www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La mobilité » La saga des Monange » Un exemple de migrants de passage à Arbois

Un exemple de migrants de passage à Arbois

Réflexions sur les migrations des ouvriers et artisans originaires du Massif Central


dimanche 1er juillet 2001, par Jean Monange †

Répondre à cet article

A partir du XIX° siècle, avec le développement de l’industrie, l’horizon de nos ancêtres ne se limite plus à l’espace du village ou du « pays ». Pour des raisons diverses, les migrations se font plus nombreuses. Jean Monange nous livre ses réflexions sur le sujet.

J’ai eu l’occasion d’effectuer, lors d’une récente visite à Arbois dans le Jura, un relevé des passeports détenus aux archives municipales de 1792 à 1897. Les passeports furent des documents obligatoires contrôlés par la police qui permettaient aux autorités de suivre les migrations, ce n’était pas sans arrière pensée, pas de passeport pas de travail. les municipalités consignaient sur un registre numéroté les créations, renouvellements et paraphaient les passeport de passage. Ces documents à l’instar des livrets d’ouvriers (moins utilisés, 259 livrets pour 7500 passeports) contenait beaucoup de renseignements, nom et prénom, âge ou année et lieu de naissance, profession, signalement, lieu et dates de départ et de passage, malheureusement pas de photos ni de codes barres ! Heureux les historiens qui dans un siècle ou deux tomberons sur nos cartes infalsifiables ou nos disques dur !!

Bon, revenons en à nos migrants, j’ai consulté les 7500 souches des registres desquels j’ai extrait les renseignements les plus intéressants sur nos migrants du Massif Central soit 85 individus les voici classés par professions :

HTML - 29.8 ko
Liste des migrants

Nul doute qu’Arbois ait été un carrefour important sur la route migratoire vers l’est avant l’arrivée du chemin de fer. On peut compter sur les doigts d’une main les migrants du Massif Central passant à Arbois après 1857.


Les cordonniers du Jura

Quelques-uns le firent tel mon ancêtre François Monange. Il était né à Latronche en 1846 et par une filière que j’ignore encore, il passa plusieurs fois à Arbois avant de s’y établir en 1866. Auparavant il était revenu au pays pour y épouser en 1865 Delphine Pradelle à Latronche. Il est plus facile d’être deux pour démarrer un commerce, l’homme à l’atelier et sur les routes, l’épouse à l’échoppe et au ménage. Il louèrent une échoppe 22 grande rue ou ils firent commerce de la cordonnerie et de la réparation et la vente des parapluies d’Aurillac. Il y avait du travail car c’était la fin des « baleines » en fanons, ils étaient quasi introuvables et le début des tringles en bois armé de laiton. Une fille Rose Eugénie naquit en 1868 de cette union mais Delphine mal remise de ses couches décéda en 1871. François fut un peu dérouté et pris une échoppe plus petite 17 rue Dessous. Il retourna au pays pour reprendre épouse à Latronche en 1873 : l’heureuse élue s’appelait Catherine Breuil. Ils reprirent le commerce. Sa réussite courut la campagne au pays si bien qu’un autre François Monange s’y installa. Il était né à Sérandon en 1868 fils de Jean, maire de Sérandon. Après un passé de cordonnier ambulant, il s’installa 17 rue Mercière, en plein centre, avec son épouse Marie Borde qui tint boutique avec lui.

Il faut noter que Rose Eugénie dont j’ai parlé plus haut épousa en 1887 à Latronche François Valibus de Lamazière-Basse cordonnier lui aussi qui s’installera à Morbier dans le Haut-Jura.

P.-S.

Merci au Syndicat des Cochers-Chauffeurs de Taxi, au service culturel de la mairie de Meymac, à Monsieur Curlier archiviste de la mairie d’Arbois, à Jean Fualdes, à Pierre Vaux fabricant de parapluies à Saint-Claude, à Marie Louise Monanges épouse de cordonnier marchand de parapluie à Quingey et aux auteurs des ouvrages suivants qui m’ont permit d’écrire cet article :

  • Marc Prival, Les migrants de travail d’Auvergne et du Limousin au XXe siècle, IEMC Clermont-Ferrand 1979.
  • Roger Girard, Quand les Auvergnats partaient conquérir Paris, Fayard 1980.
  • Jean-Claude Roc & Huguette Pagès, Migrants de Haute-Auvergne, Watel 1994.
  • François-Paul Raynal, Les Auvergnats de Paris, Revue L’Auvergne, littéraire, artistique & historique N° 86 1936.
  • Marc Prival & Madeleine Jaffeux, Artisans & Métiers d’Auvergne, Société d’Ethnographie du Limousin Bulletin 56/58 1975.
  • Abel Poitrineau, Remues d’hommes, les migrations montagnardes en France au 17è/ 18è siècles, Aubier/ Collection historique 1983.
  • Jean Anglade, La vie quotidienne dans le Massif Central au XIXe siècle, Hachette 1971.
  • Hebdomadaire « L’Auvergnat de Paris ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • Bonjour,

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre excellent article.
    Bel exemple d’opiniâtreté : 7500 documents à consulter...

    Je note une petite coquille : le mariage de Rose-Eugénie date plutôt de 1887 que de 1837 ?

    Salutations, P. Monnier

    Répondre à ce message

  • Chemin des migrants du Massif Central 28 janvier 2018 07:43, par FredMasse

    Mes ancêtres aux XIX siècles « montaient à Pairs » à pied de puis le Velay à l’automne pour « faire le maçon » tout l’hiver avant de redescendre toujours à pied au printemps pour leur vie de fermiers.
    Selon la légende familiale, ils mettaient entre 2 et 3 semaines pour parcourir cette distance.
    Je recherche des informations et des écrits qui racontent cette histoire qui ne doit pas concerner que ma famille. Il y avait sans doute des étapes communes à tous ces marcheurs.
    J’ai pour projet de reconstituer cet itinéraire dans le but de la marcher moi même 6 générations plus tard.

    Merci par avance pour toute aide que vous pourriez apporter.

    Frédéric Masse.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP