www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Documents > Lu pour vous > Un cas de combustion humaine spontanée en 1809

Un cas de combustion humaine spontanée en 1809

Un drôle de décès à Mortagne-au-Perche

Le mardi 1er novembre 2005, par Jean-Pierre Bernard

Suite à un alcoolisme patent, des femmes s’embrasent de manière spontanée, et meurent dévorées par le feu.

Mortagne-au-Perche - Orne.

Lisez bien cet acte :

« Le troisième jour de juin mil huit cent neuf, par devant nous maire et Officier de l’état civil de la ville de Mortagne, département de l’Orne, sont comparus René Mariette et Joseph Roussel, marchand chapellier, qui nous ont dit être voisins de la deffunte, lesquels nous ont déclaré que cejourd’hui à neuf heures du matin, Marie-Louise GOBILLON, âgée de soixante quinze ans, femme veuve de feu Nicolas LAURENT, est décédée en son domicile en cette ville, rue des Mercières, par accident extraordinaire du feu qui a réduit la majeure partie de son cadavre [1], dont procès-verbal en a été dressé par le juge de paix et officier de police et dont copie est annexé à la présente, et ont les déclarans signés avec nous le présent acte après lecture faite ».

Cet acte de décès n’est pas anodin ! Relisons un passage :

« par accident extraordinaire du feu qui a réduit la majeure partie de son cadavre en cendre »...

Ce décès n’en est pas un comme les autres... il sort même du commun !

La mairie de Mortagne-au-Perche nous a aimablement fait parvenir copie conforme de cet acte, mais il semble que le procès-verbal en question n’y soit pas joint. Dommage !

Peut-être est-il classé ailleurs.

Quoiqu’il en soit, les Annales Périodiques de la ville d’Orléans de 1809 nous permettent d’en savoir plus. Voici ce qu’elles relatent :

"Alençon, 6 août 1809

Un évènement remarquable a eu lieu à Mortagne il y a deux mois.
Une marchande de cette ville, veuve et âgée de 72 ans (nb : l’acte indique 75), nommée LAURENT, a été trouvée le 3 juin au matin, réduite en cendres à peu de distance de son foyer.

Un flambeau qui était auprès d’elle paraît être la cause de l’incendie qui l’a dévorée. Cette femme, adonnée à l’ivrognerie depuis longtemps, faisait un grand abus d’eau-de-vie, et venait d’en boire le quart d’un litre lorsqu’elle a été victime de son intempérance.

On n’a trouvé de cette malheureuse que les ossements de la tête, la jambe gauche et l’extrémité du pied droit, qui ne fussent pas réduits en cendres.

Il ne restait des autres parties de son corps qu’une poussière fétide et une sorte de charbon léger, spongieux et cassant.

Tout a concouru à prouver aux magistrats que personne ne s’est introduit chez la veuve Laurent, et il n’est pas moins certain que le feu qui l’a consumée, allumé par une cause extérieure, a trouvé dans les éléments alcoholisés (sic) de son corps, un aliment interne de combustion suffisant pour le réduire en cendres.

Ces accidents fâcheux (nb : pour le moins... oui !) et extraordinaires, longtemps peu remarqués, ont été jadis désignés sous les noms de « combustion », « d’incendie » et de « déflagration ».

Bianchini, Scipion Maffey, Paul Rolli, Le Cat, Vicq-d’Azyr, entre autres, ont écrit à ce sujet. M. Lair, secrétaire de la Société d’agriculture, des arts et de commerce de Caen, a publié récemment sur cette matière, un traité fort bien fait, qu’il a intitulé : Essai sur les combustions humaines produites par un long abus des liqueurs spiritueuses".

Les actes de Copenhague, en 1692, l’Annual Register, en 1763 et 1773, les Acta Hafniensia (?), et l’ouvrage de Henri Bohanser, les Mémoires de la Société royale de Londres, [2], tome 59, citent des faits qui prouvent évidemment :

1° que ce genre de combustion s’opère très souvent par le simple contact d’un flambeau,

2° qu’il n’a lieu que sur des femmes qui ont abusé de liqueurs spiritueuses,

3° que l’eau jetée sur le corps ne fait qu’accélérer l’incendie,

4° que ce feu épargne souvent les vêtements et les objets voisins de la victime, et,

5° que la combustion de ces corps, comme dit M. Lair, laisse pour résidu des cendres grasses et fétides, une suie onctueuse, puante et très pénétrante.

A beaucoup de faits cités par les auteurs dont on vient de parler, on pourrait ajouter les récits de plusieurs combustions, entre autres celles d’une femme Delaunay, libraire à Lizieux, il y a quinze ou seize ans, d’une femme Miquel, au Havre, en l’an 7, d’une femme Marguerite Dupré, d’Alençon, en l’an 8, etc...

Ces faits intéressants pour l’Histoire naturelle, ne doivent jamais être indifférents à la médecine légale."

Il semble donc que ce cas ne soit pas isolé, et que le phénomène se reproduise relativement fréquemment.

Vraiment extraordinaire ! On ne voit jamais je pense, de nos jours, de décès comparables à ceux-ci.

Sans doute aussi a-t-on de moins de cheminées et donc de flambeaux.

Mais quand même, Mesdames, faites bien attention, si vous buvez beaucoup, à éviter toute flamme !

En fin de compte, nous aimerions bien que quelqu’un nous explique clairement le processus qui intervient dans ce genre de combustion.

Sources :

[1] Annales Périodiques de la Ville d’Orléans - 6e année - 2e semestre - n° 587 - paru le mercredi 16 août 1809, pages 121-122.

[2] Copie conforme de l’acte de décès de la veuve Laurent, émanant de la mairie de Mortagne-au-Perche, Orne.


[1A cet endroit, le signe #, en marge, nous envoie au bas de l’acte où est noté : »en cendre« .

[2Le Journal de Médecine

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

31 Messages

  • > Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 15 novembre 2005 10:17, par Alain HERDIER

    Bonjour,
    Etant membre d’ une association nationale d’ anciens buveur (
    Vie Libre ), je me permet de vous deman,der l’ autorisation de faire paraitre cet article dans notre journal interne, ainsi que de l’ utiliser lors de la parution du rapport d’ activitéé 2005, edité à l’ occasion de l’ assemblée générale départementale, rapport qui est diffusé auprès de nos subventionneurs et de nos partenaires institutionnels.
    merci de me répondre et de m’ indiquer vos conditions
    Bien à vous
    A. HERDIER
    alain.herdier chez club-internet.fr

    Répondre à ce message

    • > Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 23 novembre 2005 13:54, par Jean-Pierre Bernard

      Bonjour Monsieur,

      Je répond seulement aujourd’hui à votre message du 15 écoulé mais je suis souvent absent.Votre action militante, au sein de cette association nationale d’anciens alcooliques me réconforte dans le sens où il est rassurant de voir que des gens peuvent encore faire acte de dépassement de soi-même pour prendre un peu soin de autres. Aussi est-ce avec grand plaisir je je vous donne mon accord pour la parution de cet article dans le sens où vous me l’indiquez, si cela peut servir votre cause, même un tant soit peu.
      Mes conditions sont draconiennes ... jugez-en ! j’aimerai simplement si vous y pensez que vous vouliez bien me faire parvenir à l’adresse qui suit, un exemplaire de la publication dans laquelle cet article apparaîtra. Soyez-en par avance remercié.
      Cordialement
      Jean-Pierre BERNARD
      15, rue Sainte Barbe
      67000 Strasbourg

      Répondre à ce message

      • > Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 27 mai 2006 13:44, par Mélanie Rault

        Il y a quelques jours un gendarme m’a parlé d’un cas de combustion humaine qu’il avait vu et cette personne ne buvait absolument pas. sa combustion a commencé il semble par son ventre et elle était lorsque le feu a commencé prés d’un réfrigérateur. Désolée de contredire concernant l’alcool. M.Rault

        Répondre à ce message

        • > Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 31 mai 2006 11:13, par antoine bagady

          Bonjour Mélanie,
          Je n’ai jamais allégué que l’alcool ingéré par une victime, était le vecteur d’une autocombustion. Mais je dis et je confirme qu’un état éthylique ou un coma éthylique induit une incapacité de réaction.
          Je vous conseille vivement de lire ma publication, concernant entre autres le rôle de l’alcool, dans le n° 253 de la revue /Science et pseudo-sciences/ de juillet 2002, disponible sur le site Internet, à la page : http://www.pseudo-sciences.org/combustions%20253.pdf

          J’ai eu à expertiser plusieurs cas, où il a été démontré que les victimes n’avaient pas d’alcool dans le sang.
          Le processus, que nous démontrons à chaque fois, est simple à comprendre. Deux circonstances sont réunies : la perte sensorielle consécutive à l’incapacité de réaction de la victime, en présence d’une source calorifique.
          Tout est bien détaillé dans l’article, et je suis persuadé que vous comprendrez mieux.
          Concernant le cas décrit par ce gendarme, savez-vous si l’autopsie a révélé un trauma. crânien ou un arrêt cardiaque, ou une autre incapacité de réaction ?. L’origine du feu a-t-elle été déterminée : feu éléctrique dû au frigo défectueux, mégot de cigarette, ou autre source ?.
          Pouvez-vous m’en dire plus sur ce cas ?.
          Merci et très cordialement,
          antoine Bagady

          Voir en ligne : LES COMBUSTIONS HUMAINES : réalité biophysique ou mystère paranormal

          Répondre à ce message

  • > Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 21 novembre 2005 10:23, par Jean Marie Desbois

    Il est quasi certain que ce décès a fait l’objet d’un procès-verbal de la police municipale. Les archives municipales doivent en principe conserver les registres de police.

    Répondre à ce message

  • > Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 23 novembre 2005 09:42, par michèle breugnon

    Y aurait-il une explication paranormale de ces évènements, et si oui laquelle ?

    Merci aux personnes qui voudront bien répondre à ma question

    Répondre à ce message

  • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 27 novembre 2005 22:39, par Astréen

    Je viens de lire cet article. Je n’avais pas connaissance de telles archives... Cette lecture m’a fait un choc, car elle percute de plein fouet un drame récent dans mon entourage ; ce qui tendrait à prouver que de telles morts effroyables, si elles sont sans doute plus rare qu’auparavant, elles n’en sont pas pour autant l’apanage d’un temps révolu.
    Pour preuve, la belle-soeur d’une de mes amies est décédée au mois d’août 2005 chez elle où elle demeurait seule, enfermée de l’intérieur, sans aucune trace d’effraction selon la police... On a retrouvé son corps calciné (plutôt juste un tronc) sur son lit, parfaitement intact lui. Le plus bizarre c’est donc bien, outre la quasi certitude qu’elle était parfaitement seule, qu’absolument rien, à part son corps propre, ne fut brûlé dans l’appartement... Cette mort énigmatique deviendrait, selon votre article, beaucoup plus explicable si elle s’avérait être une grande alcoolique, ce qui n’est pas impossible. Quoiqu’il en soit j’en informerai mon amie, ce qui calmera peut-être un peu sa douleur de ne pas comprendre...
    Comme quoi des archives (y compris d’Etat Civil, de la « petite » histoire) peuvent parfois, au hasard d’une publication telle celle sur votre site, s’avérer éclairantes sur des phénomènes de notre temps si « évolué », face auxquels les hommes s’en retourneraient un peu vite dans je ne sais quel obscurantisme...
    Lire, diffuser, transmettre, reconstituer nos archives ; pour ne pas oublier. Quelle actualité !

    Répondre à ce message

    • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 28 novembre 2005 17:02, par antoine bagady

      Bonjour,
      Je viens de lire votre article, concernant ce cas féminin d’autocombustion humaine.
      Je suis expert judiciaire dans ce domaine, et j’ai publié un article dans « sciences et pseudo-sciences » (site :« afis.org » Association Française pour l’Information Scientifique). Pourriez-vous me fournir d’autres éléments ; je pourrai ainsi tenter d’apporter des explications rationnelles et répondre à vos interrogations. antoine Bagady

      Voir en ligne : AFIS

      Répondre à ce message

      • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 13 mai 2006 10:28, par tilmoril

        Bonjour, je cherche à savoir ce qui arrive à ma mère.C’est la 2e fois que ça lui arrive. La semaine dernière elle s’est réveillée avec une tache qui lui prennait tout le ventre, rouge vif , chaude , très exactement comme un coup de soleil. Elle a mis de la biafine pour se soigner.Ca a évolué comme une brulure elle a eu des cloques et maintenant ça pèle. le médecin est sans voix : pour lui c’est un coup de soleil bien qu’il ai cherché du côté des allergies.Elle ne boit pas et ne fume pas.
        Ma mère a 63 ans elle a subit une opération du coeur il y a 2 ans elle a eu bien peur et reste un peu démoralisée bien qu’elle soit forte.
        C’est un peu beaucoup de venir sur un site qui parle d’autocombustion mais je ne sais pas pourquoi c’est immédiatement le mot qui m’est venu à l’esprit . Voilà c’est un peu dans le desordre...

        Répondre à ce message

        • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 13 mai 2006 11:50, par Alain HERDIER

          Bonjour,
          *Je viens de recevoir votre mail, vous etez vous renseigner sur les eventuels effets secondaires des médicaments anti-rejet ?
          Bien à vous
          A. HERDIER

          Répondre à ce message

          • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 31 mai 2006 11:59, par antoine bagady

            Bonjour Alain,
            Je ne comprends pas bien le sens de votre question.
            Toujours est-il qu’un traitement médicamenteux, quel qu’il soit, n’a rien à voir avec une autocombustion humaine !. Les équations chimiques de notre corps peuvent fournir un peu plus de méthane, chez certains individus, mais dans une proportion très réduite et qui ne permet en aucun cas l’inflammation du corps, contrairement aux allégations de Larry Arnold (directeur de « l’université » de parasciences à harrisburgh en Pensylvannie USA). Il ne faut pas oublier que le corps humain est composé de 70 % d’eau. Il est donc impossible de le brûler nu si je puis dire. Un paragraphe est consacré aux différents incendies d’un corps humain sur : www.pseudo-sciences.org/combustions%20253.pdf
            Cordialement,
            antoine Bagady

            Voir en ligne : http://www.pseudo-sciences.org/comb...

            Répondre à ce message

            • Bonjour,
              le sens de ma réponse rejoint la votre, en ce sens que certains médicaments ( anti-isthaminiques en particulier (( je ne suis pas sur de l’ orthographe, désolé)) ) provoquent des réactions chimiques et allergiques pouvant occasionner des plaques et autres, donc voir un allergologue ou un dermatologue

              Répondre à ce message

        • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 31 mai 2006 12:05, par antoine bagady

          Bonjour,
          Je conseille à votre mère de consulter un médecin allergologue ou dermatologue. Son problème n’a strictement rien à voir avec une autocombustion !!!.
          Cordialement,
          antoine Bagady

          Répondre à ce message

        • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 31 mai 2006 21:23, par tilmoril

          Bonjour , merci pour toutes vos réponses. Il sagit en effet d’une allergie : elle avait changé un de ses médicament pour un produit générique, la molécule reste la meme mais il sagissait de la capsule qui n’avait pas la meme composition. le résultat était si impressionnant que j’ai vraiment pensé à une combustion spontanée avortée. Du coup ma question est un peu (carrément ) stupide. En tout cas merci de votre acceuil ...et de n’avoir pas ri...
          Agnès

          Répondre à ce message

        • Bonsoir,
          La recherche de la connaissance n’ a rien de risible, et nous sommes entourés de choses que nous ne pouvons peut-etre pas expliquer nous-meme, mais que les autres ont connus et peuvent vous informer.
          Ravi d’ avoir pu, non solutionné votre interrogation mais au moins vous avoir donner des pistes
          Bien à vous
          Alain

          Répondre à ce message

      • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 5 septembre 2009 10:28, par alpha

        Bonjour,

        Fille d’un expert judiciaire spécialisé en matière d’incendie,d’explosion et matières dangereuses, j’ai lu avec beaucoup d’intéret votre article. Il rejoint exactement ce que répondait mon père dans ce genre de situation et remet parfaitement les choses au point.
        Merci.

        Répondre à ce message

    • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 28 novembre 2005 17:23, par antoine bagady

      J’avais oublié !. Pour me joindre :
      Antoine.Bagady chez iaf.cnrs-gif.fr

      Pour rassurer ceux qui s’interrogent : dans ce contexte, l’alcool fait partie des facteurs pouvant favoriser l’incapacité de réaction d’une victime d’autocombustion humaine, lorsque la victime en est au stade du délirium ou du comat éthylique, en présence d’une source calorifique évidemment. Mais l’alcool ne peut en aucun cas être le vecteur combustible de l’autocombustion.

      Dans le cadre du cycle « Les chroniques de l’insolites » sur ARTE, nous avons tourné un documentaire de 43 minutes, intitulé « le feu secret » (réalisateur : David Teyssandier). La diffusion a eu lieu en juin 2005. Vous pouvez contacter « la compagnie des taxis-brousses », producteur de ce cycle.

      Répondre à ce message

      • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 5 décembre 2005 23:47, par Véronic

        Ce message s’adresse à M. Antoine Bagady. Je suis étudiante en interprétation à l’école nationale de théâtre du Canada, et je travaille présentement sur un projet qui traite de combustion humaine spontanée. En fait, il s’agit d’une création, qui met en scène, sous forme dramatique, un jeune couple (François et Marie-Ève), qui se voit détruit lorsque Marie-Ève décède des suites d’une combustion humaine spontanée. Des projections d’images sont ajoutés au spectacle. Il s’agit de photos d’archives des victimes (du moins, ce qu’il en reste) de combustion humaine spontanée. Lors de mes recherches, j’ai cru comprendre que vous étiez l’auteur de certaines de ces photos. Si jamais vous en possediez certaines qui n’étaient pas en circulation sur internet, il serait grandement apprécié, pour la cause théâtrale, que vous me les fassiez parvenir !!! Alors voilà ! Ma requête est entre vos mains ! Merci d’avance, Véronic

        Répondre à ce message

      • > Un cas de combustion humaine spontanée en 2005... 6 janvier 2006 05:38, par Jean-Pierre Bernard

        Bonjour, Je réponds un peu en retard à vos messages. Vous m’avez déjà appris, dans l’un d’eux, que l’alcool fait partie des facteurs de ce phénomène, mais qu’il n’en est pas le vecteur de l’autocombustion. Je ne suis pas spécialiste, et tout ceci est bien difficile à comprendre. Vous me citez « Les chroniques de l’insolite », sur ARTE, dans lesquelles l’on parle de ceci, sous un article intitulé « le feu secret », et vous me précisez qu’il faudrait contacter « la compagnie des taxis-brousses », producteur de cette chronique. Mais, comment les contacter ? Ont-ils une adresse e-mail ou autre ? Ce serait très sympathique de me renseigner. Merçi, en tous cas, pour m’avoir signalé votre article « sciences et pseudo-sciences », et le site. Je vais bien évidemment consulter ce site et votre article. Je ne peux malheureusement pas vous donner plus d’informations sur ce cas, tout ce que je savais étant dit dans l’article « Un cas de combustion spontanée », sur le site « histoire genealogie ». Merçi, encore une fois, pour vos messages. Bonne journée. Cordialement. JP.BERNARD Auteur de « Un cas de combustion humaine spontanée »

        Répondre à ce message

    • Bonjour
      Je suis en préparation d’un court sujet documentaire pour une émission TV sur les combustions humaines « spontannées ».
      Je suis à la recherche de phénomènes récents de ce type afin de mieux comprendre.
      Pouvez vous rentrer en contact avec moi afin que nous en discutions ?

      Cordialement,

      Nicolas Villeroy
      email : nicolasvilleroy chez hotmail.com

      Répondre à ce message

  • Recherche de photos sur la combustion spontanée 31 mai 2006 16:52, par Alexandre

    Bonjour à tous, je me nomme Alexandre et je travaille actuellement sur un court-métrage qui doit être diffusé dans un musée parisien (la Halle Saint-Pierre) ; pour ce travail, j’ai fort besoin de photos sur la combustion spontanée car une partie de mon film traite de ce sujet... Auriez-vous la gentillesse de m’aider en me donnant des adresses internet, voire des livres...? D’avance merci beaucoup.

    Répondre à ce message

  • Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 17 janvier 2009 21:56, par Le pompier

    Bonjour, en tant qu’ancien sapeur pompier de paris et m’étant rendu sur une intervention de ce type, je me dois de vous informer des éléments suivants. La croyance selon laquelle les victimes de combustion humaine spontanée sont plus particulièrement des femmes alcooliques et souvent dépréssives est fausse, absoluement fausse. La preuve, la tranche d’age des victimes va de 4 mois a 114 ans. Même si beaucoup de personnes prétendent que la CHS n’éxistent pas, je peux affirmer que si. A titre d’information, le cas où je me suis rendu était un homme.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Ce cas est plusieurs fois noté dans un ouvrage de Charles Fort traduit en français.

    De mémoire, car cela est ancien, le titre doit être « les faits maudits ».

    Jean

    Répondre à ce message

  • Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 5 septembre 2009 18:03, par Monique Bourlon

    Il suffit de lire « le matin des magiciens », de Jacques Bergier et Louis Pauwels, où ils parlent des combustions spontanées. Dans mon souvenir, il me semble qu’il n’y a pas que des femmes.
    Ce livre actuellement se trouve en Ed. Essai (poche), et ne coûte que 8,17 euros .
    Ces deux auteurs sont à l’origine du mouvement « réalisme fantastique ». J’ai lu ce livre il y a plus de 30 ans, et en garde encore le souvenir. Personnellement, je ne crois pas qu’un corps imbibé d’alcool suffise à cette combustion. Il y a autre chose...........

    Répondre à ce message

  • Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 5 septembre 2009 18:17, par barbapoutre

    Emile Zola décrit dans son roman le Docteur Pascal publié en 1893 la combustion spontanée de Macquart qui était alcoolique il est vrai mais pas de sexe féminin.

    Répondre à ce message

  • Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 5 septembre 2009 22:39, par Candide (Léopold)

    Bonsoir,
    Une simple question alors, pourquoi les personnes semblent elles isolées lorsque cela survient ? Une part du mystère semblerait dû au fait qu’il n’existe pas de témoin sur le moment...

    Répondre à ce message

  • Un cas de combustion humaine spontanée en 1809 26 juillet 2013 11:35, par Adragneel

    Ces femmes étaient souvent veuve et âgées il est donc possible qu’elles eurent envie de mettre fin a leurs jours ayant déjà perdues leur maris, si on rajoute a cela une grande consommation d’alcool, elles avaient peut être l’esprit embrumer par les liqueurs spiritueuses et ayant bus un verre de trop s’en on mis un peu sur elles et ayant avancée vers une flamme et l’ayant touchée se son embrasée de manière spontanée. Le fait que les objets se situant autours de la victime n’ai pas était toucher ou alors très peu et peut être du a un environnement humide ou autre je n’ai pas encore de théorie sur cela.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP