www.histoire-genealogie.com


Bonne Année 2020

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Le cadre de vie » Comment construisaient nos ancêtres » Baies, linteaux et voussures... (5e épisode)

Baies, linteaux et voussures... (5e épisode)

Comment construisaient nos ancêtres ?


jeudi 5 mars 2009, par Jacques Auguste Colin †

Répondre à cet article

Le texte qui suit, comme les trois précédents du même titre, n’a pas valeur de thèse et ne peut servir de référence pour un enseignement de l’art de construire. C’est la transcription d’une méditation d’un maître d’œuvre occasionnel, passionné et admirant le génie de ses ancêtres, bâtisseurs de pierres des temps médiévaux et antiques.

Indispensable rappel : Avant toute spéculation sur un événement historique, et surtout la construction d’un monument antique ou médiéval, ou même de nos humbles demeures populaires, il est indispensable de se pénétrer de l’état des techniques et des connaissances scientifiques de l’époque considérée.

Qu’en est-il de cet état dans la “Franciae occidentalis” avant le Xe siècle :

Le savoir, les outils et les hommes

A. Les connaissances :

Dans la vie de tous les jours, les connaissances pratiques, résultant de l’expérience et la culture particulière à chaque groupe, se transmettent oralement de père en fils, de maître à élève, dans un bas latin fortement marqué par l’ancien dialecte local.
Le papyrus n’est plus importé et le parchemin rare et cher, le papier n’existe pas ! Il n’y a pratiquement pas d’écrit, sauf pour les grands actes officiels comme les “chartes” rédigées pour le pouvoir local par des scribes qui, souvent, ne sont que des “copistes de mots” puisés dans des documents antérieurs… Les actes antérieurs au XVe siècle, sont souvent incompréhensibles, sinon illisibles sans le secours de la paléographie… Les deux Bulles sur ce dépêchées (NDR : au Concile de Troyes) sont écrites en écorce collée fort dextrement sur toile et la forme des caractères si étranges que feu le Chancelier Olivier, n’étant encore que Chancelier d ‘Alençon confessa n ‘avoir jamais rien vu plus rares ni plus singuliers... (St Julien de Balleure- recueil 1581).
Le peuple est généralement analphabète de même que le bas clergé, nommé par le seigneur évêque local et surtout chargé de maintenir par le prêche le peuple dans la foi, l’obéissance... et la crainte du jugement dernier !
« Comparé à nos systèmes actuels, ce type de formation venu de la nuit des temps, dépourvu d’institutions véritablement structurées a l’avantage d’être en rapport étroit et permanent avec la réalité concrète et pratique ; mais il tend à faire de l’homme un être entièrement dépendant du milieu clos dans lequel il vit... » (EHM99)

Seuls quelques fils de chef ou nobles ayant fréquenté les écoles du palais créées cent ans avant par Charlemagne, quelques grands religieux ayant puisé leur savoir dans les bibliothèques des grands monastères primitifs, tous bénédictins (le monastère de Monte Cassino était réputé conservateur des écrits des philosophes et mathématiciens grecs et romains...), peuvent être, à des degrés divers, considérés comme “instruits”
 [1].
Sans exagérer le moins du monde, on peut affirmer que l’abbé ou l’évêque le plus instruit est, en matière de connaissances scientifiques, du niveau d’un bon élève de notre vieux certificat d’études, à la rigueur, pour les matières du quadrivium (géométrie et astronomie surtout) du niveau de seconde de nos études secondaires.
Il est intéressant de dresser un état de ces connaissances scientifiques et techniques de l’époque, pour essayer de comprendre par quel processus intellectuel, par quel prodige d’intelligence, les grands maîtres d’œuvre médiévaux ont pu concevoir et réaliser ces merveilles de force et d’équilibre que sont les grandes églises romanes...

  • Arithmétique : Au Xe siècle, les méthodes de calcul se limitent encore à la connaissance de tables ou abaques venus de l’antiquité, grecque ou égyptienne, à la manipulation de “bouliers” basés sur le groupement d’unités élémentaires. On comptera encore longtemps sur ses doigts. Le “zéro” n’existe pas et le système de numération romain se prête mal à l’écriture des opérations élémentaires addition, soustraction.
    Le zéro et la virgule n’existant pas, les algorithmes des multiplications, division sont inconnus. L’homme instruit du XIe siècle raisonne sur des nombres entiers et groupement de nombres (base) par exemple la base 12, multiple “visuel” commun de 1, 2, 3... ou 20, multiple commun de 1, 2 et 5... ( "quinze - vingt" pour notre 300…).
  • Astronomie : L’observation de la voûte céleste et l’essai de compréhension par “l’homme pensant” de la périodicité et de la mobilité des astres est aussi vieille que l’humanité. La mesure des angles, du temps, puis des longueurs sur la terre (géométrie) entreprise depuis la nuit des temps à conduit les penseurs grecs à une théorie de l’univers, sur laquelle en l’an 1000, veille encore fermement l’Eglise, car elle s’accorde à sa doctrine de la Genèse. En ces années 1000, et pour longtemps encore, les seuls instruments de mesure restent la planchette graduée à alidade, les alignements de monolithes orientés, le gnomon, la clepsydre ou l’horloge à eau.
  • Géométrie : La géométrie, et donc l’art de construire, repose essentiellement sur l’étude graphique des “rapports” entre grandeurs entières ou angulaires (trigonométrie), qu’elles soient linéaires, de surface ou de volume (éléments d’Euclide, théorèmes de Thalès, Pythagore, Archimède, et les cinq corps réguliers dits “Platoniciens”, tous démontrés par raisonnement graphique mais dont la démonstration mathématique ne se fera progressivement qu’à partir des XVe et XVIe siècles...). Ne disposant pas de mesure étalon, les construction géométriques se font avec un module arbitrairement choisi ayant dans tout raisonnement géométrique la valeur 1 ( par exemple, 1 pied d’environ 33 de nos centimètres ).

Sans alourdir inutilement cet état des connaissances au Xe siècle, on doit s’émerveiller de constater combien est réduit le nombre d’outils (intellectuels ou matériels) dont dispose le maître d’œuvre de l’époque, tant pour la conception que pour la mise en œuvre de son projet.

B. Les outils :

  • Pour la conception : (Maître d’œuvre, parfois Maître d’ouvrage)
  • Sa “science du Trait” et son “esprit de géométrie”.
  • La règle graduée par un “module" qui lui est propre (un “pied” non étalonné), lui-même divisé par 2 ou 4.
  • Le compas.
  • Une surface de traçage d’épure, qui le plus souvent est une aire argileuse parfaitement plane, que l’on grave au stylet. On dessine aussi parfois pour les petites épures, sur pierre polie (ardoise) ou sur bois
  • Pour l’implantation et le piquetage : (Maître d’œuvre ou Chef de chantier)
  • Le niveau, la grande règle et le cordeau.
  • La planchette à alidade à pinnules pour les alignements.
  • La corde à treize nœuds (12 intervalles d’un module personnel), avantageusement complétée par :
  • Une chaîne d’arpenteur dont chaque “maille” peut être un multiple simple du module précédent (par ex. 3).
  • Pour la mise en œuvre : (compagnons et manouvriers)
  • Le niveau (à gravité).
  • L’équerre.
  • Le fil à plomb.
  • La truelle.
  • Le liant, mortier de sable et chaux ou terre argileuse mouillée pressée.
  • Sans oublier bien entendu les outils accessoires et traditionnels de terrassement, transport, élévation des matériaux... et de la pierre dont les techniques d’extraction et de taille (ciseaux, têtus et épinçoirs) viennent de l’antiquité. Cependant la brouette n’est pas encore utilisée en occident.

C. Les hommes :

La construction de bâtiments religieux ou seigneuriaux est le fait de communautés d’hommes libres, plus ou moins liées au monachisme, suivant volontairement et travaillant avec un Maître, détenteur du savoir et de l’expérience.
Au Xe, le “Maître d’œuvre" est un maître maçon ou charpentier, souvent moine bénédictin ayant étudié et travaillé au monastère du Mont-Cassin, chef d’une communauté de compagnons libres (origine de francs-maçons).

Détenteur de la science du “Trait" chère à Euclide et Pythagore, il participe manuellement à l’édification des édifices qu’il a conçus. Il garde jalousement secrètes les sources de sa science, et se dit volontiers "enfant de Hiram", Roi de Tyr et légendaire bâtisseur du Temple de Salomon…
Le terme d’“Architecte” ne sera importé d’Italie, par Charles d’Anjou, qu’au XVe siècle. (Arkitecton = Grand Charpentier)
Quelques individus, doués ou privilégiés bénéficient, sous le sceau du secret absolu, de l’enseignement du maître. Après de longues années de travail et d’initiation et l’obtention de la "maîtrise", ils partiront à leur tour avec quelques compagnons choisis et quelques aspirants, élus soigneusement parmi la foule de manœuvres et hommes à tout faire, engagés localement, qui se pressent sur le chantier.
Ce n’est que le début de ce qui deviendra au XIIe siècle, les confréries de maçons et de charpentiers, de tailleurs de pierres, ancêtres du “Compagnonnage”.
Par exemple, à Tournus, il est fort probable que l’Abbé Aymin, “Maître d’ouvrage” a fait appel en 920 à un de ces Maîtres d’œuvre dont le nom est inconnu (E dans le dessin ci-dessous - serait-ce Gerlanus ?) entouré de compagnons d’origine lombarde, comme semble l’indiquer la présence des fameuses bandes d’allégement identiques à celle qu’on retrouve dans les anciennes églises romanes d’Italie du Nord.

JPEG - 30.7 ko
J. A. Colin : étude pour « Le pape des escargots »

Dans plusieurs de ses ouvrages, notamment Les étoiles de Compostelle, le regretté Henri Vincenot nous décrit, avec son talent inimitable, ce genre de personnage, mi-sorcier, mi-prophète, mage au langage ésotérique, présidant à l’édification d’églises et abbayes, tout en préservant son savoir et réservant son enseignement à un être élu destiné à lui succéder…

Dans Le pape des escargots, il nous propose comme personnage principal La Gazette qui se dit "grand initié", présent à la construction de Temple de Salomon et héritier des grands maîtres d’œuvre du Moyen Àge.

Sa canne de Maître porte les encoches du partage en moyenne et extrême raison et sa corde personnelle à 13 nœuds lui sert de ceinture…

L’utilisation intelligente de ces deux outils était suffisante pour concevoir les plus belles églises.

Linteaux et voussures

À partir du constat que l’« Homo pensant » a, depuis la nuit des temps, appris à édifier des constructions protectrices de plus en plus hautes, solides et élaborées, il nous paraît évident que le problème principal posé à son intellect fut celui de la couverture des baies, passages, et vides de construction…
Pendant plus de 10 000 ans, pour les bâtisseurs des civilisations pré hellénistiques, le « linteau » de résistance estimée ou comparée ou de même l’architrave, furent la seule réponse au problème posé, comme on peut aisément le constater dans les grands ensemble architecturaux égyptiens (Louksor…) et grecs (Parthénon…).

JPEG - 7.2 ko
Linteau et architrave bois à Conques

Qu’il soit soutenu par des solides pieds droits ou par des colonnes puissantes et ouvragées, le linteau, monolithe ou composite est encore de nos jours le système le plus utilisé…y compris pour nos maisons d’habitation…
Je vous ai suffisamment présenté le linteau dans le numéro III de cette série d’articles, je n’y reviendrai donc pas !
Il semble bien que ce soit aux ingénieurs bâtisseurs de la Rome antique, élèves ou émules d’Archimède, que l’on doit la découverte des qualités de la voussure de plein cintre, et par extension, de la voûte en berceau et de la coupole, comme moyen de couverture des baies et surfaces vides des constructions. Les études du grand physicien sur les poussées engendrées par les poids des matériaux, leurs intensités et leurs directions, devaient forcément y conduire…

Après la chute de l’Empire Romain, devenu chrétien (3e siècle) et à la fin des temps dits « barbares » qui suivirent, le renouveau de la foi et la nécessité de construction de lieux de culte pour la religion triomphante, donna naissance à cet art de construire que nous appelons ROMAN (occidental ou byzantin). L’Eglise devenue toute puissante fit appel à des maîtres d’œuvre indépendants, souvent moines ayant étudié l’art de construire dans les bibliothèques des grands monastères d’Italie…
Ce furent ces derniers qui, avec une extrême économie de moyens, couvrirent l’Europe de milliers de ravissantes chapelles et églises qui ont bravé les siècles. Parmi les « compagnons » acteurs de leurs chantiers, certains s’établirent parfois sur les lieux comme « Maître maçon » et ce sont eux qui jusqu’aux XVIe & XVIIe siècles et avec plus ou moins de bonheur eurent à résoudre le problème des « baies, linteaux et voussures » de nos humbles maisons d’habitation…

Renvoi…

Les premières lignes de cette série d’articles Baies, Linteaux et Voussures s’ouvraient sur l’évocation de notre ancêtre du paléolithique supérieur, confronté à la nécessité de se construire un abri, dans un environnement minéral plus ou moins hostile, avec le seul secours de son intelligence et son sens de l’observation…

J’écrivais alors : …Quoi de plus naturel en effet que de se construire un abri avec les pierres affleurant les grands plateaux calcaires, couches pétrifiées d’anciens fonds marins aux strates plus ou moins épaisses, mais facilement détachables (lauzes et laives…). Comme un enfant qui, trouvant un jeu de carte qu’il ne peut comprendre, les assemble pour en faire un château… Deux cartes verticales, une carte horizontale et voici notre abri, notre dolmen conçu, notre rectangle révélé, et les problèmes qui commencent : stabilité et écartement des cartes verticales (que nous appelons "pieds-droits"), poids, dimension, résistance de la carte horizontale (que nous appelons « linteau » ou « voussure » ), extension de cette figure à la dimension humaine…)

Aujourd’hui, en ce début du XXIe siècle, alors que la moindre construction, la plus petite cabane, est calculée, mesurée, chiffrée, normalisée puis autorisée, contrôlée, numérisée… mathématisée, j’éprouve souvent la nostalgie de ces temps anciens, quand nos ancêtres d’avant le XVe siècle édifiaient leurs petites maisons ou de délicieuses petites églises avec règle, compas, niveau et fil a plomb… et la seule connaissance de quelques axiomes géométriques venus de l’antiquité…

C’est pourquoi j’ai cru pouvoir vous entraîner dans ma méditation…

JPEG - 26.9 ko
Eglise de Burgy (12e siècle) - Tournugeois - Mâconnais

Notes

[1Sous le règne de Charlemagne, avec la fondation de l’école du palais, dirigée par Flavius AJcuin, venu de l’école d’York en Angleterre. Son programme implique l’étude des « sept arts libéraux », répartis en trivium (grammaire, rhétorique et dialectique) et en quadrivium (arithmétique, géométrie, astronomie et musique ). L’écolâtre est le directeur de ces études classiques et religieuses destinées surtout à une élite. (EHM99)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

  • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 7 mars 2009 12:04, par Kzyves

    Bonjour,
    Un grand merci pour cet article, linteau voussure. Actuellement toujours en activité dans le bâtiment et fervent défenseur de celui ci,
    On ce sent tout petit face à ces méthodes ancestrales et archaïques, Touts nos appareil de levage grue de 120 mètres et +, les manuscopiques,
    les niveaux lasers, sans oublier les bureaux d’étude spécialisés ou fourmillent grand nombre de bac pro, architecte, coordinateur, métreur, etc....... etc........
    Si évidemment et heureusement le progrès facilite et améliore le travail en chantier, comment expliquer
    le nombre grandissant de tous ces désordres et mal façons quand l’on rencontrent quotidiennement...............

    Un retour aux sources de ces temps les plus anciens, n’est évidemment pas souhaitable, mais une grande réflexion dans un élan de sagesse unanime,
    ou il serait moins question de rentabilité et productivité, 2 mamelles cancérigènes de notre société, redonneraient ses lettres de noblesse
    quelque peu évincées et bafouées à nos beaux métiers de BÂTISSEURS.

    Merci encore et bon vent à tous.
    G.yves

    P.s. Je vois que cet article est la 4 èm partie, je n’est pas vus passer les 3 premières ?????

    Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 7 mars 2009 18:49, par J.A.Colin

      Sous le titre de cet article, il y a un lien : « Pour lire les articles précédents »
      Je vous souhaite bonne lecture ...et réaction ?
      J.A.Colin

      Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 8 mars 2009 03:44, par Michel

      Les marchés de constructions sont attribués, souvent aux « moins disant » ce qui, souvent, implique une main d’œuvre a bas coût (peu qualifiée), des études « expédiées » (basés sur des modèles existants) et modifiés, au désir du client, sans calculs de l’impact sur la solidité de l’ensemble (généralement, ils se font appelés « constructeurs » dans le cas des petites résidences)
      L’économie est le maître mot, liée a la somme empruntée (budget) par le client.
      Un logiciel de calcul (acquis sans connaissances) mal interprété et c’est la durée de vie de la construction qui en pâti, voire la rupture immédiate (tolérances négligées).
      C’est l’entreprise de maçonnerie qui, généralement assume, seul, par son assureur, le surcoût des malfaçons, pas le « constructeur »
      N’oublions pas, aussi, que les anciens bâtisseurs connurent des échecs retentissants car leurs connaissances étaient empiriques et leur « client » exigeait, parfois, des réalisations que les matériaux de l’époque ne pouvaient pas en absorber les contraintes (constructions élevées en briques de terre : muraille de chine, linteaux monolithe micro-fissurés, bois, pour le même usage, insuffisamment sec.
      Les grandes constructions anciennes qui existent, encore, de nos jours, ne sont que celles qui ont résistés au temps, les autres sont en ruines, voire rasées.
      Les ruines sont légions et fort appréciées des touristes de tout poil.
      La brique cuite semble le matériaux le plus résistant au temps et peu sensible aux incendies (mais elle a des défauts, en maçonnerie, dû au liant)
      Les égyptiens avaient inventé le béton, semble-t’il, et les conditions climatiques locales ont permis d’assurer leur pérennités.
      Mais rien ne résiste au temps ; toutes les constructions humaines sont limitées dans le temps.
      Et, dans quelques siècles, rien ne persistera de nos constructions actuelles, sauf celles qui présentent un intérêt historique et touristique (conservatoire).
      Il faut être pragmatique : la rénovation a un coût (certaines constructions sont intéressantes, un style architectural, d’autre pas).

      Répondre à ce message

      • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 9 mars 2009 00:41, par ROUET Daniel

        Si des marchés de construction étaient attribués au « moins -disant » puis par la suite au « mieux-disant » ceci n’empêchait pas aux Maitre d’Oeuvre et au Maitre d’Ouvrage de faire respecter le cahier des charges afin d’assurer une pérennité plutôt que de faire marcher les garanties en cas de désordres ...
        Le controle était permanent au moyen-age ... il s’est assoupli par la suite ... en même temps que les intérêts financiers ont augmenté ...

        Une grande reconnaissance pour cette 4e partie ... que je vais d’abord ranger précieusement ... pour la lire ensuite surement avec la même satisfaction.

        Un grand merci donc

        Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 9 mars 2009 22:02, par Jipeme

      Bonsoir,
      je lis avec plaisir votre réaction. Malheureusement nos regards rencontrent trop souvent la volonté de laisser plus une trace que d’EDIFIER un bâtiment.
      Les vicissitudes de la vie professionnelle ont fait que j’ai eu à travailler autant pour des architectes, des bureuax d’études et ou entreprises ; et il faut le reconnaitre, que très rarement la qualité première mis en avant outre le problème financier était la durabilité pendant la période de garantie décennale.
      J’ai heureusement eu le bonheur de travailler 5 années durant sur des bâtiments anciens dans des secteurs sensibles avec des compagnons rompus au travail de la pierre ; quelle richesse ;
      Dommage que la société n’ai pas les moyens de s’attacher leurs compétences, au détriment de la longévité des édifices.
      Parallèlement il faut déplorer dans certaines ville comme Bordeaux, le gout de certains de vouloir tout conserver au titre de l’Histoire.
      Souhaitons que nos réalisations, dites contemporaines, résistent aux affres du temps, tout autant que celles de nos anciens.

      Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 8 mars 2009 14:43, par Pierre KIRCH.

    Monsieur ,
    J’attendais la suite de vos propos et c’est avec plaisir que je viens de lire le 4éme volet ;
    Continuez à nous instruire en nous faisant réfléchir.
    Bien cordialement à vous .
    Pierre KIRCH.

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 8 mars 2009 19:18, par Michelle

    Bonjour Monsieur Colin
    Merci pour votre article,j’ai vivement aprécié car moi aussi j’admire les constructions de nos ancêtres et justement comme vous dites même et surtout les maisons simples. J’ai énormément et été impressionnée quand j’ai visité la petite ville de Guillaume de Conquérant : Dignes sur Mer.Ces maison, tel quel, depuis l’an 1.000 et quelque, avec ses balcons et escaliers de bois en parfait état. Quelle merveille, je me suis sentie revenue dans le temps des artisants faisant ce travail. Je ne suis pas le genre : M’as- tu- vu, comme Versailles plein de dorures, comme les églises d’ailleurs où j’habite, chargées d’or, ou bien sûr encore comme Brasilia, notre capítale archi morderne.
    Merci pour cet article rapellant aux français les artisants merveilleux qu’étaient nos ancêtres.
    Michelle - Brésil

    Répondre à ce message

  • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 12 mars 2009 10:00, par Michel M. Hourman

    Mon grand-père, maitre-maçon, son père simple maçon, leur aïeul maitre-maçon....C’est vous dire si je lis avec « passion » vos articles. J’y retrouve de temps en temps une image, une explication donnée de la voix de mon bon-papa, endormie dans l’éternité depuis si longtemps.

    Répondre à ce message

    • Baies, linteaux et voussures... (4e partie) 13 mars 2009 23:06, par Jacques Auguste COLIN

      Bonjour à tous, chers correspondants ;

      Après lecture de vos messages j’éprouve le besoin d’apporter le commentaire suivant :
      Je crois sincèrement que c’est une profonde erreur que de vouloir mesurer l’art de concevoir et construire des temps médiévaux à l’aune des réalisations de notre société moderne, calculatrice, mercantile et capitalisante…Ce sont deux mondes totalement différents… !

      Aucun des Maîtres d’œuvre, concepteurs et bâtisseurs des milliers de petites ou grandes églises romanes qui parsèment encore ce qui fut l’Empire romain, n’a laissé son nom autrement que sous la forme de quelque signe ésotérique gravé au bas d’un pilier ou sur une pièce de charpente maîtresse.

      Ce M.O. souvent moine benedictin, est les seul porteur de son projet, non écrit, qu’il aménage constamment, en fonction des difficultés rencontrées…Il travaille manuellement à la construction avec ses compagnons, maîtres maçons, charpentiers, tailleurs de pierres, qui souvent l’ont élu. Ces compagnons, maîtres en leur métier, sont souvent analphabètes, comptent encore sur leurs doigts et s’expriment dans un latin dénaturé parsemé d’expressions de dialectes locaux….

      Le problème des coûts et des approvisionnement (géré par le M.O.) est toujours secondaire.
      Le donneur d’ordre, Maître d’ouvrage, est presque toujours un petit seigneur ou propriétaire local
      désireux de s’attirer les grâces de son saint patron ou du comte-évèque régional.. ! Le bois, la pierre, le sable sont abondants et gratuits , et ce sont manants et serfs locaux, corvéables à merci, qui sont chargé de l’approvisionnement en matériaux…et de la subsistance…

      Il n’est pas rare qu’un compagnon , maçon ou charpentier ayant approché une accorte paysanne se sépare de son Maître, avec sa bénédiction, pour se fixer définitivement sur les lieux…Il sera le constructeur des humbles habitations qui bientôt entoureront l’église par cercles concentriques, pour devenir une nouvelle agglomération…

      Il est exact que la méthode empirique d’évaluation des poussées à été la cause d’effondrement dramatique de voûtes en construction, et on peut voir encore aujourd’hui quelques chapelles dont la voûte en berceau porte une fente longitudinale trahissant une sous estimation des forces en présence…Mais ces incidents n’étaient pas plus fréquents qu’à notre époque réputée scientifique : il suffit de se rappeler l’effondrement du terminal de ROISSY, entre autres pour en être convaincu.

      Cela dit, il faut vivre avec son temps ! Ordinateurs, niveaux laser, et autres instruments de mesure, d’élévation et de contrôle, électroniques ou non, sont des outils merveilleux pour les Architectes et bâtisseurs de l’an 2000 ; Il faut simplement souhaiter qu’ils sachent conserver dans leurs gigantesques projets, le même module que leurs ancêtres de l’an 1000 : la dimension humaine

      Je vous remercie de continuer à me suivre dans cette recherche poétique de l’intelligence de nos ancêtres…

      Jacques Auguste Colin

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP