www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Portraits d’ancêtres > Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère > Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e épisode)

Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e épisode)

L’immigration italienne à Montbovon

Le jeudi 23 avril 2009, par André Vessot

Si mon arrière grand-mère Stéphanie était revenue à Montbovon vers l’an 1900, elle aurait trouvé son village bien changé. De nombreux travaux ont été entrepris : construction de l’usine hydro-électrique, du chemin de fer et d’une nouvelle église. A travers le portrait de Victorine, soeur cadette de Stéphanie, je voudrais évoquer pour vous cette période, marquée notamment par l’apport des ouvriers italiens.

Soeur cadette de Stéphanie, Claudine Victorine naquit à Montbovon dans la froidure du mois de décembre 1839. Mais contrairement à sa soeur aînée elle va rester au pays. A 24 ans elle épouse un gruérien de Villars-sous-mont, qui a 25 ans de plus qu’elle. Elle aura cinq filles avec Louis Jude Ecoffey, fils d’un des derniers gardes suisses de Louis XVI [1].

JPEG - 72.4 ko
Louis Jude Ecoffey, 1er mari de Victorine Gottofrey (photo prise en 1870)

Les ouvriers italiens logent chez Victorine

Mais revenons en arrière, j’avais oublié de vous reparler de la maison où mon arrière grand-mère avait séjourné en novembre 1870, au moment du recensement, et où sa soeur habitait aussi avec sa famille. Deux mois plus tard Victorine récupérait la totalité de la maison, sa tante Mariette Pernet, qui venait de décéder, lui léguant par testament l’étage supérieur [2].

Queques années plus tard, elle logera quatre ouvriers italiens, tous mineurs ou terrassiers [3], dont un certain Charles Radice, beau garçon de 26 ans, originaire de Busto-Arzizo dans la région de Milan. Devenue veuve neuf mois après la naissance d’Adélaïde sa dernière fille, elle se remarie un an plus tard avec le bel italien. Il lui donnera un fils unique Emile.

JPEG - 14.8 ko
19 place Bellecour : Sidonie et Marie Pauline Ecoffey rejoignent Louis Vessot

Des cinq demoiselles Ecoffey, deux émigrent vers la France en 1894, Sidonie et Marie Pauline vont rejoindre Louis vessot veuf de leur tante Stéphanie, à Lyon au 19 de la place Bellecour. Marie Pauline prend pour mari un certain Louis Rochefort, le 26 février 1898 à Brignais dans le Rhône. Sa soeur Sidonie, qui a été témoin lors du remariage de Louis Vessot, épouse Jean Jeandet le 25 janvier 1906 à la mairie du 6e arrondissement de Lyon. Je ne sais pas si mon grand-père Nicolas Vessot voyait souvent ses cousines germaines, mais toujours est-il qu’il habitait non loin d’elles, 34 cours Vitton dans le quartier des Brotteaux. En effet les Jeandet tenaient une laiterie 48 rue Tronchet, parralèle au cours vitton, et les Rochefort logeaient 55 rue Magenta sur Villeurbanne.

Les trois autres filles Ecoffey restent dans le canton de Fribourg. Marie Stéphanie est la première à se marier à Montbovon, le 15 novembre 1886 avec Michel Stempfel, originaire de Brünisried dans la partie allemande du canton où ils vont s’installer quelques années plus tard. Aline épouse Alphonse Bulliard, instituteur à Givisiez, qu’elle va seconder dans sa tâche éducative. Adélaïde, la benjamine, demeure à Montbovon où elle va s’unir en 1901 à Guido Piazza, ouvrier italien originaire de la province de Parme.

j’avais évoqué dans la 1re partie les raisons de l’émigration suisse vers la france, je voudrais montrer là un renversement de tendance dans les mouvements migratoires ; ... dans les années 1888-1900, l’immigration supplante désormais l’émigration du fait des besoins en main-d’oeuvre de l’économie suisse [4], notamment l’immigration italienne en Haute Gruyère.

Montbovon ressemble à un grand chantier

Ainsi le Journal de Château-d’Oex parle des chantiers de Montbovon : Le paisible village de Montbovon ressemble à un grand chantier. On y construit une église neuve et l’on fonde près de la Sarine, la nouvelle usine pour la lumière électrique. Le marteau des tailleurs de pierre répond aux coups de mine des terrassiers ; et l’on entend plus parler italien que patois. La nouvelle église sort de terre en de beaux moellons de marbre taillés et ciselés, qui annoncent un brillant édifice, destiné à remplacer l’ancien , trop petit ... L’usine électrique de MM Genoud et Cie éclairera toute la rive droite de la Gruyère, la ville de Gruyères, la Tour de Trême, Romont et même Payerne, ... Plus tard, la grande usine, destinée à fournir la force motrice pour les tramways, sera construite en amont et ira chercher l’eau à la Tine au moyen d’un tunnel de 2 700 mètres. Voilà qui promet pour l’avenir de Montbovon [5].

Le résultat d’un travail de dépouillement de papiers effectué par la police cantonale indique que le nombre d’italiens établis ou séjournant dans le canton en 1900 est de 2012, dont 875 pour la seule Gruyère, la plupart travaillant comme ouvriers aux chantiers de Bulle, Broc, Montbovon ... et sont occupés aux travaux du chemin de fer Châtel-Bulle-Montbovon ... [6].

Après le labeur les festivités

Ces chantiers sont occasions de festivités, tant pour le début des travaux que pour les inaugurations. Ainsi en est-il le 24 mai 1898 pour la consécration de la nouvelle église de Montbovon, ... Le village de Montbovon avait été gracieusement orné pour la circonstance, et deux arcs de triomphe s’élevaient, l’un à l’entrée du village avec cette inscription : Pontife auguste et saint, bénissez en ce jour vos enfants réunis dans la joie et l’amour ; l’autre à l’entrée de l’église. La paroisse entière avec le clergé du décanat [7] a pris part à cette fête religieuse ... [8]. Il est à noter que les paroissiens ont largement participé au financement de la construction de leur église, ... nous croyons ne pas nous tromper en parlant d’une dépense de 120 000 francs ... La paroisse s’est montrée d’une générosité admirable, puisque sur la somme ci-dessus, 102 000 francs environ, produit de souscriptions volontaires, ont été acquittés jusqu’ici [9]. Un nouvel orgue va émettre ses premières notes au cours d’une concert donné lors du deuxième dimanche d’avril 1901 [10], dans l’église de Montbovon flambant neuve.

Voir l’ancienne église de Montbovon vers 1895

JPEG - 35.9 ko
Le premier train de Montbovon

Pour le chemin de fer de la Gruyère, c’est la même chose, on inaugure le début des travaux. La fête commence par une double cérémonie religieuse : la messe à l’église paroissiale et la bénédiction des travaux. La population entière assiste à la messe avec les délégués et invités ... Le révérend curé de Villars-sous-mont récite les prières liturgiques et fait l’aspersion d’eau bénite. Cérémonie très impressionnante, suivie d’une salve de coups de mine tirés en l’honneur des invités ... Vingt coups de mine partent successivement, répercutés par les échos d’alentour ... [11].

Le percement des tunnels sur la ligne Montreux-Oberland-Bernois est aussi un moment important ; Charles Radice y travaille en tant que maçon. Celui de la Tine est achevé le 23 août 1900, il mesure 3 km de long. Celui de Jaman à la fin du mois de juillet 1902. Il a été percé 1300 m du côté de Montreux et 1050 m du côté de Montbovon. Le premier coup de pioche avait été donné en 1899 ... [12]. Et bien entendu l’événement est encore fêté comme il se doit, réception et dîner.

Le chemin de fer de la Gruyère est inauguré le 22 juillet 1903, dans chaque station traversée par le train c’est la fête ... Enfin, halte dernière ! Nous sommes à Montbovon. Un plantureux banquet nous réunit sous le toit d’une fraîche cantine, près de l’hôtel du Jaman. Le service est organisé par Mme Reymond, hôtelière [13]. Quant au 3e tronçon du Montreux-Oberland-Bernois « Montbovon-Château d’Oex », son inauguration aura lieu un an plus tard le 18 août 1904 (voir la photo ci-dessus).

JPEG - 64.9 ko
Famille de Victorine Gottofrey épouse Radice (photo prise vers 1905)

Victorine et sa famille ont traversé cette période faste qui a permis de retenir les habitants de Montbovon au pays. La population culmine à 611 personnes en 1900 [14] selon les recensements fédéraux. Sur la photo prise devant leur maison, on peut reconnaître debout (de gauche à droite) Charles Radice, Victorine Gottofrey épouse Radice, Marie Pauline Ecoffey épouse Rochefort, Sidonie Ecoffey, et assis Adélaïde Ecoffey et Guido Piazza.

Une fratrie rassemblée

La fratrie des enfants Gottofrey, Stéphanie en moins, est relativement rassemblée à la Joux, nom du bourg principal de Montbovon. Sa soeur Justine réside quelques maisons plus loin, en 1898 elle a été victime d’un début d’incendie [15], comme cela était fréquent à cette époque. Elle a eu cependant plus de chance que les habitants de Neirivue dont le village a été complètement détruit par le feu en 1904.

JPEG - 89 ko
Montbovon, les rochers de Nays et la dent de Jaman (à droite et en dessous de l’église, maison d’Adrien Gottofrey)

De l’autre côté, en dessous de la route cantonale et non loin de l’usine hydroélectrique, il y a les habitations de sa soeur Philippine et de ses frères Auguste et Adrien. Ce dernier a construit sa maison en 1900 sur l’ancienne écurie provenant de l’héritage familial [16]. Il est agriculteur mais fait aussi fonction de postillon entre Montbovon et Gstaad [17].

Mais le malheur va s’abattre sur Victorine, sa fille Marie Stéphanie décède en 1906 à l’âge de 38 ans, après avoir accouché d’un enfant mort-né. Deux ans et demi plus tard c’est son gendre Michel Stempfel. Ils laissent 11 enfants vivants, dont certains en bas âge. Aline et Alphonse Bulliard, qui n’ont pas d’enfants, vont élever Jeanne et Sidonie Stempfel [18]. Sidonie Ecoffey, citée plus haut, élève avec son fils Félix son neveu Raymond Stempfel devenu orphelin.

JPEG - 99.4 ko
Victorine Gottofrey épouse Radice devant l’école de Givisiez en 1928

Victorine voit ensuite partir ses 2 frères, Pierre Adrien en 1910 père de 5 enfants dont 2 jumelles de 3 ans et Auguste en 1913 resté célibataire.

C’est justement en 1913 que Nicolas Vessot vient à Montbovon avec son fils Stéphane, probablement pour régler les problèmes de succession après le décès d’Auguste. Il est donc fort probable que mon père a rencontré à cette occasion ses grandes tantes Victorine, Philippine et Justine, et ses nombreux cousins. Détail amusant que je réalise aujourd’hui, il est resté plusieurs traces de sa visite à Montbovon. Tout d’abord un écureuil roux naturalisé que j’ai toujours vu sur sa bibliothèque ; puis une timballe en aluminium gravée avec l’inscription « Souvenir de Montbovon » que je conserve précieusement. Et enfin je me souviens de morceaux de carbure de calcium trouvés dans l’atelier de mon père et avec lesquels, étant adolescents mon frère Jacques et moi, nous observions la production d’acétylène au contact de l’eau. Ils provenaient de la fabrique qui fonctionnait à cette époque près de l’usine hydroélectrique.

De sa fratrie, Victorine décède l’avant-dernière, âgée de 89 ans ; elle a eu 28 petits-enfants et certainement la descendance la plus nombreuse des 6 enfants Gottofrey.

Sources :

  • Archives de l’état à Fribourg
  • Registre foncier de Gruyère à Bulle
  • Dictionnaire historique de la Suisse
  • Informations sur Montbovon et sur la famille Gottofrey données par René Gottofrey, petit fils d’Adrien
  • Photos et informations communiquées par Patrice Leconte, arrière petit-fils de Victorine
  • Informations sur Sidonie Ecoffey fournies par Gilberte Eloy, arrière petite-fille de Victorine
  • Cartes postales (collection personnelle)

Liens :


Toutes contributions pour affiner le portrait de Victorine Gottofrey ou compléter l’histoire de Montbovon pendant cette période seront les bienvenues.


[1Information fournie par Patrice Leconte, arrière petit-fils de Victorine

[2Testament passé devant maître Anselme Robadey et ouvert le 25 janvier 1871

[3Archives de l’état à Fribourg, recensement de 1880

[4Dictionnaire Historique de la Suisse

[5Journal Suisse La Liberté, 24/06/1896

[6Journal suisse La Liberté, 23/09/1900

[7Doyenné, circonscription d’un diocèse qui regroupe plusieurs paroisses et ayant à sa tête un doyen

[8Journal suisse La Liberté, 27/05/1898

[9Journal suisse La Liberté 18/05/1898

[10Journal suisse La Liberté, 14/04/1901

[11Journal suisse La Liberté 25/02/1900

[12Journal suisse La Liberté, 29/07/1902

[13Journal suisse La Liberté, 24/07/1903

[14Dictionnaire historique de la Suisse

[15Journal suisse La Gruyère 09/11/1898

[16Acte de partage du 17/05/1884

[17Information fournie par René Gottofrey

[18Mère de Patrice Leconte

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 26 avril 2009 18:11, par Marie-José SCALA

    bonjour Monsieur

    j’ai lu avec intérêt votre article généalogique en haute-Gruyère, d’autant plus que mes recherches généalogiques m’ont appris que j’avais moi-même des ancêtres en Suisse, à Vuitteboeuf, Morges, et Château d’Oex
    les familles concernées sont les ADDOR, DESCOULLAYES ; pour ces derniers, je n’ai pu aller très loin, car il paraîtrait que les archives de Château d’Oex auraient été détruites, pouvez-vous me le confirmer, ou me donner une information qui pourrait m’aider ? je vous en remercie par avance, et merci pour votre superbe article, quelle belle histoire !!!
    mjscala chez orange.fr

    Répondre à ce message

    • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 30 avril 2009 22:20, par André VESSOT

      Bonjour madame,

      Merci pour votre message reçu à mon retour de voyage. Château d’Oex n’est effectivement pas très loin de Montbovon mais ne fait pas parti du même canton. Je ne peux pas vous dire si les archives de Château d’Oex ont brûlé. Pour toutes informations utiles vous pouvez vous adresser aux Archives Cantonales Vaudoise et au Cercle Vaudois de Généalogie, que vous trouverez aisément par internet. Pour ma part j’ai eu à m’adresser aux deux, mes ancêtres Gottofrey étant originaires du canton de Vaud. Je vous souhaite de bonnes recherches sur vos ancêtres suisses.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 5 mai 2009 08:03, par martial grandjean

    Bonjour André

    Quel travail, j’en suis admiratif. J’ai des amis qui sont issus de cette immigration italienne, c’est la troisième génération et ils sont parfaitement intégrés à notre population.

    J’ai des documents extrait du protocole du conseil d’état du 20-11-1925 pour Adélaïde veuve Piazza si cela vous interresse. J’ai les copies des registres de Villars-sous-Mont de 1784 à 1861 pour les mariages, décès et jusqu’en 1933 pour les naissances.

    Encore bravo

    Martial Grandjean

    Répondre à ce message

    • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 5 mai 2009 22:34, par André Vessot

      Bonjour Martial,

      Merci pour votre message et vos encouragements. J’ai eu plaisir à écrire ces articles ; c’est une façon pour moi de rassembler les éléments de mes recherches sur mon histoire familiale suisse. Et puis la Gruyère est une région tellement attachante ; j’ai rencontré auprès des gruériens beaucoup de gentillesse, ils ont largement contribué à la réalisation de ce travail.
      Je voulais aussi vous signaler un article très intéressant paru dans le magazine l’Alpe qui évoque le flottage du bois sur la Sarine. Si vous le souhaitez, je peux vous en envoyer une copie par mail.

      Bien amicalement.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 5 mai 2009 20:59, par Dominique Bays (bayd)

    Bonjour André,

    Bravo pour votre magnifique travail très richement documenté.
    Ce que j’apprécie particulièrement dans votre article c’est que vous avez su intégrer avec beaucoup de bonheur les données de votre généalogie au contexte historique et géographique de la Haute-Gruyère. C’est une belle leçon d’histoire ! Bravo !

    Cordiales salutations

    Dominique Bays

    Répondre à ce message

  • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 12 juillet 2009 15:54, par James Gottofrey

    Bonjour, cher lointain cousin

    Merci pour vos deux articles très intéressants et émouvants de généalogie buissonnière en Haute-Gruyère. Je suis l’aîné des trois enfants de René Gottofrey, lui-même petit-fils d’Adrien Gottofrey, frère de Stéphanie votre arrière-grand-mère. Avec mon épouse, Kerstin, qui est originaire du nord de la Suède, j’ai trois enfants, Pierre, Nicolas et François, âgés respectivement de 16, 14 et 10 ans. Nous habitons à Marly, juste à côté de Fribourg. En baptisant notre deuxième fils Nicolas, nous ne savions pas qu’il y avait déjà eu un Nicolas Gottofrey dans l’arbre généalogique de notre famille (c’est donc, si je ne me trompe, son arrière-arrière-arrière-grand-oncle) et que mon arrière-grand-tante avait choisi ce même prénom pour son fils (Nicolas Vessot).

    Comme ma sœur Christine (forum de votre premier article), j’ai beaucoup de très bons et beaux souvenirs de mes grands-parents Henri et Cécile Gottofrey. Nous y allions presque chaque dimanche. Vous avez si bien su décrire le village de Montbovon, lieu de mes ancêtres, tel qu’il est dans mes souvenirs (la maison construite par mon arrière-grand-père sur une ancienne écurie, l’église, l’usine électrique, le pont de la tine, l’Hongrin, le train, la gare, les tunnels, l’hôtel du Jaman, la maison des Pernet et celle des Radice).

    Merci encore pour vos recherches et pour vos articles que j’ai lus avec beaucoup de plaisir.
    Cordiales salutations,

    James Gottofrey

    Répondre à ce message

    • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 12 juillet 2009 22:07, par André VESSOT

      Bonjour cher cousin,

      J’ai lu avec beaucoup de plaisir votre message, maintenant je connais presque toute la famille. Un grand merci pour avoir répondu à ces articles, d’autant plus que vous avez des activités professionnelles très prenantes. En revenant des archives de Fribourg, votre père nous avait montré votre maison de Marly.

      En ce qui concerne le prénom de Nicolas, c’est effectivement très amusant. De mon côté aussi, j’ai 2 petits neveux qui s’appellent Nicolas. Quant à Nicolas Gottofrey, oncle de Stéphanie, je ne désespère pas de trouver où il est allé, s’il est resté en Suisse ou bien comme je le pense s’il s’est établi en France. Votre Nicolas a l’âge de mon petit-fils Charles qui habite à Mâcon.

      Comme je l’ai dit à vos soeurs, j’ai eu beaucoup de plaisir à écrire ces deux articles. Votre père m’a apporté un grand nombre d’éléments pour les construire et j’ai été conquis par la Gruyère, qui est vraiment une très jolie région. Mon père, qui aimait beaucoup la Suisse et y revenait régulièrement, entretenait des contacts réguliers avec vos grands parents, Henri et Cécile Gottofrey. Quant à Bernard et Charles Radice, rencontrés l’année dernière, ce sont vraiment des gens charmants.

      Nous rencontrerons probablement votre père, ainsi que les Radice, à l’automne. Peut-être ce sera l’occasion de mettre en route un nouvel article.

      Recevez mes meilleures salutations.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

      • Hello, Through translation software I read your article on Montbovon and your family. I am impressed and happy to hear of other families of this village. Unfortunately your information stops just before the time that I am researching. My husband’s grandfather was the cheese master for Montbovon around 1920. His name is Jules Gobet. He immigrated to America in 1922. We have been able to learn that the village records were distroyed and nothing between World War 1 and World War 2 exist. Have you found this to be true ? We would like to learn more about the village during this time.
        Thank you again, for your efforts.
        I apologize for the english.
        Mary Gobet
        mgobet chez canby.com
        Bonjour, Grâce à un logiciel de traduction, j’ai lu votre article sur Montbovon et votre famille. Je suis impressionné et heureux d’entendre d’autres familles de ce village. Malheureusement, votre information s’arrête juste avant le temps que je fais des recherches. grand-père de mon mari était le maître de fromage pour Montbovon vers 1920. Son nom est Jules Gobet. Il a immigré aux Etats-Unis en 1922. Nous avons pu apprendre que les dossiers ont été distroyed village et rien entre la Première Guerre mondiale 1 et 2 existent Guerre mondiale. Avez-vous trouvé que cela soit vrai ? Nous aimerions en savoir plus sur le village pendant cette période.
        Merci encore pour vos efforts.
        Je m’excuse pour les Anglais.
        Mary Gobet

        Répondre à ce message

        • Généalogie buissonnière en Haute-Gruyère (2e partie) 11 novembre 2010 13:47, par André Vessot

          Bonjour Mary

          Merci pour votre message, heureux de rencontrer une personne qui a des ancêtres dans la commune de mon arrière grand-mère. Je peux vous dire que les archives de Montbovon n’ont pas été détruites, il n’y a que les décès que je n’ai pas retrouvés pour la période que vous citez.
          Les registres des mariages (1891-1981) et des Baptêmes (1891-1981) existent bien et les microfilms peuvent être consultés aux Archives de l’Etat à Fribourg. Par contre j’ai pu numériser les mariages pour la période qui vous intéresse. Je n’ai pas trouvé votre grand-père mais un Pierre Henri GOBET marié avec Adélaïde Alice JORDAN, peut-être est-ce un parent ? Je reste à votre disposition pour d’autres renseignements. Je vous adresse directement la traduction. Avec mes meilleures salutations.

          André VESSOT

          Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP