www.histoire-genealogie.com


Bonne Année 2020

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Le cadre de vie » Comment construisaient nos ancêtres » Baies, linteaux et voussures… (8e épisode)

Baies, linteaux et voussures… (8e épisode)

Comment construisaient nos ancêtres ?


jeudi 14 janvier 2010, par Jacques Auguste Colin †

Répondre à cet article

Une baie opportunément orientée !

Lorsque en 1998, j’emménageai dans un appartement que j’avais construit dans un vieux bâtiment du XVI° siècle [1], je ne m’imaginais pas que parmi les nombreuses énigmes qui se posaient à ma curiosité, l’une d’elle allait me plonger dans une recherche qui durerai plusieurs années. C’est l’histoire de cette recherche passionnante que je vous invite à partager.

Un matin d’avril 1999, je m’éveillais lentement dans la petite chambre conjugale assombrie, quand soudain, en quelques minutes je vis apparaître sur le mur opposé à la petite fenêtre, une image inversée de cette ouverture, reconnaissable par les trois barreaux qui la protègent.

JPEG - 84.8 ko
L’image à l’origine de l’étude.

Cette image devint de plus en plus lumineuse, passant par un maximum d’intensité tandis qu’elle semblait de déplacer imperceptiblement vers le mur NORD de la chambre. Je me précipitai vers la fenêtre et constatai que c’était le soleil se levant dans l’axe de la rue (de la Poterne), et sur le toit de la « Tuilerie des Moutiers » [2] qui était responsable du phénomène. Tandis que le jour se levait, l’image devint de plus en plus pâle et fini par disparaître totalement.

Les jours suivant le temps brumeux empêcha le renouvellement de cette image, mais passionné de topographie j’entrepris de vérifier sur un plan orienté les différentes données et questions du problème entrevu :

  • a) nous étions quelques jours après l’équinoxe de printemps et à deux mois et demi du solstice d’été
  • b) quel était l’azimut de ma rue (de la poterne) rigoureusement parallèle au rayon du soleil…
  • c) Quand, après le solstice d’été, pourrai-je observer à nouveau ce phénomène de « camera obscura » ? [3]

Je me promis donc de surveiller la période symétrique du mois d’août pour enregistrer photographiquement les images indispensables pour établir un compte rendu journalistique. Las.. ! le mois d’août fut cette année là particulièrement couvert et ce n’est qu’un an plus tard, en 2000 que je pus mettre mes projets à exécution.

Cette année là le temps du mois d’août fut clair et ensoleillé, et chaque matin vers 6H15 je me précipitais à ma fenêtre pour assister au lever de Phoebus… Je m’étais équipé d’une boussole de randonnée et d’un plan directeur de mon quartier (extrait du cadastre) et au moyen d’un appareil photo numérique, je pus prendre une série de photos, orientées et horodatées, que j’entrai chaque jour dans l’ordinateur, en vue d’une analyse ultérieure (voir exemples ci-dessus.).

Dans les mois qui suivirent, je passai de longues heures à méditer sur ma découverte. La boussole à alidade m’avait donné l’azimut [4] magnétique de l’apparition (78°mg EST), parallèle à l’axe de la rue de la Poterne mais il m’apparut vite que l’heure réelle du lever était faussée par la présence de l’écran de végétation et bâtiments sur la rive gauche de la Saône.

Ayant reporté sur mon plan directeur la ligne d’axe de la rue j’eus un jour la surprise de constater que celui-ci était rigoureusement parallèle à l’axe longitudinal de l’abbatiale Saint Philibert située à environ 20 mètres d’altitude.

Je me dis alors que si je pouvais me transporter à la base du grand clocher, il me serait possible de constater l’heure réelle ( à priori la même chaque année !) de l’aube devant un horizon dégagé.

C’est au cours de l’examen de ce plan et de quelques photos aériennes du site que j’eus la révélation qui devait me plonger dans une étude de plusieurs année : le plan de l’abbatiale constituait avec ses trois clochers disposés symétriquement une sorte de gigantesque alidade à pinnules .

Je me dis alors qu’il me suffirait de viser dans cette alidade depuis un point situé sur le prolongement de son axe, pour découvris à quelle date de l’année (vers 920) le maître d’œuvre premier avait tracé l’implantation de l’axe de la future église, et si possible, la raison de sa démarche : obligation géographique ? obstacle indéplaçable ? Fête d’un Saint Patron ? J’entrepris donc de rechercher sur un plan au 25/1000° un point de la ville d’où il me serait possible d’effectuer cette visée...

Je raconterai en images la semaine prochaine dans la Gazette, la suite et les résultats de la longue recherche que j’entrepris alors, mais je crois nécessaire de décrire auparavant, pour certains lecteurs pas forcément calés en « géographie » le rôle et l’utilisation de l’objet mystérieux cité plus haut :

L’alidade

J’ai déjà cité dans un article précédent (Baies Linteaux et voussures n°3) cet instrument comme faisant partie des outils principaux de tout maître d’œuvre ou constructeur, chargé d’implanter et orienter un édifice à construire ; En fait sous ce joli nom venu de l’arabe (les baguettes) [5] se cache un des plus vieux outils que l’homme ait inventé pour évaluer l’élévation, variable dans le temps et par rapport à son horizon, du soleil, de la lune et autres étoiles remarquables peuplant le firmament.

Cet outil d’une simplicité extrême, était connu de la plus lointaine des civilisations égyptiennes ou mésopotamiennes ; Sa composition la plus simple était l’assemblage de deux « baguettes » solidaires permettant par la visée l’évaluation des angles dans l’espace... C’est, par de successifs perfectionnements, l’ancêtre du dioptre des grecs, de l’astrolabe, du sextant, du compas de navigation, et de notre théodolite à visée laser... Ce fut, depuis la nuit des temps, l’outil de l’astronome, des navigateurs, des géomètres et autres arpenteurs de notre planète...

Le remplacement des petites encoches de visée par de petits ergots rapprochés aux extrémités des « baguettes », en améliorant la précision de la mesure lui donna le nom d’ «  alidade à pinnules  ». C’est à cet outil particulier que me fis penser la vision aérienne de l’Abbaye St Philibert de Tournus [6].

JPEG - 23.9 ko
Boussole de randonneur à alidade (armée de terre) Utilisée pour cette étude.

Pour bien comprendre l’importance vitale de cet instrument au haut moyen âge, il faut se souvenir qu’aux dix et onzième siècles et longtemps après, la mesure du temps et des dates n’était possible que par la connaissance de la positon des astres par rapport à l’horizon et à l’étoile polaire. Et par la lecture d’anciens éphémérides, venu de Rome, le plus souvent d’origine ecclésiastique...

Point d’horloge, pas de boussole, le temps et le travail des hommes étaient comptés en « journaux » ou « arpents » et « aunées » du lever au coucher du soleil...

Je vous raconterai en image la semaine prochaine dans la Gazette, la longue et impatiente recherche du point de visée situé dans l’axe de l’église Saint Philibert, ainsi que les conclusions qu’il me fut possible d’en tirer.

Notes

[1La « Maison du Roy Guillaume » à Tournus

[2Les « Moustiers « ou « Moutiers » sont les moines en vieux français. Les moines de Saint Philibert de Tournus venaient de l’île de NoirMoutier…

[3« camera obscura » le phénomène de la « chambre noire » était connu de l’antiquité mais ne sera décrit que par L.de Vinci au XVI° siècle ; Il est à l’origine de la photographie.

[4« Azimut » : : angle que forme la direction d’un point situé à l’horizon, avec le SUD géographique (verticale du soleil au Zénith). Dans mon étude et par inversion :le nord géographique de la carte.

[5« Alidade » vient du latin médiéval alidada (ou alhidada) qui lui-même est un emprunt à l’arabe al idada signifiant « la réglette… »

[6Le début de la construction de l’église abbatiale, et donc son implantation et orientation est daté des années 900 à 920.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

16 Messages

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 09:43, par vialard2

    Cette série d’articles est très enrichissante.
    Votre recherche est passionnante c’est du « Dan Brown » mais du vécu !
    Superbe, vite la suite !

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 09:50, par blanchard61

    Bonjour
    Si je comprends bien il s’agissait pour l’architecte d’orienter la nef vers l’est, c’est à dire vers Jerusalem. Si ce n’est que ça ce n’est pas très mystérieux, c’est l’orientation de toutes les églises (et mosquées d’ailleurs).
    Ou bien je n’ai pas tout compris, ce qui est probable.

    Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 12:04, par Frs

      Les églises sont dirigées de telle sorte que les fidèles prient face à JERUSALEM donc vers l’ouest (d’où l’expression "église orientée), le porche d’entrée étant à l’est.
      Le hasard a voulu que, par la suite, les fidèles musulmans priant vers La Mecque « regardent » à peu près dans la même direction...depuis l’Occident.
      L’article montre bien l’application et le soin que pouvaient apporter les architectes et maçons dans la construction des églises. J’attends la suite avec intérêt.

      Frs

      Répondre à ce message

      • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 17:38, par Pythoud

        Madame, Monsieur,

        J’ai bien lu votre contribution. Je pense qu’il y a un lapsus : les églises sont dirigées vers l’Est. Nous entrons par l’Ouest et nous nous dirigeaons vers l’Est - le choeur, Jerusalem.
        Cordiales salutations
        Jean

        Répondre à ce message

        • Une petite précision au sujet de l’orientation. Suivant la latitude, l’orientation
          est un peu différente pour bénéficier des premiers rayons du soleil levant
          afin de pouvoir lire plus aisément les textes dans le missel. De même pour l’ouverture dans le mur des églises pour donner la communion aux lèpreux.
          Le sujet est très instructif, et les réactions sont positives. Meilleurs
          sentiments. Béco

          Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 13:02, par marie

    bonjour,
    votre étude est passionnante et je vous en remercie.
    toutefois, si je comprends facilement l’usage de cet outil pour les contructions au sol,je n’arrive pas à imaginer son usage vers le firmament ? EN MER etc..
    encore bravo

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 14:53, par Anne

    Très interessée par votre travail j’habite moi m^meme SENLIS dans l’OIse où l’ancienneté des maisons et de la topographie générale permettrait de faire des études analogues , incapable de les réaliser par manque de temps et de capacités , seriez vous interessé à vous pencher plus tad sur la question . En regardant un plan de SEnlis vous serez peut être tenté , auquel cas je serais à votre disposition pour tout élément documentaire , plans ou photos qui pourraient vous interesser . J’habite moi même une maison du XIIè reconstruite au XVIè , à 20 m de l’Eglise Saint AIgnan , première implantation au haut moyn age , et mes ouvertures sont orientées est et ouest , avec des rentrées de Soleil non hasardeuse mais que je sui bien incapable d’étudier En tous cas bravo Anne

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 16:04, par Philippe A.

    Nota : « Moutier » ne signifiait pas moine en vieux français, mais bien Monastère...(NoirMoutier = le monastère noir)

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 16 janvier 2010 19:18, par jean-claudeb16

    cette serie est passionnante. avez-vous penser a rechercher
    si cette eglise se trouve construite sur un point positif

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 17 janvier 2010 01:31, par Jacques Auguste Colin

    Cordial salut à tous les intervenants,

    Sincèrement je ne pensais pas susciter autant d’intérêt et de remarques dès le lendemain de la publication de cet article… !
    Avant de répondre à chacun, permettez moi de rappeler que la série « Baies, Linteaux et Voussures » est inspirée par la passion de comprendre « Comment construisaient nos ancêtres » des périodes du Haut moyen Age,(Art Roman) sans les puissant outils, matériels ou mathématiques que devait apporter la Renaissance vers le XV° siècle…

    1) : Orientation vers l’est Jérusalem : Cette définition « Vers l’Est » est très restrictive, et pour notre pays, Jérusalem se trouve plutôt au Sud Est.. ! …Je l’ai dit plusieurs fois, le choix de l’orientation d’un édifice est l’acte premier de tout architecte même encore de nos jours.. Les raisons de cette orientation sont très diverses selon le Maître d’œuvre (pas encore Architecte à l’époque romane) et peuvent être d’ordre géographique, météorologique, astronomique, astrologique, mystique , religieux…et j’en passe. !
    Pour ce qui est des églises romanes, la règle « vers l’EST » n’est pas absolue, mais l’hypothèse d’une orientation vers le soleil levant, un jour précis de l’année, est souvent vérifiée. C’est ce qui à justifié ma recherche.

    2) La traduction française de l’arabe : « al’idhaïda » est : « les baguettes » d’après Larousse.. je crois qu’il est facile de comprendre qu’avec deux baguettes entrecroisées ont peut évaluer et comparer les angles dans l’espace.. ! Mais l’alidade sur planche horizontale graduée est effectivement d’usage topographique…

    3) les Moutiers : d’après ma lecture de documents anciens il semble que le terme s’appliquait aussi bien aux moines qu’au monastère. A Tournus il existe une « tuilerie des Moustiers » et le « jardin des moutiers.. Mais l’origine latine : « monasterium » donne raison à Philippe A

    4) A l’intention d’Anne. J’insèrerai à la fin de cette série un post-scriptum qui certainement vous ravira et vous donnera l’envie de faire vous-même cette recherche passionnante… A bientôt

    Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 18 janvier 2010 09:41, par DPL

      Bonjour,

      On ne peut que vous féliciter pour vos recherches (j’aimerais pouvoir en faire autant !) Quant aux fameuses « baguettes » peut-on les rapprocher de LA GROMA des arpenteurs romains - citée dans LES CAHIERS DE SCIENCE ET VIE n° 111 intitulé PARIS RACONTE LUTECE

      Il s’agirait d’un instrument composé d’une perche verticale, supportant à son extrémité supérieure un croisillon en équerre, pouvant tourner à l’horizontale autour d’un axe. Chacun des quatre bras supporte un fil à plomb... L’utilisateur de la Groma peut ainsi projeter des alignements et la direction de leurs perpendiculaires pour la construction future de bâtiments et de voies

      Je lirai avec intérêt la suite de vos recherches.

      Merci de nous faire partager vos découvertes.

      Très cordialement,

      DPL

      Répondre à ce message

      • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 19 janvier 2010 10:52, par Jacques Auguste Colin

        Bonjour,
        Rassurez vous, vous pourrez en faire autant, avec les moyens que je viens de découvrir et que j’exposerai dans un post- scriptum en fin d’article...

        Etant donné l’imagination des êtres humains il semble bien que l’instrument que vous décrivez (Groma) soit une déclinaison particulière des « baguettes » al idaïda ...
        Merci pour cette contribution...JAC

        Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 17 janvier 2010 06:45, par Michel THOBIE

    Intéressant article qui nous fait plonger aussi dans l’architecture ancienne romane : il faut absolument lire le conséquent article dans l’Histoire de Bretagne écrite par De la Borderie (6 tomes) dans lequel l’auteur relate avec passion la translation du corps de St-Philbert et le déplacement des moines de l’île de Noirmoutier du fait des invasions des vikings... C’est à la fin du 19e Siècle lorsqu’il fut décidé de construire une église plus grande à St-Philbert de Grandlieu (44) sur l’emplacement même de l’ancienne église que fut découvert le sarcophage de St-Philbert ou Philibert ... Finalement l’église romane (une des plus anciennes de France) fut conservée ainsi que la petite crypte contenant le sarcophage ... j’y suis allé 2 fois et cela vaut vraiment une visite ... Je peux vous envoyer des photos de ce long article

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 18 janvier 2010 08:53, par Kirsch

    Bonjour

    Je lis une orientation à 67° sur la photo de l’abbatiale Quelle est la précision de cette valeur ? 1° peut-être ? Je pense aux usages en cours depuis les romains pour donner une orientation par rapport aux axes cardinaux Nord-sud et Est-Ouest. 67° correspondent à une rotation de 23° par rapport à la direction Est-Ouest parfaite. Cela correspond de très près à l’angle « romain » de 3/7 : on avance de 7 unités vers l’est et on se décale de 3 unités à angle droit vers la gauche (le nord) et on forme ainsi un angle de 23,19° par rapport à l’Est (tangante 23,19° = 3/7).

    Le lieu en question est-t-il situé sur une ancienne implantation romaine qui pouvait déjà présenter cette orientation ou est-ce simplement l’usage romain qui se perpétuait au moyen-âge pour définir une orientation cadastrale ? Question ouverte !

    Robert (r.kirsch@free.fr)

    Voir en ligne : Baies, linteaux et voussures… (7è partie) - Histoire Généalogie - La vie et la mémoire des hommes :

    Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures… (7è partie) 18 janvier 2010 17:42, par Jacques Auguste Colin

      Bonjour Monsieur Kirsch,je suis ravi de vous retrouver sur ce site,

      a) L’orientation 67° est celle que j’ai constatée à la boussole (moins la déviation magnétique)et sur le plan cadastral convenablement orienté.

      b) La seule question simple qui se pose alors est la suivante : « Quel jour de l’année terrestre a servi pour implanter et orienter l’église romane ? », sachant que le lever et le coucher du soleil sont les seul points invariables qui détermine nos CALENDRIERs (julien ou grégorien..)

      je vous invite à nous retrouver, avec d’autres correspondants, en fin de publication pour
      en discuter...
      Très cordialement vôtre
      J.A.Colin

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP