 heures. Le soir également étude après la fin des cours avant le retour à Montbovon à 19 heures. Pour le repas de midi, nous étions trois à emporter le repas préparé par nos parents. Une connaissance habitant près de l’école réchauffait nos repas contre une rétribution de un franc par jour.

Les wagons voyageurs passaient la nuit à l’extérieur. En hiver la température intérieure des voitures était très basse. A l’arrivée du convoi à Bulle, ayant collecté le personnel travaillant dans la cité ainsi qu’à la fabrique de chocolat, la température était convenable.

Apprentissage comme commis de gare

J’ai débuté mon apprentissage de commis de gare (circulation, service voyageurs, marchandise et bétail) en 1944, en compagnie de Maxime Maradan. Un mauvais souvenir : en hiver, si j’assurais le premier service, c’est-à-dire vers 5 heures et demi, il fallait dégager la neige des aiguillages, alors manuels, et allumer les lanternes équipées de bougies indiquant la position de l’aiguillage. Ceci sous un vent local très froid (appelé en patois « Ruchio ») soufflant en général de 5 heures à 22 heures et même plus. Parfois il éteignait les bougies et il fallait recommencer l’opération. Bon souvenir : après deux ans de stage à Montbovon j’ai assuré le remplacement de la ou du chef de gare dans les 8 stations du réseau jusqu’à la Tour de Trême. À cette époque une ambiance chaleureuse régnait dans 85 % des dites stations où, dans la journée, boisson et biscuits étaient servis par la ou le titulaire en congé. Vu le développement de l’automobile la desserte de ces stations a disparu.

En 1957 j’ai bifurqué dans l’industrie chocolatière à Broc (Nestlé) où je suis resté jusqu’en 1988 (voir ci-dessous l’histoire du chocolat cailler).

Histoire du chocolat Cailler à Broc



Lors d’une promenade à bicyclette, Alexandre-Louis Cailler, petit-fils du fondateur de la maison, avec son beau-frère Jules Bellet découvrent la région de Broc, en Gruyère. Cailler trouve réuni là tout ce qui sert à la fabrication du chocolat si apprécié portant son nom : le lait au goût incomparable des vaches de la Gruyère, la main d’œuvre locale et une ligne de chemin de fer. Après douze mois de travaux, la nouvelle fabrique de chocolat, toute moderne, ouvre ses portes en 1898. L’entreprise familiale s’est depuis lors enracinée profondément dans son terroir de Broc.

JPEG - 43.6 ko
Offre d’emploi (Journal Le Fribourgeois 10/07/1904)

Pendant cette période, mes parents ont lutté courageusement en dépit de conditions sociales inexistantes à cette époque. Mon père était un travailleur infatigable malgré une santé fragile. Ma mère était d’un caractère positif et de nature joyeuse, ce qui a contribué à tenir le coup dans l’adversité. A partir des années 1950 elle travaillait à l’hôtel du grand chalet de la Rossinière.

JPEG - 57.4 ko
Chalet-Hôtel de la Rossinière (wikipédia, photo Pierre vdb)

Accueilli à bras ouverts

Mon père, Stéphane Vessot, n’avait pas revu le pays de sa grand-mère depuis 1913. Cinquante et un ans plus tard, en 1964, il retourne voir ses cousins à Montbovon et fait connaissance avec Cécile. Tout de suite elle l’a accueilli à bras ouverts et l’a gardé pour déjeuner. À partir de cette visite ils ont entretenu une correspondance régulière et échangé les nouvelles de leur famille de Gruyère et de Lyon.

C’est ainsi que nous apprenons qu’Henri a abandonné le travail des voies en 1965 : Henri a été très malade, une mauvaise grippe l’a tenu fortement, il y a 1 mois et ½ qu’il est arrêté, il ne reprendra pas le travail de la voie, c’est beaucoup trop pénible pour lui, il aura quand même 70 ans en juillet avec 45 ans de service, je pense qu’il mérite de quitter et d’avoir encore bien des années de repos. Je le connais il ne saura pas se tranquilliser, il faut qu’il ravage, quand il est bien, il se rend ennemi de sa personne. Ce matin il a donné sa démission à la caisse de section, donc c’est sérieux, il voit que le boulot devient trop pénible … [16].

JPEG - 62.3 ko
Henri Gottofrey devant le vieux chalet en 1964 (Photo Stéphane Vessot)

Quant à Cécile elle a quitté son travail à la Rossinière dix ans plus tard, l’année de leurs noces d’or… Au nouvel an 1974 nous avons fêté nos 50 ans de mariage, nos 3 garçons nous ont gâtés, le repas de midi à été servi à la Tour de Trême, ainsi que quelques jours de vacances en Engadine. C’était vraiment beau, nous en garderons un bon souvenir. Nous avons 5 petits enfants…

J’ai quitté mon travail à l’hôtel grand chalet fin 1974 après 20 ans. Cela me manque, je m’y plaisais et j’aimais mon travail. Que voulez-vous, 75 ans révolus le 20 décembre, mes fils m’ont fait une morale du tonnerre pour quitter. Chez nous je n’ai pas assez de boulot pour m’occuper [17].

Mais Cécile n’a pas profité longtemps de sa retraite puisqu’elle s’en est allé en mai 1978, Henri l’avait précédé quelques mois auparavant. .

Retour au pays de mes ancêtres

Mon récit ne s’arrête cependant pas là, car sans ce qui va suivre ces articles n’auraient pas vu le jour. En effet, à l’occasion d’un voyage en Suisse, nous avions décidé d’aller aux archives de l’état à Fribourg ainsi qu’aux archives cantonales vaudoises. Sachant, d’après les lettres de Cécile à mon père, que René Gottotrey résidait à Bulle, pourquoi n’en profiterions-nous pas pour le rencontrer ? L’annuaire téléphonique de Bulle mentionnait un seul René Gottofrey, aussitôt je pris contact avec lui. Ce dernier me confirma très rapidement qu’il était bien le petit-fils d’Adrien et qu’il était enchanté par ma démarche. Reçus le 19 octobre 2007, de façon très conviviale, autour d’une raclette et d’un petit vin de pays, nous gardons un souvenir ému de cette soirée.

Après cette première rencontre qui a permis de faire plus ample connaissance, nous avons échangé des lettres régulières où je lui communiquais le résultat de mes recherches ainsi que mes questions auxquelles il m’apportait de précieuses réponses. Depuis nous nous sommes revus chaque année et c’était chaque fois un vrai bonheur que ces retrouvailles en Gruyère. En 2008 nous avons fait une visite complète de Montbovon, commentée par René et son frère Georges, ainsi que par Charles et Bernard Radice (les petits fils de Victorine).

L’année suivante, nos enfants et petits-enfants ont découvert avec nous le charme de la Gruyère ; nous avons parcouru les villages de la vallée de la Sarine, Lessoc, Grandvillard, Villars-sous-Mont, Estavaneins, avec bien sûr une halte particulière à Montbovon. René avait organisé pour nous une visite gourmande à la chocolaterie Nestlé (Cailler) de Broc, que nous avons faite en sa compagnie et celle de son épouse.

JPEG - 50.3 ko
2 octobre 2010, mon cousin René et sa femme

Un grand merci donc à mon cousin René qui m’a permis de réaliser cette généalogie buissonnière de façon vivante, merveilleuse aventure que je souhaite à beaucoup de lectrices et de lecteurs de cette gazette.

Liens

Sources

  • Archives de l’Etat à Fribourg
  • Archives départementales de la Côte d’or
  • Mairie de Marmagne
  • Bibliothèque de Bulle (journaux fribourgeois)
  • René Gottofrey (Témoignages et photos)
  • James Gottofrey (Dessin au fusain d’un chamois de Gruyère, d’après une toile du Comte Xavier de Poret (1894-1975), peintre animalier)

[1Rapport annuel 1918 du préfet de la Gruyère.

[2Rapport annuel 1919 du préfet de la Gruyère.

[3Rapport annuel 1918 du préfet de la Gruyère.

[4Rapport annuel 1918 du préfet de la Gruyère.

[5Montreux Oberland Bernois.

[6Rapport annuel 1918 du préfet de la Gruyère.

[7Rapport annuel 1918 du préfet de la Gruyère.

[8Rapport annuel 1924 du Préfet de la Gruyère.

[9Rapport annuel 1924 du Préfet de la Gruyère

[10Aujourd’hui commune de Saint-Martin, située à 13 km de Vevey.

[11Née le 1er août 1902.

[12Aujourd’hui commune de la Verrerie

[13Confidence de Cécile à mon cousin.

[14Probablement la tuberculose qui faisait des ravages à cette époque.

[15Fruit du rosier et de l’églantier, appelé vulgairement « gratte-cul ».

[16Lettre du 06/04/1965 de Cécile Gottofrey à mon père.

[17Lettre du 18/01/1975 de Cécile Gottofrey à mon père.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP