www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > La vie familiale > Une histoire insolite : le mariage de la défunte…

Une histoire insolite : le mariage de la défunte…

Le jeudi 2 octobre 2014, par Michel Baumgarth

Friesenheim (Bas-Rhin - 626 habitants au recensement de 1866 ), Elisabeth Haller, descendante au cinquième degré de Jean BAUMGARTH (vers 1700 - 6/12/1764 ), le plus ancien porteur retrouvé de mon patronyme, épouse François-Joseph SEILER le 19/11/1867 :

JPEG - 34.8 ko
Friesenheim – mariages - acte N° 8

Une difficulté majeure m’empêche de transcrire les données sur mon arbre généalogique : le jour de sa noce, Elisabeth était déclarée morte depuis presque 19 ans !!!

JPEG - 92 ko
Friesenheim - décès - acte N° 15 du 21/8/1848

L’analyse de l’acte de décès me livre une anomalie : la défunte était âgée de cinq ans, alors qu’Elisabeth est née le 30 septembre 1836 (Friesenheim – naissance – acte N°23) donc âgée de 8 ans.

L’examen de la fratrie me livre une piste : sa sœur Louise (Friesenheim- naissances - acte N° 18 du 8 novembre 1843 ) est âgée de 5 ans à la date du décès…

Pour confirmer mon hypothèse, je consulte les recensements de Friesenheim : en 1846 Elisabeth et Louise font bien partie du foyer ; en1851 la famille comporte encore deux enfants : Elise, 14 ans qui est mon Elisabeth et une Louise ; mais celle-ci n’est âgée que d’un an... Je les retrouve en 1856, puis en 1861 rejointes par une petite Joséphine ; puis ces trois-là en 1866. Hélas, les recensements en ligne s’arrêtent cette année-là... [1]

Qui est donc cette Louise bien trop jeune ? La table décennale Friesenheim 1853-1862 m’offre une Louise HALLER née le 21 décembre 1849 ; l’acte de naissance N° 16 me confirme qu’elle est bien la fille de Nicolas HALLER et Marie-Gertrude BAUMGARTH, donc la sœur de ma mariée Elisabeth.

Cette petite Louise qui est née en 1849 a donc remplacé la petite Louise disparue entre les recensements de 1846 et 1851 qui encadre la date du décès problématique du 21/8/1848…

La solution est évidente : Elisabeth a été déclarée morte, mais c’est Louise qui était dans le cercueil !

Comment l’erreur a-t-elle pu se produire ? Les déclarants étaient le père, Nicolas HALLER et Antoine SAHNER, son beau-frère. Leurs signatures sont magnifiques, apposées d’une main ferme, ce qui prouve à l’évidence qu’ils maîtrisaient parfaitement l’écriture et la lecture. Alors ???

Au siècle précédent, le curé s’empressait de baptiser les nouveau-nés dont l’avenir semblait incertain pour leur éviter d’errer pour l’éternité dans les limbes. Le sort de ma petite cousine Louise m’interpelle : existe-t-il des limbes républicains et laïques où errent les décédés ignorés de l’état-civil ? Ne devrais-je pas faire rectifier cette erreur en dépit de son siècle et quart d’ancienneté ?

Quant à Elisabeth, est-elle restée à Friesenheim, a-t-elle eu des enfants ? Son décès a-t-il été bien été déclaré ? Hélas, Je l’ignore et j’aimerais bien en connaître la date, ce qui me permettrait de proposer l’inscription de ma cousine à la toute nouvelle rubrique des records de Généanet dans la catégorie morte deux fois…


[1Mais quand mettront-ils donc les recensements ultérieurs en ligne ? Ce sont des outils prodigieux pour nous autres généanautes amateurs ! Et quand mettront-ils en ligne la décennie 1893-1903 ? Pourquoi ne pas lancer une pétition nationale pour stimuler les décideurs ???

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

18 Messages

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 2 octobre 2014 15:45, par André Vessot

    Bonjour Michel,

    J’adore ces anecdotes sur les bizarreries de l’état-civil qui donnent bien du fil à retordre aux généalogistes. Mais je pense que vous avez trouvé la solution la plus vraisemblable.

    J’ai moi aussi trouvé dans ma généalogie les prénoms donnés plusieurs fois dans une même fratrie, de quoi s’arracher les cheveux - déjà que j’an ai pas beaucoup - pour s’y retrouver et savoir quel est son ancêtre. J’ai même trouvé pire, un prénom qui est devenu patronyme : ainsi Blaise THOMAS est devenu Thomas BLAISE.

    Bien cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 3 octobre 2014 10:33, par emef666

    Merci Michel de votre histoire qui ressemble quasiment à la mienne !

    Mon arrière-arrière-grand-père Corentin Toussaint a épousé une dame Marguerite LR (née en février 1848) le 14 juillet 1872.
    Mais les 6 enfants de cette union ont pour mère une Marie-Jeanne LR...
    J’ai fini par trouver qu’elles étaient soeurs à un an près !
    Mais Marguerite est morte 26 jours après sa naissance... Mon trisaïeul a donc bien épousé Marie-Jeanne qui a pris sur l’acte le prénom et la date de naissance de sa soeur aînée et décédée !???
    Voici ma conclusion rapide...mais je cherche encore et j’ai pensé aussi à faire modifier l’acte de mariage...

    Bonne journée, ici dans le sud il fait vraiment beau et chaud déjà !

    MF

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 3 octobre 2014 10:53, par Henri-Claude MARTINET

    Bonjour,
    J’ai un cas semblable dans ma famille, sauf que les deux sœurs étaient jumelles. L’une d’elle décéda un jour ou deux après la naissance. Le curé rédigea l’acte et comme le père ne savait ni lire ni écrire, il laissa faire -peut-être que le prénom de la morte lui était inconnu, ne faisant aucune différence entre les deux ou lui était égal ?-
    Dans ce cas ce pourrait être la mère qui choisisse le prénom qu’elle préférait, en l’occurrence celui de l’acte de décès.
    Cordialement
    H-Cl. Martinet

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 3 octobre 2014 11:05, par tatoomsutra

    Bonjour,
    J’ai rencontré plusieurs fois ce cas de figure dont plusieurs concernaient des jumeaux. Je n’ai jamais compris comment des parents pouvaient confondre leurs enfants mais là c’est une autre histoire. J’ai également une autre anecdote mais là c’est l’officier de l’état civil le responsable. Dans un registre de naissance de la fin du 19e, à la même page se trouvent deux enfants sans lien de parenté, nés le même mois et portant le même patronyme avec des prénoms différents (X et Y), deux petits garçons. Il est fréquent de trouver en marge des actes de naissance les mentions marginales avec les mariages et décès. C’est là que ça se compliquent : X s’est retrouvé marié à la femme de Y et vis versa. Y, veuf, s’étant remarié, le remariage a été attribué à X, devenu bigame, quant au décès, là aussi il est arrivé bien trop tôt pour l’un d’eux qui s’est retrouvé avec deux mentions de décès. Et au fil des ans, aucun des officiers successifs de l’état civil n’a relevé l’anomalie ni corrigé.
    Bonne journée à tous
    Béatrice

    Répondre à ce message

  • Il était fréquent autrefois, quand un(e) enfant décédait, qu’un des suivants reçoive le même prénom, par une sorte de compensation....

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 3 octobre 2014 14:24, par Fischmeister

    Elise, Louise... Les confusions verbales ou écrites sont plausibles. Sans compter les homonymies nombreuses dans des villages occupés par les mêmes familles durant des générations.

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 3 octobre 2014 14:45, par lejeune

    Ce sont les joies de la généalogie, siinon ce serait monotone si tout allait tout droit ! Bon courage

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 4 octobre 2014 00:12, par MICHEL Brigitte

    Pas mal, votre « sac de noeuds ». On trouve tous plus ou moins des bizarreries dans ce genre. Un de mes ancêtres est décédé 2 fois, à 10 ans d’écart, et à 40 km de distance ! Cherchez l’erreur !!!
    A part ça, entièrement d’accord pour que les recensements suivants soient mis en ligne rapidement. Je signerai la pétition des deux mains...
    Amicalement
    Brigitte

    Répondre à ce message

  • Un nom à la place d’un prénom… 4 octobre 2014 08:46, par de jerphanion Sanhard de Sasselange

    Bonjour,

    Dans le domaine des états civiles surprenant il y a mon arrière grand père Gabriel Marie Jean de Jerphanion Sanhard de Sasselange,déclaré : prénoms Gabriel Marie Jean Sanhard de Sasselange,nom de Jerphanion.Le nom Sagnard de Sasselange était celui de sa mère et il n’y avait plus de descendants mon idée est que son père qui était maire de la commune a fait cela pour faire passer le nom à la postérité,en quoi il a réussi puisque je porte ce nom.

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 4 octobre 2014 13:13, par bosc boudes maryse

    Dans le canton de Trèves (30) ou à St.Jean du Bruel (12)on trouve parfois des noms de famille féminisés lorsqu’il s’agit de la naissance d’une fille.
    Tout pour simplifier ! quand plusieurs enfants morts ou vivants d’une même fratrie portent le même prénom, c’est juste pour pimenter nos recherches et nous pousser à chercher plus et mieux !

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 4 octobre 2014 21:35, par Catherine Studer

    Bonjour,

    dans une certaine branche de ma famille, il poussaient le bouchon jusqu’au point de donner le même prénom aux deux fils de deux cousins (de même prénom), nés à quelques jours d’écart... dans la même commune évidemment, sinon ce n’est pas drôle. Il faut donc faire bien attention en lisant les actes de mariage (quand pour tout arranger ils sont aussi rédigés en allemand) : seul le nom ( et le prénom !) de la mère nous permet d’être sûr. Les préposés de l’état civil reprennent parfois au moment de rédiger l’acte de naissance qu’ils trouvent en premier quand ils feuillettent le registre, et ce n’est parfois pas le bon (toujours vérifier les actes de naissance, ne pas se fier aux actes de mariage !). (Il peut donc aussi se trouver être l’acte de naissance d’un grand frère décédé par la suite : bien vérifier aussi les actes de décès !)

    Quand aux filles, comme elles s’appellent parfois toutes Anna Maria ou Maria Anna, il est parfois difficile d’être sûre de savoir laquelle se marie. Celle surnommée Anna était-elle Anna Maria ou Maria Anna ??? Est-on sûr qu’il n’y a pas d’inversion des Anna et des Maria au moment de la rédaction de l’acte ? Nos ancêtres ne savaient souvent pas lire, ils ne pouvaient donc pas vérifier ce qui était écrit. C’est d’ailleurs souvent pour cela qu’à une certaine époque on rajoutait : « lecture de l’acte leur a été faite ». Et quand on ne donne que le prénom du père, cela peut se compliquer si il y deux cousins du même prénom... Il faudrait alors pour cela aller voir dans les archives notariales ou autres, pour être vraiment sûr.

    Heureusement, ce genre de meli-melo est quand même rare. J’ai remarqué aussi que plus les gens étaient pauvres, moins on se donnait la peine de rédiger correctement les actes, comme si ça n’avait pas vraiment d’importance. Les actes de personnes plus en vue sont souvent bien mieux documentées (surtout au XVIe et XVIIe siècles).

    bonnes recherches
    Catherine Studer

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 4 octobre 2014 22:24, par vermorel

    Dans la NOTE : elle est longue cette décennie (1893-2003) !!! erreur par souhait inconscient :-)) Moi j’aimerais bien , qui fais des recherches depuis la Nouvelle Calédonie ; je piétine souvent. Alors respecter sur la Toile la limite des 75 ans, ce serait une demande à exiger par les associations de généalogie. Merci.

    Répondre à ce message

  • Il vous reste la possibilité de vous rendre aux archives départementales pour consulter les archives qui ne sont pas en ligne...

    Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 5 octobre 2014 19:28, par Dominique JEANNE

    Bonjour à tous,
    J’ai un cas à peu près semblable dans les ascendants d’une de mes belles-filles.Des jumeaux, Emile et Alexandre, nés le 25/0/1863 dans une petite commune du Pays de Caux (76). Alexandre est déclaré décédé le 20/09/1863, soit à peine 1 mois après leur naissance. Pourtant ce même Alexandre se marie le 21/08/1889 dans la même commune, et décèdera une 2e fois le 05/04/1928. Cherchez l’erreur !!!
    Je suppose qu’en fait c’est son jumeau, Emile, qui est décédé le 20/09/1863, car je ne trouve aucun acte d’état-civil le concernant. C’est pourtant le père qui fait la déclaration de décès, en compagnie de son propre frère. Tous 2 ne savaient signer, donc pas lire non plus, et n’ont vraisemblablement pas dû remarquer l’erreur de prénom sur l’acte de décès.
    Bien cordialement. D.JEANNE

    Répondre à ce message

    • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 6 octobre 2014 18:02, par MF.LEGER

      Il existe une autre possibilité : le prénom usuel ne correspondait pas toujours à celui de l’état civil, donc peut-être après le décès du 1er enfant, les parents ont pu attribuer son prénom au deuxième..
      A la fin du 19e siècle j’ai cherché beaucoup certains de mes ascendants dont le prénom usuel n’avait rien à voir avec celui de l’état civil ! et aussi un mariage pendant la Révolution qui a été transcrit 2 fois à un an d’intervalle : Je ne sais pas quelle date retenir ? et cela directement sur le registre de la Mairie !....
      MFL

      Répondre à ce message

  • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 10 octobre 2014 10:24, par claudine haubert

    Il y avait un nombre énorme d’homonymes, puisqu’on donnait souvent le même prénom d’enfants morts à d’autres enfants nés, censés les remplacer ! Sans compter marraines donnant leur prénom à leurs filleules !
    J’ai aussi rencontré ce cas et je n’ai pas résolu le problème !
    J’ai en outre une tante (sœur de la grand-mère de ma propre grand-mère) qui avait selon ma gd mère une jumelle et je n’ai pas trouvé la déclaration de naissance de cette jumelle sur l’état-civil !
    Merci pour votre témoignage et bon courage pour vos recherches !

    Répondre à ce message

    • Une histoire insolite : le mariage de la défunte… 11 octobre 2014 09:13, par IKHELIF Céline

      j’ai eu un cas semblable de jumelles nées en 1810 : Régine et Charlotte. Si j’ai trouvé facilement tous les actes concernant Régine, il n’en fût pas de même pour Charlotte et pour cause : elle décéda en bas âge et sur son acte de décès figure le prénom de Caroline, les deux actes -naissance et décès- ayant été enregistrés par le même Officier d’Etat-Civil.
      Et que dire de deux soeurs nées à quelques années d’intervalle portant le même prénom ? Heureusement pour moi elles se sont mariées et sont décédées à des époques différentes.
      Parfois on a l’impression d’avoir la berlue.
      Comme quelqu’un l’a dit précédemment : il faut bien qu’il y ait un peu de piment dans nos recherches, la routine deviendrait vite ennuyeuse.

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP