www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Portraits d’ancêtres > Florent Goupil, combattant de 40 et résistant

Florent Goupil, combattant de 40 et résistant

Le vendredi 1er novembre 2002, par Stéphane Goupil

Sa naissance

Il est né le 12 mai1907 à Evreux (27), section des Combrettes.


Ses parents

GOUPIL Eugène Armand, journalier, courrier des postes, né le 05 septembre1870 à Ormes (27), décédé le 12 janvier 1955 à Montaure (27) et FONTAINE Marie Françoise, domestique, ménagère, née le 11 mai 1871 à Pleslin (22), décédée le 23 août 1929 à Emanville (27).


Son enfance

Il la vit à Emanville (27).


Son mariage

Il se marie le 12 novembre1931 à Emanville avec ISABELLE Léopoldine Désirée, née le 28 avril1909.


Ses enfants

  • GOUPIL Bernard Armand Léopold (1937-)
  • GOUPIL Edith Marie Jeanne (1940-)
  • GOUPIL Jean Marcel René (1944-)
  • GOUPIL Guy Eugène Henri (1946-)


    Mobilisation guerre 1939/1945

04 septembre1939 à Vernon (27) : Centre mobilisateur au moment du dernier appel sous les drapeaux (C.M. 303 (Eure).


Bataille des Flandres en Mai 1940

Affecté au 653e B.A.C., Batterie Anti-Chars de la 1re Armée française, il a participé à la Bataille des Flandres en Mai 1940 qui fut, du côté allemand, un chef d’œuvre de préparation et d’exécution. Elle montre la faiblesse de réaction des Alliés, malgré des faits d’armes héroïques.

L’attaque allemande, l’opération Sichelschnitt (coup de faux) contourna la ligne Maginot à l’ouest, encercla les armées hollandaises et belges, et fixa Anglais et Français sur la Manche. Le succès de la campagne allemande tient surtout à une série d’opérations aéroportées et de passages de rivières.

La 653e B.A.C., commandée par le Lieutenant Carpentier, n’a pas échappé à la règle : la bataille a commencé le 14 Mai, la batterie a d’abord été enfoncée par les forces allemandes et a reculé jusqu’à Dunkerque.

JPEG - 18.1 ko
Florent en mai 40 (avant Embarquement à Dunkerque) : à gauche sur la photo

La batterie se porte d’abord sur la Dyle, entre Wavre et Ottignies, au sud-est de Bruxelles. Sa retraite sera continuelle via Braine-le-Comte près de Nivelles, Lecelles près de Valenciennes, Séclin au sud de Lille, Merville au nord de Béthune, Reningelst au sud-est de Poperinge en Belgique et enfin Dunkerque.

Florent rapporte dans ses notes : « le 26 mai, arrivés à Faumont (le matin) - bombardement terrible de 12H à 14H (à Mons en Pévélé)... le 27 mai, bombardement terrible sur la ville. Ai eu peur à Marquilly demi-tour encerclé - marchons vers l’inconnu - arrivé le soir à Vierhouk. »

Florent en mai 40 (avant Embarquement à Dunkerque) : à gauche sur la photo

La défense acharnée des voies d’eau entourant Dunkerque par les troupes de l’Amiral Abrial et du Général de corps d’armée Fagalde permit d’évacuer in extremis 335 000 hommes, dont 115 000 Français avant le 4 juin.

Le 31 Mai à 4 Heure du matin, la 653e B.A.C., avec quelques éléments rescapés (parmi eux, Florent GOUPIL) n’a pas eu d’autres choix que d’embarquer pour l’Angleterre à Dunkerque sous le bombardement des Allemands.

Florent écrit, pendant l’attente de l’embarquement : « Arrivés le soir du 30 mai pour embarquer, obligés d’attendre le 31 à 4H du matin où nous avons vécu une nuit de tristesse sous un bombardement terrible... ou j’ai perdu 11 camarades ».

L’un des bateaux, le Hébé de Caen (celui de Florent) accostera à Douvres, avec la moitié des effectifs restants de la 653e B.A.C., puis dirigé par chemin de fer sur Bourmemouth, et enfin acheminé par chemin de fer à Plymouth.

Florent embarquera à Plymouth sur le Général Metzingu pour Brest le 6 juin 1940.

Avec d’autres camarades, ils rentreront chez eux après avoir « emprunté » un camion militaire.

En rentrant à son domicile, aux Fosses (hameau de Montaure), il vit un enfant chevauchant une bicyclette et dit à ses amis que c’était son fils, Bernard.

Synthèse du carnet de notes de Florent et du rapport du Lt Carpentier commandant le 653e B.A.C.


Démobilisation

10 septembre 1940 : Centre de démobilisation du canton de Pont de l’Arche (Eure).

Son dernier corps d’affectation (653e B.A.C).

Arme : Chars de combats.

Grade : 1 ère classe.

Profession au moment des faits : cultivateur à Montaure (Eure).


Résistance 1943-1944

Il a servi volontairement dans les Forces Françaises de l’Intérieur de 1943 au 15 septembre 1944 (certificat provisoire n°3779). Il a participé aux actions suivantes :

Ravitaillement pour les réfractaires, les parachutistes Alliés.

Employé réfractaires : il a caché un parachutiste anglais dans sa ferme.

Il a été adhérent par la suite au Front National de lutte pour la libération et l’indépendance de la France, en 1944-1945.
N° d’adhérent : 265

Date d’adhésion : 12 Octobre 1944.


Conseiller municipal

Il a été conseiller municipal de la commune de Montaure pendant 33 ans (1947-1980). Il a été récompensé d’une médaille d’honneur en récompense de son dévouement au service des collectivités locales (diplôme décerné par le Conseil Général, fait à Evreux le 15 mai 1972).


Son métier

D’abord ouvrier agricole, il a exercé ensuite durant le reste de sa vie active le métier de cultivateur dans sa petite ferme des Fosses (hameau de Montaure).


Son décès

Il décède le 15 juin1980 à Montaure (27) à 73 ans.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 Messages

  • Bonjour Monsieur,
    Mon Grand-Père maternel, Maurice CHARDON, à habité longtemps à Emanville(40 ans). Il est arrivé dans sa ferme en 1928. Il a été conseiller municipal pendant de longues années, (25 ans, je crois ?) mais pendant la guerre, il a fait partie des Forces Françaises Intérieures. Il ne m’en avait jamais parlé, je l’ai découvert longtemps après sa mort. Il était musicien et donnait des bals avec son orchestre « Mickey Jazz » dans les villages voisins. Si vous avez le moindre renseignement où une photo sur lui, pouvez-vous me contacter. Ch.GUILLOTIN- Centre Courrier Colis-76230 Bois-Guillaume. Merci...

    Répondre à ce message

  • Florent Goupil, combattant de 40 et résistant 9 août 2013 16:03, par desbordes evelyne

    bonjour
    Mon grand père Marcel Petit habitait la Haye Malherbe a coté de Montaure, avec ses parents, sa sœur et ses 2 frères. Il est né en 1908 même âge que votre père.
    Il se marie à Marie Jouvin à Pont de l’Arche en 1931. Le garde barrière de la Haye Malherbe est un cousin comme le gardien du château. Il est arrêté en mai 1940 ???pourquoi ?? Je le retrouve en juin dans un camp à Vannes. Ensuite en camp en Allemagne jusqu’en 1943 libéré car il est malade. Il est décédé en 1962 à Tours séparé de ma grand mère.
    Auriez vous entendu parler de Marcel Petit par votre père, ils ont du être copains d’école. merci, des photos peut-être ?
    Evelyne Desbordes de Gironde

    Répondre à ce message

  • Florent Goupil, combattant de 40 et résistant 12 février 2016 18:35, par VALLEE

    Mon père JEAN VALLEE , était un réfractaire du S T O , il ma peut raconté la pèriode qu’il a passe dans une ferme de montaure pendant la guerre ,en 1942 il avait 22ans .il était dans la ferme de Mr CARDOUN ?? , il faisait des papiers d’identités et d’autres choses il y avait une radio ,il y avait un aumonier le père DE RUGIE !!.mon pére habitait LE THUIT-SIMER 27 . SI quelqu’un peut me donner de plus amples renseignements sur ses activités , vous pouvez me contacter

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP