www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > La vie familiale > Une cantatrice au grand coeur

Une cantatrice au grand coeur

ou l’histoire d’une petite fille du Beaujolais

Le jeudi 26 février 2015, par Cécile Daniel

J’ai croisé Claudine Favrichon à l’hôpital de Grandris, son nom trône en tête de la liste des bienfaiteurs de l’hôpital avec la date 1872. Claudine Favrichon est presque une légende dans le village de Grandris, c’est une enfant du pays qui a eu une vie originale et comme j’aime les belles histoires, j’ai essayé d’en savoir un peu plus…

Grandris est un village qui surplombe la vallée de l’Azergues à 4 km de Lamure sur Azergues et 28 km de Villefranche sur Saône. En 1894, dans son ouvrage Géographie du département du Rhône, F.A. Varnet instituteur décrit Grandris comme un village de 2 030 habitants dont les activités principales sont le vin, les céréales et le bois pour l’agriculture et la fabrique de tissus et soieries, de corsets et de broderie pour l’industrie. Il y a 2 foires par an, le 6 juin et le 7 décembre, et un marché le jeudi.

Claudine Favrichon est née à Grandris au lieu dit Gondras le 24 septembre 1812. Fille de Jean Marie Favrichon et Françoise Farge, elle est la troisième d’une fratrie de 6 enfants. Sur les actes de naissance des enfants, son père est déclaré propriétaire. Le 18 décembre 1818, Claudine a 6 ans, son père, Jean Marie Favrichon décède à l’âge de 52 ans. J’imagine que ce décès a fait suite à une maladie ou une blessure car quelques jours avant son décès, le 3 décembre 1818, Jean Marie Favrichon a épousé Françoise Farge, sa compagne et mère de ses enfants. Le couple vivait en union libre, Jean Marie devait avoir à cœur de régulariser la situation pour ses enfants et sa future veuve.
Au décès du père, la famille est composée de Claudine, de ses deux frères âgés de 9 ans et 3 ans, sa grande sœur de 8 ans et deux enfants du premier mariage de son père.

La légende raconte que Claudine est partie travailler à Lyon comme domestique dans une famille bourgeoise. J’ai essayé de trouver une trace de son séjour aux archives de la Ville, dans les archives des bureaux de placement ou du contrôle des ouvriers, sans succès, ce type d’archives n’existe pas pour les années 1820 ! Quant au premier recensement de la ville de Lyon, il date de 1836, Claudine Favrichon avait 24 ans, je ne suis pas sûre qu’elle était encore à Lyon à cette date. La légende prétend que la famille qui l’employait a été séduite par sa belle voix, qu’elle lui a permis de prendre des cours de chant et ainsi de devenir cantatrice.

Je l’ai retrouvé à Rio de Janeiro au Brésil où elle arrive en 1852. Son nom apparaît dans un essai de Charles Expilly publié en 1863. La description de sa prestation n’est pas très flatteuse « une pauvre chanteuse de romances nommée mademoiselle Favrichon » mais c’est à prendre avec précaution car l’auteur se présente comme celui qui va apporter le bon goût culturel français aux brésiliens et il n’est pas tendre avec ses compatriotes !
Plus sûrement, sa carrière n’a pas due être mémorable car c’est la seule information que j’ai trouvée sur elle.

Par contre, elle a trouvé l’amour au Brésil, elle y a épousé Manuel Olegario Abranches.
Jusqu’en 1868, aucune trace d’elle à Grandris, elle devait vivre au Brésil, peut-être a-t-elle eu des enfants avec son mari malgré ses quarante ans… je n’ai pas poursuivi mes recherches sur cette période et dans ce pays.

En 1868, elle est encore au Brésil, le couple habite au n°10 de la rue d’Alfandega à St Sebastian de Rio de Janeiro, capitale de l’Empire du Brésil. Ils achètent le 2 décembre 1868 une maison à Grandris pour un montant de 9 000 francs. L’acte a été rédigé par Me Granger, notaire à Lamure sur Azergues, le représentant du couple Abranches chez le notaire est M. Claude Clavelloux, prêtre curé de Grandris. En annexe de l’acte de vente, il y a une procuration en portugais rédigée le 1er avril 1868 par un notaire de Rio et sa traduction en français datée du 6 avril de la même année, faite par Charles Jean Runhardt, traducteur et interprète commercial à Rio.

Dans son testament olographe rédigé le 26 août 1872, Claudine Favrichon lègue à la commune de Grandris la maison achetée par le couple en 1868 qu’elle destine à la fondation d’un hôpital.
C’est seulement en 1879, par un décret du 6 août du ministre de l’intérieur pour le président de la république, que la commune de Grandris est autorisé à accepter le leg de Claudine Abranches née Favrichon. Le décret parle des consentements de ses héritiers naturels, son mari et peut-être ses enfants, faits les 1 et 21 septembre 1877 et 19 octobre 1877. Le 31 août 1878, la maison est estimée à 7000 francs.
Toujours par testament et validé par le même décret du 6 août 1879, elle lègue aussi 1 000 francs à la commune de Grandris pour achever les travaux de l’école du hameau de Gondras, 5 000 francs à la Congrégation des Sœurs de l’Adoration Perpétuelle du Sacré Cœur de Jésus basée à Lyon et dont un établissement de quelques sœurs existait à Grandris et 2 000 francs à la fabrique de Grandris répartis pour moitié à la célébration de 100 messes et pour moitié à distribuer aux pauvres de la paroisse. Les 100 messes coutant moins que 1 000 francs, le reste de l’argent a été employé aux travaux de réfection de l’église avec accord du Ministre de l’Intérieur et des Cultes.

Le leg de Claudine Favrichon est un élément fondateur de la création de l’hôpital de Grandris. C’est dans sa maison qu’ont été installés les premiers 6 lits de l’hôpital-hospice, autorisés par décret du Président Jules Grévy en 1882. Ces 6 lits sont passés à 10 en 1887, puis à 60 en 1973 et aujourd’hui l’établissement compte 160 lits depuis le regroupement avec la maison de retraite de Letra et l’ouverture d’un bâtiment neuf en 2013. Depuis 1882, l’hôpital a bien sûr quitté les murs de la maison léguée par Claudine Favrichon mais c’est une autre histoire...

Il me restait à trouver la date et le lieu de décès de Claudine Favrichon et la belle histoire serait terminée. Mais aucune trace de son décès à Grandris, ni dans les alentours, aucune Claudine Favrichon ou Abranches dans les recensements… j’étais bloquée.

Finalement, un peu dépitée, je suis allée faire un tour au cimetière du village… où elle est enterrée avec sa maman.
Sur sa tombe est notée : « A la mémoire de ma très regrettée épouse Claudine Abranches née Favrichon au hameau de Gondras le 24/09/1812 décédée à Paris le 1/04/1877 à l’âge de 64 ans et 6 mois et 17 jours. Elle repose à côté de sa bonne mère, désir accompli par son époux, le même tombeau les réunit. »
Son mari n’est pas enterré avec elle. Je n’ai pas trouvé son décès à Paris, peut-être est-il reparti au Brésil…

A son retour en France, le couple Abranches vivait à Grandris dans leur maison et à Paris 12 rue Blanche, où Claudine est décédée en 1877. Le bâtiment de l’époque a été remplacé par un grand immeuble des années 1910/1920. Si ses fenêtres donnaient côté rue, elle avait une vue directe sur l’Église de la Trinité.
Claudine FAVRICHON a finalement passé très peu de temps de sa vie à Grandris, mais elle n’a oublié ni son village, ni sa famille et elle repose, comme elle le souhaitait, avec sa chère maman dans le cimetière du village qui domine la vallée de l’Azergue.

Source :

  • Site de la BNF, gallica.fr
  • Archives départementales du Rhône
  • Archives privées de l’hôpital de Grandris Letra.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

11 Messages

  • Une cantatrice au grand coeur 26 février 2015 10:41, par André Vessot

    Bonjour Cécile,

    Bravo et merci pour cette belle histoire qui permet de redonner vie à une bienfaitrice de l’hospice de Grandris. Vous avez su avec beaucoup de bonheur retracer son itinéraire.

    Bien cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

  • Une cantatrice au grand coeur 27 février 2015 09:10, par Nadia Gorbatko

    Bonjour

    Habitante de Grandris, j’ai créé un site sur le village : Le Petit Grandris Illustré (http://lepetitgrandrisillustre.jimdo.com/)

    J’aimerais beaucoup, avec votre permission, y mettre votre article (en citant son origine, bien sûr), est-ce que vous m’y autorisez ?
    Sinon, je me contenterai d’un lien...

    En tous cas, belle recherche, bravo !

    Bien cordialement

    Nadia

    Répondre à ce message

  • Une cantatrice au grand coeur 27 février 2015 10:57, par François Roche

    histoire très bien contée, émouvante dans sa simplicité et très bien documentée (indication des sources)
    Bravo

    Répondre à ce message

  • Une cantatrice au grand coeur 27 février 2015 15:47, par Claire MAYNADIER, Directrice de l’Hôpital de Grandris

    Madame DANIEL,

    C’est avec grand plaisir que nous vous avons confié nos archives...en l’honneur d’une grande dame dont les aventures exceptionnelles pour l’époque d’une vie bien remplie n’ont pas fait oublier son village de coeur...Grandris.

    A la lecture de cette belle histoire, nous sommes émus qu’à la source de cet Hôpital aujourd’hui modernisé pour le « Bien Vivre » de ses patients et résidents, il y ait une dame de Culture qui en soit la 1re instigatrice...

    Merci encore Madame DANIEL pour votre contribution à l’histoire et aussi à l’évolution architecturale de l’Hôpital de Grandris Haute Azergues depuis 2009...

    Claire MAYNADIER
    Directrice

    Répondre à ce message

  • Une cantatrice au grand coeur 28 février 2015 19:49, par André Vessot

    Bonsoir Cécile,

    Ce n’est pas directement lié à votre article, mais j’ai retrouvé dans mes archives familiales un petit fascicule des Produits Diététiques J. Favrichon (Société Favrichon et Vignon à St Symphorien de Lay). Pensez-vous qu’il y ait une parenté avec votre Claudine Favrichon ?

    Bien cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

    • Une cantatrice au grand coeur 4 septembre 2015 17:57, par Anne FAVRICHON

      Monsieur, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article de Madame DANIEL concernant la cantatrice « au grand coeur » Claudine FAVRICHON.
      Je ne pense pas que Madame DANIEL ait pu répondre à votre question relative à une éventuelle parenté de Claudine avec la famille FAVRICHON créatrice des produits diététiques. Cette parenté existe, le parent commun étant Gabriel FAVRICHON né en 1727 à Cublize. Mon mari Jean (1925-2010) était lui aussi parent, mais il faut aller chercher un ancêtre commun Antoine né en 1633.
      Cordialement

      Répondre à ce message

  • Bravo et merci à Cécile Daniel pour avoir si bien retrouvé le fil de la vie de Mme Abranches,née Favrichon, citoyenne du fief de Gondras et bienfaitrice de notre village . Mais, permettez moi d’y rajouter un ultime paragraphe sachant que j’ai 80 ans, et que je suis correspondant du Progrès depuis 50 ans, et que je connaissais partiellement cette histoire .
    « Alors que j’étais conseiller municipal au début des années 90, j’ai été frappé de stupeur, un jour que je cheminais le long des allées du cimetière, en voyant une plaque sur la tombe de Mme Abranches.... » Tombe en l’état d’abandon, elle sera reprise dans les délais légaux ! " . Lors de la réunion de conseil suivante, j’en ai fait la remarque à l’adjoint responsable du cimetière, m’emportant quelque peu et lui disant : comment, une grandrisienne qui a fait don de sa fortune pour qu’il y ait un hospice pour les pauvres.....vous voulez l’enlever de sa tombe et la mettre dans la fosse commune !! Plutôt embêté, l’adjoint a rétorqué : on ne savait pas, on ne savait pas ! Il semble bien qu’à part moi personne au conseil ne connaissait l’histoire . Inutile de dire que le lendemain la plaque a disparue, et que le cantonier a un peu nettoyé la tombe . Et moi, j’ai été heureux d’avoir pu si bien résoudre ce petit problème .robert dulac 69870 Grandris robertdulac chez infonie.fr

    Répondre à ce message

  • Une cantatrice au grand coeur 4 septembre 2015 17:47, par Anne FAVRICHON

    J’ai été très intéressée par votre article sur Claudine FAVRICHON dont mon mari Jean FAVRICHON (1925-2010) de Meaux la Montagne était un parent très lointain (ancêtre commun né en 1633)Nous avions entendu parler d’elle, mais votre article a très largement complété les informations dont je dispose.

    Merci infiniment

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP