www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Chroniques de nos ancêtres > Du pain sur la planche > Du pain sur la planche (cinquième épisode)

Du pain sur la planche (cinquième épisode)

Alexis et ses fils

Le jeudi 21 mai 2015, par Martine Hautot

Quand Guillaume meurt en 1862, Frédéric Alexis a cinq garçons vivants, qui ont entre 8 ans et 18 ans : Alexis, Adolphe, Henri, Charles et Hippolyte. Deux autres enfants sont morts en bas âge, les derniers-nés de la fratrie, un petit garçon et une petite fille. Frédéric a alors 45 ans et sa femme 43 ans. Ils en resteront là.
Mais bientôt c’est à nouveau le temps des mariages. Les fils d’Alexis seront-ils encore boulangers ?

C’est l’aîné des garçons Alexis Quilan, boulanger comme son père qui ouvre la série en épousant le18 Novembre 1868 la jeune Marie Noémie Hotot, fille d’agriculteurs d’ Offranville. Cependant il n’a pas de chance. Le petit garçon qui naît en janvier 1870 meurt six mois plus tard et Noémie le suit de près dans la tombe alors qu’elle vient tout juste de fêter ses vingt ans. A peine le temps d’un deuil, au mois de juin 1871, le second garçon, Adolphe épouse à Varengeville, Marie Antoinette Auzou, la fille du boulanger de la commune. C’est dans ce village, situé sur la côte, devenu célèbre par son cimetière marin qu’il élèvera sa grande famille.

Église et cimetière marin de Varengeville

Pourtant les jeunes mariés osent à peine se réjouir. Le pays a été bouleversé par la guerre contre la Prusse. La défaite de Sedan a entraîné la chute du second Empire et la proclamation de la république. La vigie de Dieppe, « journal politique, maritime et littéraire » a relayé dans son numéro du 13 Septembre 1870 la proclamation du nouveau sous-préfet de Dieppe, ancien rédacteur du Journal de Rouen, aux habitants de l’arrondissement :

« Le gouvernement de la défense nationale m’a confié le soin de venir administrer l’arrondissement de Dieppe … Je fais un loyal appel au concours de tous pour m’aider d’abord à organiser la défense de la patrie et pour m’aider ensuite à préparer les bases sur lesquelles doit reposer le gouvernement de la République.
Comptez sur moi, je compte sur vous.
Le sous-préfet A. Chamson.
Dieppe 12 Septembre 1870 »

Pendant de nombreux mois, Paris a été assiégé, la province coupée de la capitale. A Offranville pour garder le contact avec leurs connaissances parisiennes, des habitants ont envoyé des télégrammes. Rassemblés à Tours, ils étaient ensuite acheminés, jusqu’à la capitale, par des pigeons voyageurs, l’utilisation de microfilms permettant à un seul pigeon de transporter plusieurs milliers de dépêches.

Offranville 23 janvier 1871

« Effosse septième secteur Vaugirard. Famille bonne santé. Offranville tranquille. Heureux de ta dépêche. Courage. Embrassades père mère frère amis. Effosse. »

Maintenant les troupes prussiennes occupent le pays et les habitants sont contraints de loger soldats et officiers. A Offranville un fidèle serviteur du châtelain des lieux Monsieur de Bois-Hebert, veille à faire respecter par l’occupant les biens de son maître. Il s’appelle Edouard Pillon et obtiendra vingt ans plus tard un prix de la Société Libre d’Emulation du Commerce et d’Industrie de la Seine inférieure pour ses bons et loyaux services ! En attendant il faut mettre la main à la poche pour répondre aux exigences du vainqueur : en effet, tandis que les troubles de la Commune agitaient Paris, le traité de Francfort a été signé, le 10 Mai 1871. Il oblige la France à verser une indemnité de cinq milliards de franc-or à la Prusse pour libérer son territoire et à cet effet un emprunt de deux milliards vient d’être lancé : Alexis y a peut-être participé, comme de très nombreux notables et patriotes.

JPEG - 21 ko
Gravure sur bois contemporaine montrant les négociations du traité de Francfort à l’hôtel Zum Schwan.

Cependant la vie continue avec ses joies et ses peines : d’abord en Février 1874, le remariage d’Alexis fils avec Aimée Victorine Damamme, une femme de trente ans, orpheline de mère et fille d’un jardinier d’Offranville. Les parents du marié sont consentants mais non présents. Sont-ils vraiment satisfaits de ce remariage ? Un an après naît une petite fille Victorine. Alexis ne la verra guère grandir, il meurt à 34 ans, en 1879. Le troisième frère Henri se marie la même année à Doudeville avec Eugénie Lemonnier la fille d’un employé de commerce, dont la mère est décédée. Il n’est pas boulanger mais épicier. On reste dans les métiers de bouche. Nouvelle pause en 1875 et 1876 et en 1877 mariage le même jour, le 24 Avril, des deux derniers frères Quilan avec les deux demoiselles Dancel.

.

Charles charcutier, âgé de 25 ans, épouse Marie Dancel, 23 ans, couturière. Il s’installe à Dieppe, rue du mortier d’or, tout près de l’église Saint-Jacques.

Quartier Saint-Jacques à Dieppe où Marie Dancel et Charles Quilan ont leur charcuterie

Son frère Hippolyte, 23 ans, boulanger épouse Adeline Dancel, 21 ans également, couturière. Les deux jeunes épousées sont filles de Vincent Dancel, maître maçon et d’Antoinette Batel, ménagère (d’autres filles composent la famille Dancel et parmi elles Alexandrine Raphaël dont j’ai raconté les curieux débuts dans la vie dans une précédente chronique.) Chez Maître Morgand, qui a succédé à Maître Leclercq à l’étude d’Offranville, deux contrats ont été signés, le même jour, six semaines avant le mariage et l’on voit que les demoiselles n’arrivent pas les mains vides avec, notamment, un imposant trousseau :

  • 16 paires de draps de toile de lin
  • 60 chemises
  • 3 douzaines de serviettes
  • 5 nappes
  • 5 douzaine de torchons
  • 24 tabliers
    sans compter, vêtements, robes, jupons, corsets et châles.

Ainsi Alexis père a marié en moins de dix ans ses cinq fils. Si certains sont boulangers, d’autres métiers apparaissent : épicier, charcutier, d’autres lieux d’installation aussi : Varengeville-sur-mer, Doudeville, Dieppe mais toujours en Seine-Inférieure. Seuls deux fils restent à Offanville : Alexis, qui meurt bientôt en 1879 et Hippolyte. Cinq ans après son fils aîné, Alexis père disparaît à son tour, le 7 Février 1884, à l’âge de 66 ans. Sa veuve, aimée Cahon lui survivra 8 ans. C’est à Hippolyte désormais de faire vivre la boulangerie Quilan d’Offranville.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

4 Messages

  • Bravo Martine pour ce nouvel épisode que l’on découvre toujours avec beaucoup de plaisir. L’article est agréable à lire et bien documenté. J’aime beaucoup aussi car vous situez votre histoire familiale dans la grande histoire.

    Bien cordialement.

    André Vessot

    Répondre à ce message

  • Merci André :une grande histoite régulièrement ponctuée par des guerres qui jouent nécessairement sur le quotidien des plus humbles . Marie Dancel,mon arrière grand-mère qui a vécu plus de 90 ans a ainsi connu trois guerres:70 14/18 et 40/45 .
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Du pain sur la planche (cinquième épisode) 28 mai 2015 14:19, par HAUCHARD DIDIER

    Martine,
    Bonjour ,
    Je suis pas à pas la saga des QUILAN !
    Votre travail est remarquable très bien documenté , il a demandé des recherches approfondies et minutieuses , félicitations !
    J’ai beaucoup apprécié le fait de mettre le contexte historique et valoriser les professions , boulanger entre autre.
    Dans mon message du 12 avril ( 2° épisode ) je vous avais fait part de ma curiosité pour les Quilan .
    Je vais vous adresser un autre message dans « les curieux débuts dans la vie d’Alexandrine Raphaël DANCEL »
    Dans l’épisode 4 , vous faites part de la naissance de Victorine Clémence QUILAN le 16 octobre 1854 et du mariage de sa mère Julienne QUILAN en février 1864 .
    10 ans entre la naissance et le mariage ! pourquoi ?
    Ce mariage n’était peut être pas souhaité par les parents ? pourtant Valentin et julienne étaient majeurs en 1854 !
    Une autre raison , laquelle ?
    Victorine Clémence a été reconnue par son père ?? est ce vraiment son père ? je doute car le couple a eu au minimum 4 enfants après leur mariage , en 1865, 1866 ,1867 et 1869 .
    En supposant que Valentin louis GROUT soit bien le père de Victorine Clémence , ils ( valentin et julienne ) auraient attendu 10 ans avant de procréer ... peu vraisemblable
    Qu’en dites vous ? Il sera impossible de connaître l’explication

    bien cordialement et encore BRAVO
    Didier HAUCHARD dhauchard

    Répondre à ce message

    • Merci de votre commentaire. J’espère que la suite vous plaira aussi.
      Pour ma part ,je pense qu’il est peu probable que Victor Grout ait été le père biologique de la petite Juliette mais elle s’est trouvée légitimée par ce mariage ,ce qui arrivait ,je crois,assez souvent et même parfois tardivement :comment l’enfant déjà grand vivait-il ce changement de nom ?
      Bien cordialement ,
      Martine Hautot

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP