www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > La vie militaire > « Nos Poilus » > Faire mentir Roland Dorgelès

Faire mentir Roland Dorgelès

En guise de préambule au numéro spécial de novembre

Le jeudi 30 octobre 2008, par Michel Guironnet

« Je me trouvais là le soir où il est sorti, ce caporal qui voulait faire sauter le réseau allemand avec des pétards de dynamite. Il n’avait pas avancé de dix mètres qu’une fusée l’a découvert et tous les créneaux ont tiré en même temps. Il est mort sans souffrir, dans la griserie de sa bravoure. Bientôt, cette nuit peut-être, un autre se dévouera comme lui.
Combien de victimes coûtera-t-il encore, ce petit bois où, l’an dernier, les filles de Laon venaient aux fraises ; et tous les bois de France, et tous les prés, et tous les champs...
N’est-ce pas atroce de penser, devant ce jeune mort étendu, que la guerre terminée, des milliers de sacrifices pareils tomberont dans l’oubli et que rien, jamais rien, ne paiera les héros : pas même un souvenir ». Extrait de « Une nuit sous bois » dans « Le Cabaret de la Belle Femme ».

Écrite dix ans après la fin de la guerre, cette nouvelle de l’auteur du roman « Les croix de bois » évoque les soirs de cafard et d’angoisse des Poilus... Leur sacrifice n’aurait-il servi à rien ?

Faire mentir Roland Dorgelès : voilà l’un des buts de ce numéro spécial du magazine-web Histoire-Généalogie.com !

90 ans après la fin des combats, la Grande Guerre n’a jamais été autant d’actualité : des témoignages inédits sont retrouvés, de copieux ouvrages historiques publiés. Des passionnés, à travers forums sur Internet et sites Web spécialisés, cherchent à reconstituer la vie de nos Poilus.

L’idée de ce numéro spécial germe fin février 2007.

Je pose alors cette question à notre ami Thierry : « Peut-on espérer, grâce au talent de tous les rédacteurs et lecteurs du Magazine-web, réaliser (pour le numéro de novembre 2008 par exemple) un « numéro spécial » sur nos poilus ? »
Sa réponse ne tarde pas : « Bonjour à tous, Chiche ! Ok pour un numéro spécial sur les Poilus pour novembre 2008... mais il va falloir y réfléchir dès maintenant... et mobiliser tout le monde. Début mars 2007, je vais faire passer un message à tous les rédacteurs... Amicalement, TS ». C’est parti !

Le vrai départ est donné dans la Gazette de fin mai 2007, avec cette « Petite annonce » :
« Afin de commémorer en novembre 2008 le 90e anniversaire de l’armistice de 1918, et pour rendre hommage aux combattants, aux civils et aux victimes de la Grande Guerre, l’équipe rédactionnelle du magazine-web www.histoire-genealogie.com et de la Gazette Web envisage la rédaction d’un numéro spécial du magazine et de la Gazette.

Pour ce faire, nous recherchons des témoignages et des documents inédits qui pourraient faire l’objet d’une publication sur le web (par exemple, des courriers de « Poilus », des photos, des témoignages ou autres documents). Ces documents seraient accompagnés d’un commentaire historique ou pourraient faire l’objet d’un article avec un plus long développement.
Pour rester dans l’esprit du magazine-web et de la Gazette, nous mettrons l’accent sur les acteurs de ce conflit, les histoires particulières ou collectives : les « Poilus », le personnel soignant, les familles (l’arrière), la vie quotidienne, plutôt que sur les faits proprement dits. Bref, une sorte d’hommage aux acteurs, actifs ou passifs, de la Grande Guerre. Merci par avance pour vos contributions et propositions... »

Les réponses arrivent nombreuses et enthousiastes accompagnées de documents inédits (photos et journaux de Poilus, lettres, objets...) témoignages tout simples ou plus étoffés, mais toujours émouvants !

Pour ne pas se laisser déborder et submerger, il faut prendre en compte l’espace disponible entre le Magazine-web et la Gazette... Le choix risque de se révéler difficile !

Il y a aussi des thèmes qu’il faudra ne pas oublier : les troupes coloniales, les curés au front, les gueules cassées, les orphelins, le retour des soldats... les conséquences sociales du conflit...

Au travail ! La moisson est belle ! Nous avons du grain à moudre ; autant dire du pain sur la planche !

Ce fut beaucoup de travail et d’organisation : réunir des données biographiques sur ces Poilus (la plupart de ces soldats sont morts pour la France), les historiques de leurs régiments et les combats évoqués, préciser lieux et dates… remettre tout cela dans le contexte historique… et résoudre bon nombre d’énigmes !

Recherche qui fut longue, mais ô combien passionnante ! Elle n’a été possible que grâce à la « galaxie » des sites et forums sur Internet consacrés à la Grande Guerre et à ses passionnés.

Malgré les difficultés, et elles furent nombreuses cette année, depuis le numéro de janvier, le Magazine-web a consacré et publié chaque mois un article à l’un de « Nos Poilus ».

Point d’orgue de cet hommage aux soldats et aux victimes militaires et civiles de ce conflit, les publications de ce mois de novembre de la Gazette et du magazine-web seront entièrement consacrées à cette commémoration de l’Armistice. Ainsi toutes les Gazettes du vendredi verront la publication d’article sur le sujet. Ces articles seront ensuite repris au sommaire du magazine-web... Cerise sur le gâteau : la plupart des articles sont rédigés par les descendants des Poilus.

Vous avez le résultat sous les yeux !

Note : Depuis la fin de l’année 2007, de nombreux articles rédigés à partir des textes et des témoignages de Poilus ou de civils, reçus par internet, ont été mis en ligne accompagnés de photographies inédites et d’un commentaire historique. Tous sont consultables depuis la rubrique suivante :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • Faire mentir Roland Dorgelès 21 février 2016 14:11, par robin des bois

    C’est incroyable pour moi de lire le titre de ce topic !!!
    (je viens par ailleurs de poster sur un autre topic l’histoire de l’arrière grand- père de mes enfants, et de son 251e RI à Cumières/ MORTHOMME le 12 avril 1916)

    Et je tombe sur ce titre qui, pour moi n’a rien de provocateur !!!
    Bien au contraire, car :

    • car, en dehors de mon petit soldat du 251e RI, mort pour la France( et arrière grand-père de mes enfants)- mais peut-être aussi fusillé en 1re ligne pas son colonel GAUCHER (?),
    • j’ai adoré lire la version originale du livre de Jean-Norton CRU ,
      °édité dès 1929 aux éditions Etincelles
      (en version originale, il coûte désormais la « peau des fesses » -1000 euros peut-être !)..
      ° Témoins"... une merveille à condition de tenir bien compte de sa date d’édition (1929)
      ° son sous-titre est très important aussi :
      « Essai d’analyse et de critique des souvenirs des combattants édités en français de 1915 à 1928 »
    • Il y « exécute proprement et scientifiquement » le Prix GONCOURT et ses fameuses « CROIX de Bois »,
    • Il range DORGELES en « classe IV » en matière de « fiabilité du témoignage de Combattant » : une claque
      (Par référence : Maurice GENEVOIS est « classe I » (le summum), avec notamment DELVERT, MEYER.. etc )

      encore une fois, livre paru en 1929, contenu concernant seulement les 10 ans après Nov 1918

    Mais peut-être que ce bouquin a- t-il déjà été évoqué sur ce site ?
    ( j’avoue avoir un peu de mal à y naviguer et m’y retrouver pour le moment, car je le découvre !!)

    Répondre à ce message

  • Faire mentir Roland Dorgelès 25 février 2016 12:04, par robin des bois
    • Avec Henri BARBUSSE aussi, et ses principaux romans  : « le Feu », « Clarté », « Les Enchainements »
      Jean-Norton CRU le classe en catégorie IV -comme DORGELES- soit un « témoin de valeur médiocre » ;
    • Il cite à l’appui les extraits suivants de l’un des 3 romans ci-dessus de BARBUSSE :

    "toute une très longue file de prisonniers assis, attachés deux par deux, par les bras et par les jambes...
    Des sentinelles bâillent à côté, et un capitaine se désespère comme un personnage d’opéra-bouffe, parce qu’il ne sait pas quoi faire de ses prisonniers , sans compter qu’il faut que çà mange"
    (page 234)

    Quand TRAVEL repasse quelques heures après on s’est décidé à les massacrer :

    " Ce sont des cadavres attachés deux par deux...je les reconnais : les prisonniers allemands.
    Ils sont aplatis et coulants, il y en a à perte de vue, et ils font un ruisseau noir qui a afflué dans la rivière....
    "C’est nous , la compagnie, qui les a zigouillés tous . Le capitaine en avait trop envie.
    Il nous a donné à boire du rhume à plein s quarts, puis il nous a dit :« Mes petits gars voici, ils sont trop ces gens-là »
    Mon vieux, c’en a été un boulot. C’est qu’on a du les jeter par terre et se cramponner sur eux comme sur des femmes.
    Il en a fallu de l’amour ! " (p.245-246)

    Bon ben voilà : No Comment de Rdb, qui se contente de constater que Henri BARBUSSE a eu du succès avec ses romans et que même des éditorialiste ou rédacteurs se référaient à ses textes pour parler savamment de 14-18 !
    Jean Norton CRU, lui, ajoute dès 1929  :
    « Un autre trait individuel de Barbusse est sa propension à créer des monstruosités, ce qui dénote en lui un esprit morbide {{}} . ».... ...

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP