www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Histoire locale > Chronique de Salernes (Var) au XIX° siècle

Chronique de Salernes (Var) au XIX° siècle

Le samedi 1er septembre 2007, par Catherine Leclercq

Cinq épidémies de choléra et trois de variole, rigueurs du climat tous les 4 ou 5 ans et disettes qui s’en suivent, réquisitions militaires, arrestations et déportations des républicains : les habitants du petit village de Salernes en Provence vont être durement éprouvés au cours du XIXe siècle. Les populations agricoles des communes environnantes ont subi les mêmes fléaux, mais, à Salernes, l’essor industriel de la céramique si important en 1880 a permis au village de s’assurer un avenir.

Les travaux et les jours

Pendant le Premier Empire et la Restauration, Salernes compte 2300 habitants (3200 en 2000) dans 595 maisons habitées par une population en majorité agricole. Il y a 5 fours à pain, 4 moulins à farine, 10 moulins à huile, 2 pressoirs, 2 filatures de laine et de soie, 2 fouloirs, 2 fabriques de briques et malons exploitées par des ménagers qui partageaient leur temps entre cette activité et l’exploitation de leurs biens agricoles. Dans le village, les artisans, barillards (fabricant de barils ?), bastiers (fabricant de bâts pour les chevaux), taillandiers (fabricant d’outils à la forge), parenduriers (ou paranduriers ?) et gipiers (fabricants et artisans du plâtre) fournissent les objets usuels nécessaires.

Les cultures sont principalement l’olivier et le figuier ainsi que la vigne, un peu de blé et 5 ou 6 bergers conduisent les troupeaux de moutons. On exporte l’huile et le vin, surtout par transport maritime, par Saint Raphaël vers Marseille, parce que cela coûte moins cher que par les routes laissées en très mauvais état par les transports militaires ( citation de Maurice Agulhon dans la vie sociale en Provence intérieure au 19° siècle).

Ce début de siècle met les habitants face aux réquisitions militaires et beaucoup de réfractaires sont poursuivis après des heurts avec les colonnes mobiles, pendant que la disette sévit en 1812 et 1817. Le Tribunal criminel spécial de 1811 doit juger quelques troubles causés par la présence de soldats hanovriens et russes.

Disettes, maladies et misère

Dès 1817, il sévit une forte sécheresse et en 1819 les oliviers sont malades. Selon le registre des Marchés et Subsistances, ils ont le pou noir et tombent la feuille c’est à dire la cochenille et la fumagine, il n’y a pas de récolte possible. En 1820 et 1821, il fait moins 10°C en Janvier, et donc des dégâts aux arbres fruitiers suivis d’une grande misère chez les agriculteurs. En 1829, il fait moins 12°C et en 1831, le choléra fait son apparition pendant un hiver extrêmement rigoureux. Il s’avère nécessaire de formuler une demande de secours auprès du Préfet pour que le Bureau de Bienfaisance puisse soulager les habitants.

En 1834 de nouveau une sécheresse. De 1835 à 1837, épidémie de choléra et de variole (91 décès enregistrés en 1 mois et 12 jours)... Ces même années, il fait si froid qu’une réduction du montant des contributions paysannes est accordée en 1837 et 1839 ( réduction de 1/10e). En 1852, après les troubles qui ont suivi le référendum ,les hommes étant partis ainsi que quelques femmes, les récoltes sont restées sur pied.
Même succession de fléaux dans la seconde partie du siècle : en 1855 retour du choléra, très meurtrier : 124 décès de salernois. En 1859 c’est l’oïdium qui anéantit la récolte dans les vignes. En 1860 retour d’un un grand froid. En 1864 à nouveau l’oïdium .

En 1865 et en 1867, la variole qui fait 350 malades et 45 morts. En 1868, 1871, 1872, toujours le choléra et, en plus, le phyloxera et de mauvaises conditions climatiques : moins 11° C en 1882 !

La révolte républicaine

La seconde moitié du siècle s’ouvre aussi sur des drames familiaux : arrestations et déportations qui ont lieu à la suite de la révolte de décembre 1851, conséquence du coup d’état du 2 décembre de Louis-Napoléon Bonaparte. Cette révolte « républicaine » à mobilisé les hommes en plusieurs points du département du Var, ces hommes, formés en colonnes marchent vers les Basses Alpes. A Salernes, les nuits des 11 et 12 décembre, ils sont 3500 dans le village et se dirigent sur Aups où les troupes gouvernementales les anéantissent.

Ceci a entraîné 110 arrestations de Salernois suivies d’emprisonnements et déportations après des jugements très sévères : par exemple André Vaillant dit « Eclair », journalier agricole, 50 ans, marié, un enfant, il ne sait pas lire ni écrire, il a « une vie privée irréprochable, réservé, gros travailleur, estimé, est affilié à une Société Républicaine », il aurait mis dans l’urne, lors du vote referendum ,un bulletin négatif : il est condamné à 5 ans en Algérie.

Le registre des tournées journalières du garde champêtre conservé dans les archives communales fait état des recherches d’insurgés dans les bois.

Naissance d’une industrie et mouvements de populations

Cependant se fait jour la vocation industrielle de Salernes avec l’accroissement notable du nombre de fabriques de céramique. Auparavant celles ci étaient réparties entre de nombreux propriétaires agriculteurs qui pratiquaient parallèlement le travail de fabrique et des champs. On trouve alors des dizaines de petits ateliers de tuiles, de briques, de céramiques, de poteries utilitaires et du fameux malon hexagonal rouge qui deviendra « la tomette de Salernes ». Dès 1835, des usines se développent et l’industrie progresse et atteint son apogée en 1880 avec 40 fabriques, ensuite elle décline à la fin du siècle.

L’industrialisation entraîne l’arrivée d’ouvriers italiens à la recherche de travail dans les usines de céramique : 8 sont recensés et domiciliés au village en 1850, 250 en 1881.

Parallèlement se produit une émigration de la population à partir de 1845, on en trouve la trace dans les souches de passeports. Emigration vers Marseille, Aix en provence et Paris mais aussi vers la Nouvelle Orléans et l’Amérique du sud.

  • De 1845 à 1848 , 23 familles (50 personnes de tous âge vers Buenos Aires).
  • De 1848 à 1869, 34 familles (38 personnes vers la Nouvelle Orléans.
  • En 1882, 9 familles (13 personnes vers Buenos Aires et Montevideo).

Sans pouvoir vraiment établir si les départs se décident à l’appel des familles déjà exilées ou si la motivation est d’ordre familial, social ou politique. Mais en 35 ans, à partir du milieu du siècle 56 familles c’est à dire 102 personnes ont quitté Salernes.

Sources :

  • archives communales de Salernes, Var en 1982.
  • Texte rédigé d’après les notes de Simonne Pélissier Boyer dont l’ascendance paternelle est établie à Salernes et à Cotignac (village situé à 12 km de Salernes ).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

4 Messages

  • Chronique de Salernes (Var) au XIX° siècle 29 septembre 2007 11:55, par Martine.Sennegond

    bonjour,
    sans votre article vous citez la révolte républicaine de 1851.
    il existe de nombreux renseignements sur ce sujet sur le site
    www.1851.fr
    une association a été crée en 2001, dans le 04, pour feter les 150 ans de cette révolte. à cette occasion cette association a réalisé une brochure et de nombreux événements dans la commune des Mées.
    Dans cette commune une plaque commémorative, la seule du département, témoigne de ce soulevement.
    Martine Sennegond
    modératrice
    http://fr.groups.yahoo.com/group/Genealogie-calamites/
    http://genea-calamites.forumactif.fr

    Voir en ligne : http://www.1851.fr/

    Répondre à ce message

  • Chronique de Salernes (Var) au XIX° siècle 29 septembre 2007 13:13, par vahine40@hotmail.fr

    ou ce situe la famille duc je crois «  »SARUS de la VOLPILIERE«  » pas sur de l’orthographe

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Je viens seulment de voir votre message... Sarrus (avec 2 R) de la Volpiliere n’est plus désormais à Salernes depuis 6 années. Nous n’utilisons pas le nom en totalité bien que nous pourrions le faire.. Max-jules Sarrus, en est le seul déscendant direct pour le moment..

      Utiliser cette adresse mail en retour pour correspondre si vous le désirez

      Très cordialement

      Dominique sarrus ép chagnop

      Répondre à ce message

  • Chronique de Salernes (Var) au XIX° siècle 9 janvier 2008 11:15, par Gourgaret

    Bonjour, votre article est fort interessant, pouvez vous SVP me communiquer les coordonnées de Mme Simonne PELISSZIER BOYER ? Est-elle toujours en vie ?
    J’organise durant l’été une exposition sur l’histoire de SALERNES. Est—il possible d’avoir un contact ? Pour les insurections de 1851 à SALERNES et dans le haut var il existe une association a SALERNES qui pourra vous donner de plus amples reseignements et qui est dirigigée par Mr Jean Claude CAIRE.SL

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP